Politique

"Le Département ressemble de plus en plus à un guichet d'aide sociale"

Dans un contexte de baisse des dotations de l'Etat, le Conseil général a présenté ses orientations budgétaires 2014. Avec une augmentation continuelle des dépenses sociales (RSA/APA), le Département tire la sonnette d'alarme. "Si cette courbe continue d'augmenter, nous aurons tôt ou tard un effet de ciseau", souligne la présidente du Conseil général, Nassimah Dindar. Avec 4,5 millions d'euros de baisse de dotation de l'Etat pour ses orientations budgétaires 2014, la collectivité entend passer d'une logique "d'administration" à une logique de "développement local".


"Le Département ressemble de plus en plus à un guichet d'aide sociale"
Les dernières années du Conseil général sont marquées par la crise économique et sociale qui touche la Réunion. Avec cette crise, couplée à une baisse des dotations de l'Etat, les orientations budgétaires 2014 vont devoir composer avec entre 4 et 5 millions d'euros en moins. "Nous sommes dans un contexte budgétaire préoccupant pour les collectivités locales", rappelle le vice-président du Département, Bachil Valy.

Une situation qui se traduit concrètement dans les orientations budgétaires de l'année prochaine. Le montant des trois allocations individuelles de solidarité (RSA/APA/PCH) représente près de 650 millions d'euros, soit 50% du budget de fonctionnement. "Notre collectivité ressemble de plus en plus à un guichet d'aide sociale", regrette-t-il. D'autant que l'écart entre les charges supportées et les recettes reçues se creuse d'année en année, selon le Conseil général. Pour l'année 2014, cet écart devrait avoisiner 100 millions d'euros. "La charge nette cumulée depuis le début des transferts s'élève à près de 700 millions d'euros", souligne Bachil Valy. Depuis 2010, les allocations individuelles de solidarité ont augmenté de 141 millions d'euros (prévision pour 2014 ndlr).

Avec des recettes de fonctionnement en baisse, pour s'établir à 1,352 milliard d'euros, le Conseil général n'a pas le choix et doit trouver des solutions pour équilibrer son budget 2014. Car le risque de voir "l'effet de ciseau" arriver est bien réel. Selon les prévisions du Conseil général, ce scénario pourrait avoir lieu à la fin 2015. Là, les dépenses prendraient le pas sur les recettes du Département. Et pour éviter cette situation, les élus du Conseil général demande au gouvernement à ce que la "recentralisation" du RSA se fasse avant 2017. "Une disposition de l'accord cadre en préparation pourrait stipuler que le RSA et son financement relèveront dans l'avenir de la solidarité nationale, comme c'était le cas avant 2004", précise Bachil Valy. En clair, que cette compétence revienne entre les mains de la CAF.

Méfiance sur les mesures annoncées par l'Etat en faveur des Départements

"La Réunion s'appauvrie, la croissance économique est devenue plus faible pour accompagner la croissance démographique. Ce sont les chiffres de l'Insee qui le disent et nous le vivons sur le terrain (…). Tous les ans, nous évoquons cette situation d'alerte. Le point d'explosion ou de blocage va arriver. Cela ne veut pas dire que le Conseil général renonce à agir. Cette situation d'alerte nous fait dire et nous donne l'obligation de nous interroger sur notre propre développement", explique la présidente du Conseil général, Nassimah Dindar.

"On se demande ce que l'on peut faire et devons faire par rapport à cette situation. Il faut innover. Le Conseil général doit passer d'une logique d'administration à une logique de développement local. Nous affinons notre démarche avec les données de l'Insee, une approche plus ciblée sur le terrain", poursuit-elle.

Mais les élus du Département se montrent particulièrement prudents sur les mesures avancées par l'Etat en faveur des Départements, d'une part la création d'un fonds de compensation péréquée de l'ordre de 830 millions d'euros et de l'autre le déplafonnement du taux des DMTO (droits de mutation à titre onéreux). Vaccinés par les récentes déconvenues, notamment au titre du fonds exceptionnel de soutien au Départements. "Je me méfie, car nous n'avons pas eu la compensation à l'euro près", conclut Nassimah Dindar.
Mardi 15 Octobre 2013 - 11:53
Lu 1003 fois




1.Posté par JORI le 15/10/2013 13:38
Tant que le département se donnera pour mission de financer la précarité et la misère locales plutôt que de trouver des solutions pour les éradiquer, c'est cette image que l'on aura de lui. Il ne faut tout de même pas oublier que ce sont nos élus qui ont demandé cette décentralisation de ces compétences mais là dans ce domaine, et bien malgré l'AJFER ek Leperlier, ils nous montrent leur totale incompétence. Hormis celle qui consistent à quémander éternellement des fonds, et encore !!.

2.Posté par fcoll le 15/10/2013 15:37
Oui Incompétence +++ du département dans la gestion du RSA socle et quelle gestion !!......
votre but c'était surtout d'être sous les feux des projecteurs, manipuler la population par des
campagnes de communication trompeuses sauf que le résultat est très négatif et nul et encore il n'y a pas que cette prestation que vous ne maîtrisez pas !! c'est facile ensuite de vouloir se débarrasser de cette mission.

3.Posté par pat974 le 15/10/2013 22:38 (depuis mobile)
N'est ce pas le CG /nos impots/ qui paie le SDIS974.Il parait que les volontaires pompier sans emploi au RSA touchent aussi des astraintes de garde et double ou triple leurs RSA meme s'ils n'interviennent pas et bien sur, NET D'IMPOT. Alors qu'un volontaire doit etre employé dans une entreprise et ensuite s'il le souhaite, pompier volontaire au service de la collectivité.
Le clientelisme a mis la charrue avant les boeufs.
Il y a probablement quelque chose a grater de se coté de cet effet d'aubaine....et de balayer d'abord dans sa case avant de toujour demander a mere patrie pour trouver des budgets. Ou bien rendont ses primes imposable.
C'est quand meme nos impots et le droit de transparence.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales