Société

Le combat des policiers municipaux? Des armes et plus de moyens


Le combat des policiers municipaux? Des armes et plus de moyens
Police nationale et municipale, la surveillance est renforcée aux abords des lieux de culte en métropole, les autorités craignant la survenue d'attaques en réaction à l'arrestation de 12 islamistes.

A la Réunion, la notion de risque n'est pas la même. Pour autant, des gardes statiques effectuées par des policiers municipaux relancent la polémique de l'armement de ces derniers, ici comme ailleurs. Munis dans le meilleur des cas d'un gilet par balles ou d'un bâton de défense, mais très souvent d'un seul stylo - et de courage -, les policiers municipaux se retrouvent à assurer des rondes, de jour comme de nuit, sur des lieux considérés comme dangereux. Sous-armés et non formés aux gardes statiques, comment peuvent-ils, en cas d'incident, protéger les usagers et se protéger eux-mêmes?

Les syndicats interpellent les maires, garants de leur sécurité: "Donnez nous les moyens d'assurer nos missions". Pour Jean-Louis Del Pistoia, délégué départemental de l'USPPM, "les maires, à la Réunion comme en métropole, engageant les policiers municipaux dans de telles missions, ne doivent pas oublier qu'ils se doivent de prendre toutes les mesures pour que les agents exercent pleinement leurs missions et en toute sécurité".

"N'attendons pas que les maires fassent une belle oraison funèbre…"

Donc soit les policiers municipaux se voient dotés des mêmes moyens de protection et de défense (gilets pare balle et armes à feu), soit ils sont tous désarmés et se cantonnent uniquement aux missions relatives au stationnement et ont des prérogatives similaires à celles des Agents de Surveillance de la Voie Publique… Voilà le message que les syndicalistes continuent à lancer, prêts, en cas d'incident, à se retourner pénalement contre le maire.

En attendant, parce que les policiers municipaux n'ont pas le droit de retrait sous peine d'être accusés de faute professionnelle grave, ils vont au "front" partout où on leur demande… en espérant de ne pas tomber sur un forcené, un délinquant ou quelconque personne dangereuse prête à s'en prendre à celui qui n'a d'autres caractéristiques que le mot "police" gravé dans son dos.

Au total depuis le début de l'année, on dénombre 66 blessés au niveau national dans la police municipale. "Des vies sont engagées", rappelle le syndicaliste qui se souvient encore de l'affaire Aurélie Fouquet, jeune policière municipale tuée dans une fusillade en banlieue de Villiers sur Marne. "N'attendons pas que les maires fassent une belle oraison funèbre…", conclut Jean-Louis Del Pistoia.
Mardi 16 Octobre 2012 - 15:11
Lu 1836 fois




1.Posté par tonton le 16/10/2012 15:55
ils ont raison !
Pas besoin de se laisser flinguer par nimporte quel petit deliquant armé !

2.Posté par John Galt le 16/10/2012 16:02
c'était pas des gardes champêtre avant

3.Posté par USPPM le 16/10/2012 16:47
@John Galt
Apprenez, monsieur, que le sujet est suffisamment grave pour ne pas le tourner en dérision car il s'agit de vies humaines qui sont engagées pour le "bien vivre" de tous sur un plan local et national, Qu'importe le nom qu'on leur donne : policier nationaux, municipaux, gardes champêtres ou gendarmes, leurs missions ne sont pas toutes sans danger.

4.Posté par John Galt le 16/10/2012 17:08
3.Posté par USPPM le 16/10/2012 16:47 | Alerter

en créant une milice au ordre des Maires
merci mais l'on a pas besoin d'une 3 eme police

5.Posté par piment le 16/10/2012 21:13
John GALT la police municipale fait complètement partie de la chaine judiciaire depuis 2000 sous la direction du Procureur de la République. Les procès-verbaux rédigés ont la même valeur que ceux d' de la Police Nationale : La formation du policier municipal est d un très bon niveau depuis quelques années dispensée par des CNFPT avec des formateurs gendarmes, policier national, magistrat etc....
La 3 ème police est déjà là, vous n avez rien compris John GALT mais il y a une seule justice en France fort heureusement

6.Posté par fredo le 16/10/2012 21:34
ils n'ont qu'à faire l'école de police si ils veulent un flingue et puis la situation d'insécurité n'est pas identique qu'en métropôle. ici on a les gendarmes , la police après ,on va les voir en cow boys en ville

7.Posté par maréchaussée le 17/10/2012 07:16
Faisons-en une police de proximité avec des missions adéquates. Laissons à la police
nationale les missions présentant des risques. Cette police dite municipale ne devrait pas
se substituer à la police dite nationale. Elle devrait avoir des missions clairement identifiées
(et aux risques minimes) dans la commune ... comme le respect de la loi par tous les citoyens.
En regardant autour de nous, il y a beaucoup de boulot !

8.Posté par anonyme le 17/10/2012 09:02
Mr le syndicaliste çà fait longtemps qu'on ne vous entend plus... Et revoilà que vous remettez une autre couche.... Armement, Armement, plus de moyens humains et matériels.... Vous ne croyez pas que vous coutez assez cher aux collectivités... La population veule la gendarmerie et la police nationale... On ne veut pas des cow-boys et des gigolos qui cassent le sucre sur le dos de leur camarade..

9.Posté par John Galt le 17/10/2012 10:09
marre de voir les impôts locaux augmenter pour payer des gratteurs de cul

10.Posté par PM17 le 17/10/2012 12:24
La police municipale est déjà une police de proximité. Aucune mission, même dite de proximité n'est sans risque. La police municipale est belle et bien la 3eme force de sécurité intérieure. Elle était la bien avant la police nationale qui a vu le jour sous le régime de vichy quand la police municipale a été étatisée. Et pour finir, si je comprends bien certains commentaires, les gendarmes et policiers nationaux c'est des vrais, compétent et formés alors que les municipaux c'est des faux, sans formation qui se prennent pour des vrais. Il faut savoir qu'aujourd'hui une grande partie des effectifs qui composent la police municipale sont des anciens gendarmes ou policiers nationaux. Alors, quand ces derniers étaient en gendarmerie ou en police nationale s'étaient des vrais bien formés et maintenant ce sont des cow-boys, gigolos sans formation et qui n'en branle pas une à qui il ne faut surtout pas donner une arme........ ça me fait sourire. Concernant la formation des municipaux, l'essentiel a déjà été dit dans un autre commentaire, donc je ne m'étalerais pas.

11.Posté par VERIDIC le 17/10/2012 15:52
A PM 17
Il faut savoir que quand un gendarme et un fonctionnaire de la PN est affecté ou en détachement dans une police municipale, je peux vous dire qu'ils ne sont pas les bienvenus dans ce service par rapport la catégorie de l'agent affecté ou en détachement. C'est à dire agent de la PM il est en catégorie C tandis que un fonctionnaire de la PN un gardien de la paix est en catégorie B mais je ne sais pas si çà a été appliqué.

12.Posté par USPPM le 17/10/2012 18:59
Chers internautes
Certains commentaires sont comme à l’accoutumée dénués de bon sens, sans pouvoir répondre à tous les détracteurs de la police municipale je m'adresserai qu'a certains d'entre eux, qui n'ont pas le courage d'aller au bout de leurs raisonnements, quant aux anonymes au vu de leurs commentaires ciblés et dignes des brèves de comptoirs je ne répondrai pas .
Les policiers municipaux coutent cher ? a combien estime t-on le "bien vivre" ou la sécurité ?,
La police municipale et ses missions ont évolué, cette 3e force intérieure est devenue une composante incontestable de la sécurité en France, Grâce aux conventions de coordination, elle est un plus non négligeable aux forces étatiques par son rôle de proximité mais aussi de dissuasion, elle est donc une force complémentaire et non pas de substitution, encore faut-il lui donner les moyens matériels d'assurer ses missions inscrites dans l'article L 2212-2 du Code Général des Collectivités Territoriales(qui ne date pas d'hier soit dit en passant) Les agents de la SUGE et d'autres administrations sont-ils des "cowboys" sous prétexte d'être dotés de moyens de protection et de défense ? Faut-il attendre un nouveau drame pour réveiller les consciences ?
Les policiers municipaux exécutent les missions inhérentes à leurs fonctions et risquent de voir leur intégrité physique menacée parce qu'ils sont les représentants de l'ordre public au niveau local.
Non seulement ils entretiennent de bons rapports avec les policiers nationaux et les gendarmes mais force est de constater qu'un grand nombre de membres de ces institutions sont venus rejoindre leurs rangs.
Bref, la police municipale est une force de sécurité locale, tout comme l'est un maire agent de l'Etat dans une fonction publique décentralisée.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 5 Décembre 2016 - 09:32 Saint-Pierre: Un requin bouledogue prélevé

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales