Social

Le Cospar et le patronat se revoient à 10 heures

Le Collectif des organisations syndicales, politiques et associatives de La Réunion, donnera sa position au MEDEF et à la CGPME, concernant la hausse de 200 € de salaire. Si la proposition du MEDEF a l’assentiment du Collectif, celle de la CGPME reste floue.


Le Cospar et le patronat se revoient à 10 heures
Autre sujet de discussion aujourd’hui, le pouvoir d’achat et les prix. Le groupe de travail conduit par Jean-Hugues Ratenon revoit à nouveau Florence Rataud, présidente de la section locale de la Fédération de la consommation et de la distribution.
Les deux parties s’étaient séparées lundi sur un accord pour une baisse de prix sur 100 familles de produits. Toutefois, la demande du Cospar d’une diminution de prix sur 500 produits est loin d’être satisfaite. “Nous sommes pour l’instant sur une liste de 150 produits environ”.
Sur le terrain, le Cospar a décidé de maintenir la pression sur la patronat aujourd’hui. Si les opérations coup de poing ont été arrêtées hier pour éviter d’offrir un contexte favorable aux exactions, aux casses et aux pillages des fauteurs de trouble, d’autres actions symboliques ont été prévues.
Seule information sûre, il n’y aura aucune manifestation autour de la SRPP au Port. Si ce projet a fait l’objet de discussion à un moment, la tournure des événements à Saint-Denis et à Saint-Pierre a incité le Cospar à la prudence. “Bloquer la SRPP est devenu trop dangereux, il n’est pas question de prendre un tel risque”, affirme un des responsables du Cospar.
Toutefois, le Collectif dispose d’une arme absolue : le blocage illimité du Port. Il y a quelques jours un syndicaliste de la CGTR avait déclaré : “Nous sommes prêts à bloquer le port si le Collectif  nous le demande…”
Mercredi 11 Mars 2009 - 07:21
Jismy Ramoudou
Lu 1036 fois




1.Posté par Trouillomètre au maximum le 11/03/2009 08:59
Les gens qui ont élu Caillé à la tête du MEDEF se rendent-ils compte de la responsabilité de sa famille (et que quelques autres familles) dans la situation de crise actuelle ? A force de tout monopoliser, on est responsable des prix extravagants, et de la colère populaire. Ces gens là pourront toujours s'abriter dans des bunkers et se payer des armées de vigiles ... Pas la population de base à qui on brûle les bagnoles et qui paiera les dégâts avec l'argent de leurs impôts locaux ...

Messieurs des syndicats : Au lieu d'exiger de casser les monopoles : exigez la diminution du prix du rhum Charrette ...

2.Posté par laurent le 11/03/2009 11:39
manque 50 euros de verges.
il faudrait aller manifester devant la region

3.Posté par darkalliance le 11/03/2009 12:52
L'abandon du projet MCUR peut résoudre en partie la problématique ...

4.Posté par tonton le 11/03/2009 15:55
ce n est rien le reveil sera douloureux avec la baisse des prix sur 500 articles la prime de vie chere n'aura plus sa raison d'etre
les bas salaires et les minima sociaux majores il faudra faire attention a certains plafonds qui vont etre depasses et alors plus d'avantage social il faudra payer plus

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales