Société

Le Département savait que la nomination de Vandebeulque pouvait être annulée


Le Département savait que la nomination de Vandebeulque pouvait être annulée
Le 12 juin dernier, le tribunal administratif de Paris a annulé l'inscription du colonel Jacques Vandebeulque sur la liste d'aptitude de 2010 au motif qu'il n'était pas apte à diriger un SDIS de la taille de celui de la Réunion. Une décision du tribunal qui a fait suite à un recours déposé en juin 2010 par le colonel Jean-Marc Loubry, ancien directeur du SDIS de la Réunion, suite à la nomination de Vandebeulque à la tête du SDIS de la Réunion en mai 2010. Cet arrêté de nomination avait été signé, à l'époque, "conjointement" par la présidente du SDIS, Nassimah Dindar, et le ministère de l'Intérieur.

6 semaines et 3 relances 

Pourtant dès le dépôt des deux recours par le colonel Loubry, l'un portant sur son inscription sur la liste d'aptitude, l'autre sur l'arrêté pris par la préfecture sur la nomination de Vandebeulque à la tête du SDIS de la Réunion, le cabinet de Nassimah Dindar, celui du SDIS et le premier vice-président délégué, Ibrahim Dindar, avaient demandé une "analyse" de la situation auprès du DGA (directeur général adjoint) Hassen Ghanty, sur la possibilité d'une possible annulation.

Il aura fallu attendre "6 semaines et 3 relances", précise Sylvain Liotard, ancien directeur de cabinet du SDIS, pour que le service juridique renvoit le "tableau analytique" suite au recours déposé par le colonel Loubry. "Ce simple tableau "analytique" mettait totalement à côté. Là où nous pointions un vrai danger d'annulation, le DGA Hassen Ghanty n'y voyait aucun risque", ajoute-t-il. A l'époque, dans un échange de mail, le cabinet du SDIS préconisait la rédaction d'un mémoire de défense par un avocat.

Pour Loubry, Vendebeulque ne remplissait pas les conditions 

Dans son recours, le colonel Loubry pointait du doigt que Vandebeulque ne remplissait pas les conditions pour être nommé directeur. "Peuvent être nommés directeur les officiers de sapeurs-pompiers professionnels occupant
l’un des emplois suivants, soit directeur départemental d’un service et de secours classé en 2e ou 3e catégorie, soit directeur départemental adjoint d’un service d’incendie et de secours classé en 1ere catégorie. Or le colonel Vandebeulque, au moment de sa candidature est mis à disposition au CNFPT donc pas sur un emploi de directeur
", reprend laconiquement le tableau analytique du Département.

Pour réponse, aux arguments fournis par le colonel Loubry, le service juridique avance le fait que le colonel Vandebeulque est inscrit "aux fonctions de directeur du SDIS de 2ème catégorie sur la liste d'aptitude de 2010". Problème, l'arrêté d'inscription aux fonctions de directeur de 2ème catégorie a été pris au Journal officiel du 18 mai 2010, 14 jours après l'arrêté de nomination pris par la préfecture le 4 mai 2010, mais surtout 6 mois après l'avis de vacance publié en décembre 2009.

Le département était au courant d'une possible annulation, mais n'a pas jugé "suffisant" les risques de voir la requête au tribunal administratif aboutir sur la nomination de Jacques Vandebeulque à la tête du SDIS de la Réunion.
Tableau analytique (Source : document émanant du Conseil général)
Tableau analytique (Source : document émanant du Conseil général)

Le Département savait que la nomination de Vandebeulque pouvait être annulée

Le Département savait que la nomination de Vandebeulque pouvait être annulée
Lundi 9 Juillet 2012 - 12:08
Lu 3177 fois




1.Posté par BoB le 09/07/2012 12:30
La preuve encore une fois de la bonne gestion du Département...et si notre Président Robert se saisissait de l'affaire en demandant à être le nouveau chef du SDIS; pilote d'Air Austral, anti-chasseur de baleine, quelle nouvelle mission pourrait il trouver?
Alors, on fait quoi maintenant? On attend son départ sans rien dire?

2.Posté par Un observateur du SDIS le 09/07/2012 12:34
Laissés le tranquille ce Colonel VANDEBEULQUE.

Au vu de tous les articles écrits sur le Colonel VANDEBEULQUE et le SDIS974, j'ai la nette impression que c'est une énorme affaire anti-zoreil qui est mise en place.

Cela fait deux années que cette mafia d'élus voudraient sa tete pour des raisons qui ne tiennent pas la route. Remettre en place le beau-frère du maire de St Louis, voilà la vérité !!!

3.Posté par kaloupillé le 09/07/2012 12:37
Combien de personnes sont recrutés non parce qu'ils ont un Diplôme Supérieur BAC + 5 mais avec des PISTONS de Stages de 6 Mois et être Embaucher par PISTON et celui qui ont faits des Etudes Supérieur avec BAC - 5 se retrouvent au R.S.A. avec des crédits sur le dos et L'épée DAMOCLES sur la Tête..
. à Méditer !!!

4.Posté par Le Turc le 09/07/2012 14:32
Après son départ, qui sera la prochaine tête de turc de Pierrot?

5.Posté par Ah ce vandelbeurk pistonné le 09/07/2012 14:33
Un observateur du SDIS me fait bien rire , ça doit être encore un déconcentré à la Réunion......

6.Posté par Observateur le 09/07/2012 15:18
Au delà du problème de fond cad l'anticipation de l'annulation de l'arrêté ou pas, je crois qu'il y a un autre sous-jacent qui montre à quel point il y a des problèmes administratifs et sans doute humains dans ces "structures" que sont le SDIS et le conseil général.
Si je résume bien, le SDIS, ou le cabinet du SDIS se plaint d'avoir alerté les services du conseil général de la possible annulation de l'arrêté de nomination, et que ceux ci ne partageaient pas cette analyse. C'est quand même incroyable! Qu'est ce que cela change sur le fond??? Il y a eu annulation, comme il y aurait pu ne pas y avoir annulation. Personne n'est devin et la justice fait son travail. Point! d'autre part, je pensais naïvement que les services du SDIS et ceux du conseil général étaient indépendants... Ils partagent la même présidente certes, mais ce sont deux "structures" différentes! Dans ce cas je ne vois pas en quoi les services du SDIS viendraient se plaindre du travail des services du conseil général, qui ne sont pas sous leurs ordres! Au SDIS ils n'ont pas de service juridique?? C'est grave quand même de venir reprocher aux autres le travail que vous êtes censés faire vous même. Ce ne serait pas un peu pour se dédouaner? c'est comme si demain, et je prends un exemple au hasard, les services du TCO (dont le président est LANGENIER) venaient critiquer le travail des services municipaux du Port pour le travail qu'ils auraient dû faire eux mêmes, sous le seul prétexte qu'ils ont le même exécutif. Faut pas déconner quand même!

7.Posté par noe le 09/07/2012 16:10
Il a eu un "gros" piston pour avoir été nommé à la Réunion !
Toute la lumière doit être faite sur cette affaire trouble !

« N’apprenez pas à désirer ce que vous ne méritez pas. » [Sagesse Chinoise]

8.Posté par Sheitan le 09/07/2012 18:10
Les fameux DGA communautaire (HG) ou incompétent (AM) ont encore frappé!!! Les mêmes qui "pilotaient" le dossier ARAST, et qui continuent de sévir impunément. Les mêmes qui n'ont encore rien compris de l'aide à domicile plus deux ans après la bataille...
Plus de 1000 personnes ont perdu leur emploi et travaillent maintenant à des conditions nonlégales et eux continuent de planter les dossiers sans être vraiment responsables.
IL FAUT DES SANCTIONS DESORMAIS.

9.Posté par Décodeur de langue de bois !!! le 09/07/2012 18:28
@6 : Ce que l'ancien dir cab du SDIS veut dire : il a bien vu et alerter son autorité de tutelle du risque d'annulation vu l'inadéquation du postulant avec le poste mais comme le DGA en charge est non seulement totalement incompétent mais aussi un fainéant de première catégorie il n'a même pas pris la peine de faire faire un mémorandum par un attaché spé. Juridique qui a vraiment le niveau requis et qui serait arrivé aux mêmes cl et aurait permis au CG de bétonner leur défense administrative. Mais comme l'a constaté cet ancien dir cab ainsi que la plupart des réunionnais, le CG s'en bat les couilles de ces broutilles appelés réglementations. Seuls comptent les élections gagnées et l'entregent qui permet de faire "pschitt" aux dossiers sulfureux et ce n'est pas Michel du 97-410 qui nous dira le contraire !!!

10.Posté par Observateur le 09/07/2012 19:47
@9 je maintiens! quels que soient les griefs, fondés ou pas, qui peuvent être adressés aux services départementaux, le SDIS dispose d'une personnalité juridique propre et a un personnel propre, même s'il a en commun avec le CG la même autorité. Les problèmes administratifs du CG ne concernent pas le SDIS et vice versa. Alors venir, critiquer le travail des uns et des autres quand on a pas fait le sien, je trouve cela au minimum déplacé. Il n'appartenait pas aux services du département de rédiger un quelconque mémoire devant le tribunal administratif. D'ailleurs je doute fortement que cela soit possible. Ou peut être les services du SDIS auraient souhaité qu'un service du département rédige ce fameux mémoire et en revendique la paternité? C'est cela le problème? Ou alors autre solution: il aurait peut être fallu prendre un avocat qui l'aurait rédigé si le SDIS ne disposait de personnes assez compétentes pour le faire. C'est peut être ce qu'il a fait d'ailleurs... L'article ne dit pas qui a rédigé le mémoire pour le compte du SDIS.

11.Posté par hoareau le 09/07/2012 21:03
A mourir de rire, l'hôpital qui se fout de la charité : colonel Loubry n'est il pas inapte opérationnel? n'est ce pas celui qui se promène en short et en sandales la crise ? n'est pas celui qui ne veut pas rouler dans les véhicules avec logo par peur qu'on sache où il est ? Ah c'est sûr un colonel sportif comme celui-là, avec bedaine et étriqué dans sa chemise ne passe pas inaperçu, allez loubry mets toi au sport ça te fera du bien, quelle belle image tu véhicules pour la Réunion




12.Posté par Sheitan le 10/07/2012 03:37
Trop facile de se moquer du physique, trop faible intellectuellement de penser que le directeur de la police devrait avoir les mêmes capacités physiques que les éléments du GIPN.
Hoareau du post 11 tombe dans la bassesse de critiquer le physique, c'est pas bon signe pour ses propres qualités intellectuelles. Comme si le colonel était embauché pour ses capacités physiques... Mike Tyson serait donc un super colonel des pompiers?
Par contre les DGA comme Hassen ou Albert sont embauchés pour leurs capacités intellectuelles, lurs connaissances de la législation... Pour le SDIS comme pour l'aide à domicile, est-ce qu'ils ont justifié leurs 4-5000 euros mensuels????
En gros les conseilleurs ne sont jamais les payeurs... A un moment donné ils faut faire le constat de leur incompétencessss. Qu'un élu ne soit pas spécialiste, je peux comprendre, c'est juste un représentant du peuple, mais qu'il ne sanctionne pas les professionnels censés lui conseiller la voie à suivre, c'est de l'incompétence partagée. Il est donc tant de sévir ou alors les deux doivent partir, le fonctionnaire et l'élu.

13.Posté par Fantômette974 le 10/07/2012 12:06
Si je puis me permettre Observateur, penser que la Présidente du SDIS, Nassimah Dindar se dédouble de la présidente du conseil général, Nassimah Dindar, se dédouble pour diriger le SDIS tient de la douce utopie.

Elle est la patronne du SDIS et Hassen Ghanty, DGA était délégué pour contrôler le SDIS.

Le souci est qu'il ait passé un deal avec le colonel Van De Beulque pour gérer ensemble la structure et que le deal lui revient aujourd'hui en pleine figure.

En ce qui concerne le post du décodeur de langue de bois, je ne crois pas qu'Hassen Ghanty soit incompétent, par contre fainéant et lâche ça oui il l'est !

14.Posté par Observateur le 10/07/2012 16:48
Fantomette ce n'est pas parce qu'elle le fait que c'est bien. La logique des choses serait que ce soit autrement

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 11 Décembre 2016 - 09:09 Crise requin: Un rassemblement à l'Ermitage

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales