Politique

Le conseil municipal du Tampon sauve temporairement l'AGCME


Le conseil municipal du Tampon sauve temporairement l'AGCME
Hier, le conseil municipal du Tampon avait des airs de cour de récréation. Les parents s'étaient déplacés nombreux avec leurs enfants pour une séance exclusivement destinée au dossier des crèches. Les élus ont entériné une subvention de 99.750 euros afin de sauver l'AGCME, au moins temporairement.

Un peu plus tôt dans la journée, le tribunal de commerce avait exigé le vote d'une subvention permettant de garantir le paiement des salaires des employés pour le premier trimestre 2012. Pour l'heure, deux scénarios sont privilégiés pour la reprises des crèches : celle de la Croix-Rouge et celle du CCAS. A priori, Paulet Payet n'était pas favorable à cette dernière solution mais les 28 élus de la majorité et le collectif de parents ont mis la pression pour l'imposer.

D'ailleurs, hier soir, les élus étaient plutôt conciliants. Même si l'opposition socialiste à rechigner à voter une subvention qu'elle juge "déraisonnable", elle l'a fait pas solidarité envers les parents et les salariés. L'ensemble des élus a donc consenti à voter cette subvention malgré une procédure de délibération discutable puisque l'affaire votée ne correspondait pas à celle pour laquelle les élus étaient convoqués, à savoir le principe d'un accompagnement financier de la commune pour un éventuel repreneur.

Paulet Payet a évoqué l'union sacrée pour justifier que les conseillers municipaux, toutes tendances confondues, se soient mobilisés pour sauver les crèches de la commune.

Le parachute doré du directeur

A la fin, du conseil municipal et bien qu'il ne soit plus élu au Tampon, Jean-Jacques Vlody est intervenu pour s'adresser aux parents et aux salariés de l'association qui, de leur côté, ont prévenu qu'ils resteraient mobilisés.

Une autre polémique concerne le contrat du directeur de l'AGCME qui contiendrait une indemnité de licenciement conséquente. Beaucoup qualifient cette clause de "parachute doré" et soupçonnent que cette situation soit à l'origine du fiasco puisque selon plusieurs informations concordantes, l'AGCME aurait dû déboursé près de 200.000 euros pour licencier son directeur, à moins que l'association ne soit finalement liquidée...

Mercredi 4 Avril 2012 - 11:27
Lilian Cornu
Lu 1348 fois




1.Posté par contribuable le 04/04/2012 13:19
comment de telles "associations" peuvent aussi mal gérer et sans contrôle financier. une vraie dilapidation d'argent public. il est temps que cela s'arrête, et le pire c'est que ce type de cas n'est pas nouveau, voir l'arast

2.Posté par respect pour nos enfants pas de récupération politique le 04/04/2012 13:49
présent hier soir au conseil municipale pour soutenir ma petite fille qui se trouve a la creche
j ai été un peu surprit de voir jean jacques Voldy de faire de la récuperation poltique apres la réunion du conseil municipale
il a pas ordre a donné voir exp de arast

3.Posté par rolande le 04/04/2012 13:52
c 'est qui c est homme bras croisé autour du conseil municipale
je pensé que il avait plus au Tampon

4.Posté par linda le 04/04/2012 21:29
bravo pour unanimité aux elus du conseil municipale pour ce dossier

5.Posté par cp le 04/04/2012 22:11
à post2 - quelle récupération politique!!!; effectivement grâce à l’opposition socialiste e, il y eu récupération ses erreurs manifestes de gestion de TAK, Didier Robert et Paulet Payet et vous voulez que la gauche se taise , c'est du n'importe quoi et franchement je ne vois pas en quoi il y a atteinte au respect des enfants - l’atteinte ,elle vient du trio de droite Tqui au fil du temps dont l' incompétence (parce que tous ont administré ces crèches) a conduit à cette situation désastreuse - ce sont eux qui ont manqué à leurs devoirs -

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales