Politique

Le gouvernement envisage pour la première fois la reconversion de la filière canne


Victorin Lurel au cours de son audition hier devant une délégation du Sénat
Victorin Lurel au cours de son audition hier devant une délégation du Sénat
L'intervention du ministre des Outremer, Victorin Lurel, ce mercredi 13 novembre devant une délégation du Sénat, sera-t-elle à marquer d'une pierre blanche pour la filière canne de La Réunion ?

Auditionné par la commission des finances de la délégation sénatoriale à l'outre-mer, Victorin Lurel aurait traduit pour la première fois l'inquiétude de l'Etat sur le devenir de la filière canne dans les territoires ultra-marins.

Le ministre passait un oral dans le cadre de la présentation du projet de loi de finances pour 2014. Dans son intervention, Victorin Lurel aurait pour la première fois évoqué la nécessaire évaluation du scénario redouté de tous les acteurs réunionnais de la canne.

Une filière qui reste à intervalle régulier sous la menace de la non reconduction des garanties européennes en matière de prix pour les agriculteurs. Or, l'idée d'une "reconversion" des acteurs de la filière vers d'autres secteurs de production serait sérieusement envisagée par le gouvernement.

Cette garantie court jusqu'en 2014, date à laquelle l'accord doit être rediscuté. La France doit convaincre Bruxelles de la nécessité de reconduire la garantie de "l'organisation communautaire de marché" (l'OCM du sucre) mais tout en ménageant les attentes de libre concurrence que souhaite instaurer l'Organisation mondiale du commerce.

L'OCM du sucre prévoit des interventions dans le marché intérieur, y compris la fixation d'un prix de référence et de quotas de production, ainsi que certaines mesures de soutien aux produits européens lorsqu'ils sont échangés sur les marchés internationaux.

Sollicité sur le contenu précis de l'intervention de Victorin Lurel, le ministère des Outremer n'a pour le moment pas répondu à notre demande.
Jeudi 14 Novembre 2013 - 16:32
LG
Lu 1511 fois




1.Posté par alex du sud le 14/11/2013 16:53
Il était temps! que nous apporte la canne? immobilisation de grandes surfaces pour du sucre que nous ne consommons pas; des subventions qui profitent toujours aux mêmes, une monoculture qui appauvrit les sols et polluent les nappes phréatiques. Que des points positifs! ça va râler, et ces agriculteurs qui vivent de subventions vont devoir sérieusement réfléchir à quoi faire!

2.Posté par mazenbron le 14/11/2013 17:21
On va remplacer la canne par la b....e ?(j'ai mis des pointillés par crainte de me faire embastiller) .

3.Posté par almuba le 14/11/2013 22:30
Très bonne nouvelle.
Ras-le-bol de cette culture subventionnée à outrance.
On mange de la viande, des fruits, des légumes et pas de la canne à sucre pourvoyeuse de diabète et d'alcool.
Plus de cachalots, plus de nuisances sonores, plus d'usines en panne et de mécontents (primes de pluies, de sécheresse, de bagasse et j'en passe...)
Que du bonheur!

4.Posté par Tonton le 15/11/2013 07:10
Enfin on pourra planter du mais et du soja. Peut être que le Réunion deviendra même independant des importations massives d'aliments pour le bétail.

Ou: peut être qu'on pourra transformer nos usines sucrieres en producteurs d'éthanol.
Les automobilistes seront contents avec une baisse consequente du carburant.

Le Brésil est capable de fournir leurs automobilistes à un prix de 0.58 Euro le litre.
La transformation de tout vehicule à l'essence est facile et sans problemes. La Réunion pourra devenir independant des importatations de carburant ???

Si seulement les "pouvoir publiques" auront les mêmes idées...
(j'en doute fortement).

5.Posté par Zorba le 15/11/2013 07:43
Dans cette annonce, se trouvent les prémices d'une véritable catastrophe. Ce n'est pas sans raison que la canne s'est imposée comme culture de base à La Réunion. Sans entrer dans les détails liés au climat (résistance aux cyclones, évapotranspiration) et à la protection des sols (la canne n'est pas, loin s'en faut, une culture érosive comme peut l'être le géranium), c'est une véritable culture d'exportation. Nous n'exporterons jamais de légume ou de viande et le marché réunionnais est bien trop petit pour des cultures à grande échelle. La seule porte de sortie pour les agriculteurs sera de reclasser leurs terres en terrains constructibles pour pouvoir vivre décemment. Si les élus refusent, les agriculteurs font la révolution. Ceux qui pleurnichent de voir des champs de cannes, comme on peut voir des champs de blé à perte de vue en métropole, seront certainement satisfaits de voir pousser à la place les cases comme des champignons. Nous avons déjà une certaine idée lorsqu'on rase des champs de cannes aux fins de lotissement, etc...

6.Posté par Antipode le 15/11/2013 07:49
Il est tant voire trop tard pour sortir la France de ses archaïsmes, lobbies, maffias et préjugés ; mais il faut passer outre, remplacer la moitié de la canne par du zamal ; c'est la plante qui apporte le plus à l'humanité et depuis la nuit des temps (20.000 ans) ; une quinzaine d'applications : textile, cordage, alimentation humaine & animale, plastique bio, carburant bio, récréation, pharmacie etc...

7.Posté par Fab le 15/11/2013 07:52
Tôt ou tard cela est inévitable. Cette économie artificielle réunionnaise n'est pas à la hauteur de ce que notre île pourrait produire. La voix de la raison doit l'emporter, sans doute dans la douleur ce pour quoi il est important d'accompagner toute la filière vers une reconversion, en douceur. Mais arrêter tout du jour au lendemain serait une grave erreur et provoquerait de graves émeutes, sinon pire.

8.Posté par Noella le 15/11/2013 08:43
La canne profite à quelques grandes familles qui tiennent dans un mouchoir de poche. Elle créé du travail d'un autre temps. Qui a peur de la fin de filière canne ? Le discours de ce ministre est la preuve qu'il y a une vie après la canne et certainement plus heureuse pour un plus grand nombre. Il faut combattre au maximum les monopoles qui enrichissent un petit nombre pour en oublier la grande majorité !

9.Posté par Frigidaire le 15/11/2013 09:07
enfin on reconnait que ce n'est pas la canne à sucre que l'on plante mais bien des subventions (ou aides). Quand ferons nous de la réelle culture ? Le rhum est aussi concerné sauf que le Ministre est Antillais c'est compliqué pour lui.

Les centrales à bagasse sont en réalité des centrales charbon et huiles usagées mais écologiquement cela passe mieux en disant que l'on brûle de la bagasse. La canne a rendu les sols pauvre en richesse mais c'est une culture qui n'a pas besoin de s'en occupé pendant la pousse alors que le maraîchage, l’horticulture les agrumes, les fruits (autres que letchis longanis) demandent de la main d'oeuvre et ça s'est pas gagné.

10.Posté par Kan Ibal le 16/11/2013 18:36
Le changement? Le voilà, bravo la gauche, continuez encore et encore!!!!

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales