Politique

Le MEDEF Réunion présente ses propositions aux candidats à la présidentielle


À quelques semaines de l’élection présidentielle, le MEDEF Réunion présente ce vendredi 17 février 2017 ses doléances aux différents candidats. Dans un document comportant 60 propositions, réparties dans 16 chapitres, l'organisation patronale détaille ses suggestions de réformes articulées autour de trois axes, à savoir la compétitivité des entreprises réunionnaises, l’attractivité du territoire et la formation des individus dans ces entreprises.

Pour le président du syndicat patronal, Didier Fauchard, le plus important à ses yeux pour faire redémarrer l’économie locale est la réduction du coût du travail, avec une baisse des charges et des impôts sur les sociétés. Mais également "la capacité qu’aura notre territoire à aller chercher des investisseurs à la fois nationaux et transnationaux pour créer des produits et des services que nous pourrons ensuite exporter dans la zone et même dans le monde".

Pour cela, le MEDEF Réunion réclame la création d’un Crédit d’impôt croissance compétitivité spécial outre-mer (CCC) pour remplacer le CICE actuel. Pour l’organisation patronale, ce nouveau crédit permettra aux entreprises de moins de 11 salariés bénéficiant de la LODEOM de bénéficier également de l’équivalent d’une éventuelle baisse de charges au niveau national.


Un discours commun à l’ensemble des départements d’outre-mer

"Aujourd’hui, ce que nous voulons, c’est une Réunion gagnante, où tout le monde a un emploi (…) Il est important que les différents candidats à la présidentielle aient des ambitions stratégiques pour l’Outremer dans leurs programmes", clame Didier Fauchard.

Il demande, par exemple, que le futur gouvernement se concentre sur un discours commun à l’ensemble des départements d’outre-mer. "Tout dispositif mis en place sur le territoire national doit être décliné en Outremer", avec des mesures "spécifiques à chaque fois qu’un dispositif national ne peut s’appliquer de la même façon dans l’outremer", martèle le n°1 du MEDEF à La Réunion.

Le syndicat patronal regrette par exemple que la lutte contre le chômage -en métropole- ait fait l’objet de mesures prioritaires pour restaurer la compétitivité des entreprises et stimuler l’offre, alors que dans les DOM, "c’est le contraire qui a été fait", avec des "rabots des aides entreprises". Didier Fauchard estime le montant de l’ensemble de ces rabots à plus de 300 millions d’euros depuis 2011. Il souhaite, compte tenu de la situation économique et sociale dégradée des DOM, l’annulation de ces 300 millions d’euros de rabots et une attribution de 60 millions d’euros aux entreprises ultramarines au titre du CICE.

Sur l’attractivité des territoires ultramarins et en particulier de La Réunion, Didier Fauchard demande également aux candidats de garantir la pérennité et la stabilité des dispositifs en faveur des outre-mer en mettant en oeuvre une Loi de programmation stratégique pour l’outre-mer. Le but de cette loi programme : donner une visibilité à long terme pour une durée minimum de 10 ans à compter de 2017, afin de restaurer la confiance des entrepreneurs.

Vendredi 17 Février 2017 - 14:33
samuel.irlepenne@zinfos974.com
Lu 1889 fois




1.Posté par GIRONDIN le 17/02/2017 15:40
Impossible de lire sur smartphone


J'imagine qu'ils veulent en gros:
Pas de charge
Pas d'impôt
Pas d'intervention de l'état

Oui à
La defisc
Aux co financement
Au marché public
Au sauvetage par l'état


Si quelqu'un peut me dire !

2.Posté par La vérité vraie... le 17/02/2017 16:30
@Girondin.

Je n'ai pas lu ! Depuis 20 ans, ces gens sont millionnaires...pendant ce temps là, on supprime les cotisations patronales, les bénéfices n'ont jamais été aussi hauts (pareil pour les dividendes), les pauvres se comptent par millions, la fraude aux cotisations n'a jamais été aussi peu punie, etc. Alors leurs propositions, ils peuvent franchement se les ù^é"*$ là où je pense !

Ils vont sentir mon vote à la présidentielle ceux-là ! Qu'ils se préparent bien, parce que ça va tanguer grave...et quitte à foutre la merde en votant Le Pen au second tour ben ça sera Le Pen mais leurs candidats (Fillon, Macron, Hamon = CICE, ANI, etc.) n'auront jamais mon bulletin de vote. Plutôt crever que de couler une énième fois LR ou PS. Au moins c'est dit !

JE VOTE, ILS DÉGAGENT !

3.Posté par KLOD le 17/02/2017 18:13
l'éternel demande de "baisse des charges d'un certain patronat" .................. et la diminution du chomage , NON et l'intéressement des salariés aux bénéfices de l'entreprise , NON ? rien de nouveau depuis si longtemps , vraiment le meme discours ........................

4.Posté par @1 et @2 le 17/02/2017 18:22
Devenez patron, c'est super facile. On se demande bien pourquoi vous ne l'êtes pas déjà, avec tous ces merveilleux avantages que vous décrivez.

5.Posté par Antipode le 17/02/2017 19:28
Et ils ont un sacré problème de langage façon novlangue :
"coût du travail" le travail ne coûte pas, il rapporte, sinon ben faut arrêter hein ^^
"avec une baisse des charges" il ne s'agit pas de charges mais de taxes, cotisations, c'est une part des salaires !

6.Posté par GIRONDIN le 17/02/2017 19:34
4. @1 et @2
Qu'es ce que vous en savez ?

Il y a beaucoup d'entreprise qui ne bénéficie pas de ce genre d'avantage (pas de defisc,pas de marché public, pas de copinage, pas de réseau ...) et qui fonctionne bien. Dans ces boîtes Les patrons comme les collaborateurs connaissent leur travail et ne sont pas des espècialistes du gavage sur le dos du contribuable. Des patrons qui ne touchent pas 10000€/mois qui ne voyagent pas en 1ere classe et qui roulent en des petits VU.
Oui ils en existent !

7.Posté par KLOD le 17/02/2017 20:49
et oui Girondin , les éternels "devenez patron ......." la meme rengaine , depuis si longtemps .

8.Posté par Dazibao le 17/02/2017 22:57
Aux infos de ce midi, l e M. FAUCHARD expliquait qu'il avait une préférence pour FILLON. Dès lors , quand on a arrété son choix, pourquoi interpellez les autres candidats?

9.Posté par Lora le 18/02/2017 09:30
Si j'ai bien compris.
On avait donné des milliards aux banques.
Chaque président "donne" aussi aux patrons.
Ces "gros" patrons du CAC 40 sauf qq ne sont pas ici.
Ils quittent même la France pour ne pas contribuer et vont redemander encore.
Ceux du MEDEF et de CGPME contribuent je l'espère ?

10.Posté par momo le 18/02/2017 13:26
leur candidat c est macro le seul a etre assez macro

11.Posté par Jmb le 19/02/2017 21:36
@4: J'adore. Une simple recherche sur internet vous apprendra que 75% des défaillances d'entreprises sont dûes à une méconnaissance en gestion par le dirigeant. Et oui, ça s'apprend la gestion: la compta, la stratégie, la concurrence, le recrutement, la formation des salariés, ET du dirigeant. Thèses, articles de journaux, de recherche, et même études commandées par le Medef. Si je lis bien les préconisations du Medef, seulement un paragraphe sur la formation, et encore, toujours la même chose sur la main d'œuvre jeune, malléable, à bas coût, qu'on souhaite efficace et peu chère. Pour le reste, il n'y a que des propositions de défisc. Donc si je comprends bien, ces gens-là me volent mon argent au nom de la compétitivité. Rien sur la formation, rien sur l'implication des salariés, rien sur la facilitation aux démarches administratives ou l'analyse concurrentielle... Bref ces gens-là sont comme les syndicats qu'ils combattent: des dinosaures, et des escrocs. Merci à Girondin de mettre en avant les VRAIS patrons, ceux qui travaillent, ne se gavent pas, aiment leur entreprise et leurs salariés, roulent en petit VU, et vont avec envie chercher les clients tous les jours. Cela contribuent à l'économie. Pas comme les autres vampires qui roulent en Porsche et parlent de coût du travail.

12.Posté par GIRONDIN le 19/02/2017 22:05 (depuis mobile)
11. Jmb
Merci et évidemment 100% d'accord avec vous.

13.Posté par La vérité vraie... le 21/02/2017 09:43
@post 4.
Merci pour votre contribution, on voit bien que ça marche ce que prône le MEDEF !
Depuis 20 ans, on applique leurs demandes. 9 millions de pauvres, presque 10% de chômage, l'augmentation perpétuelle des fraudes aux cotisations sociales, etc.
Je vous retourne votre proposition, devenez salarié...avec tous les avantages de ce statut, jalousés par les employeurs, on se demande pourquoi il n'y en a pas plus...

14.Posté par klod le 22/02/2017 18:50
post 13 a tout dit !


i love le maisdefe

Nouveau commentaire :
Twitter