Social

Le contrat aidé : Conçu pour être un tremplin vers du durable


Le contrat aidé : Conçu pour être un tremplin vers du durable
La vérité des chiffres est implacable. Le second semestre 2012 verra la Réunion amputée de quelque 3.000 contrats aidés, du moins si le gouvernement maintient son orientation face à la pression des maires. En effet, en début d'année, le nombre des contrats alloués avait été fixé à 12.800. En comparaison, au second semestre, celui-ci a peiné à franchir la barre symbolique des 10.000.

Ils sont 10.020 exactement à avoir été accordés aux collectivités locales réunionnaises. L'occasion pour nous de comprendre le mécanisme d'attribution de ces contrats dont tout le monde a entendu parler mais qui restent méconnus de beaucoup.

Le contrat d'accompagnement dans l'emploi (CUI-CAE) est un contrat unique d'insertion dit "contrat aidé." Cette formule contractuelle a été imaginée dans le but de faciliter, grâce à une aide financière pour l'employeur, une facilitation d'accès durable à l'emploi.

En premier lieu, les contrats aidés sont particulièrement destinés aux publics rencontrant des difficultés d’accès à l’emploi (sociales et/ou professionnelles). Ces contrats sont à disposition des employeurs du secteur non marchand que sont les collectivités territoriales et leurs groupements. Les autres personnes morales de droit public, les organismes de droit privé à but non lucratif (associations loi 1901, ateliers et chantiers d’insertion (ACI), les organismes de Sécurité sociale, ou encore les personnes morales de droit privé chargées de la gestion d'un service public (régies de transport, établissements de soins…) complètent l'offre des employeurs.

Dégager des perspectives

Le contrats aidé porte sur des emplois visant à satisfaire "des besoins collectifs non satisfaits et ne peut être conclu pour pourvoir des emplois dans les services de l’État" mentionne les textes du Droit du travail.

Ces contrats peuvent être effectués à temps plein ou à temps partiel (20 heures hebdomadaires de travail minimum) pour des bénéficiaires qui perçoivent un salaire au moins égal au SMIC horaire précisent les textes en la matière.

Les contrats aidés, sont, enfin, vécus comme un possible tremplin. Leur véritable intérêt réside en effet dans leur "après".  Les salariés placés sous ce type de contrats peuvent bénéficier d'un accompagnement, de  formations ou de la validation des acquis de l'expérience. Pendant la durée du contrat, l’employeur s’engage aussi à mettre en œuvre les actions favorisant l’accès rapide à un emploi durable (CDI ou CDD de plus de six mois).

Le contrat aidé : Conçu pour être un tremplin vers du durable
Mercredi 15 Août 2012 - 08:17
.
Lu 1548 fois




1.Posté par noe le 15/08/2012 09:01
Contrats : ça permet à beaucoup de s'en sortir par du travail ...c'est utile pour ceux et celles qui souffrent dans leur chair , dans leurs coeurs ... c'est la dignité humaine ! Il faut que Paris ait un oeil plus clément vis-à-vis de ces personnes qui souffrent ...elles ont le droit de sortir la tête haute ! Pas de méchanceté , SVP !
Que ceux qui ont eu la chance de s'en sortir en ayant un bon boulot , pensent avec amour à ceux qui se battent pour en avoir un !
Il y a un jour qui s'appelle "demain" ...la roue de la fortune peut basculer rapidement ! et on se retrouve à dormir sous un pont comme SDF !
et il ne reste souvent plus que :
"Le suicide, c'est épouser la solitude et vivre avec elle infiniment !" (Thérèse B. Bayol)

2.Posté par Thierry le 15/08/2012 10:15
Oui, c'est surtout ça les contrats aidés, une seconde chance qui est donné à des personnes qui ont été descolarisée trop tôt de trouver une nouvelle porte de sortie. Et ça marche... Beaucoup de bénéficiaires s'accrochent... Mais là, c'est la fin ... et les associations, des employeurs de pas moindres imprortance après l'artisanat... vont devoir plier bagages...

Le changement tout de suite, c'est ça aussi ... La destruction d'une société qui a mis plusieurs années à se construire et à construire des projets pour une meilleur cofésion sociale... L'avenir est à GAUCHE devant nous ... Il est ROSE ... mais pas ROSE ... sinon ce mouvement n'existerait pas... et la population continuerait son train de vie.. la rentrée se serait faite normalement...

Les contrats aidés sont de réels emplois .... et pas moins qu'un poste de fonctionnaire ... dans les 2 cas, c'est l'Etat qui paye ... et le pire, c'est que même des diplômés en demandent ... Il n'y a pas de travail pour tout le monde... et des familles à nourrir...

3.Posté par oceane le 15/08/2012 10:41
Si les collectivités ont besoin de ces contrats aidés au point de refuser d'ouvrir les écoles parce qu'elles n'ont pas eu assez de ces contrats aidés, ça prouve, qu'il faudrait créer de vrais postes de travail car à toutes les rentrées et tous les ans, il faut des personnes pour accueillir les enfants! Au lieu de construire des super stades de foot à ste-suzanne, des pôles connerie à saint-denis et d'avoir des projets au-dessus de leur moyen et qu'il faudra encore piocher dans la poche des citoyens, pourquoi les hommes politiques ne s'attaquent-ils pas aux vrais problèmes et cessent de jeter de la poudre aux yeux pour des projets gigantesques qui concernent des loisirs? Un petit stade de foot sans prétention et la création de véritables emplois pour accueillir nos enfants, par exemple! Faudrait apprendre aux maires à gérer l'argent de la commune avec intelligence comme ça ils éviteraient de racketter les citoyens pour leur projet à la con!!!

4.Posté par ali baba le 15/08/2012 10:44
Combien de ces contrats aidés trouvent un véritable travail par la suite? Ou peut-être sont-ce des abonnements aux contrats aidés par la suite!

5.Posté par Tonio le 15/08/2012 08:58
Il faut avoir une vision annuelle et non semestrielle. Si on a un budget annuel de 100€ pour quelque chose et qu'on consomme 70€ au premier semestre il y a une baisse du budget pour le second ...

6.Posté par Thierry le 15/08/2012 22:48
@ Tonio ... ne révez pas ;.. le problème est politique ... Un gouvernement de gauche succède à un gouvernement de droite ... et n'est pas compétent ... Les contrats en nombres et en argent étaient dispo ... sauf qu'il convenait de casser un travail entrepris ... Mais qui c'est qui trinque, ??? Toujours les mêmes ... la classe d'en bas ...

L'éducation fait la une ... dans quelques jours ce seront les agents qui nettoyent les routes ... bien plus nombreux en nombre ... les portes du Pôle Emploi seront trop étroites pour les accueillir ...

7.Posté par NON! le 16/08/2012 05:32
Allons allons, Thierry, Noe, on le sait que vous pleurez votre bon Sarkozy mais de là à nous faire gober vos salades...
La durée d'un contrat aidé est la plupart du temps de mois pile poil la durée nécessaire pour obtenir des allocations chômages.
Que croyez-vous? Que ces contrats amènent au durable? que les "heureux bénéficiaires militants" sont formés pendant les 6 mois?
Que dalle!
Je travaille dans une commune de l'Ouest avec des personnes en contrats aidés. Après 6 mois c'est retour à la case mais avec allocations chômage. Quelquefois, je suis surpris de retrouver 12 mois plus tard une des personnes avec laquelle j'avais travaillé qui, après avoir été inactif est repris en contrat aidé.
Ces personnes arrivent un matin, personne ne sait où les affecter, elles échouent dans un service pour rendre des menus services, archiver, saisir, copier, transmettre le courrier interne. Certaines balaient un quartier, coupent trois branches à un bougainvillier, d'autres déplacent un tas de matériel réformé (photocopieuse, vieux papiers non archivable, mobilier de bureau défectueux...). D'autres encore lavent les nouvelles voitures achetées par la commune.
Une semaine avant la fin de leur contrat, elles ne savent pas si elles vont être prolongées, pérennisées ou bien revenir à leur situation d'inactif.
Alors oui, le problème est réellement politique, ces contrats aidés c'est de la chair bien malléable pour bourrer les urnes aux prochaines élections locales.
Il faut créer une division à pôle emploi pour gérer ses contrats aidés. Une collectivité veut un contrat aidé, elle envoie une vraie fiche de poste et les actions de formation, pérennisation prévues et là, pôle emploi choisit un candidat qui correspond au profil. Pas de magouille, pas de favoritisme et une vraie réflexion de la part des collectivités qui souhaitent embaucher

8.Posté par Thierry le 16/08/2012 08:58
@ 7 ... Votre vision et la mienne vont complémtement à l'opposer ... et il suffit de travailler dans le bon sens ... celui de répondre de ses obligations quand on emploie des contrats aidés ... et on a ensuite plaisir à les voir occuper un vrai emploi...

A ce jour, les débats politiciens sont rangés au placard ... c'est le travail qui compte ... il y des des failles et des dérives mais certains peut-être rares s'aventurent à être différents... et quand un travail est entamé et qu'il se voit, sur fond politique cassé, la population "d'en bas" EST EN DROIT DE SE FAIRE ENTENDRE...

Pleurez, décidément... l'arme fatale ... surement la vôtre ... et la contemplation aussi ... me semble-t-il ... C'est ce qui nous différencie ... Désolé, vous vous êtes trompé de cible...

9.Posté par NON! le 16/08/2012 10:20
"Les débats politiciens sont rangés au placard" elle est bien bonne!
C'est justement le principal problème, les contrats aidés ne doivent pas être entre les mains des seigneurs locaux.
Maintenant, il serait bon de me dire cher Thierry à quel moment voyez vous des pleurs ou de la contemplation dans mon post n°7?

La soit-disant population "d'en bas" est manipulée et si l'on peut donner du travail tout en stoppant cette manipulation abjecte autant pousser à cela et ne pas s'arrêter à "donn a nou travail"

10.Posté par Thierry le 16/08/2012 11:46
@ 9 ... vous avez la mémoire courte ... c'est vous qui m'avez accusé de pleurer ... et sur fond "d'échec électoral" ... vous nous faites une "bien bonne" ...

et comme vous dites la gestion des contrats aidés doit être "entre les mains des SEIGNEURS de Métropole" mieux de Guadeloupe... plutôt que locaux ... C'est chose faite ... et c'est pour cela "notre classe d'en bas" est aujourd'hui dans la rue...

Et par contemplation, par vous, c'est effet quand vous voyez et regardez les mêmes gens revenir à la case départ ... moi, je travaille à créer l'inverse ... ce qui nous différencie ... Mais il est illusoire et mensonger de dire qu'il sera possible de pérenniser tous les emplois ... comme l'a dit (mais pas fait sieur Hollande) sauf à la communiste ...comme le voudrait Hollande ... d'ailleurs il a commencé en augmentant les frais de notaire ... et c'est la classe moyenne qui en fait les frais...

La gauche tue la classe d'en bas... ensuite y passe la classe moyenne et au final ne resteront que les riches ... C'est ça la gauche ... que l'on voit dans TOUS les pays COMMUNISTES ... et dictatoriaux...

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales