Politique

Le gouvernement confiant dans l'absorption de la Banque de la Réunion par la BPCE


La députée de la 2ᵉ circonscription, Huguette Bello, a relayé dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale les inquiétudes des salariés de la Banque de La Réunion après la confirmation de sa fusion-absorption par le groupe Banque populaire Caisses d’épargne en 2016.

Fondée en 1853, la Banque de La Réunion est "étroitement liée à la vie économique de l’île et emploie aujourd’hui 470 personnes", a signalé la députée qui a mis en lumière "les inquiétudes que suscite ce bouleversement".

Si des licenciements ne sont pas à l’ordre du jour, une réduction des effectifs n’est pas à exclure du fait des incitations au départ et d’une possible centralisation de certaines fonctions au siège de la Caisse d’épargne Provence-Alpes-Côte d’Azur à Marseille.

La députée craint aussi que sur un plan concurrentiel, cette opération ne "renforce les monopoles et oligopoles et donc avoir un impact négatif sur les tarifs et les services bancaires".

C’est pour prévenir ce risque que, lors de la création, en 2009, du groupe BPCE, l’Autorité de la concurrence a rendu un avis spécifique pour La Réunion dans lequel elle préconisait le maintien et la gestion autonome, durant cinq ans, de marques et enseignes existantes, car, disait-elle, "l’opération était susceptible de porter atteinte à la concurrence sur les marchés de la banque de détail et de la banque commerciale dans ce département", a tenu à rappeler Huguette Bello. Elle préconisait hier devant l'Assemblée que l’Autorité de la concurrence se prononce à la lumière de ce nouveau projet de fusion.

"La BPCE a considéré qu’il n’y avait pas lieu de notifier l’opération à l’Autorité de la concurrence", a fait valoir le ministre des finances, Michel Sapin. Ce qui n'empêchera pas l’Autorité de la concurrence d'émettre un avis sur les conséquences éventuelles de cette concentration à La Réunion.

En l'état, "le projet de rapprochement est susceptible d’avoir des impacts bénéfiques quant à sa capacité à répondre aux besoins de financement locaux et à améliorer la qualité des services", entrevoit plutôt le ministre.

Michel Sapin a terminé son propos par la garantie obtenue de la BPCE que des groupes de travail  soient constitués à l’issue de la fusion-absorption. Ces groupes associeront les représentants de la direction et du personnel afin d’analyser la dimension économique, organisationnelle et sociale du projet.

"La préservation de l’emploi, la préservation de l’identité de la Banque de La Réunion et de sa marque feront évidemment partie de ses objectifs", a voulu rassurer le ministre.
Jeudi 5 Mars 2015 - 06:00
Lu 1859 fois




1.Posté par vanille le 05/03/2015 06:26
Je n'ai jamais vu un ministre socialiste ne pas avoir confiance dans ce qu'il fait et défait.



2.Posté par Tu nous fatigues le 05/03/2015 06:50
Post 1, tu nous fatigues avec tes commentaires inutiles et tes slogans à 2 balles. Argumentes, convaincs, discutes... si tu en es capable, sinon tais toi !

3.Posté par FR le 05/03/2015 04:06
La maison mère de la BR en cas de litige (client/banque) est la BPCE. Donc si quelqu'un pouvait m'éclairer, je ne comprends pas l'intervention d'hugette Bello.

4.Posté par vanille le 05/03/2015 07:50
Ah ben je n'ai pas besoin de faire du rabachage, la vie de tous les jours est le meilleur exemple de ce que j'ai écrit.
Mais tu as bien sûr le droit de ne pas être d'accord.
Cependant compte sur moi pour continuer à dire ce que j'ai à dire, les ordres d'un mec, tu repasseras demain, je suis libre et non soumise.
à plus....


.

5.Posté par ALVIN974 le 05/03/2015 09:15
A "Tu nous fatigues"

Y a que la verité qui blesse!!!

6.Posté par Môvélang le 05/03/2015 14:24
à part les croisades anti-musulmans des socialistes, toute la politiques du pingouin est néfaste aux francais, çà aurait été terrible si le gouvernement n'avait pas confiance aux escrocs à sa botte

7.Posté par Philippe PATERNE le 07/03/2015 07:40
Pourquoi défaire une entreprise Réunionnaise qui marche bien ! un regroupement ne doit pas se faire à n'importe quel prix d'autant que généralement il s' y cache aussi un objectif "non avoué" celui de faire des économies ...
La Réunion est plus que sinistrée en matière d'emploi , nos décideurs "économiques, politiques..." parlent souvent de solidarité mais dans la réalité quotidienne pas beaucoup d'éléments concrets à part des taxations supplémentaires. Tout projet quelque soit sa nature devrait bien mettre en évidence certes le gain financier, puisque nous sommes dans un monde capitaliste mais aussi le différentiel entre le nombre d'emploi créé et supprimé , mais là il faut beaucoup de courage !!!

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales