Social

Le Cospar va négocier la baisse des prix de seize autres produits

La commission “Formation des prix" du Cospar a rendez-vous demain avec le secrétaire général des affaires régionales de la préfecture, Jean Ballandras. L'objet de la rencontre sera "la transparence sur la formation des prix de seize produits de la liste Cospar”.


Le Cospar va négocier la baisse des prix de seize autres produits
Les prix baissent-ils réellement à La Réunion ? A entendre les consommateurs aux étals des marchés forains ou aux caisses des grandes surfaces, cela n'est pas du tout perceptible au niveau du budget du ménage.

“Il ne faut pas pour autant occulter le travail réalisé par le Cospar, et le suivi proposé par les modalités du chariot-type”
, expliquent plusieurs clients.
“Malheureusement, il y a des effets pervers pour nous consommateurs. D'une part, la valse sur les prix non contrôlés a pris de l'ampleur. Sur une seule boîte de soda, sur un mois, son prix était de 0,55 € puis est passé à 0,65 € pour revenir 0,55 €”.
“D'autre part, il est toujours aussi difficile de reconnaitre les produits les moins chers, quand les responsables de magasins veulent bien afficher les prix, et quand la bonne étiquette est placée devant le produit auquel elle est destinée".

Ces éléments interviendront peut-être au cours de la rencontre programmée demain après-midi entre le Cospar et Jean Ballandras, secrétaire général des affaires régionale, dont l'objet initial est “la transparence sur la formation des prix de seize produits de la liste Cospar".
Le Collectif poursuit donc son objectif d'atteindre une baisse sur 500 produits de consommation courante à La Réunion. Pour cela, le Cospar a choisi d'avancer à petits pas...
Mercredi 27 Mai 2009 - 12:02
Jismy Ramoudou
Lu 760 fois




1.Posté par kersauson de le 27/05/2009 13:00
RIDICULE COSPAR

qd on voit la "baisse" sur 100 articles! soit rupture soit "on fait plus"

que le COSPAR s'attaque aux opérateurs téléphonie internet satellites
LA ya du fric a gagner

2.Posté par Choupette le 27/05/2009 15:57
A Saint-Paul, dans un magasin de la Chaussée royale, il n'y avait plus de riz "COSPAR". Les quelques sacs sur l'étagère avaient disparu. De toutes façons, ce même riz allait augmenter la semaine d'après...dixit le réassortisseur.

Je crois qu'ils ont le résultat contraire à leurs actions.

C'est comme ça que ça marche en Créolie, c'est à celui aura le dernier mot.

3.Posté par HD le 27/05/2009 16:04
"LE PERE NOEL N'EXISTE PAS"
Il faut le dire aux Cospariens (nes). Dans le langage commercial affiliés MEDEF ET CGPME seul , 2 mots sont gravés en lettre de feux dans l'esprit des commerçants de tous poils.

La "productivité' qui est le chiffre d'affaire réalisé par le point de vente.
La "rentabilité" qui est la marge dégagée par le point de vente.

Ces 2 paramétres imposent une gestion à l'article incontournable (Merchandising) pour atteindre les objectifs permettant de générer des bénéfices ,....pour les actionnaires (qui sont souvent les propriétaires de ces points de vente.) et qui n'ont surtout pas envie de perdre de sous!

En 2008 selon les sources économiques les supermarchés à dominante alimentaire, en moyenne ,ont réalisé 13000€ de chiffre d'affaire par M2 de surfave de vente sur l'année.
Soit pour un point de vente de 1500 M2: 13000€ x 1500m2 = 19,5 millions €
En sachant que le résultat net avant impôts est dans sa moyenne basse de 1,5% du chiffre d'affaire,
on a donc 1,5% de 19,5 million € soit : 292500 €. ( pour les meilleurs le résultat est plus prés des 3,5% soit 682500 €.) Voila , l'oblectif unique et incontourtable des distributeurs.
Tout le reste, baisse des prix, prix économiques, pemier prix, - 35% de remise, c'est du BLABLA. Car les distibuteurs quels qu'ils soient pratiquent ce que l'on appelle dans le jargon commercial :
" La marge compensée"
C'est à dire que les prix qui baissent à droite, augmentent à gauche et vis et versa....Ni vu , ni connu j'tembrouile. ( la preuve ...voir le sentiment des consommateurs)
Ces méthodes sont le B, à BA de la formation des chef de rayons et autres cadre s de la distribution inculquées dans les écoles de commerce de la Réunion , de la métropole de Navarre et d'ailleurs donc n'attendez pas de miracle. de petit caddy d'amour....Ah si! pour une meilleure rentabilité, bientôt :
LES CAISSES AUTOMATIQUES déja en service chez Casino en métropole..... Moins de personnel = moins de frais = Plus de bénéfices (CQFD)


4.Posté par darkalliance le 27/05/2009 16:59
Le père Noel c'est connu : c'est une ordure !

5.Posté par la chausette le 27/05/2009 20:02
mi trouve que zot y trompe de cible pourquoi tirer sur le COSPAR au lieu d'être solidaire et de tirer sur les gros patrons
Voila la mentalité créole, zot la rien compris encore

6.Posté par FAIVRE DANIEL le 28/05/2009 07:58
il faut aprendre aux basardier a compté, il n'ont toujours pas compris que 1€ ce net pas 1F,et qu'ils aprenne a fixer des prix. il faut qu'ont aie une vraie continuité territoriale, pour les marchandises, et les voyageurs, demender la baisse du prix des engrais, revoir le prix de l'eau pour les agriculteurs, peut'ètre que si leur frais baisse, ont pourait les obliger a baisser le prix des légumes.

7.Posté par HD le 28/05/2009 11:24
Réponse à cho 7
D'abord il n'y a pas de petit ou de gros patron . Il faut être clair , il n'existe que des "patrons". Ils ont ensemble la même caractéristique, FAIRE DU PROFIT. Ce que je tente d'expliquer dans mon commentaire, c'est que le Cospar pourra entreprendre toutes les démarches du monde , les patrons trouveront toujours une astuce de gestion pour ne pas perdre 1 cts d'€.
Seul des prix imposés au KG sur les produits de 1er nécéssité pourront avoir une incidence sur le panier de la ménagère. Revers de la médaille, il est clair que nous serions imposeé d'une autre façon pour récupérer les déficits engendrés. (CQFD)

8.Posté par thierry le 28/05/2009 15:25
Voila la mentalité créole, zot la rien compris encore

€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€
ou alors zot la bien compris au contraire que COSPAR c'est une blague téléguidée par Vergès...

9.Posté par anonyme le 28/05/2009 17:33
7. Posté par HD le 28/05/2009 11:24

Tout à fait d'accord ! Et les premiers chefs d'entreprise, ce sont celles qui ont charge de famille, les ménagères, qui "toujours une astuce de gestion pour ne pas perdre 1 cts d'€.", c'est évident.

Sauf qu'il existe des entrepreneurs qui privilégient beaucoup plus l'indépendance au profit, quitte à refuser certains travaux, par commodité personnelle, ou pour éviter de s'embêter...si si !

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales