Société

Le collectif "P'réserve notre récif" demande plus de moyens pour la Réserve Marine

Suite au rassemblement et la chaîne humaine réalisés samedi dernier sur la plage de l'Ermitage en soutien à la Réserve marine, le collectif P'réserve notre récif, a l'origine de la manifestation, revient sur les raisons pour lesquelles la réserve doit être maintenue. Il demande davantage de moyens pour restaurer au plus vite le milieu marin, sans quoi les attaques de requins ne s'arrêteront pas. Voici leur communiqué:


"NOU PARTAZ LA MER

Humilité, respect, tolérance, tempérance, solidarité … autant de valeurs communes qui nous rassemblent, femmes et hommes de mer. L’océan est notre élément ; le trait commun qui nous rassemble, tous, sans distinction, que nous soyons plongeurs, apnéistes, surfeurs ou simples baigneurs, que nous pratiquions la voile, le kitesurf, le paddle, la photographie ou la pêche et toute autre activité nautique.

" p’RESERVE notre récif " est un mouvement lancé spontanément par un collectif réunionnais qui a à coeur de défendre son patrimoine naturel, économique et culturel. L’île de La Réunion est bordée sur sa côte Ouest par des récifs coralliens. Sièges d’une biodiversité remarquable -plus de 3500 espèces - ces récifs constituent une protection naturelle contre les assauts de la mer et ont permis le développement des zones balnéaires de l’île. Leur existence et leur préservation permettent à l’activité humaine de se développer durablement.

La Réserve Nationale Naturelle Marine de La Réunion a été créée il y a huit ans pour répondre à une urgence écologique, économique et culturelle : la dégradation de l’écosystème marin. Convaincus que cette aire marine protégée était une chance pour l’île, les pouvoirs publics ont ainsi fédéré leurs forces. Or, la crise que traverse notre île, consécutive aux attaques de requins de ces dernières années, a fait vaciller cette union.
C’est pour répondre à cette alerte que le collectif " p’RESERVE notre récif " a été lancé, et qu’il a été rejoint par des centaines de voix, d’ici ou d’ailleurs, en quelques jours. Ce collectif ne jette le discrédit sur personne.

Il est composé de représentants de la société civile qui réclament des solutions territoriales durables partagées. Ce collectif estime qu’au lieu de diviser et d'opposer les usagers de la mer entre eux, la crise requin devrait au contraire rassembler avant tout la communauté maritime autour d’une cause commune, celle de ne plus avoir à subir ces drames.

Cette obligation de résultat, chacun la doit avant tout aux victimes, à leurs familles et à leurs proches. Se rassembler autour d’un objectif partagé, celui de parvenir à travailler tous ensemble pour sécuriser les activités, quelles qu’elles soient, sécuriser les pratiquants mais aussi l’économie de l’île.

Dans ce contexte, la Réserve marine est en première ligne et son rôle et fondamental. Un milieu en bon état de santé est le premier rempart contre les attaques et la première des préventions. C’est aussi un atout pour l’attractivité bleue et la sauvegarde de nos pratiques traditionnelles.

L’urgence est donc toujours la même : il faut sans tarder restaurer le milieu marin. La Réserve marine doit pour cela disposer de moyens et de ressources durables. Elle a d’abord besoin des acteurs de la terre car seule, elle ne peut rien. Les élus, sans distinction, doivent pouvoir se rassembler pour lutter efficacement contre les facteurs des dérèglements du milieu (rejets d’eaux usées, déchets, urbanisation grandissante, aménagements, etc). La Réserve marine a ensuite besoin d’avoir les moyens humains de mener à bien ses missions de gestion, de connaissance, de surveillance, de police, de sensibilisation et d’éducation.

Le rôle du collectif n’était pas initialement d'en appeler aux décideurs, mais plus simplement d'exprimer notre soutien à la Réserve marine. Cependant nous constatons aujourd'hui le manque profond de ressources et de moyens (financiers et humains) du Groupement d’Intérêt Public (GIP) de la Réserve Naturelle Marine de La Réunion. Et sans moyen, aucune action n’est possible… C’est pourquoi nous en appelons aux pouvoirs publics pour pérenniser durablement les ressources et les moyens du GIP. Cela lui permettrait d'avoir une meilleure visibilité sur ses missions et ainsi d’entreprendre des actions à plus long terme, profitables à tous.

Le collectif " p’RESERVE notre récif " "

 
Jeudi 30 Avril 2015 - 08:32
Lu 675 fois




1.Posté par GIRONDIN le 30/04/2015 10:19 (depuis mobile)
Vous avez raison, en ce moment l'argent déborde, demandez !
En plus celà concerne toute l'ile.

2.Posté par tradition le 30/04/2015 10:48
a part demander ou plutot quémander de la tune,es que l'ile sait faire autre chose?je sais pas produire?

3.Posté par nico le 30/04/2015 16:48 (depuis mobile)
1 000 000 € de budget annuel, c''est déjà pas mal. ... la question serait plutôt de savoir si cet argent est bien dépensé. ... je n''accuse personne mais avant de demander plus, il faudrait déjà voir si le million est utilisé correctement. ...

4.Posté par Ta le web coco le 30/04/2015 20:39
http://www.reservemarinereunion.fr/

5.Posté par tectec le 30/04/2015 21:44
Bof.. je préfère 1 000 000 investis pour la Réunion que 10 000 000 pour 400 surfers

6.Posté par osons ! le 30/04/2015 22:52
les moyens sont à mettre dans les STEP, le développement d'une agriculture sans pesticide, dans le traitement des rejets des élevages...

faut traiter en amont..et non seulement en aval les problématiques du lagon..

7.Posté par osons ! le 30/04/2015 22:53
par ailleurs, encore un collectif qui devrait aller prendre des cours de créole...la pollution de "zoreils bobo" dans l'écriture créole fait peine à voir...

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 10:02 Cap requin: Trois requins prélevés

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales