Faits-divers

Le centre ville du Port relativement épargné


L'avenue Raymond Vergès comme à chaque émeute est jalonnée de feux de poubelles mais les forces de l'ordre n'iront pas au conflit sur ce secteur
L'avenue Raymond Vergès comme à chaque émeute est jalonnée de feux de poubelles mais les forces de l'ordre n'iront pas au conflit sur ce secteur
Malgré quelques incidents ci et là au cours de la nuit, le centre ville du Port n'a pas cédé à la tentation d'imitation des jeunes manifestants de la Rivière des Galets ou de ceux de l'avenue Rico Carpaye en entrée de ville.

Depuis 18h hier, la compagnie départementale d'intervention était intervenue pour dégager principalement la voie rapide (RN1) au niveau du centre commercial du Sacré coeur.  

Sans surprise, les heurts se sont ensuite poursuivis dans la cité de la Rivière des Galets. Une trentaine de policiers, épaulés par les gendarmes mobiles à 20h30 ont fait se retrancher les manifestants dans les couloirs des immeubles. Le début de nuit a été marqué par des échanges de bombes lacrymogènes contre des jets de pierres ou de cocktail molotov. A minuit, la situation était "gérable" sur ce secteur par uniquement quelques policiers présents. A 1h30, seul un fourgon de police était posté sur le petit rond-point en face des concessionnaires auto. Les gendarmes mobiles ont été appelés en renfort dans la foulée 2 km plus bas, en direction du rond-point des Danseuses.

A peine débarqués sur les lieux, l'assaut vers les poches de manifestants était donné. Les forces de l'ordre n'y ont rencontré quasiment aucune résistance si ce n'est de très dangereux projectiles venus de la pénombre.

Partout ailleurs en centre ville du Port, un calme finalement agréablement surprenant était de vigueur. Le seul écueil qui attendait d'éventuels automobilistes mal informés sur leur itinéraire se trouvait encore du côté de l'avenue Raymond Vergès, celle qui longe les immeubles sociaux allant du rond-point Mac Donald's vers l'Oasis. A 2h du matin, les forces de l'ordre n'avaient pas encore engagé de moyens humains sur ce secteur. L'avenue était (uniquement) jalonnée de feux de poubelles et de galets.

Passé 1h du matin, toutes les craintes venaient de l'avenue Carpaye
Passé 1h du matin, toutes les craintes venaient de l'avenue Carpaye
Mardi 19 Février 2013 - 02:24
LG
Lu 1267 fois



Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales