Politique

Le "Parti Pirate" demande la "diminution et la simplification des lois"

Ils avancent sur la pointe des pieds mais sont bien décidés à trouver un écho favorable dans les médias et dans les foyers réunionnais. Les sympathisants du Parti Pirate sont prêts à (s)aborder la campagne électorale. A leur façon.


Le "Parti Pirate" demande la "diminution et la simplification des lois"
Le Parti Pirate est un parti présent sur l’ensemble de la planète. Il a été créé le 1er janvier 2006. Le Parti Pirate est un parti qui connaît depuis quelques années de vrais succès électoraux. Le Parti Pirate compte 2 députés au parlement européen, 19 députés en Allemagne, 198 conseillers municipaux à travers l’Europe.

"Localement, il compte une centaine de sympathisants" explique son représentant Pierre Magnin, coordinateur du Parti Pirate à la Réunion.

Sur le plan national, le Parti Pirate a dégagé 5 grands axes de travail. Tout d'abord ce qu'ils appellent la "légalisation du partage". Dans les faits cela donne l'idée d'une plus grande liberté dans le partage des connaissances culturelles via les téléchargements internet.

Le "Parti Pirate" demande la "diminution et la simplification des lois"

La "lutte contre le fichage abusif", "l'indépendance de la justice" ou encore la "transparence de la vie politique" font également partie de ses combats. "Nous proposons de pouvoir acter en justice gratuitement et de pouvoir demander des comptes sans être empêché par le coût de la procédure. Nous demandons une  simplification des lois et une diminution importante de leur nombre. Aujourd’hui, il y a 10.500 lois et 127.000 décrets et on nous dit "nul n’est censé ignorer la loi". Nous demandons alors que l’ensemble des magistrats, des élus et autorités connaissent toutes les lois par cœur".

"Pirater" la campagne des législatives

En matière de transparence de la vie publique, les "pirates" réclament une réhabilitation de la politique. "Favorisons l’engagement des citoyens en prohibant les conflits d’intérêts et le cumul des mandats qui détournent le pouvoir des citoyens et discréditent la vie politique". Le parti prône aussi la "liberté  à tous de pouvoir se présenter à une élection, et si on est élu d’avoir  la garantie de retrouver son travail. Il existe le congé maternité et  bien nous inventerons le congé  "élu". L'élu pourrait donc se consacrer à plein temps à son mandat et cela limiterait le risque de conflits d'intérêt. Il est anormal que certains individus monopolisent notre représentation politique alors que nous avons un grande diversité d'opinion. D'ailleurs, tous nos candidats sont signataires de la Charte éthique Anticor".

Et quand la prise de conscience citoyenne se transforme en mouvement politique, le parti espère jouer les troubles fête pour les législatives. Le parti "zappe" volontairement la présidentielle. "On est encore trop récent pour pouvoir soutenir un candidat. En revanche, une formidable mobilisation permet d'aider et d'accompagner un maximum de candidats pour les élections législatives !" estime Pierre Magnin.

Une "campagne à ZERO euro" permet aux citoyens partageant les valeurs de liberté, de solidarité et d'espoir qui animent le Parti Pirate, de devenir candidats aux élections législatives des 10 et 17 juin 2012. Le bouillonnement réflexif et participatif de ce mouvement est à suivre sur partipirate.re.
Lundi 9 Avril 2012 - 17:08
.
Lu 2215 fois




1.Posté par Pierre Frédéric Dupuy le 09/04/2012 22:09
Le coût de la procédure a un but: il empêche les procédures abusives et notamment le risque d'une justice "à l'américaine" où le moindre bobo se règle devant les tribunaux. De plus, la partie perdante peut être condamnée à rembourser tout ou partie des frais engagés par la partie gagnante.

Des chantiers de simplification du droit ont été lancés depuis vingt ans (plusieurs, en fait) . Problème: plus on simplifie le droit, plus il devient complexe (les juristes ne savent pas faire simple) donc la tendance est plus à compiler des textes qui concernent le même sujet dans un code. C'est donc bien plus facile à dire qu'à faire.

Pour ce qui est de la garantie de retrouver son travail, ça représente une grosse charge financière pour l'employeur qui doit garder le poste vacant ou en trouver un autre équivalent à la fin du mandat. Dans une PME, par exemple, ce serait presque impossible. De plus, il existe déjà des mécanismes de prévus, dont des indemnités plus que généreuses pour ceux qui cherchent un travail à l'issue du mandat ou encore des possibilités de cumul emploi/mandat pour les élus locaux (même si, comme ils le disent, ça pose des questions de conflits d'intérêts. Mais ce n'est pas comme si les tribunaux n'avaient pas justement des textes et des jurisprudences contre ça) .

2.Posté par Ah quelle bande de kons !!! le 09/04/2012 23:18
1.Posté par Pierre Frédéric Dupuy le 09/04/2012 22:09
(les juristes ne savent pas faire simple)

Hé oui ! Lisez les "attendus" d'une décision de justice ou les conclusions d'un avocat ou n'importe texte de loi au hasard. Ces mots de Boileau vous reviendront à l'esprit : "ce qui se conçoit bien s’énonce clairement" ...

C'est bien là qu'est le problème !!!!! : les juristes (les mauvais juristes) ne savent pas faire simple.
La solution serait de recruter les juristes parmi les gens intelligents ...
Pour cela : commençons par les sélectionner sur la logique (facile à mettre en oeuvre), et ensuite -toujours lors du même examen- sélectionnons les sur leur capacité à exprimer le plus simplement possible des concepts qui ont été écrits par eux-mêmes et leurs pairs ...

Lorsque les étudiants les plus intelligents s'orienteront vers le droit, on aura une chance d'avoir une justice qui fonctionne.

3.Posté par Mâle herbe le 10/04/2012 00:09
Pour faire clair et simple: les simplistes confondent clarté et simplicité.

4.Posté par noe2012 le 10/04/2012 06:19
Le "droit" a son langage ....
Chez nous , dès qu'un événement se produit , on pond une loi ...et de plus en plus "illisible" avec un jargon débile incompris du grand public ...
On se demande même si les "juristes" comprennent ce qu'ils écrivent !!!

"Il ne faut avoir aucun regret pour le passé, aucun remords pour le présent, et une confiance inébranlable pour l'avenir."
(Jean Jaurès)

5.Posté par justice ya t il un autre choix faite savoir svp le 10/04/2012 11:22
Alors la loi simple la loi du talion ! c'est direct est trés éfficace face à ceux qui sont prévenu !

6.Posté par PARTI PIRATE REUNIONNAIS le 10/04/2012 14:11
M Dupuy, je vous tiens personnellement en haute estime aussi je m'étonne que vous sembliez considérer le coût des frais de justice comme un moyen de limiter les plaintes abusives.

Nous ne croyons pas que l'argent soit un critère très judicieux pour définir le bien-fondé d'une action en justice.

Ceux qui sont très riches peuvent mener des procédures abusives et s'offrir une armée d'avocats pour chercher le petit détail juridique qui leur permet d'échapper à la justice. (La remise en cause des indemnisations de la marée noire de l'Erika nous en offre un remarquable exemple).

Parmi ceux qui n'ont peu de moyens, combien savent qu'ils peuvent bénéficié d'une aide juridictionnelle? Beaucoup renonce avant même d'avoir essayer à défendre leurs droits !

Quand à ceux qui pense avoir suffissement d'argent pour acter en justice, ils voient souvent leur droits reconnus mais après avoir été ruinés par des années de procédures, quand ils n'acceptent pas des conciliations abusives pour s'en sortir.

La justice est sollicitée pour trancher les questions les plus sensibles de la vie en société. Notre système juridique est heureusement fiable, mais très affaibli par un manque tant de moyens que d'indépendance pour faire respecter les droits et devoirs des citoyens comme de leurs représentants.

Je suis désolé de ne pas avoir le temps d'argumenter plus, mais j'essai d'apprendre par cœur la Constition au cas où je serais élu:

"Article 1 : toute do moun i né libre zé égau devan la loi." Ca lé apré ke sa i maille !

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales