Culture

Le bharata natyam, à l’origine de la danse traditionnelle tamoule


Le bharata natyam, à l’origine de la danse traditionnelle tamoule
A 25 kilomètres de Chennaï, une école de danse perpétue une tradition millénaire qui a bien failli disparaître : le bharata natyam. Dans la poussière de la route, les motocyclettes virevoltent d’agilité pour éviter les camions qui surgissent du macadam, rugissant au son des klaxons comme autant de monstres défiant les plus habiles conducteurs.


Le bharata natyam, à l’origine de la danse traditionnelle tamoule

Le bharata natyam, à l’origine de la danse traditionnelle tamoule
Le bus file à travers les routes de campagne, les petites échoppes disparaissent dans le rétroviseur, sous l’œil impassible de quelques vaches sacrées indifférentes au brouhaha ambiant, bovidés au flegme tout britannique.
Chennaïe, (l’ex Madras) s’éloigne pour laisser la place à de vastes étendues bordées de palmiers, où de ci de là de grands buldings en construction surgissent de la campagne.


Le bharata natyam, à l’origine de la danse traditionnelle tamoule
L’Ecole Dakshinchitra est à 30 minutes de la capitale du Tamil Nadou. Une école située dans un complexe qui reproduit des bâtisses du siècle dernier dans la plus pure tradition des menuisiers de l’époque. Faites de bois, le toit recouvert de tuiles, ce type d’architecture cède bien trop souvent la place à des immeubles en béton, plus faciles d’entretiens.

Le bharata natyam, à l’origine de la danse traditionnelle tamoule
Un petit goût de paradis dans ce dédale de chemins bordés de flamboyants en fleurs (nous sommes dans l’hémisphère nord). Des artisans sculptent des verreries pour les touristes, et les petites boutiques de souvenirs croulent sous les statues de Krishna et les bracelets en or fin.


Le bharata natyam, à l’origine de la danse traditionnelle tamoule
Vincent Pinault, professeur au Conservatoire Régional de la Réunion (CRR), est notre guide pour l’occasion, lui qui a passé huit années dans l’école la plus réputée d’Inde à Chennaïe.

Dans la grande salle de répétition les artistes prennent place, les hommes torse nus parés de bijoux lumineux, les jeunes filles vêtues de parures étincelantes. La musique résonne sous les boiseries, et les pales des ventilateurs suffisent à peine à rafraîchir la pièce aux murs de briques. Pour un spectacle inoubliable, de grâce, de couleurs et de magie.


Le bharata natyam, à l’origine de la danse traditionnelle tamoule
Originaire du Sud de l’Inde, le bharata natyam est une forme de danse classique dont le nom provient de Bharata, l'Inde et de natyam, le mot tamoul pour danse (en réalité bharatanatyam signifie "danse musique théâtre" intraduisible en français). C'est l'une des plus anciennes danses indiennes. Art martial à la base, elle était liée aux pratiques religieuses dès son origine. Avec le temps, elle fut interdite sous la domination anglaise, mais autorisée dans les comptoirs français dans le Sud du pays.

Le bharata natyam, à l’origine de la danse traditionnelle tamoule
Sauvée, au début du XXe siècle d'un oubli presque total par Rukmini Devi Arundale, qui lança en 1936 la fondation Kalakshetra dans les environs de Chennai. Cette femme, qui défraya la chronique en son temps pour avoir épousé en 1921 un Européen à l’âge de 17 ans, a ainsi joué un rôle majeur dans la sauvegarde de cet art millénaire.
Le bharata natyam est une danse de soliste dont l'apprentissage est très difficile et très long. Souvent enseignée aujourd'hui aux jeunes filles, elle est restée ouverte aux garçons.

Le bharata natyam, à l’origine de la danse traditionnelle tamoule

Le bharata natyam, à l’origine de la danse traditionnelle tamoule

Le bharata natyam, à l’origine de la danse traditionnelle tamoule

Le bharata natyam, à l’origine de la danse traditionnelle tamoule

Le bharata natyam, à l’origine de la danse traditionnelle tamoule
Lundi 17 Juin 2013 - 14:16
Lu 1982 fois



Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales