Faits-divers

Le calvaire d'un parapentiste accroché à une falaise pendant 8 heures


Le calvaire d'un parapentiste accroché à une falaise pendant 8 heures
Un parapentiste a vécu un véritable calvaire ce dimanche. Pendant près de huit heures, il s'est retrouvé accroché au rempart dans le secteur du Nez de Boeuf. L'accident s'est passé aux alentours de huit heures et le parapentiste a été décroché de son rempart vers 16h30.

Les hommes du PGHM (Peloton de gendarmerie de haute montagne) ont été prévenus vers 8h et se sont rendus sur place pour évaluer la situation. Le parapentiste était accroché à 150 mètres du sol sur un des remparts qui surplombent la Rivière des Remparts. Avec des conditions d'évacuation qui vont être très difficiles, le brouillard se mêlant aux opérations de secours.

Il faudra l'intervention d'une autre équipe du PGHM pour venir dégager le parapentiste. A l'aide de treuils et cordes, elle va réussir à dégager le parapentiste bloqué depuis plus de huit heures sur cette falaise.

Evacué vers le CHR de Bellepierre, son pronostic vital n'est pas engagé mais il souffre de multiples fractures. Une enquête va être ouverte pour comprendre les raisons de cet accident rare, mais la météo pourrait avoir joué un vilain tour au parapentiste.
Lundi 28 Novembre 2011 - 06:13
.
Lu 1415 fois




1.Posté par Thierry le 28/11/2011 08:20
Une enquête, je ne comprends pas ????

Dites moi une étude, une analyse de la situation mais pas une enquête... ou alors veut-on inculper le parapentiste ???

On va pouvoir incriminer qui dans cette affaire ? Le vent ? le soleil ? le brouillard ?

Décidément, le dimanche il faut rester chez soi !!!!

Attention requin chagrin, mi veille a ou, le lundi AU SOLEIL !!!!

2.Posté par David ASMODEE le 28/11/2011 17:53
"Décidément, le dimanche il faut rester chez soi !!!!"
Non, accroché sur un rempart, c'est mieux.

3.Posté par BIEBER le 29/11/2011 12:01
ce n'est pas la 1°fois qu'il y'a des accidents dans cette activité sportive,c'est la loi des séries ,attention tout de même

Nouveau commentaire :
Twitter