Société

Le Crefom satisfait de sa rencontre avec le président de l'université

Une délégation du Crefom Réunion, conduite par son représentant Richel Sacri, a rencontré le président de l’Université de La Réunion Mohammed Rochdi le 29 août dernier. Diverses thématiques ont été abordées, notamment l'offre de formation locale et la représentativité des Réunionnais au sein des personnels et du corps enseignant. Voici le communiqué du Crefom.


Le Crefom satisfait de sa rencontre avec le président de l'université
"

"Bienvenue chez vous". C'est avec cette attention particulière que le président de l'Université de La Réunion Mohammed Rochdi a accueilli la délégation du Crefom Réunion en ses murs il y a quelques jours. Cette rencontre souhaitée depuis sa création par le Crefom a permis d'aborder plusieurs problématiques fortes. Rappelant son caractère apolitique et son implication auprès des collectivités et associations, le Crefom a confirmé sa volonté de travailler étroitement avec l'établissement sur des dossiers relatifs à l'emploi des jeunes et leur formation.

 Une question phare a animé le débat : celle de la représentativité des Réunionnais dans le personnel et le corps enseignant. Le Président de l'Université a de suite été interpellé : Quels sont les chiffres ? Quels moyens sont mis en oeuvre par l'établissement ? Quels sont les freins à lever pour mettre en valeur les compétences existantes au niveau local ?


Les deux parties en sont arrivées au même constat : le métissage de la population réunionnaise ne se retrouve pas au plus haut niveau de l’administration. Les personnels de catégorie C sont majoritairement Réunionnais, mais plus on monte dans la hiérarchie, moins on trouve de personnes issues du territoire.

L'université de La Réunion, elle même, n'a aucun personnel issu du territoire au sein de sa direction administrative. 

Le Président de l'Université a argué que les ultra-marins devaient prendre leur juste part de représentativité tant au niveau national que local. Pour le président, l'Université de La Réunion a fait de gros efforts pour accueillir le maximum d’étudiants. La diversité est donc respectée. Concernant les emplois et en particulier les postes de haute responsabilité (A+), le président a rappelé qu'ils sont ouverts à tous et qu'il ne peut y avoir de critères censés orienter un jury de recrutement ou de promotion. Les postes sont publiés sur la BIEP, uniquement. La règlementation est respectée, mais cela suffit-il ?

 Pour la vice-présidente de l’Université de La Réunion Cathy Pomart, deux obstacles pourraient expliquer le faible nombre de réunionnais aux postes d’encadrement : "le manque de confiance en soi du Réunionnais" et les moyens budgétaires qui ne permettent pas de mettre en place des formations continues sous forme de reprise d’études en vue d’une promotion.



Le Crefom a alors rappelé les outils existants pour promouvoir l'emploi des Réunionnais comme le rapport Lebreton, invitant le président de l'Université à prendre en considération le caractère exceptionnel de la situation de l'emploi local à La Réunion, évoquée par le Président de la République lors de son intervention à la séquence sur l’emploi local à Saint-Joseph. 

L'absence de cadres représentatifs du territoire au sein de l’Université est aussi alarmante et doit pouvoir être rectifiée par la mise en place de mesures exceptionnelles.

Le Crefom travaille en ce moment sur plusieurs pistes, notamment au niveau des passerelles entre les trois fonctions publiques. 
Le Président Rochdi s’est d’ores et déjà engagé à faire parvenir au Crefom les offres de postes de l’Université afin d'en assurer une diffusion plus large.

Autre problématique abordée : l'offre de formation, avec le cas de l'Esiroi (Ecole d'ingénieurs) et la mise en place d’une classe préparatoire intégrée pour la préparation aux concours administratifs de niveau supérieur, annoncé par le Président de la République lors de son passage dans l’ile. Le Crefom sera associé à ces travaux avec notamment Sciences-Po Paris pour développer ces formations au niveau local.

L'échange s'est conclu sur la disparition de Sudel Fuma. Le Président Rochdi a confirmé qu’un amphithéâtre de l’Université portera son nom, en hommage à l'historien engagé. Le Crefom a souhaité que les travaux de Sudel Fuma sur l’esclavage et l’engagisme puissent se poursuivre par un Réunionnais. 

Une rencontre riche, franche, sans détours et respectueuse des personnes.

Le Président Rochdi, ouvert au dialogue, s'est engagé à poursuivre ces échanges avec le Crefom, notamment sur les dossiers évoqués lors de cette première audience. Gageons que cette dernière donne naissance à des relations solides et partenariales entre le Crefom et l'Université de La Réunion."
Jeudi 4 Septembre 2014 - 15:12
.
Lu 855 fois




1.Posté par kafir le 04/09/2014 20:57
Le crefom est une pompe a fric ! pauvres contribuables Français .

Honte aux manipulateurs, et aux Zombis

kafir

2.Posté par lect le 04/09/2014 23:04
"le manque de confiance en soi des réunionnais" . Et puis quoi encore ? Des propos qui nous ramènent à une autre époque quand certains affirmaient que tel peuple n'était pas assez intelligent, que tel autre peuple était trop paresseux...

3.Posté par kafir le 04/09/2014 23:28
Le 31 août 2014, le site #Bondamanjak a publié ce lien :
http://www.bondamanjak.com/cho-cacao-cho-cho-cho-chocolat-si-man-pa-te-koke-manmanw/ qui dénonce un énième exemple du racisme made #France. Pourtant avertis, les grands papes de la cause noire et de l’anti-racisme ont du mal à réagir. Le #Cran ouvre un œil puis l’autre. Le #CREFOM et son chef de fil sarkozyste Patrick #Karam sont en mode OFF comme bof. Pas étonnant. Sans costume sentant la naphtaline et chaussures vernies pour courir dans les couloirs des ministères, le cas de la Chocolaterie Grégory Feret se propage efficacement sur la toile.
Ce jour, mardi 2 septembre 2014, moins de 48 heures plus tard, aux dernières nouvelles, la chocolaterie décide changer le nom de ses deux spécialités « pour calmer le jeu », selon l’AFP. « On a un succès fou. J’en expédie dans toute la France et je n’avais jamais eu de souci avant hier après-midi », a expliqué Virginie Féret, qui évoque des « menaces » reçues par mail et par téléphone. Elle a retiré les « Bamboulas » et les « Négros » de sa vitrine, de peur qu’on ne la casse. Sans commentaire mais comment taire ?

source Martinique

kafir

4.Posté par ? le 05/09/2014 11:16
Qu'est-ce que le CREFOM ?

5.Posté par ANIN le 06/09/2014 16:55
Bon ! désolé mais on ne comprend rien au charabia de post 3. Si Patrick Karam a fait partie du gouvernement Sarkozy, c'est justement parce ce dernier est le venu le chercher comme représentant du collectif DOM qui s'est toujours battu pour défendre les utra marins ! Il n'y a plus de droite ou de gauche il faut se recycler, le CREFOM (voir le site) est construit avec Patrick Karam mais aussi Victorin Lurel, ministre de l'outre mer de Hollande. C'est cela qui permet de transcender les clivages politiques.

Pour répondre à poste 4, d'après ce que je vois dans l'actualité et sur le site de cet organisme (crefom.org) le crefom est un conseil représentatif des français d'outre mer avec pour but essentiel "la valorisation des ultra marins"

6.Posté par ndldlp le 06/09/2014 19:37
le crefom est un organe qui permet aux politiques ultra marins élus sur leurs territoires, de continuer à vendre n'importe quoi à la populace, et laisser le crefom orienter le devenir des ultra marins depuis Paris..


7.Posté par question bête le 06/09/2014 19:43
que le crefom s'intéresse aux structures FEHAP réunionnaise, et la représentativité des réunionnais au sein des organes de direction et assimilés..

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 14:30 Un train pour valoriser les Outre-mer

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales