Blog de Pierrot

Le JIR placé en règlement judiciaire la semaine prochaine

Mercredi 27 Janvier 2016 - 21:15

La Une du JIR d'aujourd'hui
La Une du JIR d'aujourd'hui
Demain matin, ce n'est pas Yves Montrouge qui signera comme à son habitude l'Edito du JIR. D'abord parce qu'il est en vacances, mais surtout parce que c'est Abdul Cadjee en personne qui tiendra la plume

Si le grand patron monte au créneau, c'est qu'il a des choses importantes à apprendre à ses lecteurs. Et effectivement, la situation est grave !

Le JIR perd de l'argent, beaucoup d'argent. C'était un secret de polichinelle dans le milieu des affaires à la Réunion, mais sans doute que la nouvelle va étonner le lecteur moyen du journal.

Tellement d'argent que même Abdul Cadjee ne peut plus boucher les trous. Il a longtemps versé de sa poche de quoi permettre au journal de payer les salaires, toutes les fins de mois, même s'il est arrivé que les salariés soient payés en retard. Mais devant son incapacité à mettre fin à l'hémorragie, il a décidé de dire "stop".

Le journal a accumulé des dettes énormes auprès de nombreux créanciers et Abdul Cadjee a fini par prendre conscience que toutes les solutions envisagées ayant échoué, il risquait de continuer à voir les dettes augmenter tous les ans (la presse papier perd 10% de ses lecteurs annuellement...) sans espoir d'amélioration. Il a donc décidé de placer son entreprise en règlement judiciaire.

Le dossier devrait être déposé devant le tribunal de commerce de Saint-Denis le 3 février prochain.

Un journal qui devra être réorganisé

Dans le même temps, Abdul Cadjee a procédé à une réorganisation interne. Son fils Hassen, qui avait été nommé directeur général, ne l'est officiellement plus. C'est un dénommé Bousquet qui le remplace, même si son nom n'apparait pas encore officiellement dans l'Ours, l'emplacement qui mentionne les principaux actionnaires et cadres de l'entreprise, en page 3 du journal.

Pourtant Hassen, qui n'est plus DG, continue à occuper son bureau et de l'avis des employés, c'est lui qui continue à donner les ordres.

Allez y comprendre quelque chose...

D'autres réajustements sont également probables.

Le monde de la presse bruisse depuis plusieurs semaines de rumeurs sur le départ d'Yves Montrouge de son poste de rédacteur en chef. Déjà, il avait dû accepter d'avaler une couleuvre avec la nomination de Florent Corée, son ancien bras droit, au poste de directeur général adjoint. C'est à dire au-dessus de lui dans la hiérarchie. Ces rumeurs, qui s'étaient apaisées, sont reparties de plus belle depuis quelques jours avec l'annonce d'un départ pour le service Communication du Département, en remplacement de Christian Leuck.

C'était en mai 2009. Addul Cadjee venait de racheter le JIR au groupe Hersant pour un peu moins de 20 millions d'euros. Très heureux sur la photo, en train de serrer la main du représentant du groupe Hersant, avec Jacques Tillier en arrière plan, il n'imaginait pas qu'il allait devoir déchanter moins de 7 ans plus tard... (photo groupecadjee.re)
C'était en mai 2009. Addul Cadjee venait de racheter le JIR au groupe Hersant pour un peu moins de 20 millions d'euros. Très heureux sur la photo, en train de serrer la main du représentant du groupe Hersant, avec Jacques Tillier en arrière plan, il n'imaginait pas qu'il allait devoir déchanter moins de 7 ans plus tard... (photo groupecadjee.re)
En se plaçant sous le régime protecteur du règlement judiciaire, Abdul Cadjee fait une bonne affaire et gagne du temps.

Cette procédure a l'avantage de geler toutes les dettes et de suspendre les intérêts sur les comptes débiteurs. Même s'il sait que le trou risque fort de continuer à s'agrandir dans les années à venir avec une fonte du nombre de lecteurs (il se dit que le JIR ne vendrait plus que 8.000 exemplaires tous les jours) et une diminution de la publicité au profit d'autres supports moins chers et avec un meilleur retour sur investissement. Comme le web par exemple.

Les grands perdants de l'opération risquent fort d'être les créanciers du JIR qui devront s'asseoir sur leur argent et se contenter de l'espoir de n'en récupérer qu'une toute petite partie, au mieux, dans plusieurs années.

A voir d'ailleurs si cette décision d'Abdul Cadjee ne va pas entraîner, en cascade, la mise en règlement judiciaire d'autres sociétés à qui le JIR devait de l'argent, beaucoup d'argent, et qui risquent de ne pas pouvoir le supporter. Nous ne nous faisons aucune inquiétude pour SFR ou Orange à qui le groupe Cadjee doit des sommes très importantes puisque c'était lui qui vendait les cartes pré-payées de nos opérateurs locaux, mais d'autres sociétés ont les reins beaucoup moins solides...

La procédure de redressement judiciaire

La procédure de redressement judiciaire doit être mise en œuvre par toute entreprise en cessation de paiements. Pour être acceptée par le tribunal, il faut que celui-ci estime que le redressement est jugé possible et que l'entreprise a une chance de s'en sortir.

Le RJ, comme on dit, permet la poursuite de l'activité de l'entreprise, l'apurement de ses dettes et le maintien de l'emploi.

La procédure de redressement judiciaire commence par une période d'observation de 6 mois maximum, renouvelable sans pouvoir dépasser 18 mois. Pendant cette phase, un bilan économique et social est réalisé.

L'entreprise poursuit son activité. Elle est alors gérée par un administrateur judiciaire seul ou avec son dirigeant.

L'ouverture de la procédure entraîne la suspension des poursuites : les créanciers qui existaient avant l'ouverture de la procédure ne peuvent plus engager de poursuites en justice ni procéder à des saisies pour faire exécuter des décisions déjà obtenues.

Elle arrête aussi le cours de la plupart des intérêts et des majorations.

La période d'observation se termine par l'une des actions suivantes :
  • la mise en place d'un plan de redressement, limité à 10 ans, si l'entreprise est viable. Ce plan prévoit notamment des mesures de réorganisation de l'entreprise qui doivent permettre le règlement de ses dettes et la poursuite de son activité,
  • la cessation partielle ou totale de l'activité,
  • l'ouverture d'une liquidation judiciaire si la situation de l'entreprise ne peut pas s'améliorer,
  • la clôture de la procédure s'il apparaît que le débiteur dispose de sommes suffisantes pour désintéresser les créanciers et régler les frais.
Pendant la période d'observation, seuls les licenciements économiques ayant un caractère urgent, indispensable et inévitable peuvent être prononcés. Après information des représentants du personnel, ils doivent être autorisés par le juge commissaire, qui fixe le nombre de salariés licenciés et leur activité.

Dans la situation actuelle du JIR, il est à craindre que l'administrateur judiciaire soit dans l'obligation d'envisager de nombreux licenciements économiques. Pas tant au sein de la rédaction qui ne compte plus que 50 à 55 journalistes et qui a déjà beaucoup "dégraissé", que dans le reste du personnel. 
Pierrot Dupuy
Lu 11184 fois


Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

73.Posté par David le 09/01/2017 21:23 (depuis mobile)

sont limites... Pas le tenue d'un Télégramme ou Le Parisien... Dommage pour les créanciers, ce n'est pas juste. Mais quand un client est mauvais payeur faut s'arrêter de bosser avec lui avant..la maison ne doit pas faire crédit..bann couillons.

72.Posté par David le 09/01/2017 21:20 (depuis mobile)

Les articles sont devenus des partis pris et du ladi lafé. Des sources non vérifiées, mais comme au quotidien également.. Tous les journalistes de ces canards, ne sont pas des pro, mais des pigistes sans formation.. Remarque mêmes certains pro sont l

71.Posté par totor le 10/02/2016 15:29

Dans la presse-papier réunionnaise arrêteras de faire des Ladilafé, la chronique des tribunaux du coin, et de tous les fait divers sordide de la réunion, ou à se consacrer à de vrais articles de fond, éducatif et instructif,
Je rachèterais des Journaux locaux.

Certains jours, proches des fêtes, je ne vois pas trop la différence entre cette presse et les Prospectus publicitaires dans ma boîte aux lettres

70.Posté par P.masson le 08/02/2016 06:26

J'ai à disposition gratuitement les deux journaux je ne les ouvre même pas et je ne lis même plus la première page tellement c'est pathétique.

Je préfère lire les gros titres de ZINFO 974 pour les infos locales.

Après je lis sur internet la presse nationale en variant les sources car la plupart des journaux bien pensant ( Le monde, libération ..) ne sont plus objectifs et surtout filtrent l'information.

69.Posté par lectrice attentive le 07/02/2016 22:16

Le JIR comme Le Quotidien, depuis une vingtaine d'année n'ont eu de cesse de caresser les élu-e-s de La Réunion dans le sens du poil, espérant avoir des retombées par des recettes publicitaires pour les faire vivre voir pour survivre.

Le résultat est là !!!

Le JIR qui, ces 5 dernières années a toujours été très light dans ses commentaires avec la gauche en particulier, avec certains élu-e-s corrompus ou ringards du passé genre Bello et Vergès,... n'a pas compris que ses lecteurs en avait marre de ne pas être écouté et de lire les mêmes inepties!!!

Le résultat des dernières élections est sans appel ...

Aux médias d'en tirer les conclusions !!!

68.Posté par zobi la mouche le 07/02/2016 21:46

STOPPER LA PRESSE PAPIER ET TOUT SUR LE NET COMME PIERROT


67.Posté par seneque le 07/02/2016 21:08

Tillier revient !!!viens secouer la couscoussière.

66.Posté par piment farci le 07/02/2016 21:03

Le boss est connu pour avoir un carnet d'adresses de bargeot. .pourquoi il demande pas des sous aux gens célèbres comme zidane ou Adriana Karembeu ou Serge lama au ils avaient fais venir.il peut demandé aussi au d'Arabes de la réunion qui sont pètés de tunes. Il ne sont pas a un million ou deux. Les chinois eux il s'entraide.

65.Posté par sardine le 07/02/2016 20:29

Zoé, si Cadjee fait debarquer un troupeau de suédoisessur ll'ile,je l'abonné. Plus sérieusement, pourquoi le jir ne profite pas des aides à la presse. Certains journaux de métropole touchent des millions sans compter les fonds Google. Que font nos politicards locaux qui devraient faire du lobbying pour défendre l'emploi local. Voilà des vrais questions qu'il faut se poser.

64.Posté par rené pekinois le 07/02/2016 19:33

Bon courage à tous.Peut être que tiller doit revenir !

63.Posté par zoe le 07/02/2016 19:13

Il faut que la direction réinvente un journal.Bon courage car cela va être compliqué.La presse va mal et il faut que tout le monde se serre les coudes.
Les suédois font des bons journaux.Peut être que M;Cadjee pourrait regarder de ce côté là.
Allez bon dimanche

62.Posté par robert hu le 07/02/2016 18:39

BON COURAGE AUX SALARIES ET A L'EQUIPE DIRIGEANTE.

61.Posté par capitaine igloo le 07/02/2016 15:51

LE. Quotidien ne devrait pas se réjouir car imaginons que demain un groupe solide rachète le jir. Si ce groupe a la capacité financièrede ddévelopper le canard c le quotidien qui trinque.il vaut toujours mieux avoirun concurrent affaibli mais en vie . C pourquoi je pense que CKC rachètera le jir.

60.Posté par kakall le 07/02/2016 15:28

la Corée vient d'envoyer une fusée dans l'espace.LEs salariés du Jir souhaitent que le leur prenne juste un peu de hauteur.lol. 😂,

59.Posté par claude leroy le 07/02/2016 13:34

pour tout abonnement d'un an, le jir vous offre un déambulateur. Voilà une offre qui ne devrait pas laisser insensible le lectorat du jir..on pourrait aussi imaginer d.'offrir une loupe grossissante ou du viagra.

58.Posté par madame irma le 07/02/2016 13:19

Hayot ,goulamaly ou le groupe richebourg ,futur repreneur ?

57.Posté par zembrocal le 07/02/2016 12:39

Q les gens n'achètent plus les journaux a cause d internet. C 'est tout il n'y a rien a rajouter. Il faut que les salaries sortent de ce merdier et dégagetout de suite car le seul aavenir pour eux c'est chez Paul emploi .le reste c du blablah et tout ce qui dise le contraire sont des menteursrs..

56.Posté par zezettte le 07/02/2016 11:56

Il restera un journal et un seul c certain et ce sera le quotidien.

55.Posté par zingaro le 07/02/2016 10:56

Monté u collectif pour faire un appel aux dons comme le quotidien autrefois.

54.Posté par poulet tranche papaye le 06/02/2016 15:53

La presse papier est morte et enterrée. Les salariés du jir doivent penser à leur reconversion ceux qui croient a un pprolongement de vie se trompe. C fini. Abdul cadjee aura commis une erreur terrible en aachetant cette affaire et il paye cash . Son groupe est en grand danger. Au en est il de son projet saint pierrois avec la bande à locate?

53.Posté par coeur de femme le 06/02/2016 15:41

Yves montrouge a été obligé de prendre des vacances forcées.Le nouveau DG et son ayatollah ont considéré qu'il était nuisible à ce journal en perdition. Courage Yves .Abdool cadjir devrait se renseigner avant de confier l'avenir de son canard à des hommes sans expérience .Il est vrai que dans la panique on peut faire des choix imbéciles.reviens nous vite Yves.

52.Posté par Tonton le 03/02/2016 13:08

Ca fait des années que je n'ai pas acheter le JIR (ni le quotidien) - car j'étais vixé par leur entente (illicite) d'augementation des prix de 20% (en chiffres : vingt pour cent !) il y a qq. années.
C'était abusif, et je n'ai pas oublié (ni achété depuis).

Trop cher pour les nouvelles ladi-lafé d'hier !

Ouai, aussi leur "sens-a-socialisme" m'a bien gonflé: plus de tout des vraies nouvelles, que de trucs Freedom......

Ca ne valait plus la peine 1e20 (je me demande si c'est pas plus aujourd'hui).

Donc, bye, salut à vous, votre ère est terminé.

51.Posté par redoutable le 30/01/2016 18:59

J'espère que ce journal continuera d'exister ,que soit avec les mêmes dirigeants ou un nouveau repreneur, pour que son concurrent ne devienne pas en position de monopole et surtout pour que la pluralité de la presse écrite soit préservée. L'issue judiciaire reste incertaine malgré tout, l'avenir nous le dira.

50.Posté par stephen le 29/01/2016 19:40

Demande à zizou des brouzouf.

49.Posté par paul payet le 29/01/2016 19:23

Une bien triste nouvelle. J'ai mal pour mon jir. Pour moi c 'est beaucoup de souvenir. Je suis effondré et je ne pense pas qu'il faille enfoncer quiconque. Bon courage à tous et à ceux toujours présents qui me reconnaitront. le Jir ,rue maréchal Leclerc , une période de bonheur.Beaucoup de tristesse .

48.Posté par goliath le 29/01/2016 19:02

Une pensée pour Dédé la gamelle du service des sports.Tiens bon aussi Jojo la picole et Roger l'auvergnat. Bon courage mes potos.bonjour aussi à René.

47.Posté par PEC-PEC le 29/01/2016 18:54

Que diable allait il faire dans cette galère ?
Pourquoi investir dans un journal à cette époque, une seule possibilité la mégalomanie.
A cette époque la presse était déjà dans le rouge...Quelle drôle d'idée de mettre des sous dans cette affaire...
Apavou avait fait la même erreur en son temps avec le Réunionnais passant de près dans la faillite totale.
La presse écrite est moribonde, il fort à craindre que tous disparaitront ou resteront de simple feuille de choux aux ordres des annonceurs.
Paix à leurs cendres.............

46.Posté par pistou le 29/01/2016 18:52

Le problème principal du JIR c'est l'encadrement défaillant.Il faut un départ en bloc de l'équipe dirigeante .Le pere le fils et tous les incompétents qui gravitent autour d'eux.
J'ai un travaillé cinq ans dans ce canard à l'époque Tillier et ce journal avait un ton Aujourd'hui c'est monotone,sans saveur.
Je ne vois qu'une solution pour éviter un naufrage programmé : faire revenir les chardon,Leclerc,Tillier,biscaye et titi la vérole, mon ami de toujours.

45.Posté par Simandèf le 29/01/2016 18:34

Cela est du à la qualité des contenus des médias, il n'y a plus vraiment de journalisme et d'informations intéressantes. C'est toujours pareil avec du parti pris si c'est un journal d'opinion qu'on l'assume et qu'on nous le dise. Avec l'ère de l'internet place au numérique et aux médias alternatifs aujourd'hui chaque citoyens peut donner de l'information (qu'il faut aller vérifier) et c'est tant mieux pour tout le monde

44.Posté par La pluralité de la presse et l'emploi local risquent d'en prendre un coup à la Réunion le 29/01/2016 17:12

Comme certains posteurs ou posteuses, je regrette que ce journal batte de l'aile et commence à plonger (le redressement judiciaire lui donnera un peu de répit, mais n'est pas une garantie. Il est à craindre qu'il y ait "dégraissage" de personnel, hélas. Peut-être faudrait-il aussi un changement de politique journalistique et économique? Voire un changement d'actionnaires et de dirigeants?

On verra bien si la période d'observation et l'administrateur lui sera utile.

Maintenant, à l'heure où n'importe qui peut s'informer gratuitement d'un coup de clic de souris sur des sites locaux, régionaux, nationaux; internationaux, la presse papier et payante est très mal barrée, sauf si elle apporte vraiment un plus.

Genre analyses critiques, enquêtes, scoops, , ....

Et moins de pub, moins de clientélisme politique ou de sposoring...? Plus de neutralité, peut-être aussi?.

Est-ce le cas pour le JIR ? euh

Un qui commencera peut-être à respirer, provisoirement aussi, c'est le Quotidien, si son concurrent historique disparaît... Il va récupérer des parts de marché.

Je ne peux en tous cas souhaiter qu'une chose: que le JIR change et sorte de ce mauvais pas. Qu'il soit plus attractif,

Je pense donc à la Réunion (pluralisme de la presse) mais aussi au salarié(e)s (risque de chômage..).

Affaire à suivre de près, donc!

43.Posté par redoutable le 29/01/2016 16:01

Il fallait s'y attendre tôt ou tard,même avec un cadjee connu pour avoir les reins solides ne peut plus tenir. Son concurrent doit se frotter les mains, les malheurs des uns font le bohneur des autres.

42.Posté par Lectrice du Quotidien. le 29/01/2016 15:59

A 41.Posté par Olivier Montfort le 29/01/2016 10:24 qui déclare:

" Cadjee n'est pas un visionnaire à ce niveau, d'ailleurs je me suis toujours demandé pourquoi ce monsieur avait il eu l'idée saugrenue d 'acheter ce journal ? "

Ce type sans instruction ayant réussi dans les z'affaires, croyait, peut-être, s'acheter une virginité en achetant ce journal dans lequel il avait caser son fils guère doué !!!

41.Posté par Olivier Montfort le 29/01/2016 10:24

On ne peut parler de "pluralité" dans la presse Réunionnaise, c'est blanc bonnet et bonnet blanc, les annonceurs tiennent cette presse dans le creux de leurs mains, l'exemple du "Canard enchaîné" en est une preuve s'il en était besoin, il est le seul journal libre à gagner de l'argent, aucune dépendance vis à vis de qui que se soit, aucune pub et ce journal existe depuis plus d'un siècle. Il en sera de même pour "Médiapart", Seulement il faut aussi préciser que ces journaux sont alimentés par de "véritables " journalistes, et non par de vagues journaleux qui se la pètent grave car, en possession d'une carte de presse. Mais aussi les temps changent et la presse papier est appelée à disparaitre Cadjee n'est pas un visionnaire à ce niveau, d'ailleurs je me suis toujours demandé pourquoi ce monsieur avait il eu l'idée saugrenue d 'acheter ce journal ?

40.Posté par GIRONDIN le 29/01/2016 09:13 (depuis mobile)

38. GIRONDIN
C'est qui Iskender?????
Question supprimée

39.Posté par Kaya le 28/01/2016 23:28

Zidane y gainye pa fé in nafèr ?

38.Posté par GIRONDIN le 28/01/2016 21:32 (depuis mobile)

>>>>>>Iskender

37.Posté par Jules Bénard le 28/01/2016 20:23

Dommage pour la pluralité.
J'ai mal pour mes amis journalistes.

36.Posté par zanatany le 28/01/2016 20:08

Vous oubliez que LE QUOTIDIEN à failli disparaître en 1976 et ils vendaient des auto collants de 1 fr pour les sauver...
J'en ai encore, et je ferai la même chose pour le JIR car dans un département de 850.000 habitants on se doit d'avoir deux presses indépendantes.

Mais, LE QUOTIDIEN d'après mes infos n'est pas bien non plus.

Mais la faute à qui, quand on parle de tarifs bas pour l' holocauste faut pas s'étonner car 2% des gens lisent et encore !

35.Posté par mecanic le 28/01/2016 17:32

Iskender viré du quotidien.
Iskender viré du JIR.
Tout est dit

34.Posté par gloups le 28/01/2016 15:10

Iskender où le retour revanchard d'un as du commerce.

Erreur :

Iskender où le retour revanchard d'un naze du commerce.

33.Posté par balia le 28/01/2016 14:54

Redressement judiciaire plutôt que règlement judiciaire, non???

32.Posté par triomphant le 28/01/2016 14:51

Iskender , donneur de leçon. Ton éviction du JIR était amplement mérité car tu auras été l'un des fossoyeurs de ce journal.D'ailleurs, ton surnom dans les couloirs était le croque-mort.
On aurait espéré que tu mettes à profit ton temps libre pour faire une analyse de tes faiblesses. Apparemment, tu n'as toujours digéré ou compris et tu vocifères encore et encore .....
Bon courage à toi.
Syndicalement.
Triomphant

31.Posté par Grangaga le 28/01/2016 13:12

Konm sik' la Rényion domounn' y as'té in zournal' ryint' po gard' fé divèr', l'ès'por' èk' tièr'sé.
San vantt' a mwin, dann' sak' sarabia mi ékri....nana in sizé po fé vann' 100 zournal' o kotidyin.....Mé èk' zot' bann' Zan Pir' Perno là, si zot' y krwa zot' va lé lwin èk' sa......
......."Le Pape à di-i-i.....E. Mitchel.......sort' dann' fénwarr' "........
Arr'!!! Mwin na in dalon la fé sa èk' zardarm'....
La d'mand' a li l'acirans' son moto
"Mais monsieur, elle n'est plus valable depuis 2 ans votre assurance".
"Arr' bon!!!! Bé mwin té y krwa té y mètt' sa po tou l'tan mwin!!!!!!!!!.
Apré z'ès'plikacion, bin la lèss' a li alé ( Sin Polité, ayièr' éssay' mèm' pa)

Arr'!!! Lo Pape.......la di sort' dann' fénwarr'....a in sèl' kast' alor'!!!!!!
Mi krwa té po tou d'mounn' mwin...........

30.Posté par david le 28/01/2016 12:40

la région ne l'aide pas?
Eh ben dis donc ils ne sont pas reconnaissants

29.Posté par La vérité vraie... le 28/01/2016 12:31

Je suis abonné à la presse nationale qui traite mieux les affaires de la zone océan Indien que les journaux locaux...meme Atlantico ou Marianne fait mieux...c'est pour dire.
Dommage pour les journalistes...enfin ceux qui l'étaient vraiment...

28.Posté par Iskender le 28/01/2016 12:27

Quel gâchis ! Mes pensées vont à ceux qui ont bossé d'arrache-pied pour ce titre pendant des années et notamment pour l'engager dans la stratégie numérique tracée en 2010. Quand aux camarades syndiqués, aux cossards et aux enclumes qui n'ont fait que penser à préserver leur petit confort, leurs avantages et leurs primes les voilà face à leurs responsabilités...et leur lâcheté !

27.Posté par underkuter le 28/01/2016 08:38

le changement c maintenant, et fermer tout, vivre le quotidien, trop de magouille

26.Posté par Un blanc le 28/01/2016 11:22

10.Posté par Billy le 28/01/2016 07:23

Complètement d'accord. J'ai arrêté de lire le JIR ou clicanoo.re pour cette raison là. Et tout les journaux trop partisans d'une ligne politique de manière générale. Pour moi, l'information est neutre, et les journalistes doivent être les garants de cette neutralité.

Je préfère largement un journal qui tape sur tout le monde sans distinction

25.Posté par squaw le 28/01/2016 11:09

Si ce journal était digne de ce nom, j'aurais regretté sa disparition, il est nécessaire d'avoir une pluralité dans le monde de l'information. Cependant, on ne perdra rien vu que c'était un journal de propagande pour la Région et la droite. C'est certainement le fait de faire cette propagande à outrance et donc de prendre les gens pour des cons qui a grandement fait chuter les ventes, on récolte ce que l'on sème! Avec Yves Montrouge, ce journal a atteint les bas-fonds avec une indécence débordante et l'irrespect du lecteur.

24.Posté par Abonné le 28/01/2016 10:56

J'ai été pendant quelques années, abonné du JIR, mais , leur opinion personnel transparaissait trop dans leurs articles. Parfois on frôlait les égouts...un exemple, un criminel avec un patronyme de la communauté "malbar" de notre île voyait son nom appelé en entier, tandis qu'un autre criminel, d'une autre communauté, voyait son nom écrit en abrégé, par pudeur sans doute.

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter