Social

Le SNSPP se positionne sur la réforme du recrutement des sapeurs-pompiers

Non loin des turbulences de ces derniers jours au plus haut sommet du SDIS, le syndicat national des sapeurs-pompiers professionnels (SNSPP) tient depuis ce matin son assemblée générale. De la réforme du recrutement des sapeurs-pompiers au cas du colonel Vandebeulque, tous les sujets ont été abordés. Non sans quelques pics à l'adresse de la direction du SDIS.


Willy Lauret et Patrice Beunard, en marge de l'AG qui réunit le SNSPP à la Saline
Willy Lauret et Patrice Beunard, en marge de l'AG qui réunit le SNSPP à la Saline
Le centre Jacques Tessier de la Saline les Bains n'aura jamais été aussi protégé. Depuis ce matin, se tient une assemblée générale de la deuxième force syndicale chez les sapeurs-pompiers dans l'île. L'occasion pour son bureau de discuter des dernières avancées législatives sur la profession.

La première grande nouvelle de l'année 2012 est l'entrée en vigueur probablement courant avril de la réforme dite de "la filière des sapeurs-pompiers".

"Du sapeur jusqu'au colonel, toutes les progressions de carrière vont être remises à plat", lance Patrice Beunard, président national du SNSPP, premier syndicat de sapeurs ("professionnels", ndlr) sur le plan hexagonal.

La grande nouveauté réside dans l'intégration d'une voie passerelle "sans concours" pour les nombreux sapeurs-pompiers volontaires qui espèrent devenir "professionnels".

L'année des réformes pour la profession

Une porte d'entrée serait donc ouverte à tout sapeur-pompier volontaire ayant exercé au moins trois ans à intégrer la fonction de sapeur-pompier professionnel 2ème classe (et à l'échelle 5 de la catégorie C) à l'issue de laquelle les attend une période probatoire de 2 ans. Une sorte d'années en tant que "stagiaire", reconnaît Patrice Beunard.

"C'est une manière de recruter dans le vivier des pompiers volontaires", poursuit l'intéressé, venu pour l'occasion de cette AG de métropole. "Je pense que cette réforme passe bien quand on l'explique comme je le fais depuis ce matin" même si, dans les faits, les doutes de recrutement sur dossier, et donc d'éventuelles connivences, peuvent subsister. Le texte devra donc se soumettre lui aussi à la réalité une fois appliqué. En tout état de cause, de réforme, la profession de sapeur-pompier en connaît "une tous les dix ans environ", admet le président national du SNSPP. La dernière remonte à 2001.

Le texte, actuellement à l'étude par le Conseil d'Etat, viendrait concerner potentiellement "400 pompiers volontaires dans le département", estime Willy Lauret, 1er vice-président du SNSPP local. Son entrée en vigueur est attendue pour la mi-avril.

L'attitude du colonel déjugée "sur la forme"

Si cette réforme semble faire l'unanimité, celle du passage au "12 heures" dans les casernes de l'île pose problème. "Les 12 heures de travail sont passées en force à Saint-Denis", explique le syndicat Pour comprendre, il faut savoir que jusque-là l'emploi du temps d'un sapeur était bloqué sur une plage de 24 heures de rang. Cette formule permet à une équipe, d'une part de faire ses manoeuvres, "nous savons que sur une plage de 12 heures, les manoeuvres sont souvent sacrifiées", d'autre part, bloquer 24 heures permet une meilleure continuité dans la transmission des équipes, reconnaissent Patrice Beunard et Willy Lauret. "Nous disons que le passage aux 12 heures peut être profitable pour les pompiers passés 50 ans, car c'est vrai, au-delà de 50 ans ça peut devenir difficile, mais il ne faut pas l'imposer". Toujours est-il que si son application est imposée comme elle l'a été dans le Nord en premier lieu, celle-ci continuera de poser problème.

"J'aime bien cette formule : si 100 pompiers font 24 heures, ça fait 2.400 heures. Si vous divisez par deux, il manque 1.200 heures, mais qui seront faites par qui si on n'embauche pas ?", poursuit Willy Lauret. Les syndicalistes du SNSPP s'en prennent ouvertement au syndicat majoritaire (localement du moins), la Fédération Autonome (FA), pour son suivisme avec la direction du SDIS.

D'ailleurs, puisque l'actualité de la semaine aura été ce boycott du colonel Vandebeulque à la promotion de soldats du feu mardi dernier à La Possession, Patrice Beunard tient à gratifier son passage dans l'île par une petite flèche décochée à l'attention du colonel: "Si tous les pompiers faisaient comme lui... Et même s'il y avait quelques pompiers pour qui il n'approuvait pas la remise de médailles, il aurait dû être présent. Je ne juge pas le fond, mais sur la forme ça ne nous paraît pas bien ce qui a été fait".
Vendredi 9 Mars 2012 - 15:52
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 5313 fois




1.Posté par Choupette le 09/03/2012 16:05
Il me semble que cette réforme avait fait le buzz il y a quelques années de cela.

Les mauvaises langues (pas nécessairement créoles) disaient que beaucoup de ces sauveteurs ne savaient pas nager et ne voulaient pas apprendre non plus.

On remet ça alors ?

:-D

2.Posté par Un pompier professionnel bien renseigné le 09/03/2012 16:27
il est écrit dans cet article " premier syndicat de sapeurs sur le plan hexagonal " = FAUX c'est la CGT, suivi du SNSPP talonné de très près par la FA SPP/PATS.

Pourquoi dans mon département, les 12 heures fonctionnent très bien ?. Au moins, on est comptabilisé une heure pour une heure et non pas 17h pour 24h en caserne !!!
Les arguments avancés par le SNSPP local ne sont pas la réalité dans bcp de départements en métropole.
il est écrit "nous savons que sur une plage de 12 heures, les manoeuvres sont souvent sacrifiées" c'est encore faux : Prise de garde à 7h00. Vérif des engins à 7h15. Sport de 8h00 à 10h00. Douche de 10h00 à 10h30. Manoeuvre de 10h30 à 12h00 etc .........

MAINTENANT LISEZ CECI :

Inutile de revenir désormais sur le rapport validé en Conseil Supérieur de la FPT le 4 février 2009, projet cohérent, viable et porteur d'avancée sociale pour toute la filière SPP, toutes catégories confondues. Ce texte a été définitivement enterré hier lors du Conseil Supérieur de la FPT par des projets de décrets destructeurs... sous l'œil bienveillant du gouvernement, des élus et de la « dynamite » CFTC (SNSPP) - FO - UNSA.

15 février 2012, le CSFPT adopte en séance plénière par 15 voix pour (« dynamite », élus de la majorité présidentielle et élus de l'ADF) 15 voix contre (Intersyndicale, élus communistes) et 4 abstentions (élus de l'opposition), 9 projets de décrets issus de négociations organisées entre le gouvernement et une union syndicalo-associative dont ont été délibérément exclues 4 organisations syndicales majoritaires.

Une filière à l'image de ce que les 4 organisations minoritaires ont bradé au gouvernement, va naître dans les prochaines semaines sous ces traits :

- Accès sans concours au grade de sapeur 2ème classe ;

- Introduction d'un concours et d'un examen professionnel pour accéder au grade de sergent (chef d'agrès une équipe) ;

- Création d'un cadre d'emploi de sous-officier (les futurs sergents seront donc stagiaires après nomination) ;

- Rallongement des carrières pour la catégorie C ;

- Perte de la NBI fonctionnelle pour les sergents ; remise en cause des indemnités de responsabilité ainsi que des responsabilités exercées ;

- Diminution des quotas de sous-officiers (sergent et adjudant confondus) qui, sur un effectif de catégorie C de 1000 SPP, entraînera la perte de 250 postes soit ¼ de l'effectif !!! Proposition adoptée sur l'amendement déposée par la « dynamite ». Aggraver par l'introduction du ratio promu-promouvable pour accéder au grade d'adjudant ;

- - Les avancements de grade se feront désormais au 1er janvier et non plus à date anniversaire ;

- Création d'un indice fictif au 2e grade de la catégorie B afin de maintenir les lieutenants au même niveau de rémunération ;

- Aucune mesure transitoire d'intégration pour les actuels lieutenants issus du concours ;

- Augmentation significative des quotas de capitaine ;

- Suppression de l'examen professionnel de commandant ; .../...
- Au cours de cette séance plénière, 49 amendements ont été déposés par les représentants de la « dynamique » (FO - CFTC - UNSA).
14 ont été retenus par le gouvernement mais ceux-ci n'apportent aucune amélioration contrairement ce que vendait la « Dynamite ».

- De son côté, la CFDT a déposé 23 amendements, tous soutenus par la FA-FPT, aucun retenu par le gouvernement.
- La FA-FPT (FA/SPP-PATS) a déposé quant à elle 41 amendements afin de continuer de défendre nos propositions d'une refonte équitable et juste, soutenus par la CFDT, le gouvernement n'en a retenu aucun.
La CGT n'a pas souhaité participer aux votes sur l'ensemble des amendements.
Nous pouvons amèrement regretter cette décision sans laquelle nos amendements déposés auraient obtenu un vote favorable.

Les Autonomes ont voté contre tous les amendements destructeurs des représentants de la dynamite et contre les 9 projets de décrets assassins présentés.

4 février 2009, 15 février 2012... à l'heure des bilans chacun aura certainement de bonnes raisons de se satisfaire de ses actions...
- Un colonel devenu Préfet ;
- Des syndicalistes pris en photo au cours de l'été dans la cours du ministère de l'intérieur entourés de tout le Staff de la DGSCGC ;
- Des conseillers sociaux, officiers de sapeurs-pompiers qui arrivent à la DGSC, repartent avec un galon supplémentaire comme directeur départemental ou directeur adjoint ;
- Un président de fédération décoré de la Légion d'honneur .../...


Nos plus sincères remerciements aux collègues qui ont fait le déplacement sur Paris et ceux qui se sont mobilisés dans les régions pour dénoncer la compromission qui a sacrifié notre filière.


Les adhérents et sympathisants de la FA/SPP-PATS garderont sans doute en mémoire la détermination et la constance avec laquelle nous avons défendu ce qui nous semblait être une réforme juste, équitable et respectueuse des sapeurs-pompiers professionnels de tous grades. L'avenir démontrera à tous ceux qui ont souhaité croire à la propagande mensongère de la collusion syndicalo-politique en renonçant à combattre, que nous étions dans le juste.

Les grands perdants de ce dernier acte sur la refonte de la filière sont une fois de plus les sapeurs-pompiers de catégorie C et ceux de catégorie B. La catégorie A est la seule bénéficiaire de cette refonte, la « Dynamite » s'est attachée à le démontrer au cours des débats de ce Conseil Sup ! LAMENTABLE !!!
Nous allons devoir rapidement tout mettre en œuvre dans les SDIS où nous sommes présents pour atténuer les effets dévastateurs de cette réforme.

D'autres dossiers nous attendent... le temps de travail, la santé et la sécurité au travail, la prise en compte de la pénibilité et de la dangerosité de notre métier pour la fin de carrière...Nous ne lâcherons pas.

3.Posté par Un pompier professionnel le 09/03/2012 16:39
le syndicat national des sapeurs-pompiers professionnels (SNSPP) tient depuis ce matin son assemblée générale

Qui paye les billets d'avion, les hotels, les repas, les locations de mini bus etc ..... LES ADHERENTS SNSPP

C'est un énorme scandale ce syndicat. Cela va crier en métropole sur les gouts de luxe de leurs dirigeants.

4.Posté par Un pompier professionnel le 09/03/2012 16:45
C'EST FRANCHEMENT LAMENTABLE QUE PIERROT (ZINFOS974) FASSE L'APOLOGIE DE CE SYNDICAT SNSPP AYANT DETRUIT LA PROFESSION DE POMPIER PROFESSIONNEL.

PIERROT, ON T'APPRECIE BEAUCOUP MAIS LA, C'EST TROP. QUE TON JOURNALISTE SE RENSEIGNE AVANT D'ECRIRE DE TELS MENSONGES !!!!!!

C'EST HONTEUX PIERROT

ALORS STP AU MOINS, NE CENSURE PAS CE POST !!!!!!

5.Posté par noe 2012 le 09/03/2012 16:51
Les pompiers , que font-ils dans leur caserne quand il n'y a pas le feu ?
Jouer aux cartes ?
Faire des grillades ?
Picoler ?
S'amuser ?
S'endormir ?

Bien sûr qu'ils sont nécessaires mais pas tout le temps ....

« La raison est le plus grand cadeau que l’on ait reçu, et il est le plus sous-utilisé. » [David Baird]

6.Posté par Marie Claudine MORISCOT le 09/03/2012 19:38
Bon nombre de commentaires merite un éclaircissement. Notre organisation syndicale ne prone pas la langue de bois. Vos commentaires dictés par une et meme personne me fait dire que la vérité blesse.Cette réforme passera et chacun trouvera son compte sauf pour les frustrés qui sont dans un syndicat qui est à la botte du Directeur. Ce fut un temps un responsable syndical soit disant contre cette réforme a voulu faire signer son arreté de major en catimini pour pouvoir benéficie rà cette meme réforme contestée aujourd'hui par eux. Message adressé au valeureux soldat et guerrier de ce monsieur, qui ne manque son de se servir à leur insu par ignorance et leur naiveté.

Le pompier professionnel bien renseigné aurait du aller scander sa pancarte de revendication au lieu de se cacher derriere son ordinateur.

En ce qui concerne les dépenses de notre Président, certains s'inquietent, eh ben voyons! Contrairement à d'autres, lui au moins il se préoccupe de la santé de sa section locale et de ses adhérents. Le SNSPP est en règle avec le droit syndical. Notre syndicat defend l'ensemble des agents du SDIS syndiqué et non syndiqué. Notre bureau syndical ne sert pas à recevoir certaines personnes peu recommandables surtout à des heures tardives.Notre bureau est un lieu de travail et non un appartement. cherchez l'erreur. Vouloir attaquer le SNSPP, c'est nous faire encore grandir, car nos elus sont respectueux des lois et surtout des hommes et les femmes qui l' entourent. Les insanités lancés à l'égard des femmes dans cette caserne sans aucun respect devant ces hommes du feu meritent que mépris. Un jour tout cela se saura.
Sur les 12h00, l'ensemble des pompiers du nord ne partagent pas cette connivence. Peuvent ils prendre leur congé en temps voulu? Y a t-il l'effectif nécessaire pour assurer les interventions? La vérité vient de la bouche de ces pompiers contraints de ne rien dire pour faire plaisir à leur responsable syndical.
Pierrot ne fait que son travail de journaliste et rien d'autre.
Ne perdez pas le temps de me répondre, un jour vous saurez toute la vérité sur cette personne.

A bon entendeur salut!

7.Posté par Anonyme le 09/03/2012 20:21
Pourquoi ne pas critiquer le responsable syndical grande gueule. Lors du dernier CASDIS avec la complicité de son directeur, il a tout fait pour que les pompiers reunnionnais ne soient pas payés en heures sup mais en vacations feux de foret à 6€ de l heure. Dit il pourquoi les metropolitains sont payés en vacations et les pompiers locaux seront mieux payés qu'eux. Le lendemain il passe à la téél et il s'émeut parce qu'il n'y a pas d'argent. Mais qu'a t-il fait pendant que les pompiers étaient en grève? Pourquoi il n'a pas été ému quand l'info sur le futur achat du 4X4 du directeur était en débat?La critique est facile quand on est à court d'arguments. Après le départ de vandebecque, avec qui ira t il s'accoquiner? Aura -til son poste de chef de centre à l'entre deux en récompense de bon et loyaux servicese auprès de son cher directeur. Pourra t-il toujours se servir de son bureau comme lieu de vie? Les complices devront etre sanctionnés dans certains actes passés au niveau de ce local syndical.
Par ailleurs Post 6, si le non respect et les insultes contre ces femmes sont avérés, il faut porter plainte contre son auteur et l'administration qui ferme les yeux. Je vous conseille de demander une enquète administrative et faire parler les témoins. Il y a une grande partie de vérité dans vos écrits.
Merci d'avoir le courage de vous nommer.

8.Posté par UN SPP en ACR le 10/03/2012 20:44
Vous n'avez pas compris que Michel MANI n'a plus sa place au sein de la FA SPP/PATS. De toute façon, il ne l'a jamais eu. Perso, dans aucun SDIS en métropole, je n'avais jamais connu un Président AUTONOME s'acoquiner avec un DDSIS.
En 2009, La FA SPP/PATS voulait virer Michel MANI, lui enlever tous ses avantages syndicaux.
La raison : monsieur Michel MANI ne versait pas la quote-part de ses adhésions à la FA SPP/PATS. Monsieur se conservait pour lui, l'intégralité des adhésions qu'il percevait de ses adhérents SA SPP/PATS 974. 200 adhérents X 10€ = 2000€ tous les mois dans les poches !!!
Suite à un ultime courrier de monsieur Antoine Breining, Président fédéral, Michel MANI a remboursé une certaine somme à la FA SPP/PATS mais personne n'a su le montant remboursé par Michel MANI.
Maintenant, il a obtenu son galon de Major. Il va dérouler jusqu'à la retraite. Fera semblant de faire un peu de syndicalisme pour conserver une poignée d'adhérents "stupides" pour rester crédible auprès de la FA SPP/PATS. Un ou deux petits séjours en métropole par an, payés par la FA SPP/PATS pour dormir sur sa chaise durant les AG ou des BN.
Le bureau exécutif de la FA est parfaitement informé du comportement de Michel MANI à la Réunion mais la FA, n'existant que grace aux adhésions perçues, laisse MANI agir lamentablement comme il le fait. Michel MANI rapporte encore environ 1350€ par mois pour la FA. Par conséquent, André GORRETI et son bureau ferme les yeux.
Par contre, grave erreur d'André GORRETI. Parce qu'après Michel MANI, le SA SPP/PATS 974 va disparaitre du paysage syndical de la Réunion. L'entreprise écran Michel MANI fermera ses portes n'ayant plus de PDG pour gérer la machine à billets.

9.Posté par Anonyme le 11/03/2012 12:05
Post 8.

De quel galon de Major vous parlez? M.BREINNING n'y est plus, parti à la retraite. Messieurs Collignon et GORETTI sont les nouveaux patrons de FA. S'il ne paie pas sa cote part, ce qui veut dire qu'il n'est pas reconnu en metropole. Et mon argent de cotisation que fait il? Quelle attitude dois je adopter en tant qu'adhérent? Dans ce cas sa décharge et de ses copains sont illégaux. Vite donne moi des infos cela commence à m'inquieter. Puis je me faire rembourser les cotisations arrièrés que j'ai du verser pour avoir les heures sup alors que le procès a été perdu et je devrai rembourser 900€ d'amendes et 3200€ de provisions recus.

10.Posté par UMD89 le 25/03/2012 13:29
Pourquoi , cette guerre syndical , pourquoi ce clivage syndical , le métier de pompier est unique avec un déroulement de carriére ,pourquoi il faut des adhérents pour avoir force de représentativité ça ne serre strictement à rien . Les pompiers ils sont un carnet de route et basta.
je pense ce qui fout le trouble dans ce métier c'est les syndicats en confli . il faut une bonne pour tous d'arrêter avec ces clivages avec la solidarité on pourra réellement défendre les vrais valeur du métier des pompiers.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales