Economie

Le chômage disparaît du programme de seconde

Le ministère a communiqué aux éditeurs de manuels scolaires le contenu des nouveaux programmes de l'option SES. Le chômage, mais aussi le capital ou encore la précarité, disparaissent du programme d'économie de seconde à la rentrée 2010. C'est l'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses) qui l'annonce, regrettant que le nouveau programme gomme systématiquement les enjeux économiques et sociaux contemporains.


Le chômage disparaît du programme de seconde
En seconde, une partie des élèves est initiée aux sciences économiques et sociales pendant 1h30 chaque semaine. Au programme actuel, tout un pan de l'enseignement est consacré à "l'emploi, question de société". Il est notamment question de chômage, de précarité, des inégalités de revenu, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail... A partir de la rentrée 2010, les manuels scolaires seront exemptés de toutes ces questions.

C'est l'association des professeurs de sciences économiques et sociales qui l'annonce sur son site : "C'est un éditeur de manuels scolaires qui a fait fuiter" l'information auprès d'enseignants en sciences-éco, explique l'un des membres. Le ministère de l’éducation a communiqué récemment aux éditeurs un projet de programme de Sciences économiques et sociales (SES) pour la classe de seconde, afin qu’ils puissent préparer des manuels pour la rentrée. Ce projet de suppression est donc considéré comme à peu près définitif.

"Un enseignement aseptisé"

L'association déplore que "toutes les questions vives soient impitoyablement pourchassées au profit d'un enseignement aseptisé". Le programme est ordonné en quatre thèmes : "ménages et consommation", "entreprises et production", "marchés et prix", "choix individuels et choix sociaux". Pour les professeurs, les trois premiers chapitres sont cohérents, à l'exception du 4ème qui "résulte manifestement du souci politique de mettre un peu de sociologie en fin de programme".

De manière générale, les sujets abordés sont essentiellement techniques : impact des taux d'intérêt sur l'épargne, par exemple. Exit donc les thèmes relatifs à l'entreprise : la capital disparaît, "il n'est plus question de la décision d'investir", souligne l'association. En outre, le contrat de travail et les relations sociales laissent place aux facteurs de production.

Les professeurs de sciences économiques et sociales appellent dores et déjà tous leur collègues à participer à la manifestation nationale pour l'éducation prévue le 30 janvier prochain où l’ensemble des personnels de l’Education, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche seront réunis.
Mardi 26 Janvier 2010 - 17:41
Melanie Roddier
Lu 3295 fois




1.Posté par jubilation le 26/01/2010 17:48
Afin que notre jeunesse ne connaisse pas les tenants et les aboutissants d'une mauvaise Politique :
AUGMENTATION DU CHOMAGE ET DE LA PRECARITE.
ET SURTOUT LEUR MASQUER LES MEFAITS DU CAPITALISME.

2.Posté par oXo le 26/01/2010 18:10
Ne vous inquiétez pas , il revient après............

3.Posté par Jeff le 26/01/2010 18:59
Illusion perdue! Moi qui croyait que l'Education Nationale était majoritairement de gauche, y compris dans les cadres. On voit bien que pour eux (titulaires) ce n'est pas un "problème", il n'en vive pas les conséquences.

Tout fout le camp. Cette décision est grave car le mécanisme du chômage doit être enseigné pour y trouver des remèdes,


4.Posté par Et après ? le 26/01/2010 19:43
Et après ce sera la crise ?

L'UMP nous a tué et vu et qu'on lui dise merci ?

5.Posté par nounne974 le 26/01/2010 19:46
Quelle malhonnêteté de la part des profs d'éco !!! ça ne me surprend pas d'ailleurs, ils sont souvent les premiers à manipuler les élèves dès qu'il est question d'un mouvement de grève quelconque. L'an dernier, ils incitaient leurs élèves à protester contre un projet de suppression de la section ES par le méchant gouvernement qui veut désinformer le petit peuple. Manque de pot, maintenant que la réforme est effective, ou tout au moins le sera à la rentrée 2010, on sait que TOUS les élèves de seconde (et non plus seulement ceux qui auront opté pour l'enseignement de détermination SES) auront des cours d'économie 1h30 par semaine; la filière ES étant toujours proposée en 1ère et terminale ! On n'a donc pas supprimé l'enseignement économique et social, on l'a généralisé ! J'espère que tous les naïfs qui avaient cru bon de bloquer les lycées l'année dernière seront dorénavant un peu plus méfiants.
En ce qui concerne le programme, il est bien normal que certains chapitres disparaissent du niveau seconde (pour être abordés sur les niveaux 1ère et Tle) puisque le nouvel horaire de cet enseignement d'exploration, je le répète généralisé à tous les élèves de seconde, est de 1h30/semaine au lieu de 4h dans l'ancienne version ...
Arrêtons de prendre les enfants du Bon Dieu pour des canards sauvages !
Allez maintenant on va me dire qu'on a fait exprès de supprimer le chapitre sur le chômage plutôt qu'un autre ... ben voyons, on le sait tous, l'initiation à l'économie ne commence par par l'étude des processus mais par leurs conséquences ...
Tout cela n'est qu'une nouvelle polémique stérile lancée par des gens bouffis de mauvaise foi qui prétendent oeuvrer pour la démocratie et qui ne font que la pervertir.
Au fait je ne les entends pas hurler contre les ouvertures de postes qui vont être nécessaires pour assurer cet enseignement généralisé ... ça fait du bien qu'ils la ferment un peu au moins sur un sujet ! Ah ben normal quand on crée des postes, c'est positif, ils ne risquent pas de relever un truc positif, faut pas abuser quand même !

6.Posté par papapio, ni macro ni géniteur payeur le 26/01/2010 20:13
"gomme systématiquement les enjeux économiques et sociaux contemporains": Remarquez que le refus de faire apparaitre les Lois Paritaires Educatives des Enfants, ne vous a jamais choqué... N'est ce pas ? PMI non plus ?!...

Vous ne vous êtes Jamais insurgés non plus, contre le Refus du Rectorat (Canioni, Fourar), des Inspecteurs, Directeurs et Equipes Educatives, de reconnaitre L'Autorité Parentale des Pères, a l'Ecole De lLa République...

Quand a demander au Profs D'Eco d'accepter de faire apparaitre dans leurs analyses Economique et Sociologiques, le Massacre Sociale et judiciaire des Pères, en leur faisant payer la Monoparentalité Subventionnée et hyper favorisée, là, ne vous en parlons même pas (Paiement des Retraites et repeuplement des départements Francais) Pourtant 1er BUDGET de l'Ile... sgulpp... dificile d'ignorer ça, sauf s'il le FAUT.
1/4 des Foyers Monoparentaux Réunion (52% Guadeloupe)...

Mais ROCHDI et mme LEBON, vous dirons que le sujet n'a jamais été abordé, MEME AUX ETATS GENERAUX DE L'OUTREAU Mère et Malgré les Accusés de Réception...

7.Posté par nicolas de launay de la perriere le 26/01/2010 21:29
pas besoin de l'enseigner, puisque grâce à "papy", ils peuvent au quotidien savoir ce que c'est dans leur entourage...non je déconne, sans doute un des effets de l'annonce d'hier soir de "maître yoda" sur tf1, qui annonce que l'emploi repartira à la hausse d'ici la fin de l'année..

8.Posté par Jesus was a rolling stoned le 26/01/2010 22:11
Une belle leçon de......révisionnisme.....!!!!!

9.Posté par nounne974 le 26/01/2010 23:01
post 8
pouvez vous développer ? il me semble que vous employez un vocabulaire que vous ne maîtrisez pas ...

10.Posté par Jesus was a rolling stoned le 27/01/2010 07:04
Post 9
Et bien le terme est peut être mal choisi, apparemment!!!
mais il me semblait que le chômage, depuis le temps, qu'il dure, appartient à notre histoire, et le faire disparaître des livres serait un peu faire comme si il n'existait pas....c'est un peu tiré par les cheveux....certes.... désolé...

11.Posté par Jesus was a rolling stoned le 27/01/2010 07:07
Le révisionnisme historique (wikipedia)

Pour les historiens, le révisionnisme est un terme sans connotation particulière qui désigne une démarche critique consistant à réviser de manière rationnelle certaines opinions couramment admises en histoire, que ce soit par le grand public (le plus souvent), ou même par des historiens de profession non spécialistes de la période ou du domaine d'études considéré. Il se fonde sur un apport d'informations nouvelles, un réexamen des sources et propose une nouvelle interprétation (une ré-écriture) de l'histoire.

Alors selon vous ?

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales