Société

Le Recteur dans un collège de St-Louis: "Pas le droit de s'en prendre aux valeurs de la République"

Le Recteur de la Réunion, Thierry Terret, s'est déplacé au collège Jean Lafosse à Saint-Louis, prochainement inscrit en Rep + (Réseau d'éducation prioritaire), ce jeudi matin à l'occasion de la rentrée. C'est dans une classe de 3ème que le Recteur a échangé avec les élèves à l'occasion d'un débat sur la laïcité, action qui avait été préconisée par le ministère de l'Education nationale.


Le Recteur dans un collège de St-Louis: "Pas le droit de s'en prendre aux valeurs de la République"
La reprise des classes après les vacances de l’été austral, trois semaines après les attentats qui ont touché la France au coeur, est placée par le recteur Thierry Terret sous le signe des valeurs de la République, en particulier celle de la laïcité. En participant, ce jeudi matin, à un débat éducatif avec des élèves au collège Jean Lafosse et en rencontrant la communauté éducative de l’école Henri Lapierre, victime d’un acte de vandalisme avec des inscriptions à connotation djihadiste, le recteur de l’académie met l’accent sur la mobilisation du système éducatif dans le cadre de la refondation de l’École, pour la réussite de tous les élèves et la réduction de la fracture sociale, et présente les dossiers qui seront à l'ordre du jour en 2015.

La première heure de la matinée de reprise des classes sera consacrée à une discussion sur les attentats et leurs conséquences, par les enseignants volontaires, afin de permettre aux élèves de s’exprimer, et aussi de répondre à leurs interrogations, mais également de rectifier les confusions et les contre-sens. "L'important c'est de permettre aux élèves de s'exprimer, d'ouvrir le débat après les événements de janvier, et surtout pour les enseignants, de travailler avec eux sur les questions fondamentales des valeurs de notre République, de la liberté d'expression, d'association et de conscience", a commenté le Recteur face à la presse.

Et Thierry Terret s'est pris au jeu des questions face à des élèves très impressionnés par la présence du recteur et de la presse. "En France, est-ce qu'on a le droit de tout dire? d'insulter quelqu'un?", lance-t-on. Le Recteur répond: "On a le droit de se moquer, d'être impertinent, de faire des caricatures , de faire des dessins pour rigoler, mais on n'a pas le droit de s'en prendre aux valeurs de la République". Et de rappeler: "On a cette chance en France de pouvoir s'exprimer librement, ce n'est pas le cas de tous les pays".

Au-delà de cette première séquence éducative, d’autres mesures, annoncées par la ministre de l’Éducation nationale le 22 janvier dernier, seront mises en oeuvre au cours des prochaines semaines, dans le cadre d’un plan de mobilisation de l’École, reposant sur des actions concrètes pour améliorer la transmission des connaissances et des valeurs de la République.

Cette année 2015 est marquée par le lancement dans l’académie d’un dispositif innovant : le plan anglais au CM2. Conçu en partenariat avec la Région et la Préfecture, il permettra de faire progresser le niveau de maîtrise orale d’une langue vivante désormais indispensable à l’ouverture internationale et au développement économique de l’île.

Cette année est également celle d’un grand plan numérique pour l’école, annoncé par le Président de la République, qui débute avec l’organisation de consultations nationale et académique, qui doivent susciter la réflexion collective la plus large au sein de la communauté éducative et de ses partenaires, pour faire
face aux défis du monde de plus en plus connecté dans lequel nous vivons.

Enfin, l’apport d’emplois supplémentaires dans un contexte global de rigueur budgétaire donne à l’académie les moyens de préparer la rentrée scolaire d’août 2015 en garantissant à tous les élèves, particulièrement ceux qui sont les plus fragiles, les meilleures conditions d’apprentissage grâce à un encadrement et un accompagnement renforcés.

Le Recteur dans un collège de St-Louis: "Pas le droit de s'en prendre aux valeurs de la République"

Jeudi 29 Janvier 2015 - 10:17
Lu 988 fois




1.Posté par dépravation et abomination , valeurs socialistes le 29/01/2015 12:48
" Pas le droit de s'en prendre aux valeurs de la République " . Sarkollande pense avoir tout dit et en toute légitimité en employant le seul mot devenu magique " République " . Mais ... tout le monde sait bien qu ' en France la Démocratie est à bout de souffle , sous cette forme . Si bien qu'il est impératif de rajouter à cette phrase déficiente ( prise de l'absolu , sans forcément tenir compte de ce contexte ) " PAS LE DROIT DE S'EN PRENDRE AUX VALEURS DE LA REPUBLIQUE VERMOULUE ET EN DECHEANCE " .

2.Posté par noe le 29/01/2015 17:28
« Indivisible, laïque, démocratique et sociale ». Ces quatre qualificatifs sont les fondements de la République. Ils correspondent chacun à un moment historique. L’indivisibilité est un acquis de la Révolution : la République est proclamée « une et indivisible » le 25 septembre 1792. La laïcité s’est affirmée à partir des lois de 1882 et 1886 sur les programmes et des personnels de l’enseignement public, puis s’est définitivement imposée en 1905 par la loi de séparation des Eglises et de l’Etat. La démocratie est l’acquis majeur de la Révolution française : la Constitution du 3 septembre 1791 énonce que « le principe de toute souveraineté réside essentiellement dans la Nation ». Enfin, le caractère social de la République a été affirmé de façon particulièrement forte à la Libération par le programme du Conseil national de la Résistance qui prévoyait « Un plan complet de Sécurité sociale, visant à assurer à tous les citoyens des moyens d’existence, dans tous les cas où ils sont incapables de se les procurer par le travail ». Il a ensuite été consacré par le Préambule de la Constitution du 27 octobre 1946, qui a désormais valeur constitutionnelle.
La République « assure l’égalité devant la loi » : chaque citoyen est le titulaire des mêmes droits et des mêmes devoirs que tous les autres. La laïcité est une garantie essentielle de l’égalité républicaine : elle assure chacun de son droit à la même liberté de conscience, de croyance ou d’incroyance, que tous les autres. La République « respecte toutes les croyances », c’est‐à‐dire garantit à toutes la même liberté de conscience et d’exercice des cultes « selon les restrictions édictées (…) dans l’intérêt de l’ordre public » (loi du 19 décembre 1905).

Que les anti-Charlie me copient cela 100 fois et sans faute !

3.Posté par David Asmodee le 29/01/2015 19:19
"Pas le droit de s'en prendre aux valeurs de la République"


Corruption, laxisme, théorie du genre...c'est sacré. On ne touche pas aux valeurs de la Ripoublique.

D'ailleurs, on devrait demander aux grandes figures de la République de contribuer au lavage des cerveaux de nos enfants : DSK, Cahuzac, Copé et...

4.Posté par Fabiho le 29/01/2015 20:54
Bla-bla-bla...

5.Posté par A mon avis le 29/01/2015 22:55
@ 2 noé : même quand vous voulez faire croire que vous êtes instruit, vous vous exprimez comme un manche ! Votre laïus est pour le moins confus : il ne suffit pas de faire des copié-collés, encore faut-il les assembler en un texte cohérent !

6.Posté par A mon avis le 29/01/2015 22:56
@1 : vous êtes sans doute le seul à comprendre ce que vous écrivez !

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales