Politique

Le New York Times critique la politique sécuritaire de Nicolas Sarkozy

Ce vendredi dans son éditorial, le New York Times critique sévèrement la politique de Nicolas Sarkozy sur ses nouvelles mesures sécuritaires. Il condamne au passage les "calculs politiques à court terme" du président français


Le New York Times critique la politique sécuritaire de Nicolas Sarkozy







Dans son éditorial, le New York Times critique vigoureusement la politique de sécurité et ces nouvelles mesures misent en place par Nicolas Sarkozy, notamment le projet de retrait de la nationalité française aux délinquants d'origine étrangère coupable de polygamie, d'excision ou ayant atteint à la vie d'un membre des forces de l'ordre.

Le journal rappelle qu'aux États-Unis, la citoyenneté américaine, qu'elle soit acquise ou de naissance, est protégée par le 14e amendement, indiquant que "Nicolas Sarkozy, qui aime être appelé Sarko l'Américain, attise dangereusement les passions anti-immigrés pour des calculs politiques à court terme et ce, dans un pays qui a longtemps défendu avec orgueil le principe d'égalité devant la loi de tous les citoyens français". Le journal rappelle aussi que Nicolas Sarkozy a épousé une italienne naturalisée Française, Carla Bruni, et a un père immigrant Hongrois, Pal, qui a également acquis la citoyenneté française.

La droite traditionnelle est inquiète

Pour le New York Times, le principe d'égalité devant la loi "s'applique aussi" à l'épouse et au père du président français et "elle dot s'appliquer à n'importe qui d'autre" selon le quotidien américain. Le journal s'intéresse également au démantèlement des camps de Roms et sur l'expulsions de leurs occupants vers la Bulgarie et la Roumanie "deux pays membres de l'Union Européenne"

"Faire campagne contre les immigrés est populaire chez les électeurs français de souche et Monsieur Sarkozy ne s'en est jamais caché. Il a bâti sa campagne présidentielle de 2007 sur son bilan d'homme à poigne et aux mots incendiaires lorsqu'il était ministre de l'Intérieur", poursuit le journal.

Mais alors que la cote de popularité du chef de l'Etat est "au plus bas" et que le Front National reprend des forces avec Marine Le Pen, "il est allé plus loin, inquiétant les membres de la droite traditionnelle".
Le New York Times conclut que ces derniers "ont raison de s'inquiéter, et Nicolas Sarkozy est, à tort, aventureux d'ignorer leurs conseils de prudence".
Samedi 7 Août 2010 - 09:38
Julien Delarue
Lu 3076 fois




1.Posté par citoyen le 07/08/2010 11:15
Même une partie de la presse et de l'opinion US n'est pas dupe..!

2.Posté par vuvuzela le 07/08/2010 11:17
il ne sera plus français en 2012 ??!!!
L'affaire Bettencourt et autres affaires de délinquance en "col blanc" type KARACHIGATE , l'aura déchu de sa Nationalité du fait de ses origines ??!

3.Posté par Boyer le 07/08/2010 11:18
Je ne comprend pas. que signifie le mot anglais asshole?

4.Posté par elodie le 07/08/2010 11:37
ils sont gonfle de nous critiquer. eux meme s ils avaient ete un peu plus vigilants avec les etrangers ,il n y aurait pas eu le 11 septembre.

5.Posté par citoyen le 07/08/2010 12:08
Un article critique intéressant sur les chiffres officiels de la délinquance sur Marianne2 signalé par un zinfonaute sous l'article "République solidaire" a une antenne réunionnaise":

http://www.marianne2.fr/INSECURITE-C-EST-PIRE-QU-AVANT_a177357.html

Intéressant car on y découvre qu'on peut truquer et du moins grandement fausser à grande échelle les statistiques, même non intentionnellement mais compte tenu de cette détestable "politique du résultat" qui encourage aux dérives administrativo-policières de toutes sortes.

Et qui tend à démontrer que la police de proximité est nécessaire (en plus de la prévention, à mon avis).

Impressionnant de savoir que sur 100 faits de délinquance, 37 seraient élucidés (et encore, ce taux est à nuancer fortement, voir les artifices relevés par l'article pour atteindre ce taux ) et que parmi les affaires élucidés, seuls 10 auteurs seraient poursuivis, dont 6 relaxés, 4 condamnés et 2 purgeraient leur peine... ) selon un spécialiste. Mais cela n'est pas établi officiellement.

La statistique, ou comment faire dire ce qu'on veut à la réalité...

6.Posté par oXo le 07/08/2010 12:14
A droite toute !!!!!!!!!!!
Vive sarkoleon .
Comment fait-on pour changer de nationalité ?
Honte d'etre FRANCAIS

7.Posté par JUBILATION le 07/08/2010 12:14
Si Arnaud LAGARDERE possede des parts au New York Times, le sarko son"frère" va lui demander de virer ce journaleux irrévérencieux envers "chouchou". Non mais des fois !!!

8.Posté par Tcherno-Bill le 07/08/2010 13:50
Si les Américains se mettent à détester Sarko.......... Boyer va se mettre à l'adorer ? Ha ! Ha !
Sans rire , je trouve amusant que les Américains viennent s'inquiéter d'une " dérive droitière " en France !
J'ai vu il y a peu un reportage sur la montée de l'extrème droite anti-Obama , anti-Sécurité sociale , comparant Obama à Hitler et répendant des rumeurs sur le fait qu'il ne serait pas né aux US , qu'il serait un sous-marin islamiste etc.........très inquiétant !

9.Posté par Cambronne le 07/08/2010 14:44
Boyer vous êtes " hopeless " mon cher , vous souhaitez connaitre le sens de "asshole" c'est l'équivalent de con voir en pire connard ...

10.Posté par nounne974 le 07/08/2010 15:11
Un peu gonflés quand même ! Quand on connaît les conditions draconiennes pour obtenir un visa pour les USA et la mission quasi-impossible pour devenir résident, ça laisse rêveur ! Et je ne parle même pas des milices anti-immigrants mexicains à la frontière.

11.Posté par Jeff le 07/08/2010 15:52
boyer, asshole = trou du cul.

Tcherno, la presse anglaise n'est guère plus tendre, le dernier The Economist parle sans ménagement des "dérives" de notre pays.

12.Posté par nicolas de launay de la perriere le 07/08/2010 16:03
il faut en effet démystifier les truqueurs en communication.
si lefevre était cet être hautement qualifié, il serait utilisé au gouvernement.
imaginons un peu la crédibilité de la France avec un FL (presque FN, dis donc, quelle prédestination) en tant que ministre des affaires étrangères...

que ce mec arrête donc de dire et proclamer toute la connerie du pré discours gouvernemental, et que les journalistes étudient un peu plus leurs notes, pour mieux contrecarrer.

a quand des débats avec des questions adressées à l'avance, avec les réponses officielles, puis leur analyse par les journalistes et enfin un débat. cela aura la vertu d'obliger à être un peu responsable dans sa communication officielle.

merci à Marianne, ce journal porte bien son nom. la défense de la République passe par eux, et d'autres comme mediapart ou rue89.

quand je les vois ou écoute leurs discours, je ne peux m'empêcher de penser à cet adage : "tant va (vont) les cruches à l'eau qu'à la fin, il(s) ne se casse(nt)".

C'est le meilleur que nous puissions souhaiter à la France.

13.Posté par le congo chez tintin le 07/08/2010 16:03
6....Comment fait-on pour changer de nationalité ?
Honte d'etre FRANCAIS



Pas très facile, il existe très peu de pays qui distribuent une nationalité aussi facilement que la France !

Je te conseille d 'essayer d'acquérir une nationalité dans un pays étranger (par n'importe quel moyen mariage y compris), un job, des allocations, une assurance maladie, droit de vote, des droits à la retraite et un logement ailleurs....et quand tu auras vu comment ça se passe en vérité ailleurs, ta pseudo honte d'enfant gâté se transformera en fierté !



Sinon essaie N.Y., une carte verte qu'il faut batailler pour avoir, pas de smic, ni d'assurances, une société communautariste basée sur l'argent et Dieu, le Patriot Act, des prisons archi-remplies, peine de mort, états anti ivg.......toutes ces bonnes choses, ça te rendrait ta fierté ?





LE N.Y. Times ferait mieux de regarder ce qui se passe aux States, Obama a multiplié les expulsions de délinquants étrangers...ils n'ont pas de leçons de morale à nous donner !

http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=4453



14.Posté par Ti yab' le 07/08/2010 16:19
Tcherno-bill nous on regarde bien ce qui se passe aux U.S.A alors pk pas l'inverse.
Faut avouer que ce pays regarde la france de prés c'est qu'il a vraiment un gros malaise.
(Mais bon besoin d'etre devin pour savoir sa)
Pour moi c'est une analyse réaliste de la situation francaise actuelle...


15.Posté par ilo le 07/08/2010 16:28
Ils sont gonflé de nous critiquer ! nous on a pas des prisons style Guantalamo ! et des supérettes de ventes d'arme en tout genre ...... et le reste ..... on a pas de leçon à recevoir des ricains .

16.Posté par Un quidam le 08/08/2010 11:25
Peut être que les Américains ne seraient pas mécontents que la France se délite un peu plus.Comme ça , elle ne sera plus un compétiteur sérieux dans les domaines stratégiques comme l'aviation , l'espace , le nucléaire .Un rival en moins.

17.Posté par bouboul974 le 08/08/2010 13:00
@poste 6 vous n'êtes pas Réunionnais sans doute!

18.Posté par fiuman le 08/08/2010 17:02
Sarko est responsable de la suppression de la double peine pour les étrangers, en effet un étranger condamné devait effectuer sa peine puis était expulsé du territoire français.
sarko leurs a donné la nationalité française et maintenant il veut la leur reprendre; j'ai du mal à comprendre la logique de cette histoire et dire que ce sont les politiques qui guident notre pays

19.Posté par nicolas de launay de la perriere le 09/08/2010 20:48
rappel pour ceux qui l'auraient manqué

http://www.rue89.com/2010/05/28/ya-bon-awards-2010-une-bonne-moisson-raciste-152698

20.Posté par Caton2 le 10/08/2010 11:49
Petit rappel. Le New York Times n'est pas à lui seul la presse américaine. C'est un journal international, chic et de centre gauche (américaine). Même s'il est le premier journal américain, Il ne représente pas du tout l'opinion publique américaine.

21.Posté par nicolas de launay de la perriere le 18/08/2010 19:56
http://www.lemonde.fr/societe/article/2010/08/18/a-vienne-le-porte-parole-de-la-communaute-rom-s-appelle-rudolf-sarkozi_1400035_3224.html#ens_id=1389596

Hormis les syllabes d'origine hongroise de leur nom et un goût affirmé pour la politique, ils n'ont pas grand-chose en commun : l'un, Nicolas Sarkozy, est chef de l'Etat français, et glabre ; l'autre, Rudolf Sarközi, visage rond et fières moustaches grisonnantes, n'est que conseiller d'arrondissement à Vienne, où il a travaillé jadis comme éboueur.
OFFRE SPECIALE ETE : Restez connecté à l'information tout l'été
Abonnez-vous au Monde.fr : 6€ par mois + 1 mois offert + le stylo Le Monde
Sur le même sujet
La France compte expulser 700 Roms de son territoire d'ici la fin du mois d'août.
Les faits Expulsion des Roms : la Roumanie et la Bulgarie haussent le ton
Des familles roms s'installent en 2007 dans le camp de mobile-homes mis à leur disposition par la communauté urbaine de Nantes.
Zoom Roms et gens du voyage : où sont les camps évacués depuis le 30 juillet ?
Les faits Roms : les premières expulsions prévues jeudi
Les faits La situation est toujours bloquée à Bordeaux pour les gens du voyage
Les faits Roms : une politique "choquante" et "inefficace" selon un député villepiniste
Reportage La situation des Roms expulsés à Saint-Etienne "n'est pas réglée"
La polémique monte autour de l'expulsion des Roms
Abonnez-vous au Monde.fr : 6€ / mois
+ 1 mois offert

Il est aussi le porte-parole le plus connu en Autriche de la communauté rom, un groupe protégé, depuis 1993, au même titre que les autres minorités – slovène, hongroise, tchèque, croate ou slovaque – issues de l'ancien empire des Habsbourg.

"Au Burgenland, à la frontière avec la Hongrie, il est possible d'enseigner dans les écoles publiques en langue romani", rappelle au Monde M. Sarközi, né en 1944 dans un camp de concentration.

Vieux militant du Parti social-démocrate SPÖ, il suit avec inquiétude les mesures prises par les autorités françaises contre les Roms venus de Roumanie et de Bulgarie.

"Bien sûr, on ne peut laisser se développer des campements sans contrôle, il ne s'agit pas non plus de défendre la délinquance ou l'oisiveté. Mais si on offrait à ces gens des terrains où ils puissent vivre dignement, ce serait un pas vers l'intégration. Le point capital, qui exige le plus d'efforts, étant la formation des jeunes", souligne celui que l'extrême droite a surnommé "le roi tzigane".

UN PATRONYME TYPIQUE

Un million d'euros, reliquat des sommes allouées aux Roms autrichiens par le Fonds national d'indemnisation des victimes du nazisme (9 000 Roms et Sinti, sur 12 000 recensés avant-guerre, ont été exterminés), a été investi dans une fondation d'aide à la formation des jeunes, à condition qu'ils donnent des preuves de leur bonne volonté.

Sédentarisés de longue date, les Roms autrichiens restent trop souvent en marge ; leur nombre est estimé à quelque 30 000, sur 8,3 millions d'habitants, grâce aux immigrants poussés par les guerres interethniques dans l'ex-Yougoslavie.

"Nous avons alors connu des situations de précarité semblables à ce qu'on voit en France aujourd'hui", relève M. Sarközi. En février 1995, un attentat à la bombe avait tué quatre Roms à Oberwart, dans le Burgenland, suscitant l'émoi en Autriche.

Depuis cet épisode, attribué à l'extrémiste solitaire Franz Fuchs, qui s'est suicidé en prison, le calme est revenu. Mais M. Sarközi déplore que sa communauté, comme dans les autres pays d'Europe, soit trop peu présente dans le champ politique, notamment à cause de ses divisions. Les choses étaient sans doute plus simples à l'époque féodale, quand le comte Batthyany accordait sa protection aux Roms du Burgenland et les plaçait sous l'autorité exclusive de leur "voïvode" (chef régional), un certain Martin Sarközi.

Ce "voïvode" peut-il avoir une lointaine parenté avec la famille hongroise de Nicolas Sarkozy – version francisée de Sarközy –, anoblie en 1626 par l'empereur d'Autriche ? "Qui sait ?", se demande Rudolf Sarközi, qui note que ce patronyme est typiquement rom : "Certains, dans un souci d'intégration, l'ont même abandonné de crainte d'être stigmatisés."

Après l'élection de M. Sarkozy, en 2007, le président de l'Association culturelle des Roms d'Autriche lui a envoyé le livre où il raconte son combat pour la reconnaissance politique et juridique de sa communauté. Il a reçu un mot courtois du bureau de l'Elysée.

22.Posté par nicolas de launay de la perriere le 20/08/2010 18:01
et le feuilleton rebondit... le gouvernement est il de paille,à la botte de ce que souhaite le MEDEF et le patronat français ...?

http://www.rue89.com/2010/08/20/woerth-les-relations-genantes-de-serigny-conseiller-de-lombre-163179
--------------------------------------------------------------------------------------------------
Woerth : les relations gênantes de Serigny, conseiller de l'ombre

Un pied dans la finance, l'autre dans la politique : Eric de Serigny, conseiller discret d'Eric Woerth au ministère du Travail, est aussi un proche de Patrice de Maistre, l'homme de confiance de Liliane Bettencourt.

Ce vendredi matin, une enquête de France Inter rappelle les nombreuses activités de ce personnage méconnu, notamment :

* Conseiller d'Eric Woerth aux ministères du Budget puis du Travail ;
* Proche des grands donateurs de l'UMP, lorsqu'Eric Woerth en était le trésorier ;
* Président du directoire de la société d'investissement Alternative Leaders France ;
* Administrateur du groupe Imerys, spécialisé dans les minéraux industriels, et détenu par deux milliardaires connus et proches de Nicolas Sarkozy, le Belge Albert Frère et le Canadien Paul Desmarais.

Une fonction « bénévole » au ministère du Travail

Eric de Serigny, 64 ans, n'apparaît pas dans l'organigramme officiel du ministère du Travail, et sa nomination n'a jamais été annoncée au Journal officiel.

Contacté par Rue89, le cabinet d'Eric Woerth confirme qu'Eric de Serigny est « conseiller pour les relations économiques », mais affirme qu'il offrirait simplement ses services pour « faire le lien » entre le ministre et les entreprises :

« C'est une fonction entièrement bénévole. Elle consiste à aider le ministre à organiser des réunions avec des chefs d'entreprise. »

Eric de Serigny était « en voyage » ce vendredi, selon un de ses collaborateurs chez Alternative Leaders France. En confirmant que sa mission au ministère serait « bénévole » : Eric de Serigny travaillerait à temps plein chez Alternative Leaders France.
Des liens avec Patrice de Maistre en France et au Luxembourg

La principale activité d'Eric de Serigny, c'est donc la finance. Avec deux casquettes :

* Président du directoire de la société d'investissement Alternative Leaders France ;
* « Senior partner » (associé) dans une autre société financière, Athema.

Ces fonctions placent également Eric de Serigny au carrefour de la finance et de la politique. Avec des liens avec Patrice de Maistre, gestionnaire de la fortune de Liliane Bettencourt et employeur jusqu'au début de l'été de Florence Woerth :

* Le fondateur et président du conseil de surveillance d'Alternative Leaders, Bernard Lozé, siège au conseil d'administration de Brinon Investissement, la société personnelle de Patrice de Maistre.
* Un autre membre du conseil d'administration d'Alternative Leaders, Christian Langlois-Meurinne, siège aussi à celui de la société IDI Emerging Markets, comme Patrice de Maistre.

IDI Emerging Markets est enregistrée au Luxembourg. Parmi ses actionnaires, le registre du commerce luxembourgeois recensait en 2008 :

* Clymène, la société gérant la fortune personnelle de Liliane Bettencourt et présidée par Patrice de Maistre ;
* La Fondation Bettencourt, à but non lucratif et présidée également par Patrice de Maistre ;
* Robert Peugeot, via la FFP (Société foncière, financière et de participations), qui contrôle le constructeur automobile.

Robert Peugeot est aussi une connaissance d'Eric Woerth : il aurait rencontré le ministre pour évoquer ses problèmes fiscaux.
Les VIP du conseil d'administration d'Imerys

Eric de Serigny appartient aussi au conseil d'administration et au conseil stratégique du groupe Imerys, spécialisé dans les minéraux industriels. Pour ces fonctions, il a été rémunéré 36 500 euros en 2009, selon le rapport annuel du groupe.

Le conseil d'administration d'Imerys est un club de VIP de la finance, mais aussi de la politique.

Imerys appartient à la holding Pargesa, détenue par deux milliardaires proches de Nicolas Sarkozy, le Belge Albert Frère et le Canadien Paul Desmarais. En 2008, le président de la République avait décoré Paul Desmarais de la grand-croix de la Légion d'honneur, en expliquant dans son discours :

« Si je suis aujourd'hui Président, je le dois en partie aux conseils, à l'amitié et à la fidélité de Paul Desmarais. »

Pour Eric de Serigny, c'est aussi une affaire de famille. Selon sa fiche dans le Who's Who, il était marié à Sophie Desmarais, la fille de Paul.

Au conseil d'administration d'Imerys, on retrouve notamment Robert Peugeot. Le groupe sait aussi se montrer accueillant pour les politiques. Pierre Lellouche, l'actuel secrétaire d'Etat aux Affaires européennes, a siégé au conseil d'administration de 1996 à 2005. Aux côtés par exemple d'Edouard de Rothschild, patron de l'organisateur de courses France Galop et propriétaire de Libération.

Imerys est aussi lié financièrement à l'Etat, via le Fonds stratégique d'investissement (FSI), qui détient une petite participation, inférieure à 5%. Le directeur général du FSI, Gilles Michel, a annoncé cet été sa démission : il part justement chez Imerys, dont il deviendra le patron à la rentrée. Et le FSI connaît bien le copropriétaire du groupe, Albert Frère : il a tenté de s'associer à lui pour reprendre l'armateur marseillais CMA-CGM.
Les généreux donateurs de l'UMP

Les liens entre Eric Woerth et Eric de Serigny passent aussi par l'UMP, dont le ministre était le trésorier jusqu'en juillet. Selon Le Canard enchaîné, Eric de Serigny est un des piliers du « Premier cercle », ce groupe de donateurs fortunés ayant contribué au financement de l'UMP et de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy.

« Je ne suis pas fondateur du Premier cercle et pas même membre de l'UMP », assure Eric de Serigny à France Inter. En revanche, il confirme la fondation d'un autre cercle informel, le « W19 », en soutien à Eric Woerth.

L'Express en avait révélé l'existence en juin, en expliquant que « le but de ce réseau bon chic bon genre est d'appuyer la carrière politique du maire UMP de Chantilly ». Selon L'Express, le nom « W19 » signifie « Woerth 19 », en référence au nombre de membres du groupe. Eric de Serigny explique à France Inter qu'il s'agit plutôt d'une référence à la date du premier déjeuner réunissant ce petit groupe.

Ces financiers et ces donateurs, Eric de Serigny les rencontre aussi dans d'autres cercles « select ». Selon le Who's Who, il est ainsi membre du Jockey Club, du Polo, du Travellers et de l'Association d'entraide de la noblesse française. Dans sa fiche, Eric de Serigny précise aussi être passionné de chasse. Comme Patrice de Maistre.

Le conseiller d'Eric Woerth explique à France Inter :

« Ayant travaillé quarante ans dans le secteur bancaire, je connais pas mal de chefs d'entreprise, dont la plupart sont des amis depuis vingt ou trente ans. […] Oui, je connais Patrice de Maistre, et depuis quarante ans. »

Rien d'illégal, évidemment, dans ces relations entre membres d'un même milieu social, professionnel ou politique. A moins d'un mélange des genres débouchant sur des conflits d'intérêts.
Des questions sur le dossier de l'usine Molex

France Inter s'interroge, justement, sur l'intervention d'Athema -la société d'investissement dont Eric de Serigny est associé- dans un dossier suivi de près par le ministère du Travail.

Eric de Serigny a rejoint Athema en juin 2009. En septembre, la société intervient dans le vente de l'usine Molex à Villemur-sur-Tarn (Haute-Garonne). Sur son site, Athema explique avoir travaillé avec les avocats de la direction, et contribué à la vente de l'usine au fonds d'investissement américain HIG.

HIG s'engage à reprendre au mieux 60 des 283 salariés. Parmi les salariés frappés par les licenciements économiques, les représentants du personnel, normalement protégés par le droit du travail. En décembre 2009, l'inspection du travail estime que le motif économique de leur licenciement n'est pas démontré.

Les dirigeants de Molex déposent alors un « recours hiérarchique » auprès du ministre du Travail, à l'époque Xavier Darcos. La réponse arrive le 24 mars, deux jours après le remaniement ministériel : le ministère donne raison à la direction.

Eric Woerth n'est alors ministre du Travail que depuis deux jours. A-t-il eu personnellement connaissance du dossier, et Eric de Serigny est-il intervenu ? Contacté par Rue89 ce vendredi, le cabinet du ministre expliquait ne pas disposer des informations nécessaires pour répondre.
Décoré en même temps que Patrice de Maistre

Le nom d'Eric de Serigny apparaît bien au Journal officiel, mais à la rubrique des décorations. Le 14 juillet 2007, Eric de Serigny était en effet promu chevalier de la Légion d'honneur, sur le premier contingent du ministère de l'Economie après l'arrivée de Nicolas Sarkozy à l'Elysée.

Dans ce contingent, on retrouve une de ses bonnes connaissances : Patrice de Maistre, le gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt, décoré par Eric Woerth lui-même. Au cabinet du ministre, on assure que ce n'est pas Eric Woerth qui a décoré son conseiller.

Dans ses réponses à France Inter, Eric de Serigny dément une information du Canard enchaîné : selon l'hebdomadaire, Patrice de Maistre aurait indiqué aux enquêteurs que le conseiller d'Eric Woerth serait intervenu pour qu'il obtienne la Légion d'honneur.
---------------------------------------------------------------------------------------------------

allez woerth, une bonne démission..tu montreras la voie à d'autres.!

23.Posté par nicolas de launay de la perriere le 20/08/2010 18:03
affirmation purement gratuite caton2..comme toujours depuis quelques jours..
un journal n'est effectivement pas représentatif de ce que pense une opinion, mais le fait d'être lu et pas par un petit nombre de lecteurs en l'occurrence, lui donne droit à un niveau certain de crédibilité.

24.Posté par Caton2 le 20/08/2010 19:21
24. Comme toi, Nicolas le persifleur?

25.Posté par le congo chez tintin le 20/08/2010 20:37
mais le fait d'être lu et pas par un petit nombre de lecteurs en l'occurrence, lui donne droit à un niveau certain de crédibilité.




Donc le JT de jean pierre pernaut qui est très regardé est une référence de crédibilité ? FOX news ? les tabloïds anglais ?

N'importe quoi, confondre audience et crédibilité.....autant dire que le dernier tube de Shakira est un pur chef d'oeuvre artistique parce qu'il a fait un carton dans les charts !

26.Posté par Jeff le 20/08/2010 22:20
Mon pauvre congo, tu tombes dans tous nos pièges. On s'en fout du thème,, en l'occurence : Le New York Times critique la politique sécuritaire de Nicolas Sarkozy, c'est ta réaction qui nous distrait. tu te crois investi de la contradiction, c'est cela qui est distrayant.

On aime ton soi-disant non-conformiste anti-nègre ou anti coloniaux. Ton racisme primaire nous démontre la dimension de la con (go) nerie humaine.

27.Posté par nicolas de launay de la perriere le 23/08/2010 11:26
Crédibilité ? sais tu au moins ce que signifie ce terme "le con-go chez tintin !"

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales