Faits-divers

Le futur siège du TCO bloqué par une procédure d'appel d'offres non conforme ?

Cet après-midi, un recours pré-contractuel a été examiné au tribunal administratif de Saint-Denis. L'enjeu est simple. L'entreprise JIPE Réunion demande l'annulation de la procédure d'appel d'offres du TCO (Territoires des communes de l'Ouest) pour le chantier de construction de son nouveau siège au Port. Un chantier dont le coût est estimé à 4,45 millions d'euros et qui a été remporté par l'entreprise MODUL Réunion. Une histoire de climatisation, goulottes et câbles… mais pas seulement.


Le futur siège du TCO bloqué par une procédure d'appel d'offres non conforme ?
D'un côté, la société JIPE Réunion, représentée par Me Pierre Cregut, et de l'autre la société MODUL Réunion, représentée par Me Alain Rapady, et le TCO, représenté par Me Nicolas Charrel. Tous sont présents cet après-midi dans la salle du tribunal administratif à la suite du dépôt d'un référé pré-contractuel déposé par la société JIPE Réunion dans le cadre de l'attribution de l'appel d'offres portant sur le nouveau chantier du siège social du TCO. Ce chantier d'un montant de 4,45 millions d'euros prévoit la construction d'un immeuble d'usage de bureau modulaire pour la communauté de commune de l'Ouest.

Au terme de la procédure, le TCO avait désigné la société MODUL Réunion comme étant attributaire du marché. Une situation que n'a guère digéré la société JIPE Réunion. "On ne comprend pas pourquoi la société qui a remporté l'appel d'offres était 15% plus chère", explique Me Pierre Cregut. Au-delà du prix, l'offre de l'entreprise a été jugée non conforme sur trois points : la climatisation, les goulottes ou encore les câbles utilisés. Mais toujours selon l'avocat, les spécifications sur ces trois points n'étaient pas clairement établies dans le cahier des charges du TCO. Me Cregut demande l'annulation de la procédure.

Une affirmation balayée de la main par l'avocat du TCO. "JIPE Réunion voudrait un cahier des charges à eux. Tout est demandé dans le cahier des charges. Le constat est simple et il faut avouer que l'on avait une offre non conforme sur les points identifiés. Elle est passée à côté de son sujet d'où l'irrecevabilité et le rejet de l'offre (…). On ne va tout de même pas débattre de l'esthétique de la goulotte", souligne Me Nicolas Charrel. Un argument qui ne manque pas de faire sourire le président du tribunal administratif Christian Lambert.

"Comment la société JIPE Réunion a-t-elle pu obtenir l'analyse de l'offre ?"

Pour la société MODUL Réunion, désignée pour avoir le marché, Me Alain Rapady rappelle que la société a respecté "strictement" le cahier des charges. Et pour justifier la différence de prix, Me Rapady a une explication toute simple. "Si nous avions remis la même offre que JIPE Réunion, nous serions 154.000 euros moins chers. Sauf que cette offre ne respecte pas le cahier des charges demandé par le TCO", poursuit-il.

Mais un point chiffonne particulièrement l'avocat de MODUL Réunion. "Comment la société JIPE Réunion a-t-elle pu obtenir l'analyse de l'offre ?", s'interroge-t-il. Un document pourtant censé être confidentiel jusqu'à la signature du dit marché. "On est en plein trafic d'influence. JIPE Réunion affirme avoir eu accès au rapport d'analyse pourtant confidentiel jusqu'au délibéré", lâche-t-il.

A la sortie de l'audience, Me Alain Rapady évoque la possibilité de porter cette affaire au pénal. "Ces documents ne sont pas consultables avant signature. C'est la CADA (commission d'accès aux documents administratifs) et les jurisprudences qui le disent", conclut-il.

Le délibéré sera connu sous une dizaine de jours.
Jeudi 24 Octobre 2013 - 17:23
Lu 1805 fois




1.Posté par ti piment le 24/10/2013 17:44
Comme quoi il ne suffit pas de s'appeler Charel, de venir de Montpellier vite fait, de profiter au passage pour faire des formations tres chères en marchés publics et de s'en prendre plein la goule!

2.Posté par groléfé le 24/10/2013 18:52
quelqu'un peut m'expliquer en quoi le TCO a besoin d'un nouveau siège ??? et en plus à ce prix là ??? n'y a t il pas d'autres priorités ???

3.Posté par Con tri buable le 24/10/2013 20:25
Quand on voit la masse salariale et le nombre de vice présidents et d'inutiles payés avec nos impôts dans cette inutile usine à gaz tirée à hue et à dia par des élu-e-s qui se détestent, on se demande pourquoi le préfet qui est leur supérieur hiérarchique à tous n'a pas encore mis le hola ?!

4.Posté par andré le 25/10/2013 07:31 (depuis mobile)
Ce que je comprends, une entreprise en voulant faire ''casser''une décision en sa faveur se retrouve avec la tête dans le caca !!!
Elle s''est permise de magouiller, obtenir la décision de l''analyse avant la décision de la commission..!!! Pénal!!

5.Posté par ZembroKaf le 25/10/2013 09:08
Le "Crayon" n'est plus assez luxueux pour les élus alimentaires du TCO , ou bien ça fait trop à rappeler à Huguette son "paulo",quel gaspillage d'argent pour un nouveau..siège???
les 2 sociétés font des "constructions modulaires"...à plus de 4 millions.

"Comment la société JIPE Réunion a-t-elle pu obtenir l'analyse de l'offre ?"

Allo "barak"...... !!!

6.Posté par un ex du K J Bi !!! le 25/10/2013 09:48
5.Posté par ZembroKaf

Bravo pour le clin d'oeil.... "Allo "barak"...... !!! pour des bungalows !!!!

7.Posté par ti piment le 25/10/2013 13:10
ça vous etonne les histoires d'ouvertures de plis tronqués au TCO? C'est pas déjà dans ces murs là que ti Pierre et Payet actuel dgs st paul se sont faits avoir comme des bleus pour avoir truqué à l'époque les marchés publics l'endiguement rivière desgalets!!! comme quoi!!!

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales