Economie

Le directoire d'Air Austral y voit plus clair, l'optimisme est timidement de retour

Marie-Joseph Malé, PDG d'Air Austral, a présenté le nouveau business plan destiné à renflouer les caisses de la compagnie aérienne réunionnaise. Un nouveau plan étalé sur deux ans afin de retrouver l'équilibre financier prévu pour la fin de l'exercice 2013/2014. Mais les turbulences ne sont pas encore finies au sein d'Air Austral, la situation étant fortement "dégradée", la faute à "un fort endettement, une trésorerie sous perfusion et un dialogue social quasi inexistant", explique Marie-Joseph Malé. Le chantier de la reconstruction de la compagnie va être long pour le nouveau PDG qui devra composer avec une perte de 52 millions d'euros à la clôture de l'exercice 2011/2012 au 31 mars 2012, s'est fixé comme priorité de trouver de nouveaux actionnaires.


Le directoire d'Air Austral y voit plus clair, l'optimisme est timidement de retour
Pendant plus de deux heures, le directoire d'Air Austral, avec à sa tête Marie-Joseph Malé, a présenté le business plan censé permettre à la compagnie aérienne réunionnaise de retrouver l'équilibre financier. Un exercice qui s'annonce très délicat pour le nouvel homme fort de la compagnie venu remplacer Gérard Ethève, il y a un peu plus de deux semaines maintenant.

"La situation est préoccupante, le total des emprunts bancaires représente 161 millions d'euros dont 55 millions d'euros exigibles à moins d'un an. La compagnie a un retard de 38 millions d'euros auprès de ses fournisseurs (…), la trésorerie est sous perfusion", explique en introduction Marie-Joseph Malé. Un tableau "noir". Il faut dire que les chiffres parlent d'eux mêmes : 52 millions d'euros de pertes pour l'exercice précédent à la clôture des comptes au 31 mars, une trésorerie qui est passée de 35,5 millions d'euros à 9,2 millions d'euros en un an avec des encours qui ont triplé passant de 5,5 millions à 17,6 millions d'euros entre 2011 et 2012.

On le sait, Gérard Ethève a fait les frais de ces mauvais résultats et Marie-Joseph Malé a récupéré une entreprise au bord du gouffre. Pour y remédier, le nouvel homme fort d'Air Austral a présenté un business plan s'étalant pour les deux prochains exercices. L'objectif annoncé, calculé sur un scénario des plus "réalistes" souligne-t-il, est de dégager une marge opérationnelle positive à la fin 2014 de 5,6 millions d'euros. Mais avant d'en arriver là, les restructurations en profondeur vont être opérées et Air Austral va changer de méthode.

Deux rotations vers Paris

Il faudra d'abord que la compagnie trouve de nouveaux actionnaires, elle n'a pas le choix pour continuer de voler et que le business plan présenté soit opérationnel. Comme annoncé hier par Didier Robert, président du conseil de surveillance d'Air Austral, Marie Joseph Malé a confirmé la suppression des vols vers la province dès le mois de novembre. "Les lignes vers la province n'atteignaient pas l'équilibre financier", explique Gabriel Pineli, directeur adjoint d'Air Austral. On a même pensé faire par exemple un Gillot/mMarseille, puis un Marseille/Toulouse ou Bordeaux. Mais dans cette hypothèse, il aurait fallu "plus d'un passager par siège pour être à l'équilibre" en raison de l'inadaptation des Boeing 777 à de courts trajets.

Même sort pour les lignes vers l'Océanie, les dessertes de Sydney et Nouméa sont suspendues, par contre la ligne vers Bangkok est maintenue. Seule nouveauté, les passagers transiteront par l'Inde, qui sera à priori une escale technique mais qui pourra également être vendue en tant que destination pleine et entière.

Les lignes s'arrêteront le 1er novembre, mais les clients ayant déjà acheté des billets ne seront pas laissés sur le bord du chemin, Air Austral s'est engagé à trouver des solutions.

Mais la nouveauté pour Air Austral va venir du renforcement de son offre vers Paris. "Il va y avoir un recentrage vers l'aéroport Charles-de-Gaule. On va passer d'une rotation à deux, une de nuit et une de jour", explique Marie-Joseph Malé. Les Réunionnais auront le choix entre un départ le soir, comme habituellement et un départ en fin de matinée. "On passera à 12 voire 13 rotations par semaine", ajoute-t-il.

Le directoire d'Air Austral y voit plus clair, l'optimisme est timidement de retour
Partenariat avec la SNCF ?

Une nouvelle configuration des destinations se traduisant par la volonté de la compagnie d'assoir son "leadership" au niveau régional. "Les fréquences seront plus importantes vers Maurice et Mayotte et permettront à l'aéroport de Saint-Denis de devenir un véritable hub avec des correspondances de moins d'une heure pour les voyageurs", souligne-t-il. Une refonte qui passe obligatoirement par une flotte d'avion ajustée. Les avions long courrier verront leur flotte diminuée et Air Austral mettra en vente deux Boeing 777, le LR et le ER. Le 3ème ATR qui devait être vendu reprendra du service en raison de l'augmentation des fréquences pour les liaisons régionales.

Air Austral souhaite également s'appuyer sur les partenariats entre compagnies, notamment Air Mauritius, Air Seychelles ou encore Air Madagascar. "Un accord de principe a été trouvé avec Maurice pour partager un code (code share) vers l'Australie", explique-t-il. Pour pallier la disparition des destinations provinces, Air Austral s'emploie actuellement à trouver une solution de partenariat, notamment avec la SNCF et le service TGV'Air. "J'ai rendez-vous avec Guillaume Pepy dans les prochains jours", souligne-t-il.

La compagnie n'exclut pas de se tourner vers les pays du Golfe dans une recherche hypothétique de partenaire. "On sait ce que nous voulons, mais on attend de voir ce qu'ils souhaitent. On a souhaité une rencontre pour démarrer les discussions, mais cela demande du temps pour évaluer les options et les conséquences économiques à court et moyens termes", souligne, sur la pointe des pieds, Marie-Joseph Malé.

Reclassements, gels des embauches et non reconduction des CDD

Tous ces changements auront un impact social. Didier Robert avait annoncé le non-renouvellement de 53 CDD, une annonce également confirmée ce midi. "Des reclassements internes et externes seront proposés aux équipages PNC en sureffectif sur les Boeing 777, notamment sur les liaisons Nouméa ou Sydney. Les contrats à durée déterminé de'environ 50 PNC ne seront pas renouvelés. La fermeture des escales en province, Nouméa et Sydney entrainera le reclassement des personnels au sol en interne ou externe", explique-t-il. La compagnie compte également pour réduire les effectifs sur les reclassements proposés, les négociations de contrats à mi-temps ou encore le non renouvellement de postes. La compagnie procédera à un gel des embauches.

Avant de renouer avec l'équilibre, la compagnie devra passer par une période difficile durant cette nouvelle année 2012-2013. Air Austral prévoit une marge négative de 26,7 millions d'euros, dont l'essentiel pendant la période d'hiver et une perte très faible en fin d'année. "On est dans une dynamique de redressement et la mise en place de ce programme permettra de se redresser la compagnie et démarrer l'année suivante sur un démarrage positif", conclut le PDG d'Air Austral.

Reste que le redressement ne pourra être effectif que si la parité euro/dollar reste stable et que le coût du carburant ne s'envole pas. Et dans ce domaine, aucune certitude n'est de mise. On fait des prévisions, mais le directoire n'a aucun pouvoir pour agir sur ces deux données, pourtant essentielles pour l'avenir de la compagnie...

Mercredi 16 Mai 2012 - 17:39
Lu 3780 fois




1.Posté par Encore faut il ...... le 16/05/2012 18:12
.... que la compagnie redevienne sympa ! Fatigués d'assister au réglements de comptes

2.Posté par SALARIÉS AIR AUSTRAL le 16/05/2012 22:01
C'est incroyable de lire cela, comme disait quelqu'un hier quand est ce que la compagnie change de nom pour s'appeler AIR FRANCE.
ETHEVE s'est battu pendant 20 ans pou la compagnie ne soit pas un clone d'Air France, mais Didier Robert et son équipe d'anciens d'Air France en ont bien décidé autrement e ils sont en train de DONNER la compagnie à Air France.
Comme vous avez pu le constater, depuis le départ d'Etheve, Air France a arrêté tous les tarif promotionnels et à même à compter de ce jou augmenter ses tarifs du la Métropole. ETHEVE était l'eguillon dans les fesses de AF, et sa présence avait empeché AF qui etait au capital et qui avec leur 30% voulait tout diriger et régenter. Déjà à l'époque PINELLI voulait un rapprochement avec AF et ETHEVE l'avait bloqué, début de leur mésentente.
Ce Monsieur PINELLI qui trouvait qu'Air Austral était une compagnie de bougnouls dirigeait par des bougnouls, mais il faut croire que la soupe des bougnouls n'est pas si mauvaises vu qu'il revient se gaver après la grosses indemnité touchai lors de son départ
Avec la présence de 2 anciens d'AF à la Direction de la compagnie il fallait bien s'attendre à ce que la compagnie tombe dans le giron de AF. Vous verrez très rapidement que you les vols seront effectués en Code Share et que les vols d'Air Austral seront tous traités par le personnel de AF.
L'abandon de la desserte de la province ne peut que faire le lit de AF. En effet les passagers des vols de province représent 25% de nos passagers. Comment fera t on pour remplir 12 vols par semaine sur Paris, sachant que AF en a déjà 12 et CORSAIR 7, il faut être complètement à côté de la plaque pour aller faire 12 vols sur Paris. On sait tous que le vols de jours ne sont pas appréciés des passagers et qu pou les remplir il faut baisser les prix, donc on ne voit pas comment en baissant les prix, on va améliorer les recettes.
Il est vrai qu c'est la théorie de Mr GRAZZINI, on l'entend depuis sont arrivée à la compagnie, dire que les vols de province sont de la co....... Et qu'il faut les arrêter pour se concentrer sur notre corps de métier, Paris. Pour lui peut importe la recette il faut que les vol partent pleins, même si on est en dessous de la recette minimum pou payer le coût d'un vol. Nos amis PNC et PNT l'entendent donner ses cours d'économie à chaque fois qu'il est sur un vol. Il y en a un qui l'a aidé à son arrivée qui doit vraiment s'en mordre les doigts.
Monsieur PINELLI, le spécialiste des indemnités de départ, AF, AIR CÂLIN, AIR AUSTRAL en l'espace de quelques années. (...)
Nous ne nous laisserons pas faire et n'accepterons pas que l'on vire des réunionnais de notre compagnie pour mettre des métropolitains à leur place.
Cette feuille de route est la pire de celle qui nous ait jamais été présentée. ETHEVE a fait des conneries avec l'A380, et les B777-200LR qui ont été achetés avant de savoir si la piste de Mayotte allait être terminée.
Que vont devenir nos employés de province? Ils vont être recases paraît ils, mais où?
On nous annonce que des accords von être passés avec la SNCF, mais Messieurs cet accord existe depui 2005, il avait été négociée par Olivier BESNARD. C'est vraiment vouloir nous faire prendre des vessies pour des lanternes.
Des personnes vont être employés à Paris pour porter les valises des passagers qui continuent sur le train !!!
Chers collègues, il faudra faire attention et être plus soudés que nous l'avons été. Souvenez vous qu nous avions réussi à faire plier ETHEVE lorsqu'il avait voulu licencier de pilotes pour fautes border Line e lorsqu'il avait voulu mettre fin à des contrats en fin de période d'essais. Il nous faut nous souder pou être plus fort.

3.Posté par Salariés Air Austral le 16/05/2012 22:41
Bonjour
Je lis dans l'article ci dessus que PINELLI parle de rentabilité des vols sur la province.
Mais lorsque Mon Dieu Seigneur Marie Joseph, nous a présenté le nouveau Directoire, on nous a dit qu'il était responsable des opérations sol et qu'il remplaçait FRAPPIER qui n'avait voulu rester.
La nouvelle équipe est déjà en train de nous tromper.
Que fait BREMA lui qui lors de l'aire ETHEVE nous parlait à chaque réunion d'encadrement de rentabilité, d'economie, etc.... Et aujourd'hui il n'a rien dit au cours de la réunion de cadres de ce matin. Cela veut il dire qu'il n'approuve pas et que le pacte commence à se fissurer. Ce ne serait pas étonnant quand on voit comment certain du Directoire prenaient des aires embête lorsque d'autres parlaient d'économie, de remplissages sur CDG.
Au cour de cette réunion on a voulu nous faire dire " pigeons volent", " cochons volent"
Attention soyons solidaires

4.Posté par Kikim le 17/05/2012 01:46
Ancien client, faisant près d'une dizaine de liaisons Paris Réunion par an, j'ai préféré voyager avec Corsair car j'estime que les tarifs restent prohibitifs et que les formules type Capricorne restent des attrapes Couillons, j'attends de savoir quelle sera la nouvelle politique tarifaire et si il sera mis en oeuvre une formule type abonnement ou Miles.

5.Posté par 78ROSCOS76 le 17/05/2012 10:37
Pas de surprises pour la suite de continuité d'Air Austral.
Cette compagnie disparaîtra à l'avenir.
Pour l'instant afin de calmer les salariés on leur propose de patienter.
Prévoir des déficits en 2013 faut être fort car personne ne peut prédire l'avenir financier lié en particulier
à la Grèce et autres pays de la zone euro en difficultés.
Que cette compagnie soit réunionnaise,métropolitaine ou étrangère je m'en fou.
Ce qui compte c'est d'avoir des vols au départ de Gillot pour Paris et retour à des prix intéressants et voyager dans de bonnes conditions
Le reste n'est que des querelles de personnes,de dirigeants ,qui veulent une bonne chaise pour toucher un gros salaire sans se fatiguer et prendre des décisions contraires à l'intérêt du consommateur.
Alors AA au revoir et au suivant

6.Posté par c''est encore et toujours la faute d''Air France le 17/05/2012 11:09
@post2 La situation d'Air Austral est privilégié si l'on devait la comparer à la (feu) compagnie "Air Bourbon".

Faire d'Air France l'ennemi systématique désigné d'office alors qu'il s'agit aujourd'hui d'une compagnie PRIVATISEE relève de la schizophrénie.

Y aura t-il des fonds publics pour recapitaliser l'ex cie nationale qui est aujourd'hui en deficit de plusieurs milliards d'euros? Non

Air France c'est 189 destinations dans le monde entier et plus de 54000 salariés. Les enjeux pour la survie du groupe AF/KLM ne sont pas fondés sur la baisse d'activité d'Air Austral.

Concernant les transfuges d'AF travaillant chez UU, quand la cie locale était en plein essor personne ne s'en plaignait.

Par contre, je n'entends personne parler du prix du caburant qui flambe sans cesse et plombe les comptes des cies aériennes françaises et européennes dans leur ensemble, le Low cost qui détruit le modèle social à la française dans l'aérien et les cies du Golfe qui commandent des avions par centaines et s'implantent dans le monde entier. Voilà les vraies menaces qui pèsent sur l'activité aérienne en France et à la Réunion.

Bon courage aux CDD!

7.Posté par williamm le 17/05/2012 11:20
client depuis plusieurs années chez AA,deux voyage par an pour Marseille deux adultes, deux enfants soit environ 8000 € de billets d'avions, nous venons d'apprendre la suppression des vols provinces donc notre voyage de décembre déja payé annulé, en attendant le remboursement nous avons réserver chez AF le voyage pour le sud via paris. Malgré les futures proposition de AA commerciales de nous reclasser sur d'autres vols nous avons décider de ne plus jamais voyager avec AA ils nous ont perdu comme client ils ne sont plus crédibles.

au revoir air austral

8.Posté par Contribuable dégoûté le 17/05/2012 12:20
En tant que cliente d'Air Austral, je dois dire que je préférais cette compagnie à cause de sa desserte depuis Pierrefonds, et des vols direct vers la province (tout le monde ne veut pas passer par Paris qui est un enfer)! Et si la nouvelle direction supprime justement ces avantages, je ne vois pas ce qui va motiver les voyageurs à choisir Air Austral !!!

9.Posté par Jean Fuma le 17/05/2012 17:54
"salaries Air Austral" se contredit lui meme.... Si les vols province sont abandonnés c est parce que ni les remplissages ni les recettes ne sont satisfaisants... Ce n est pas parce que ces vols sont pleins durant les vacances qu ils le sont tout le long de l annee ! Si faire un Reunion-Lyon etait aussi rentable, pourquoi Af ne le ferait pas ? Faut reflechir des fois lol


Et puis si des Reunionnais ont ete viré de Uu, c est qu ils etaient incompetents (je parle du directoire, pas des 53 Pnc cdd dont le contrat n a pas ete renouvelé) il n y a qu a voir la situation catastrophique dans laquelle Etheve vous a mené... Et curieusement durant toutes ces annees vous n avez rien dit mdr !

10.Posté par Lima le 17/05/2012 22:24
Je suis heureux de constater que le personnel d'Air Austral n'est pas dupe. En effet ce plan de "redressement" a 2 objectifs :
1- Politique pas de plan social dans une période d'élection. Monsieur Didier Robert ne pense qu'à ses électeurs et électeurs potentiels, le cout financier n'a que peu d'importance.
2- Economique, mais malheureusement pas au profit d'Air Austral. Air France récupère sur son Hub de Roissy la clientèle de Province. En augmentant les fréquences sur Paris UU va augmenter l'offre donc ses couts, mais les recettes attendues ne seront certainement pas au rendez vous.
Le grand Gagnant est Air France, le départ de Monsieur Ethève est largement fêté à AF. Le seul qui pouvait les géner.

11.Posté par PN AIR AUSTRAL le 17/05/2012 23:17
Poste 9 , quand on ne travaille pas dans l'aérien et que l'on ne sait pas de quoi on parle, on se tait. Pourquoi AF e CORSAIR ne font pas la province, c'est uniquement parceque contrairement à nous, leur équipages n'acceptent pas de faire 2 étapes.
Air Astral est une compagnie dans laquelle les personnels navigants et au sol sont fiers d'y travailler. Chez nous, nous sommes heureux de vous avoir à bord, et sommes heureux de vous servir. Chez AF, ce n'est pas le cas, vous devez vous estimer heureux que le personnel condescende à vous servir.

ATTN Poste 6, vous oubliez les 20 Milliards de Francs que l'Etat Français a réinjecté dans AF en 1997 ou 1998, soit l'équivalent de 2200 Francs par contribuables.

Je et nous sommes fiers que la compagnie continuera et que nous pourrons tous conserver nos emplois et continuer à être heureux de vous servir à bord.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales