Société

Le chômage en baisse de 1,6% au mois d'avril à La Réunion


Encore un recul du chômage à La Réunion.

Selon les chiffres dévoilés hier par la Directe, le chômage est en baisse de 1,6% en avril par rapport à mars dans notre département. La Réunion compte 158.080 chômeurs inscrits à Pôle emploi, toutes catégories, soit 2.170 chômeurs en moins.

Après trois hausses consécutives (décembre, janvier et février), il s’agit de la seconde baisse mensuelle consécutive dans notre île, avec -1,3% en mars.

À La Réunion, le nombre de demandeurs d’emploi tenus de rechercher un emploi, ayant ou non exercé une activité dans le mois (catégories A, B, C), s'établit à 158 080 fin avril 2016. Ce nombre baisse de 1,7 % sur un mois (soit –2 690 personnes), de 1,9 % sur trois mois et progresse de 0,4 % sur un an.

En France (y compris Dom), ce nombre baisse de 1,1 % sur un mois, de 1,2 % sur trois mois et progresse de 1,0 % sur un an.
Jeudi 26 Mai 2016 - 07:28
Lu 1306 fois




1.Posté par Veridik le 26/05/2016 09:45 (depuis mobile)
Encore des chiffres bidons.
Combien de radiations pour convocation reçue après la date de convocation chez pôle ?

Les entreprises ne recrutent plus., ou alors il faut avoir moins de 25ans et/ou porteur de handicap...

C'est la triste réalité

2.Posté par Pierre Balcon le 26/05/2016 09:55
Ces statistiques brutes et brutale ne veulent plus rien dire .
Considérez donc 2 autres postes :

1- d'abord les chômeurs de catégorie D , catégorie qui recense les demandeurs d'emplois que l'on case en formation "bidons" improvisées pour faire baisser artificiellement les chiffres du chômage ( c'est le but des 500 M€ débloqués par le gouvernement avant les élections et ceux de catégorie E ou l'on recense les emplois aidés .

2- les sorties par radiations d'office ( par Pôle Emploi ) ou pour défaut d'actualisation .

C'est ce défaut d'actualisation qui témoigne de la démobilisation des citoyens pourtant en âge de travailler et qui se retirent du marché du travail , faisant ainsi baisser ce que l'on appelle le taux d'activité ( rapport entre la population active , au travail ou au chômage , et la population en âge de travailler - c'est à dire tous les citoyens entre 16 et 65 ans ) .

Ce qu'il y a d'étonnant c'est que les journalistes , dont ce devrait pourtant être le métier et qui sont payés pour ça, beaucoup grâce à nos impôts, ceci expliquent probablement cela , se rendent complice de la techno structure politico- administrative en ne donnant aux spectateurs lecteurs aucune grille de décryptage .
Ils participent donc à la manipulation . Mais ça on le savait déjà .

Autre chose aujourd'hui les Echos nous apprennent que le gouvernement s'est enfin ému des délais de traitement des affaires aux Prud'hommes , délais qui dépassent parfois 4 ans . Et que fait pendant ce temps là le salarié licencié ? Il vit de quoi ?
Tiens donc ! hier on nous disait que les licenciements étaient tellement favorables aux salariés que les employeurs hésitaient à embaucher .
Si j'avais le temps je vous expliquerais comment se passe réellement un licenciement ( c'est facile et brutal ) et combien touche réellement ( en moyenne car il y a des statistiques officielles la dessus ) ce salarié licencié au titre de son indemnité légale ou supra légale ( c'est le sujet de la loi El Khomeri ) . Une misère ! et c'est ça qui obsède nos socialistes

3.Posté par Pierre Balcon le 26/05/2016 13:57
Complément d'analyse au niveau national

6 429 900 privés d'emploi et travailleurs occasionnels officieux, toutes catégories confondues, + 4 030 000 environ d'invisibles qui n'entrent pas ou plus dans les statistiques officieuses ( chiffres détaillés bas de page ).

Total : + de 10,46 MILLIONS de chômeurs en France (fourchette basse), et autant de pauvres largement sous les seuils de pauvreté.

Radiations des listes A,B,C,(D,E) de Pôle Emploi par motifs, moyenne mensuelle (basée sur 1 trimestre) de Avril 2016 :

- Défauts d'Actualisation (bugs informatiques + oublis + des découragés non indémnisés) : 238 400, 45,2 % des sorties des listes. (+ 15,6 % sur 1 an)

- Radiations Administratives (les punis) : 46 800, 8,9 % des sorties. (+ 4,5 % sur 1 an)

- Autres Cas (morts, suicidés, emprisonnés, expulsés etc) : 52 500 et 10 % des sorties. (+ 2,5 % sur 1 an)

soit 337 700 radiés des listes (64,1 % des sorties) ce mois (moyenne mensuelle sur 1 trimestre) pour autres motifs que :

- Stages parking : 52 900, 10 % des sorties. (+ 18,6 % sur 1 an)
- Arrêts maladie, maternité, départs en retraite : 39 300, 7,5 % des sorties. (+ 8 % sur un an)
- Reprises d'emploi déclarées : 97 000, ne représentent que 18,4 % des sorties des listes de pôle emploi. ( + 18,4 % sur 1 an )


Demandeurs d'emploi par catégories :

A : 3 511 000 -0,6 % ( - 0,6 % sur 1 an ).
B : 722 200 + 0,3 % ( + 3,9 % sur 1 an ) travailleurs pauvres moins de 78 heures.
C : 1 163 700 - 3,3 % ( + 5,1 % sur 1 an ) travailleurs pauvres de + de 78 heures.

D : 280 600 +2,7 % ( + 1,2 % sur 1 an ) stages parking, occupationnels etc.
E : 422 100 -0,5 % ( +11,5 % sur 1 an ) contrats aidés etc.

TOTAL : 6 099 700 ( données corrigées ), hors DOM TOM, soit + 1,8 % sur 1 an, 51 700 chômeurs de moins, par rapport à Mars.

TOTAL, Dom-Tom compris : 6 429 900

Quelques chiffres qui parlent :

Chômage Longue durée (entre 2 et 3 ans) : + 1,7 % sur 1 an.
Chômage Très Longue Durée + de 3 ans : + 11,3 % sur 1 an.

Chômage des 50 ans et +, + 6,4 % sur 1 an.

1 chômeur inscrit à pôle emploi sur 2 (49,6 %) ne perçoit AUCUNE INDEMNITE, ni ARE (allocation retour à l'emploi), ni allocation de solidarité (ASS, AER)

Offres d'emploi disponibles, dernier chiffre connu : 607 495, environ 150 000 collectées via pole emploi, les autres via des "partenaires" privés, certaines pouvant apparaitre 7 fois, d'autres sont fictives et/ou mensongères (remplissages de candidatures de boites d'intérim, annonces faussement classées en CDI, etc).

Le + scandaleux, LE CHÔMAGE INVISIBLE, complètement en dehors des statistiques :
Ne sont pas comptés dans ces 6 486 100 demandeurs d'emploi et travailleurs pauvres occasionnels :
1 530 000 foyers bénéficiaires du RSA, en effet sur 2 530 000 environ de foyers (dernier chiffre connu) , seuls 1 000 000 environs sont inscrits à Pôle Emploi, les autres bénéficient d'autres suivis (associations, collectivités locales, etc.) en sachant qu'un foyer bénéficiaire, comporte parfois + d'un demandeur d'emploi en son sein, donc si on parle en nombre d'individus c'est pire.
+ encore 1 100 000 au bas mot, sur les environs 2 millions de bénéficiaires de l'AAH ou d'une pension d'invalidité, qui ne sont pas inscrits à Pôle emploi, malgré une aptitude et un désir d'accès à un emploi adapté.
+ encore 1 400 000 de SANS-DROITS, qui sont principalement :

- des jeunes de moins de 25 ans, primo demandeurs d'emploi, qui comme vous le savez n'ont même pas droit au RSA. (quasi unique en Europe), favorisant délits, crimes, trafics, prostitution, esclavagisme moderne, radicalisations etc.
- des sans droits, pour motif, dépassement des plafonds de ressources dans le foyer, exemple, votre conjoint(e) perçoit 700€ d'allocation chomage, ou 807€ d'allocation adulte handicapé, vous n'aurez même pas droit au RSA, car vous dépasserez le plafond couple qui est de 660€ par mois, si vous êtes NON SDF.
- des bénéficiaires de pensions de reversions ( veufs, veuves ) de 55 ans et +, qui dépassent les plafonds du RSA ( 462€ pour une personne seule ), et qui n'ont pas l'âge pour prendre leur propre retraite ou pour percevoir le minimum vieillesse ( 65 ans ) qui s'appelle aujourd'hui "A-S-P-A" (allocation solidarité aux personnes âgées), qui est récupérable sur le patrimoine, au décès.
- des bénéficiaires de pensions alimentaires qui dépassent les plafonds du RSA (plafonds 2 fois inférieurs aux seuils de pauvreté, une véritable honte)
- des étudiants, boursiers ou non, qui cherchent des petits jobs alimentaires, qui sont donc bien demandeurs d'emploi, en concurrence avec les autres (même si beaucoup sont aussi exploités en stages sous payés, voire gratuits).

- des auto-entrepreneurs, qui ne gagnent rien ou presque, et sont demandeurs d'emploi en parallèle.

- on peut parler également de retraités qui cherchent un emploi car leur retraite ne couvre pas les charges fixes pour survivre ( loyer, énergie, assurances, voiture, téléphone, eau, nourriture, santé (lunettes, dentiste ..) incalculable.

Faites le calcul vous même, on arrive au total, à + de 10,46 MILLIONS demandeurs d'emploi en France, et travailleurs pauvres occasionnels.

Sources : Rapport complet de la DARES de 13 pages (et non pas le simple communiqué de presse envoyé aux médias) : http://dares.travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/pi-mensuelle-bvtd0416.pdf

4.Posté par Fidol Castré le 26/05/2016 18:44
Je ne fais plus attention à l'intoxication du gouvernement relayée par les médias de propagande.

Le pays est à feu et à sang, au bord de la guerre civile, les entreprises en faillite, l'industrie totalement détruite, la délinquance est au maxi, le terrorisme devient banal, la pauvreté atteint des records...

Mais tout va bien...

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 14:30 Un train pour valoriser les Outre-mer

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales