Blog de Pierrot

Le Quotidien joue la transparence : Tout va très bien Madame la Marquise... Enfin, presque !...

Mercredi 30 Mars 2016 - 22:52

Dans son édition du jeudi 24 mars dernier, Le Quotidien consacre sa page 4 à se mettre en valeur sous le titre "Opération transparence pour Le Quotidien".

A lire l'article, tout va pour le mieux au journal du Chaudron. Je cite le début : "C'est parce que la presse écrite traverse une période difficile que Le Quotidien a décidé de faire la lumière sur ses chiffres", avant d'annoncer une diffusion de plus de 20.000 exemplaires par jour, chiffres certifiés par l'OJD.

Le but est manifestement de rassurer. Qui? Ses employés qui entendent de plus en plus parler de licenciements et de non-remplacements de départs volontaires? Sans doute. Mais aussi plus probablement les lecteurs et les banquiers.

A lire l'article, "tout va très bien, Madame la Marquise". Une bonne santé, à écouter l'auteur de l'article, à mettre en parallèle avec ces pauvres confrères du JIR "qui traverse une période difficile" et à qui on adresse une pensée. Un peu hypocrite.

Pourquoi hypocrite? Parce que Le Quotidien va mal. Peut-être même plus mal que le JIR.

Et ce n'est pas moi qui l'affirme, c'est Le Quotidien lui même au travers de ses comptes officiels.

Commençons par le chiffre d'affaires. Il était de presque 24 millions en 2009, pour tomber à un peu moins de 20 millions en 2013 et à un peu plus de 15 millions en 2015 (voir tableau).

En soi, ce n'est pas dramatique de voir son chiffre d'affaires fondre comme neige au soleil si, dans le même temps, on préserve son bénéfice. Malheureusement, on en est loin, très loin...

Le Quotidien a longtemps fait d'énormes bénéfices, qui ont fait la fortune de la famille Chane-Ki-Chune. Mais ça, c'était avant...

En 2009, le journal a perdu 272.000€. Une paille pour un groupe de cette taille. En 2010, cette perte passe à 829.000€, ça commence à devenir sérieux. En 2011, on passe la barre du million avec 1,3 million de pertes. Et les choses vont s'accélérer : 2,5 millions en 2013 et 3,1 millions l'an dernier ! Soit presque 300.000€ par mois !

Ce n'est plus une société, c'est le tonneau des Danaïdes !

Et Visu, qui a longtemps été la vache à lait du journal, ne va pas mieux : Alors que le magazine gagnait encore de l'argent en 2010 (92.000€), il a perdu un peu plus de 315.000€ l'an dernier !

Je n'avais pas l'intention de sortir ces chiffres. Nous ne sommes pas là pour nous moquer des autres, ni pour donner l'impression de nous réjouir de leur malheur. D'autant que Zinfos a longtemps perdu de l'argent et que 2015 devrait être la première année où nous serons à l'équilibre.

Non, ce qui nous a fait réagir, c'est ce petit sourire narquois "à nos confrères du JIR qui traverse une période difficile". Un peu gonflé, quand même...

PS : Les liens pour accéder aux comptes du Quotidien et à ceux de Visu, fournis par le journal lui même.

Pierrot Dupuy
Lu 4164 fois



1.Posté par Lf le 31/03/2016 06:29

La presse écrite est morte... Moi je n'ai plus acheté de journal depuis plus de 10 ans. Par contre si clicanoo avait ma préférence, je n'aime vraiment pas le fait de devoir payer pour lire certains articles. Nous sommes déjà gavé de pubs, alors pourquoi encore devoir payer? Ok je comprends qu'il y ait du personnel à payer, mais maintenir une version papier alors qu'il n'y a plus de lecteur de ce format n'est-il pas suicidaire?
Vous avez ensuite les publications officielles, qui elles n'apparaissent pas sur le site. Pourquoi ne pas restructurer cela?
Etc etc....

2.Posté par Eno2016 le 31/03/2016 06:37

En ces périodes , c'est difficile pour tout le monde : entreprises , personnes ...

3.Posté par GIRONDIN le 31/03/2016 10:29 (depuis mobile)

Non, ce qui nous a fait réagir, c'est ce petit sourire narquois "à nos confrères du JIR qui traverse une période difficile".Un peu gonflé, quand même.


On peut vous le retourner..(.D'autant que Zinfos a longtemps perdu de l'argent et que 2015)

4.Posté par PEC-PEC le 31/03/2016 10:37

C'est de bonne guerre, au moins c'est courageux de donner les chiffres.
CKC avec son équipe de choc, Alain B et Jean Paul FY, a en son temps gagné beaucoup comme le souligne Pierrot ce qui permet au journal de survivre, pour l'instant et de préserver les emplois.
Ne jouons pas les difficiles bien peu d'entreprises sont capables de mettre sur la table tous les chiffres publiés. Comme cela est expliqué le Quotidien est sous le contrôle de l'OJD, organisme paritaire qui entérine officiellement les résultats des journaux qui y adhèrent...Ce n'est pas le cas de tout le monde.

5.Posté par fred le 31/03/2016 10:58

Le Quotidien te gene toi et tes financeurs politques tant que ça.C'est reconnu les articles de Z'infos sont dictés par Didier Robert et Jean Jacques Morel. Ce journal reste et fonctionne meme si les temps sont dure avec le fruit de ses ventes et non comme z'infos a coup de financememt publicitaire caché des politiques avec l'argent du contribuable Reunionnais.Et pour info il y a 250 reunionnais et reunionnaises qui travaillent dans cette entreprise et qui font vivre leurs famille et toi juste pour faire plaisir a tes amis politique et leurs raclé in ti moné!!!.Essaie d'attaquer Freedom comme dit creole nous va voir si ou lé bon defi Lancé!!!!.J'espere que les Reunionnais et les annonceurs de la Reunion ce reconnaitront dans un vrai support d'information pas dans Z'intoxe retour garanti 60 ans en arrierre du temps ou la politique controlait l'info et les citoyens.

6.Posté par Jean-Pierre le 31/03/2016 11:04

Extrait de Wikipedia : La méthode Coué est une prophétie autoréalisatrice qui tire son nom des travaux du psychologue et pharmacien français Émile Coué de la Châtaigneraie (1857 - 1926). Elle est fondée sur la suggestion et l'autohypnose. Cette méthode est une forme d'autosuggestion censée entraîner l'adhésion du sujet aux idées positives qu'il s'impose et ainsi un mieux-être psychologique ou physique. Elle se veut autant préventive que curative.

7.Posté par ZINFO POSITIVE le 31/03/2016 13:34

Oui la méthode COUET d'une part, comme la Réunion Positive de l'autre amateur dangereux de la pyramide, si non la leçon à se faire soir même : "on ne devait pas sortir les chiffres mais.." Mais vu qu'on a le même sein nourricier que le JIR avec qui on s'est battu sur la répartition généreuse de la mamelle pendant les régionales, pour ça on va vous boucaner vous Quotidien infidèle, mécréant non soumis au Diktat de La Région ! Et comme ça, en 2016 on peut espérer être à l'équilibre comme en 2015 nous qui avons bien cirer la pompe au macatia !

8.Posté par GIRONDIN le 31/03/2016 17:42 (depuis mobile)

7. ZINFO POSITIVE
👍

Une plateforme de média à la gloire de Didier? Non jamais!!😁

Di sak nana po dire

9.Posté par iskglendeur le 31/03/2016 18:24

Quotidien et JIR, des entreprises zombie typiques. Les lecteurs, surtout les vieux, s’abonnent par habitude aux journaux papiers histoire d’avoir de quoi emballer les pommes de terre. Les internautes vont sur les sites des noms historiques d’organes de presse parce que… pourquoi au fond ? Simple réflexe reptilien. Bref, la presse est une poule sans tête qui continue à courir. Mais elle est bien morte. La preuve ? Les journalistes se sentent obligés de défendre leur métier en disant que seuls les « pros » font du bon boulot et que l’état doit les subsidier et que, économiquement, ça mettrait plein de gens au chômage. Bref, on est dans l’archétype du déni et du processus de deuil. Posez-vous la question : depuis quand votre journal favori a-t-il révélé une information importante qui n’existait pas ailleurs sur le web ?

10.Posté par RObert le 31/03/2016 20:57

Entre les pertes du Quotidien et la situation du JIR ça met à risque beaucoup de salariés de presse dans une situation de l'emploi à La Réunion déjà très précaire. Ce n'est jamais bon de voir des journaux qui meurent: C'est un vrai risque pour la démocratie!

On ne peux pas se réjouir de ça, même si la petite phrase du Quotidien dans ses colonnes à l'intention du JIR était vraiment... cynique et mal venue. Un petit mot d'excuse de leur part leur permettrait d'en sortir grandis.

11.Posté par kld le 31/03/2016 22:25

vive le Quotidien ( total soutien!), un vrai journal d'information ............................. avec le JIR.

12.Posté par reunion dave le 01/04/2016 16:34

Et les fonds propres ils sont passés de 11 000 000€ en 2009 pour - 1023 655€ en 2015!!!!!!!!!

13.Posté par poppys le 01/04/2016 19:52

Merci à tous les journalistes, presse écrite ou électronique.... Merci de donner informations, ce qui garantie la Liberté !

14.Posté par zorbec le 02/04/2016 09:04

La situation du Quotidien est sans doute difficile - à sa grande époque, le tirage flirtait avec les 40 000 exemplaires - mais le journal fait partie d'un groupe qui s'est énormément diversifié dans le bâtiment, la promotion immobilière, les radios locales, etc. Au final, la santé du groupe est sans doute beaucoup catastrophique. Il faut rappeler que c'est grâce au travail de ses journalistes - dont certains ont été virés comme des malpropres après plus de 30 ans de service - et de ses autres employés que le Quotidien a pu donner naissance à ce groupe diversifié et plutôt florissant...

15.Posté par Et si... le 02/04/2016 10:29

Oui, ça sent un peu le règlement de compte de Pierrot Dupuis contre le Quotidien. Dommage. Pourquoi d'ailleurs? D'où ça vient cette rancœur tenace?

En tous cas, au delà de tout ça, c'est la pluralité de la presse et donc la liberté d'information ainsi que des dizaines ou centaines d'emplois qui sont en jeu. Ce n'est pas rien.

Je ne me réjouis donc pas des déboires financiers de tel ou tel média, car après ça, la liberté d'information indépendante et crtiique et l'emplois risquent de se réduire ...

Mais je touche-t-on pas là une des limites du système économique libéral qui s'est répandu partout, où tout repose sur la performance, le moins cher (de plus en plus moins cher....), le plus vite, ... ? Face à des droits et libertés fondamentaux qu'il faut préserver.

C'est à se demander s'il ne faudrait pas soutenir ouvertement (par des subventions institutionnalisées, au prorata de leur importance) les médias. Car on subventionne bien (et pas qu'un peu) les partis politiques. Alors, pourquoi pas les médias?

Peut-être aussi que les journalistes devaieont accepter d'être moins payés, et, parallèlement, les actionnaires accepter de faire moins de "marge"....?

Peut-être aussi faudrait-il une presse d'opinion et d'investigations qui tienne la route, et non de simples médias qui "racontent" les faits sans recul, sans véritable analyse d'ensemble critique, sans investigations réelles et poussées? Et puis des articles originaux, neufs, etc

Bref, du vrai journalisme, qui remettrait en cause tout ou presque et ferait que les gens voudraient davantage lire ou se connecter à ces médias....

Enfin, quelques posts parlent de "mort de la presse" comme un fait avéré.

Ah bon?

Je ne suis pas d'accord du tout. Elle va mal, certes, mais elle n'est pas morte, et elle bouge (publie, imprime, vend) encore (même si c'est moins qu'avant)! Et je lui souhaite de vivre encore longtemps!

Oiseaux de malheur, va!

16.Posté par reunion dave le 02/04/2016 14:23

La liberté de la presse existe plus mes enfants, c'est la dictature de l'AFP.

Instruisez vous :https://www.youtube.com/watch?v=41lAe0mgjjU

17.Posté par Fidol Castré le 03/04/2016 08:54

la liberté d'information indépendante et crtiique


LOL

18.Posté par Jean-Luc Hoarau le 03/04/2016 16:16

Pour Zorbec qui a l'air bien informé: depuis avril l'an dernier, 5 ou 6 journalistes ont quitté le navire en rupture conventionnelle, dont un (ancien de plus de 25 ans) vient de signer cette semaine. Est-ce bon signe ?

19.Posté par Jean-Luc Hoarau le 03/04/2016 16:37

Posez-vous la question : depuis quand votre journal favori a-t-il révélé une information importante qui n’existait pas ailleurs sur le web ?
je conseille au post 9 de mieux lire la presse quotidienne

20.Posté par zorbec le 04/04/2016 09:31

@ JLH : La rupture "conventionnelle" peut avoir deux significations. Soit l'employé décide de son plein gré un licenciement "soft" qui lui permet de toucher qqs mois de salaire en indemnités puis de bénéficier de l'ARE (ex-Assedics) ; soit il se fait forcer la main par l'employeur et n'a pas d'autres choix. Généralement, pour une rupture un peu plus juteuse financièrement, les journalistes peuvent aussi faire jouer la "clause de conscience" s'ils estiment que la ligne rédactionnelle de la nouvelle équipe dirigeante a trop évolué par rapport à celle de leur date d'embauche. Ce n'est pas le cas ici et cela montre bien les difficultés du journal alors même que le groupe CKC peut dégager des marges confortables dans le BTP ou la promotion immobilière...

21.Posté par reunion dave le 04/04/2016 10:55

@Zorbec, Je sais pas si le groupe CKC est toujours actionnaire dans LBB, les batisseurs de Bourbon, car dans la présentation de SECODIS le gérant dit être devenu gérant majoritaire. Mr CKC n'avait pas l'habitude d'être minoritaire dans une société?!!

LBB n'a même pas pu construire ou racheter les parts de la Sobefi dans le projet de l'ancien UMAB à St Denis, le projet à trainé en longueur pour être cédé à OCIDIM groupe VINCI.

D'autre part si le quotidien imprime moins l'entreprise d'imprimerie familiale gagne moins ou va se retrouver en difficulté. Reste les société de construction SRCB and co mais avec un CA de 4 000 000€ elle ne va pas dégager un bénéfice de plus de 400 000€/an rien à voir avec la poule aux oeufs d'or du quotidien de l'époque. Seul leur projet de 35Ha sur St Leu pourrais les sauver..........

En tout cas toutes ses difficultés ramène un peu plus de modestie dans le clan CKC, car avec le temps Mr CKC and co sont devenus un peu dictateur, voir noble, pourtant pas issu de la noblesse.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter