Politique

Le combat de Monique Orphé pour faire du dispositif des contrats aidés une réussite


Cet après-midi, la commission de transparence pour les contrats aidés se réunit à l'occasion d'une séance extraordinaire en préfecture. Monique Orphé a fait un point presse quelques heures avant la tenue de cette réunion, initiée à sa demande, . "Quels sont les freins à la consommation des contrats aidés? Comment faire évoluer la situation? J'aimerais, que tous ensemble, nous soyons créatifs et force de propositions", avance la députée socialiste.

Rappelant que 21.000 contrats aidés ont pu être consommés sur l'année 2013, Monique Orphé refuse de croire que les collectivités ne peuvent tout à coup plus participer à l'élaboration de ce dispositif: "C'était possible en 2013 et plus cette année? Je sais qu'il y a eu des élections entre-temps mais enfin… Certains se justifient en évoquant la baisse des dotations de l'Etat. Mais ces restrictions existent depuis maintenant 5 ans, alors que nous n'étions pas encore aux affaires ! A l'inverse, si les dotations de fonctionnement baissent, l'Etat a fait en sorte de favoriser l'investissement par le biais de plusieurs actions. Il s'est par ailleurs engagé à réduire la part de dépenses des collectivités à hauteur de 10% sur le dispositif contrats aidés. Alors je demande qu'on m'explique", s'insurge-t-elle.

Monique Orphé fourmille d'idées pour faire du dispositif des emplois aidés un succès. Elle entend, par exemple, appuyer la demande du président de la Chambre de Commerce et d'Industrie de la Réunion, Ibrahim Patel, pour favoriser l'ouverture des contrats aidés aux TPE de moins de 10 salariés du commerce "en évitant les effets d'aubaine, dans un cadre bien précis".

Un fonds de solidarité pour le Contrat Initiative Emploi

Monique Orphé va également proposer la semaine prochaine, à l'occasion du débat sur la loi de finances et sous forme d'amendement, "la création d'un fonds de solidarité pour l'insertion des chômeurs de longue durée qui bénéficient du CIE (Contrat Initiative Emploi)". Pour financer ce fonds, Monique Orphé imagine plusieurs sources dont une taxe (sur les boissons alcoolisées et sucrées) pour participer à la formation et l'insertion "de ces personnes très souvent abîmées". Ce fonds pourrait être confié au Pôle Emploi selon la députée.

Enfin, en réponse aux critiques formulées concernant le nombre d'emplois aidés à Saint-Denis, "nous avons pris nos responsabilités. 150 contrats aidés sont notamment embauchés directement par la mairie, et nous allons bientôt pouvoir agrandir ce quota. Mais qui de mieux qu'une association pour accompagner les personnes, leur proposer un véritable projet professionnel?", suggère-t-elle.
"Je vais plus loin. J'aimerais que les contrats aidés ne soient plus du tout gérés par les communes qui ont déjà bien à faire avec le personnel communal. Alors musclons le Pôle Emploi et confions lui la gestion de l'ensemble de ces contrats", propose encore Monique Orphé.

Et de conclure: "Nous avons les dispositifs nécessaires, il nous suffit de les utiliser à bon escient. Nul besoin d'aller encore créer des GIP et autres structures générant des frais supplémentaires".
Vendredi 7 Novembre 2014 - 14:03
Lu 661 fois




1.Posté par poko le 07/11/2014 14:14
stop au ps

2.Posté par BLUESHARK le 07/11/2014 14:15 (depuis mobile)
C'est en fin d'année que vous manifestez@ laissez moi rire!

3.Posté par véridik le 07/11/2014 14:39
"Quels sont les freins à la consommation des contrats aidés?

c'est simple, si tout était consommé d'un coup, il n'y aurait plus rien à distribuer juste avant les élections pour boucher encore les yeux du créole ...

Faut pas avoir fait l'uni pour comprendre ça...

4.Posté par PNC le 07/11/2014 15:25 (depuis mobile)
et les CDD en postes depuis des années dans l entreprise a qui on a jamais proposer de CDI, et bien ils se font passer devant par ces contrats aidés parce que moins de charges pour l employeur et rien d illégal. Vous trouvez ca normal?!

5.Posté par David Asmodee le 07/11/2014 15:31
Ça fait deux ans et demi qu'elle se pose la même question.

6.Posté par Citoyens de st denis le 07/11/2014 17:06
LA MUSIQUE DU PS LE DISQUE TOURNE TOUJOURS FAUT L ARRÊTÉ

7.Posté par con tribuable informé le 07/11/2014 17:14
Contrats aidés avec nos impôts est-ce la méthode pour réduire les déficits publics ???

8.Posté par alix sery le 07/11/2014 20:21
je suis un sympathisant du PCR, j'ai beaucoup d'admiration pour les luttes de ce parti et pour monsieur Paul Verges et tout ce qu'il fait pour La Réunion. Mais sur saint-denis j'apporte mon entier soutien au maire gilbert Annette et à monique Orphé. c'est de loin la meilleure et la plus sincère parmi les députés PS. elle est vraiment issue et proche du peuple, elle est franche et surtout elle mène les bons combats , ceux qui concernent la population. Votre combat sur les emplois aidés et vos propositions sont pertinentes, madame Orphé, continuez ainsi, on se reconnait dans vos luttes, tienbo, larg pa!

9.Posté par Balcon le 07/11/2014 21:11
Lors de sa conférence d'hier le président a pourtant indiqué qu'il s'engageait à ne pas créer de nouvel impôt en 2015 .
M Orphé ne l'a peut être pas entendu ou peut être est elle en désaccord avec le chef de l'Etat , à moins qu'elle considère qu'une taxe n'est pas un impôt !

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales