Faits-divers

Le chef d'établissement réunionnais condamné à six mois avec sursis

Le tribunal correctionnel de Bobigny a condamné l'ancien principal de collège, d'origine réunionnaise, Mohamed Abdallah, à six mois de prison avec sursis. Les enquêteurs le soupçonnaient de s'être lui-même poignardé. Les juges ont suivi les réquisitions du parquet en le condamnant pour "dénonciation mensongère d'un crime".


Le chef d'établissement réunionnais condamné à six mois avec sursis

Le tribunal a donc jugé que l'ancien principal-adjoint du collège Pablo Neruda de Pierrefitte, en Seine-Saint-Denis, avait inventé son agression. En 2007, il était retrouvé sérieusement blessé dans son établissement (lire notre article).

Même s'il a toujours affirmé avoir été agressé, Mohamed Abdallah, 47 ans, était poursuivi pour "dénonciation mensongère d'un crime". Les enquêteurs le soupçonnaient d'avoir simuler une agression. Il a été condamné hier à six mois de prison avec sursis par le tribunal de Bobigny, qui a finalement suivi les réquisitions du parquet.

A l'époque, Xavier Darcos s'était rendu au chevet de la victime pour condamner "cet acte criminel" et Nicolas Sarkozy avait évoqué cette affaire en souhaitant "que toute la lumière soit faite sur les circonstances du drame, afin que les auteurs de cet acte barbare puissent être identifiés et arrêtés".

L'enquête allait pourtant rapidement remettre en cause la déposition de la "victime", il se serait lui-même poignardé parce qu'il ne supportait plus d'être loin de la Réunion et de sa famille. Il espérait ainsi rentrer plus rapidement sur son île.

Lors de l'audience, le prévenu avait déclaré "qu'il n'a pas à prouver d'avoir été agressé. (...) Excusez-moi de ne pas être mort, je demande pardon." Mohamed Abdallah attendait beaucoup de ce jugement qui allait lui permettre, ou non, de poursuivre ses fonctions en tant que principal-adjoint.

Maître Jean-Marc Florand, son avocat, qui avait plaidé la relaxe, estime cette condamnation "inacceptable". Il a annoncé qu'il ferait appel.
Vendredi 1 Avril 2011 - 09:36
Lilian Cornu
Lu 2677 fois




1.Posté par noe974 le 01/04/2011 11:24
Ce n'est pas bien ce qu'il a fait , surtout pour une personne ayant de grandes responsabilités....maintenant il faut payer les conséquences de son acte ...

2.Posté par Benvoyons ! le 01/04/2011 12:33
Lire du noé974 c'est toujours un plaisir assuré.

On dirait Anne Marie Payet faisant la leçon sur la LOOM à Brigitte Girardin au Sénat.

3.Posté par ANIN le 01/04/2011 16:10
Juste une petite précision, M. MOHAMED n'est pas d'origine réunionnaise, il a été affecté à La Réunion comme attaché d'administration, et après avoir sévi au rectorat et à l'université il est parti en détachement sur le poste de principal adjoint, mais il n'est pas réunionnais d'origine, mais comme beaucoup réunionnais pour avoir vécu un peu à La Réunion.

4.Posté par Untel le 01/04/2011 16:46
A Post 1 : Ne parlez que si vous avez une preuve irréfutable, sinon taisez-vous jamais.

5.Posté par Fabrice le 01/04/2011 17:34
M ABDALAH c'est un homme sérieux qui a vécu en métropole pendant plus de 30 ans,il a choisi sa mutation ,il n'y avait pas de raison pour qu'il agisse ainsi .
Le tribunal n'ayant pas de preuve contre lui , lui a infligé une peine symbolique puisqu'il peu reprendre un postetout de suite.
Connaissant ce monsieur ,je peux assurer qu'il est un honnête fonctionnaire.

6.Posté par anonyme fonctionnaire le 01/04/2011 21:55
Fabrice connait M ABDALLAH sous un jour favorable, les juges, les policiers, l'expert médecin et d'autres réunionnais (es) le connaissent sous un autre jour.... Peine symbolique six mois ? Et si la Cour d'appel oubliait les symboles ??

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 4 Décembre 2016 - 08:15 Saint-Paul: Un scootériste décède

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales