Société

Le Préfet présente son plan pour diminuer le nombre de morts sur les routes


Image d'archive
Image d'archive
"Réduire la mortalité par deux d'ici la fin de la décennie et donc de passer sous la barre des 2.000 morts par an", voici l'objectif fixé par le gouvernement. Le Préfet, Jean-Luc Marx, a ainsi présenté mercredi les orientations prioritaires de la politique départementale en matière de sécurité routière qui sera mise en oeuvre pour les 5 prochaines années.

Le nombre de véhicules en circulation est estimé à 360 000. Ce parc a augmenté de plus de 50% au cours de ces 10 dernières années. Le partage de la chaussée sur la route est rendu problématique par la multiplicité des catégories d'usagers. Les jeunes de 15 à 34 ans représentent 30% de la population totale de la Réunion ce qui explique les enjeux en terme de sécurité routière, que ce soit sur l’éducation routière ou sur les comportements sur la route.

La mortalité recule sur les routes depuis 2008 après une stagnation du nombre de tués observée de 2004 à 2007 (72 tués en moyenne chaque année). En dix ans, le nombre de tués a été réduit d'un peu plus de la moitié passant de 96 en 2001 à 43 en moyenne, au cours des trois dernières années (2010 à 2012). De même, le taux de gravité des accidents (indice qui représente le nombre de tués pour 100 accidents) en dix ans est passé de 12,9 en 2001 à 5,4 en 2011. Toutefois, l'impact du facteur alcool reste très important (près de la moitié des accidents mortels), le nombre de tués en deux roues motorisés représente 40% des tués sur les routes de la Réunion, et un peu plus d'un tiers des tués sur la route sont des jeunes de 15 à 24 ans alors qu'ils ne représentent que 16% de la population.



ALCOOL, DROGUES ET MEDICAMENTS:


Constats ou problèmes identifiés :
• L’alcool est responsable de 43 % des accidents mortels
• Le bilan correspondant est lourd : 108 tués et 408 blessés hospitalisés (BH)
• 66% de ces accidents se déroulent de nuit le week-end
• Toutes les catégories d’usagers sont concernées

Information – Communication
➢ Prendre en compte l'ensemble des lieux de consommation d'alcool comme vecteur de communication (affichage, exposition, murs d'expression) :
▪ débits de boissons ( restaurants, bars de nuit, discothèques etc …)
▪ soirées privées
▪ festivals
▪ soirées associatives (culturelles, sportives ...)
▪ soirées organisées dans le cadre communal
➢ Impliquer toutes les catégories d'organisateurs de soirées (privés, municipaux, associatifs) dans la lutte contre l'alcool au volant
➢ Informer/ sensibiliser les organisateurs sur les effets physiologiques de la consommation d'alcool au regard de la conduite
➢ Poursuivre les actions SAM "celui qui conduit c'est celui qui ne boit pas" en direction de tous les publics
➢ Informer/sensibiliser sur les effets des médicaments sur la conduite
➢ Améliorer la connaissance des accidents de la route où l'alcool est en cause :
▪ Constituer sur ce thème une base de données communes "sécurité routière" pour l'ensemble des partenaires-acteurs de la sécurité routière
➢ Utiliser des supports de communication permettant de sensibiliser différentes catégories d'usagers et promouvoir l'auto-contrôle : tous médias, réseaux sociaux, smartphones
➢ Promouvoir l'image du conducteur sobre via des personnalités locales (chanteurs, artistes, sportifs)
Formation-Éducation
➢ Initier une culture en sécurité routière destinée à l'ensemble des acteurs et partenaires
➢ Mieux comprendre les accidents graves liés au facteur alcool :
▪ travail en partenariat avec le dispositif d'appui territorial de la MILDT, l'ARS, les professionnels de santé
➢ Intégrer la connaissance et dimension sécurité routière dans toutes les formes de prévention réalisées dans le département :
▪ milieu intra-familial
▪ milieu associatif
▪ personnes âgées
➢ Développer la formation des intervenants départementaux de sécurité routière (IDSR) dans le cadre de leur intervention sur l'alcool
➢ Mieux responsabiliser les associations d'étudiants dans la lutte contre l'insécurité routière liée à l'alcool
➢ Intégrer un volet sécurité routière dans le cadre de l'acquisition d'une licence de débit de boissons
Contrôle-Sanction
➢ Renforcer les contrôles de respect de la réglementation à l'égard de l'ensemble des débiteurs de boissons alcoolisées (établissements de nuit, restaurant, stations services etc )
➢ Définir un label à décerner aux débiteurs de boissons responsables
➢ Poursuivre et cibler les contrôles des usagers de la route en tenant compte notamment des facteurs horaires d'accidentalité des jeunes (alcool et stupéfiants) – intensifier la communication sur les sanctions encourues.


VITESSE, COMPORTEMENTS A RISQUE ET PIETONS


Constats ou problèmes identifiés :
• A la Réunion, le facteur vitesse est présent dans un accident mortel sur deux
• Dans la moitié des cas, il s’agit d’une vitesse excessive au-delà des limitations autorisées
• Dans l’autre moitié des cas, il s’agit d’une vitesse inadaptée aux circonstances
• A la Réunion, les piétons représentent un quart des tués (23% contre 11% en Métropole)
• Les enfants de moins de 14 ans sont les plus impliqués, ils représentent 23% des victimes graves (tués + BH)
• Nombreux accidents de nuit (mortels piétons)

Infrastructure
➢ Encourager le co-voiturage
➢ Établir un état des lieux sur les causes des accidents (piétons) dans les communes
➢ Sensibiliser les aménageurs et les gestionnaires de réseaux routiers et élus locaux sur les nouveaux règlements, sur la démarche "Code de la rue"
Information-Communication
➢ Connaissance plus fine de l’accidentologie liée aux piétons.
➢ Développer la communication sur le partage de la route :
▪ travailler sur la perception réciproque des différents usagers, notamment des piétons et cyclistes surtout de nuit ("voir et être vu")
▪ sensibiliser et responsabiliser les usagers piétons
➢ Favoriser l’initiative des jeunes en matière de sécurité routière :
▪ débats dans les établissements scolaires afin de faire émerger des projets d'actions de sécurité routière
▪ s’appuyer sur le réseau "POP" (plan ordinateur portable Région Réunion) pour communiquer davantage sur la thématique sécurité routière
➢ Mobiliser et mieux fédérer les partenaires institutionnels
Formation-Éducation
➢ Accompagner les catégories d'usagers spécifiques (sortie de prison, conducteurs récidivistes, personnes âgées...)
➢ Renforcer la prise en compte de l'éducation à la sécurité routière dans le milieu scolaire afin de transformer durablement le comportement du conducteur de demain sur la route :
▪ développer l'attestation première éducation routière (APER), permis piétons
▪ impliquer les élèves dans les interventions de sécurité routière
➢ Actualiser la connaissance des intervenants (IDSR, associations) sur le thème de la sécurité routière
➢ Développer des actions de sécurité routière en prenant en compte la dimension intergénérationnelle
Contrôle/sanctions
➢ Communiquer davantage sur les sanctions et notamment sur la confiscation des véhicules
➢ Lutter contre le phénomène de "pousses" qui prend de plus en plus d'ampleur à La Réunion


DEUX ROUES MOTORISES


Constats ou problèmes identifiés :
• Courtoisie remarquée entre les conducteurs de motos et automobilistes
• Entre 2007 et 2011, 2 tués sur 5 (41%) sont des utilisateurs de deux-roues motorisés
• En cyclomoteur, le casque n'est pas toujours porté (42% victimes)
• Difficulté de connaître les chiffres du brevet de sécurité routière (BSR)
• Alcool au guidon
• Nouveaux permis moto (accès progressif à une puissance supérieure)
• Le taux de tués de cyclomotoristes est 3,5 fois supérieur à celui de la métropole (21% contre 6%)

Infrastructure
➢ Sensibiliser et mobiliser les aménageurs routiers (en partenariat avec le CNFPT, les associations d'usagers en moto), aux risques des deux roues motorisés sur les obstacles latéraux, les glissances, l'aménagement en milieu urbain (guide CERTU) et la signalisation des travaux
Information-Communication
➢ Utiliser les médias pour développer la communication sur les deux roues motorisés (débats, messages aux plus jeunes par des parents...) :
▪ réseaux sociaux (Facebook, Twitter, blog...)
▪ médias populaires
▪ panneaux à messages variables (PMV)
➢ Communiquer sur les risques pris par les deux roues motorisés à travers des témoignages (personnes emblématiques, victimes d'accidents en moto)
➢ Utiliser les lieux médicaux comme relais de sensibilisation sur les deux roues motorisés : affichages, vidéos en boucle, campagnes de sécurité routière...)
➢ Sensibiliser les conducteurs, les professionnels "2RM" (en activité ou en formation), les assureurs, les parents sur:
▪ les risques liés au débridage (responsabilité, assurance, fragilité des organes mécaniques...)
▪ le défaut de permis (AM – ex BSR)
➢ Sensibiliser les conducteurs de moto sur l'entretien de leur véhicule
➢ Poursuivre la communication sur le danger lié aux déversements des matériaux sur la route
➢ Mieux impliquer les concessionnaires en tant que relais de sensibilisation
Formation-Éducation
➢ Promouvoir le permis AM dans le cadre du continuum éducatif
➢ Inviter les motos écoles, en tant que relais de sensibilisation, à exploiter les données de l'observatoire départemental de sécurité routière :
▪ études d'accidentologie sur les 2RM
▪ vidéos locales, nationales, étrangères (sous réserve de droit de diffusion)
➢ Aider les jeunes à mieux accepter le port du casque (expérimenter par exemple la personnalisation des casques)
Contrôle/sanctions
➢ Dans la lutte contre le débridage, renforcer :
▪ les contrôles routiers
▪ les contrôles dans les points de vente et de réparations
➢ Renforcer le contrôle sur les lieux de « pousses »
➢ Proposer au niveau national une évolution de la constatation dite "PV au vol" qui prendrait en compte le non port du casque



DEUX ROUES CYCLISTES

Constats ou problèmes identifiés :
• A la Réunion, 10% des accidents impliquent au moins un cycliste
• Entre 2007 et 2011, 7% des personnes tuées sur la route sont des cyclistes (18 sur 255 tués)
• Un tiers des cyclistes présentait une alcoolémie illégale

Infrastructure
➢ Mobiliser les aménageurs et les gestionnaires de réseaux routiers pour une meilleure sécurisation des déplacements du cycliste aussi bien dans les projets routiers nouveaux que sur le réseau existant
Information-Communication
➢ Impliquer les OMS, la DJSCS, l’USEP, les fédérations sportives, les associations de cyclistes en tant que relais d’information et de sensibilisation
➢ Poursuivre et adapter la communication afin d’informer un large public sur l'usage du vélo et communiquer sur le partage de la route
➢ Communiquer davantage sur la perception de l'usager cycliste et sur les équipements de sécurité
➢ Sensibiliser et responsabiliser les usagers par des messages ciblés
Formation-Éducation
➢ Informer les élus sur la politique locale des déplacements en faveur du vélo (zone de rencontre, zone 30, contre sens cyclable)
➢ Promouvoir des modes de déplacements alternatifs (mode doux) lors de manifestations culturelles ou sportives
➢ Impliquer les communes et groupement de communes dans le développement des pistes d’éducation routière
➢ Accentuer l’implication des établissements scolaires du premier degré, des OMS, de la DJSCS, des fédérations sportives, des associations de cyclistes, dans la formation des jeunes cyclistes
➢ Renforcer l'implication des enseignants de la conduite sur la problématique "vélo" lors des formations des nouveaux conducteurs
➢ Développer le "cyclobus"
Contrôle/sanctions
➢ Renforcer les contrôles liés aux comportements à risque


Le contexte départemental
• Routes nationales : 395 km dont 143 km de 2x2 voies
• Routes départementales : 750 km
• Voiries communales : 2 300 km (source INSEE)

Le Préfet présente son plan pour diminuer le nombre de morts sur les routes
Jeudi 28 Février 2013 - 10:49
Lu 1104 fois




1.Posté par Petit calcul le 28/02/2013 10:55
Soit la Route du Littoral et ses 12 km, avec :

- d'une part un automobiliste qui respecte le Code et roule à 90 km/h;

- d'autre part un connard qui roule à 110 km/h.

Après 12 km, le connard arrivera à la fin de la route du Littoral 87 secondes avant l'automobiliste respectueux du Code.

87 secondes !!!

Sans commentaire.

2.Posté par Azel le 28/02/2013 13:04
Et si pour les piétons on leur rappelait que la marche se fait du coté inverse de celui des voitures ... marcher dos aux voitures, c'est très dangereux, j'ai déja failli renverser des gens comme ça ...


3.Posté par @1 le 28/02/2013 14:00
Excellent calcul.

Mais le connard est encore bien plus connard : pour ces 87 secondes, il aura consommé beaucoup plus (mais vraiment beaucoup plus), pris le risque d'être verbalisé et il se sera mis en danger pour lui et les autres...,

4.Posté par Et oui !! le 28/02/2013 15:44
C'est simple !! Faut supprimer les routes !!

5.Posté par @3 le 28/02/2013 18:24
tu te crois en Suisse ? si t'es pas content de la façon dont on conduit , fais ta valoche et dégages !

6.Posté par Suisse le 28/02/2013 21:32
Oh ! Le post 5. vient de comprendre qu'il ne gagnait même pas une minute et demi sur la route du littoral...
D'ailleurs post 5, merci de ne pas généraliser le "on" tu peux le garder pour toi.

Bonne route.

7.Posté par Questions le 28/02/2013 23:38
FAISONS COMME POUR LES REQUINS ET LES PLAGES ; INTERDISONS LES VOIES PUBLIQUES ET LE PROBLEME DE MORT SUR LES ROUTE EST REGLE !

8.Posté par C'est moi le 01/03/2013 02:20
Le plus grand connard, c'est celui qui calcule ça.
Je préfère arriver 87 s avant, j'ai le temps de boire un apéro de plus avant de reprendre la route.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 14:30 Un train pour valoriser les Outre-mer

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales