Faits-divers

Le Port : Leurs bateaux pillés pendant qu'ils tentent de contrôler le voilier fou


Le Port : Leurs bateaux pillés pendant qu'ils tentent de contrôler le voilier fou
Le voilier Ounafassi, saisi dans le cadre d'une enquête pour trafic de stupéfiants en octobre 2012, a engendré de nombreux dégâts dans le port de plaisance du Port. Selon les versions, ce dernier a été soit mal amarré ou aurait subi un acte de malveillance lors de l'alerte rouge. Conséquence : le bateau ivre est allé percuter sept autres embarcations dans la darse. Benjamin, un plaisancier qui a assisté à toute la scène, veut mettre les gendarmes maritimes devant leurs responsabilités.

"Je suis le seul et unique témoin à avoir vu la gendarmerie maritime amarrer le bateau (le ounafassi, ndlr). Je suis marin avant tout. Mon bateau n'a pas chapé parce que moi je sais faire un noeud de chaise et je sais amarrer un bateau", ironise-t-il. Il poursuit : "ça m'est jamais arrivé qu'un bateau me quitte parce que j'ai une responsabilité de marin avant tout. Quand je les ai vus amarrer ce bateau avec les bouts en polypropylène cuits depuis 10 ans... déjà je considère que c'est du matériel qui n'a rien à faire à bord d'un bateau, mais en plus d'avoir occulté le fait que les bouts étaient pourris, c'est une responsabilité de marin avant tout, plus que de gendarme. A eux revient la cause tout simplement".

Lors de l'alerte rouge, le plaisancier et réparateur de bateaux dit avoir "plongé à trois reprises" pour tenter de contrôler le Ounafassi. Il a été, comme d'autres propriétaires du port, mal récompensé. "Pendant ce temps-là, on a quand même trouvé le moyen de se faire voler à bord des bateaux du ponton "I", peste-t-il. Des voleurs qui profitent de l'alerte rouge pour faire leur course : pas une première en soit sur les ports de plaisance si bien que nombre de marins préfèrent rester à bord malgré les consignes cycloniques.

"La gendarmerie aurait fait son boulot dès le début, je pense que tout le monde aurait été en poste chez soi et on n'aurait pas eu ces répercussions, explique-t-il. Moi, ce que je souhaite, c'est qu'on dise la vérité et que tout le monde retrouve son bateau en bon état. Maintenant, c'est toujours facile de charger la CCI, faut pas déconner. Dans la marine c'est très clair, la responsabilité revient à la dernière personne à avoir amarré le bateau". Il revient cependant aux autorités de trancher si la responsabilité incombe aux gendarmes et ou au propriétaire du voilier incontrôlable. Une vraie bataille d'assurances en vue.

Vendredi 11 Janvier 2013 - 17:11
L.Grondin
Lu 2223 fois




1.Posté par almuba le 11/01/2013 18:51
Le Port "ça mêm' mêm'"!

2.Posté par Jojo le bo le 11/01/2013 19:08
Ben ça alors, et ils ont trouvés des lingots d'or? Ah! des pillards cheu nous, les vikings et Attila a fait des émules

3.Posté par Job794 le 11/01/2013 19:50
Il avait des bouteilles de plongée le benjamin, elles devaient être pleine de rhum, Y'avait-y des requin benjamin?

4.Posté par Mwa la padi le 12/01/2013 05:28
Pourquoi tant d’anonymat avec un T shirt de la S.N.S.M ?

5.Posté par Jeff le 12/01/2013 07:40
Que vient faire la SNSM, la dedans. Comme la police, la gendarmerie, les pompiers, en cas d'alerte rouge, ils se déplacent uniquement pour sauver des vies humaines au risque d'être eux-même victime mais en aucun cas pour des problèmes matériels. Allez voir les dégats au port des minimes de La Rochelle en février 2010, et ce n'était qu'une tempête. Le port a bien résisté, hormis ce déplorable accident matériel.

Personne n'était supposé être présent sur le port et de plus à bord des bateaux pendant l'alerte rouge,

Je ne commenterais pas sur les hordes sauvages de pillards et de l'inconscient qui plonge au risque de mettre la vie d'autres en danger.

6.Posté par Jo le 12/01/2013 13:30
Tapez sur google : Images correspondant à port des minimes tempete
-

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales