Social

Le Port : les terrassiers maintiennent le barrage filtrant

Une délégation de sept professionnels du terrassement ont été reçus par le sous-préfet de Saint-Paul, Thomas Campeaux ce midi, pour trouver un terrain d'entente sur l'attribution des marchés sur l'île.


Suite à la rencontre avec le sous-Préfet de Saint-Paul, les terrassiers ont décidé de maintenir le barrage filtrant mis en place au rond-point de la Rivière des Galets, dans la matinée, car aucun accord n'a pu être trouvé.
"Nous en avons assez de se voir attribuer des miettes par les gros groupes tels que CGTOI, SBTPC et compagnie! Une fois qu'ils ont eu le marché, ils nous appellent pour nous fourguer les travaux les plus contraignants et les miettes", s'insurge Hermann Elise, chef d'entreprise en terrassement.
"Nous n'avons rien obtenu de concret, et nous maintenons donc le barrage filtrant toute cette journée. Nous allons réfléchir à la suite que nous allons donner à notre mouvement" a-t-il ajouté.
Thomas Campeaux, le sous-Préfet de Saint-Paul, a annoncé que la Préfecture de La Réunion travaille en ce moment même sur la mise en place d'un observatoire d'attribution des marchés dans le BTP.
Selon la Préfecture, cet observatoire n'est pas encore mis en place, mais le sera d'ici une dizaine de jours. Le préfet élaborera un tableau de bord de la commande publique intégrant tous les marchés significatifs (travaux, services, fournitures), ainsi que leur montant et leur échéance. Il permettra de s'assurer du maintien de l'effort de la commande publique, et de vérifier que le niveau de fonds injectés par les collectivités publiques dans l'économie locale demeure à un niveau soutenu.
Lundi 8 Décembre 2008 - 15:09
Karine Maillot
Lu 733 fois




1.Posté par David le 08/12/2008 21:11
Pourquoi ne pas aller bloquer les dépôts des "gros groupes tels la GTOI , SBTPC et compagnie" et nous foutre la paix ? C'est vrai que c'est une autre paire de manche. Jouer les gros bras, imiter les Rambo devant les femmes et enfants bloqués dans les embouteillages, c'est vraiment plus facile.

2.Posté par coquelicot le 08/12/2008 23:33
Je plains bcp ces chefs d'entreprises d'en être arrivés à un tel découragement et de passer à l'action. Avec l'arrêt ou le report de certains gros chantiers, c'est le désespoir qui s'est installé chez ces gens. Je les ai entendus s'exprimer ce jour au JT. Voilà six mois qu'ils tirent la sonnette d'alarme sur leur situation.

Il est du devoir de nos collectivités, de tous nos élus politiques d'anticiper, dès maintenant sur l'avenir de ces entreprises. Le chômage a encore augmenté. J'ai peur pour 2009...

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales