Social

Le KPLV à nouveau devant la préfecture pour dénoncer la gestion des emplois aidés


Le KPLV à nouveau devant la préfecture pour dénoncer la gestion des emplois aidés

Environ 80 personnes étaient regroupées aujourd'hui devant la préfecture à Saint-Denis à l'appel du KPLV (Kolectif Pou La Vérité) qui regroupe quatre associations.

Le 17 mars dernier, un premier rassemblement avait été organisé par le KPLV. Les membres avaient rencontré le sous-préfet Richard-Daniel Boisson en charge de la cohésion sociale pour exprimer leur "inquiétude" concernant la diminution du nombre de contrats aidés en 2011. Le collectif dénonce notamment l'attribution de ces contrats car certaines communes seraient lésées par rapport à d'autres.

Un autre élément de revendication concerne l'arrêté préfectoral du 31 décembre 2010 pris par le préfet de La Réunion qui fixe la durée des contrats aidés à six mois et 22 heures par semaine. Selon Margaret Robert-Mucy, président de l'association "Valcoré", il n'est pas possible de former les gens et d'obtenir une qualification dans ces conditions. En réponse, le sous-préfet a proposé au collectif de faire des propositions, d'apporter des modifications au texte et qu’il les soumettrait ensuite au préfet. Le collectif a refusé car, selon eux, ce n'est pas leur rôle. Il demande d'ailleurs tout bonnement la suppression de cet arrêté car d'après eux, la circulaire DGEFP no 2011-02 du 12 janvier 2011 prévoit qu'un contrat aidé peut durer 30 mois et peut être prolongé jusqu’à 60 mois.

Le collectif souhaite la création d'une agence indépendante

Par ailleurs le collectif souhaite la création d'une agence régionale indépendante pour le recrutement des personnes en contrats aidés selon les besoins et projets de territoires. Cette démarche viserait à éviter que les contrats aidés soient utilisés dans une logique électoraliste. Pour l'heure, le préfet serait contre la création d'une structure indépendante chargée du contrôle et de l'attribution des contrats aidés.

Le KPLV compte poursuivre son action. Ils seront tous les jeudi devant le préfecture et selon si la colère monte et mouvement pourrait se durcir.
Jeudi 24 Mars 2011 - 19:16
Lilian Cornu
Lu 2148 fois




1.Posté par Dubi Tatif le 24/03/2011 20:12
KPLV :C'est le LKP réunionnais?

2.Posté par MS le 24/03/2011 20:51
"la colère monte et le mouvement pourrait se durcir..." Aîe, aîe, aîe ! Si le centriste mou, devenu écolo, Jean Alain Cadet (2 % aux cantonales) se met en colère, ça va saigner !! Tremble Préfet de la Réunion ! !

3.Posté par CADET Jean Alain le 24/03/2011 21:45
La colère ne vient pas de Jean Alain CADET mais elle vient des milliers de personnes qui sont sans emplois et qui n'ont plus beaucoup d'espoir ni de confiance...A force de rester son cul planqué chez soi derrière son écran et distiller des commentaires de Monsieur je sais tout, qui je suppose a une bonne situation - peut-être fonctionnaire ? Effectivement le petit peuple Réunionnais n'intéresse guère ! et il faut se réjouir d'avoir 130 000 chômeurs à la Réunion et le gouvernement généreux de SARKOZY qui "donne" 8000 contrats précaires de 6 mois à 530 euros par mois c'est sûrement trop !
Je vous laisse vous réjouir de cette situation tranquillement chez vous et je confirme c'est bien Jean Alain CADET qui a fait 2,79% aux cantonales face à 9 candidats dont TAK et qui finalement après coup se dit que ce n'est pas si mal pour un début....car il a obtenu 164 voix sans aucunes fausses promesses !

4.Posté par CC le 25/03/2011 19:10
La critique est facile, l'art est difficile !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales