Economie

Le déficit excessif des finances françaises devra être corrigé avant 2012

La Commission européenne a invité la France à corriger rapidement le déficit de ses finances publiques avant 2012. Des recommandations spécifiques ont ainsi été adoptées et reposent sur les dernières prévisions du 19 janvier dernier...


Le déficit excessif des finances françaises devra être corrigé avant 2012
L'Etat français a été appelé à corriger le déficit excessif de ses finances publiques par Bruxelles d'ici à 2012. D'après l'agence Reuters, quatre autres pays de l'Union européenne sont concernés par cette décision : il s'agit de l'Espagne, de l'Irlande, de la Grèce et de la Grande-Bretagne. Selon l'exécutif communautaire, cette "invitation" a été motivée par trois principaux éléments.

D'après le "Pacte européen de stabilité et de croissance", le dépassement de la valeur référence de 3% du PIB (Produit intérieur brut) n'est pas temporaire et n'est pas proche de cette même valeur. Par ailleurs, la dette française est dorénavant supérieure au seuil de 60% du PIB...

Toujours selon le communiqué de la Commission européenne, le gouvernement français a "adopté une série de mesures prises en temps opportun, ciblées et temporaires qui, (...), expliquent cette évolution budgétaire." Selon Reuters, la France a anticipé un déficit public de 5,6% en 2009 et de 5,2% en 2010.

Afin de tenter d'apporter une solution à ces déficits qui ne cessent de se creuser, "un projet de recommandation invitant le Conseil à conclure à l'existence d'un déficit excessif et à recommander que ce déficit soit corrigé en 2012 au plus tard" a été adopté par la commission.

Les gouvernements devront donc définir rapidement une trajectoire d'ajustement dont le but sera de corriger les déficits publics. A partir du conseil Ecofin programmé au mois d'avril, il restera un délai de 6 mois aux Etats membres concernés pour mettre en place les mesures qui permettront de consolider leurs finances publiques et ainsi de modifier les déficits constatés.
Mercredi 25 Mars 2009 - 07:30
Ludovic Robert
Lu 640 fois




1.Posté par boyer le 25/03/2009 08:46
Apres avoir bradé le patrimoine de l'etat, le gouvernement verse des stock option a ses serviteurs zelés.Le benefice de GDF a ete en 2008 de 6,5 milliards d'euros, en hausse de 13%. La remuneration pour 6 mois de son PDG a ete de 8,7 millions d'euros et celui de son vice-président à 3,3 millions d'euros.


Le PDG Gérard Mestrallet a réalisé 7,2 millions d'euros de plus-values en 2007 et 3,3 millions en 2008 sur ses stock-options.Il vient de se faire attribuer 830.000 stock-options (450.000 au titre de 2007 et 380. 000 au titre de 2008) exerçables à partir de 2012. ca represente 7,7 millions d'euros.

Jean-François Cirelli, qui, en tant qu'ancien président d'entreprise publique n'avait jusqu'alors jamais goûté aux délices des stocks, se voit lui accorder 300.000 options, représentant une valeur de 2,8 millions d'euros.

(source: Mediapart

2.Posté par Nicolas le 25/03/2009 13:26
A enfin, l'Europe commence à agir!
Maintenant il faut qu'elle continue sur sa lancée en supprimant les exceptions françaises (telles que l'octroi de mer, loi Rocard grandes surfaces, etc...) et en créant ainsi une véritable concurrence.

A boyer: quel est le rapport en l'article, le déficit et GDF? Je tiens à préciser une chose GDF est une SA détenue à 70% par l'Etat.
source: GDF

3.Posté par Faivre Daniel le 01/10/2010 13:21
Les dépenses expressives du Président et de ces Boy scout(ces ministres et secrétaire d'état)
diminué ces dépense et il ni aura plus de déficit, quant aura ton des personnes sérieuses et honnête
a la tête de l'état.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales