Politique

Le budget de l'Outre-mer dans le viseur du PS

Ce mercredi, les parlementaires de l'Assemblée nationale discutaient budget de l'Outre-mer. Une fois encore, les députés socialistes, au rangs desquels Patrick Lebreton, n'ont pas manqué de dénoncer un "coup de trop aux économies et aux populations ultramarines". Explications.


Le budget de l'Outre-mer dans le viseur du PS
Après avoir présenté la ministre de la rue Oudinot, Marie-Luce Penchard, comme la "pire avocate de l'Outre-mer au gouvernement", c'était le 6 octobre dernier, le député-maire de Saint-Joseph s'est attaqué au budget de l'Outre-mer ce mercredi soir. Un budget dénoncé en raison de sa diminution et du contrecoup économique visant les populations ultramarines.

"C'est l'indignation qui prend le pas sur la déception..."

"Comme chaque année depuis 2007, la présentation de ce budget s'accompagne d'une grande déception" lançait Patrick Lebreton dans l'hémicycle du Palais Bourbon à l'occasion d'une séance de discussions. "Cette année, c'est l'indignation qui prend le pas sur la déception" poursuivait l'élu de Saint-Joseph après avoir évoqué le principe d'une "sanctuarisation" en matière de crédits affectés au logement social.

Remise en cause des mécanises de soutien fiscal à l'investissement, abandon de l'ambition énergétique, mise à l'écart du logement social seraient ainsi les "symboles les plus manifestes de la capitulation du gouvernement UMP" selon le socialiste "rural" qui n'a pas mâché ses mots en direction de la ministre de l'Outre-mer. "J'aurais aimé participer à la traduction concrète d'un espoir que les états généraux de l'outre-mer aurait dû susciter. J'aurais aimé souligner un premier bilan positif de la LODEOM. J'aurais aimé surtout, madame la Ministre, pouvoir approuver votre action au service de l'Outre-mer. Oui, j'aurais aimé malgré nos divergences" regrettait hier soir le député-maire.

Résultat de ce constat, Patrick Lebreton a proposé au gouvernement qu'il s'attaque concrètement aux "retards en matière d'infrastructure" sans oublier l'emploi, la santé, l'éducation, le logement ou le phénomène de vie chère. "Je crois qu'il est plus que temps de rompre profondément avec un système dépassé et à bout de souffle" pouvait-on entendre sur la chaîne télévisée dédiée au Parlement français.
Evoquant la nécessité de jeter les bases d'un nouvel ordre économique et d'un nouveau modèle de développement, le député du Sud sauvage n'a pas épargné la majorité présidentielle. Pour ce faire, "l'Etat devra avoir un rôle moteur (et) ne plus osciller en permanence entre un assistanat démobilisateur et un lâchage brutal".
Entendez, le souhait du parlementaire socialiste de mettre fin à un système qui "favorise la rente et l'oligarchie financière au détriment de l'initiative..."
Jeudi 4 Novembre 2010 - 07:50
Ludovic Robert
Lu 1496 fois




1.Posté par un seul mot : bravo le 04/11/2010 11:00
Enfin un député et un parti politique qui osent dénoncer le système des exploiteurs qui corrompent et qui humilient les plus modestes depuis des siècles. Bon courage m. lebreton

2.Posté par noe974 le 04/11/2010 11:00
Les socialistes n'ont pas fait mieux dans leur temps .

La critique est aisée , le faire est plus difficile , n'est-ce pas ?

3.Posté par caddy de rhum le 04/11/2010 17:52
La vie chère, la vie chère..... faut pas exagérer, le prix du litre de rhum est au minimum deux fois
moins cher qu'en métropole.
Et un caddy de rhum pour moi !

4.Posté par Blackshark le 04/11/2010 18:47
M LEBRETON gagne combien par mois sans compter le transport et la nourriture gratos...
Je propose de baisser leurs salaires et plus de voyages à l'oeil pour compenser en partie la baisse du budget!

5.Posté par JUBILATION le 05/11/2010 07:36
Donc, les élus du PS s'offusquent ainsi qu'Huguette BELLO de voir l'outre mer mangé à la même sauce que la Métropole. La crise économique concerne toute la FRANCE, même si les richesses sont mal réparties, les budgets ne sont extensibles infiniment.
Rappel, les DOM très subventionnés par l'Etat, vont devoir redistribuer une part du gâteau au futur DOM qu'est MAYOTTE, je ne me souviens plus du vote des socialos et communards sur cette question. Les Retraités Sur-pensionnés de la fonction publique(Suppression de la sur-pension)de la Réunion et de la Guyane, mal défendus par les Syndicats et les partis de gauche s'en souviennent, un manque à gagner en impôts pour ces deux DOM, puisque les Retraités de la Martinique et de la Guadeloupe n'étaient pas sur-pensionnés et évidemment ne le seront jamais. Les Fonctionnaires ne vont pas échapper non plus à la baisse de la sur-rémunération et peut-être même sa suppression en fonction des indices des prix, les prix des produits se rapprochant de ceux de la métropole. Ces rémunérations en moins constituent un manque à gagner pour le Département et la Région, j'ajoute, la diminution du nombre de Fonctionnaires et le gel des salaires de la fonction publique en 2011.
Donc, l'avenir économique de l'Ile de la Réunion, comme des autres DOM, n'est pas Rose, c'est le cas de le dire.
Les Métropolitains souffrent tout autant que les DOM, sinon plus.
Il ne s'agit pas d'une prédiction, mais d'un constat.
Un pays qui ne produit plus et qui importe, et un pays en situation de banqueroute.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales