Economie

Le basculement des eaux présenté aux maires de l'océan Indien


Le basculement des eaux présenté aux maires de l'océan Indien
La visite de notre île et de ses infrastructures se poursuit pour les maires francophones de l'océan Indien. La délégation constituée d'une quarantaine d'élus s'est rendue cet après-midi à Bois-de-Nèfles Saint-Paul, sur le site du basculement des eaux de Mon Repos.

Après une brève séance protocolaire avec discours de circonstance, les visiteurs ont suivi avec intérêt les informations délivrées par les agents du centre technique.

Même si cet aménagement titanesque n'est pas réplicable "de façon générique dans les autres territoires de l'océan Indien", estime Daniel Alamélou (vice-président du Conseil général délégué à l'Environnement et à l'Eau), il s'agit bien là d'une "idée à transmettre à tous les pays voisins", ajoute-t-il.

Le basculement des eaux présenté aux maires de l'océan Indien
Devant la galerie "Mafate", les élus locaux n'oublient cependant pas de mentionner l'addition particulièrement salée de l'ouvrage imaginé il y a 30 ans. Initialement lancé pour un coût prévisionnel de 500 millions d'euros, l'ardoise a quasiment doublé (900 millions d'euros) entre-temps.

Mais Daniel Alamélou rappelle très vite que les autres solutions pour irriguer l'Ouest aride n'étaient pas nombreuses. Sans cet aménagement, la solution d'une "désalinisation d'eau de mer" aurait pu devenir réalité.

2015 : le bout du tunnel ?

Avec trois galeries de 30km de linéaire cumulé permettant de capter les eaux dans les cirques de Salazie et de Mafate, le projet d'irrigation du littoral Ouest entre aujourd'hui dans sa phase finale. "On espère le finir en 2015", se risque à dire l'élu. Il faut rappeler que la liste des contraintes tant réglementaires que géologiques ont fortement retardé l'avancement du tunnel.

Au final, le Conseil général préfère mettre en avant les bénéfices de l'ouvrage qui dessert environ 700 exploitations agricoles. Grâce au basculement, des terres en friche ont pu produire 130.000 tonnes de cannes supplémentaires depuis les livraisons successives des antennes du basculement et soutenir le développement de l'activité économique sur le bassin Ouest.

Le basculement des eaux présenté aux maires de l'océan Indien
Mardi 15 Octobre 2013 - 16:35
LG
Lu 1431 fois




1.Posté par Nono le 15/10/2013 16:40
130.000 tonnes de cannes... pour quoi faire? De la wikipedia (libre de droit):

Dans un rapport publié en janvier 2007, l'UICN (Union mondiale pour la nature) a notamment pointé comme un gigantesque gâchis écologique et financier ce chantier du basculement des eaux1.

Pour la réalisation du projet, une piste a été ouverte sur le site de la Rivière des Pluies qui est en ZNIEFF de type I (Zone nationale d'intérêt écologique floristique et faunistique)2, c'est-à-dire qu'on y trouve des espèces animales et végétales rares et protégées. Cette piste recouvre par endroit la végétation originelle, ce qui a pour effet de détruire les espèces protégées. Les autorités responsables du projet ont affirmé qu'après les cinq ans de travaux le site sera remis dans son état initial. En 2004, à la demande du conseil général, cette piste a été pérennisée jusqu’au 31 décembre 2012 suite aux aléas (rupture de piste, venue d’eau du point métrique 1238) rencontrés lors du percement de la galerie de Salazie amont3.

De plus, un tel afflux d'eau douce sur la côté ouest, qui plus est bientôt chargée d'émanations agricole, pourrait avoir des conséquences catastrophiques sur la fragile barrière de corail, allant de la perturbation de l'écosystème (efflorescences algales, invasions d'acanthasters telles que Acanthaster planci...) à la mort directe du corail.

2.Posté par ti con tribuable le 15/10/2013 16:49
Seul l'Etat Français à les moyens de dépenser le double de ce qui était prévu .... cette gabegie qui fait la fierté de nos élu-e-s Réunionnais cumulards incompétents !!!

3.Posté par mékisonkons! le 15/10/2013 17:51
ET SI LE CHANTIER DE LA NRL PART AUTANT EN VRILLE IL TROUVERA OU LE POGNON DR ?

4.Posté par jemma le 15/10/2013 20:09
Avec la sécheresse qui s'étend sur l'île, que restera t'il à partager d'ici quelques années ? N'y a t'il pas d'autres facteurs qui auraient contribuer à assécher une zone ouest, déjà passablement aride? Déforestation, recul des terres agricoles au profit de l'urbanisation galopante, incendies nombreuses etc etc ...

5.Posté par mékisonkons! le 15/10/2013 20:32
4
Vous avez raison , vu l'évolution climatique cette canalisation est déjà obsolète....SAUF....
Si les incapables qui prennent des "décisions" se bougent le Q pour trouver le moyen de récupérer l'eau
qui se perd dans la mer à la centrale de Ste Rose , une quantité EGALE à la consommation totale de l'île !

6.Posté par la canne et nous les vilains canards le 16/10/2013 06:46 (depuis mobile)
la canne se gave de notre eau
la canne se gave subventions de l''Europe
la canne gave notre terre de pesticide
la canne fait monter le prix de notre foncier
la canne nous empêche d''être autonome alimentaire
la canne gave les actionnaires

7.Posté par alex du sud le 16/10/2013 09:02
A post 5
Tout à fait d'accord avec vous. Nous sommes gouvernés par des irresponsables et inconséquents, qui ne voient qu'à court terme, posant devant une canalisation béante et se gargarisant de l'argent dépensé (forcément, ce n'est le leur). Un pipe-line en mer amenant de l'eau de Sainte-Rose est-il si inconcevable que cela? Je crois que cela aurait coûté nettement moins cher que ce trou dans nos massifs.

8.Posté par polo974 le 16/10/2013 11:30
Whaaaa, presque 1 milliard pour 200000 tonnes de canne par an, soit en gros 20000 tonnes de sucre, disons à 50cts le kg (c'est gentil, mais ça donne un chiffre rond), soit 10 Millions d'euro par an, il faudrait 100 ans pour amortir l'investissement...

sans compter les intérêts, ni la maintenance, ni l'électricité consommée pour pomper, ni...

bref, un petit trou dans la montagne pour un grand trou dans le porte monnaie...

c'est en effet bien de montrer aux autres ce qu'il faut absolument éviter de faire ! ! !

9.Posté par A. HOAREAU le 16/10/2013 16:15
Je fais partie de ceux qui, depuis le début, se sont levés contre le foutu chantier, mais devant la puissance des lobbies et la "docilité" des élus, il y a, hélas, peu de chance de faire évoluer les choses !

Merci aux postes 5 et 7 d'avoir évoqué le scandale des 200 Millions de M3 rejetés en mer du coté de Sainte-Rose !

Il est clair que l'argent du calamiteux basculement aurait pu servir à repositionner un peu plus haut (quitte à produire un peu moins d'électricité) l'usine hydroélectrique de l'EST ! Mais au moins, on aurait pu récupérer la totalité des eaux turbinées !!

Vraiment coriace de lutter contre les marchands d'eau qui n'ont qu'une idée en tête : rendre la denrée RARE, et nous la faire payer au prix FORT !!!

10.Posté par ndldlp le 16/10/2013 18:01
la cession des.activites agricoles de sucreries de.bourbon. a terreos aurait elle.pu se faire sans le.basculement..accessoirement quel impact pour cbo. que les hauts de l ouest puissent etre irrigues?

11.Posté par alain dimitri le 22/10/2013 07:28
et l'arnaque continu ils vont revendre le bébé aux autres îles (pour un certain groupe cbo pour le basculement des eaux d'est en ouest ) a qui profite la situation .....

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 11:12 Le RSI assigné en référé

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales