Economie

Le Tampon: 300kg de miel vert espérés cette année

Mercredi 15 Février 2017 - 14:13

Ce nectar très prisé relevait presque du mythe ces derniers temps. Pourtant, actuellement, Pascal Fontaine, apiculteur depuis une trentaine d’années, est en pleine production de miel vert. Le Tan Rouge, l’arbre endémique d’ou provient le nectar, est en floraison du côté de la Plaine des Palmistes, là où Pascal Fontaine détient ses ruchers sur une concession prêtée par l'ONF et le Parc National.

Depuis deux ans, de la récolte à la vente, l’apiculteur aidé par son fils Etienne et d’un apprenti, s’est concentré sur la production de miel vert en plus des miels de baies roses, letchis ou forêt. Pour réduire les coûts, l’homme réalise également lui-même, ses ruches, les hausses et réutilise la cire après extraction du miel comme support pour les abeilles. Son fils s’est lui spécialisé dans la production de gelée royale, propolis et la sélection des reines. 

Etienne a appris les bases du métier avec son père
Etienne a appris les bases du métier avec son père
15 euros les 250 grammes

Dans sa miellerie située à Bras Creux au Tampon, l’apiculteur commence par ôter la pellicule de cire qui obstrue les alvéoles. Le miel coule ensuite dans un tuyau qui achemine le précieux nectar vers une cuve où il sera filtré durant une quinzaine de jours. 

Une fois mis en pot, son miel certifié bio depuis l’année dernière, sera vendu sur les marchés, à la foire de Bras Panon et bien évidemment durant Miel Vert, au prix de 15 euros les 250 grammes. Le miel actuellement produit devrait être sur les étals d’ici trois semaines. "Cette année, la production devrait être plus importante et avoisiner les 300 kilos", espère Pascal Fontaine. Une production en hausse, rendue possible grâce aux conditions climatiques favorables. "La sécheresse a permis aux abeilles de travailler davantage". La préparation en amont est également importante, "il faut ramener les bonnes ruches au bon moment", explique-t-il. 

Les cadres contenus dans les hausses sont réalisés avec du bois de cryptoméria
Les cadres contenus dans les hausses sont réalisés avec du bois de cryptoméria
Tout risque d'intoxication écarté

Et pour éviter tout risque d’intoxication comme ce fut le cas en 2013, l’apiculteur a décidé de ne plus vendre de  "miel gaufré", allant au delà de l’arrêté pris par la préfecture, suite à cette affaire, interdisant la vente du 1er novembre au 31 mars. "Nous avons fait des analyses qui ont révélé des traces de toxines de Bois de Rempart. Je ne veux plus prendre de risque", assure le professionnel. 

Selon la Chambre d'Agriculture, avec 360 producteurs de miel à La Réunion, 13 600 ruches et une moyenne 370 tonnes de miel produit, le miel péi a encore de beaux jours devant lui. Les objectifs de la Chambre verte: diversifier, continuer à produire un miel de qualité et davantage exporter. 

A lire également : Le Tampon veut relancer la production de miel vert

PB
Lu 10936 fois



1.Posté par Crikotte le 15/02/2017 12:32

et comme d'habitude tout ce qui est produit sur cette ile est vendu à prix d'or....! achetez pays....!

2.Posté par Antipode le 15/02/2017 12:48

Pauvres Abeilles, même si elles arrivent à lutter contre les pesticides, les exploitants eux les affaiblissent en plus en les exploitants :(

3.Posté par Fidol Castre le 15/02/2017 16:50

et comme d'habitude tout ce qui est produit sur cette ile est vendu à prix d'or....! achetez pays....!


Deux solutions :
- n'achète pas
- produis le toi même

4.Posté par max le 15/02/2017 22:16

Tout à fait d'accord avec post 3.

C'est la critique facile sans même chercher à savoir de quoi il sagit.

Ces apiculteurs ont beaucoup de mérite et je les encourage dans leur démarche

5.Posté par Crikotte le 16/02/2017 07:32

à post 3 et 4, rassurez vous c'est ce que je fais....je n'achète pas!

6.Posté par Tikôlon974 le 16/02/2017 08:46

""""là où Pascal Fontaine détient ses ruchers sur une concession prêtée par l'ONF et le Parc National. """"""

Et là où du pognon et des amis bien placés, on a aussi les meilleurs emplacements, les meilleurs endroits sont aux mains de quelques privilégiés, les endroits situés sur des terrains stériles ou difficile d'accès sont réservés aux autres

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter