Social

Le Conseil général répond aux ex-salariés de l'Arast

Dans un communiqué de presse, Le Conseil général répond aux ex-salariés de l'Arast qui se sont mobilisés, hier matin, devant le Palais de la Source, pour célébrer le premier "anniversaire" de la liquidation de l'Association réunionnaise d'accompagnement social territorialisé (Arast) le 27 novembre 2009.


Le Conseil général répond aux ex-salariés de l'Arast
"C’est par voie de presse que le Conseil Général avait appris en milieu de semaine, qu’un groupe d’ex salariés de l’ARAST organisait ce matin devant les grilles de la collectivité un rassemblement, un an après la décision du tribunal de liquider la structure.

Un an après la liquidation de l’ARAST, il est légitime et compréhensible que des ex salariés qui ont été licenciés expriment leur émotion. Personne ne sous estime le drame social qui s’est produit.


Au moment venu lorsque les procédures judiciaires seront abouties, et pour ne pas nuire aux actions engagées par les ex salariés, toute la lumière sera faite sur les raisons qui ont conduit au naufrage de la structure et les responsabilités seront alors clairement démontrées. Les ex salariés sont les victimes directes de cette dérive de gestion, comme le Conseil Général en a été une victime collatérale.


Compte tenu de ce que l’on peut observer depuis quelques jours, le Conseil Général tient à apporter les clarifications suivantes :


Pas une seule personne âgée n’a manqué de soins. Des dispositions ont été instamment mises en œuvre soit par le biais de structures existantes, ou nouvelles, soit par des gré à gré. Plus de la moitié des ex salariés ont pu retrouver un emploi dans ce cadre.


A quelques semaines d’échéances électorales, il est regrettable que la situation des ex salariés de l’Arast soit l’objet d’une tentative d’exploitation politique, explicite dans les déclarations faites ce matin. La présence d’élus d’Objectif Réunion et de celle qui est aujourd’hui vice présidente d’une autre institution, ouvre la voie à une telle interprétation, et n’est pas de nature à s’inscrire dans l’esprit du partenariat institutionnel. Quels sont les objectifs poursuivis ? pourquoi tromper ainsi les victimes de l’Arast que sont les ex salariés ? en suscitant chez eux des espoirs dont ces élus savent pertinemment qu’ils sont irréalistes, et surtout vides de propositions concrètes.


Une fois fait ce constat, le Conseil Général tient à affirmer qu’il ne souhaite pas entrer sur ce terrain de la démagogie qui ne sert personne et ne fait avancer aucune cause.


Ce qu’il faut retenir :


Aujourd’hui le Conseil Général est dans une démarche de construction avec l’ensemble des acteurs concernés pour structurer une véritable filière des services à la personne. C’est l’esprit et le rôle du GIP SAP qui sera lancé la semaine prochaine, et les rencontres qui interviendront permettront d’inscrire dans la concertation l’objectif stratégique de développer ce secteur.


Le Conseil Général entend donc avancer de façon objective, en toute lucidité et discernement, avec tous ceux qui sont prêts à travailler dans ce sens et dans cet esprit : l’enjeu est la création d’activités pour ceux qui ont contribué auprès de l’Arast mais aussi au delà pour des demandeurs d’emplois à La Réunion qui pourront se former et exercer à terme dans ce secteur car les besoins seront croissants. La collectivité compte donc sur le partenariat institutionnel, privé et associatif, qui doit prévaloir pour réussir à atteindre cet objectif stratégique.


En conclusion, la collectivité est dans l’esprit du dialogue et de l’ouverture envers toutes celles et ceux qui entendent travailler dans cet objectif. C’est bien sur des solutions de fond qu’il convient de travailler, et c’est le seul moyen de proposer des perspectives concrètes à celles et ceux qui entendent apporter leur contribution auprès des personnes qui ont besoin d’aides à travers les structures et projets qui se mettent en place dans ce secteur
".
Dimanche 28 Novembre 2010 - 08:52
Lu 1453 fois




1.Posté par noe974 le 28/11/2010 09:29
Baratins , baratins du dimanche !!!

Si on voulait vraiment faire du social pour ces ex-salariés , on l'aurait déjà fait .

Les Responsables (directeurs et autres cadres) sont toujours en poste avec un bon salaire .

C'est du cacophonie de mauvais goût : une injustice de mauvais genre !

Mme N. DINDAR , vous n'avez pas honte de jouer sur la détresse de ces malheureux ?

2.Posté par jolaracaille le 28/11/2010 11:00
C'est consternant de conneries.............Un écrit de l'ex-camionneure du cabinet de l'ex gouvernance régionale, Mme PAYET actuelle Dir-cab du CG (ou devrais-je dire actuelle présidente du CG !) qui ose mettre Valérie Bénard en cause dans ses action syndicales !!...........Triste.........pendant c'temps là nana plusieurs centaines de travailleurs sociaux y mange salade !

3.Posté par detresse le 28/11/2010 11:02
Noel974 c'est justement la détresse des ex salariés de l'ARAST qu'elle adore; elle l'a dit et répéter à plusieurs reprises
elle a embauché les amis qu'elle avait elle meme placé à l'ARAST
aujourd'hui le CG demande qu'on attendent la décision du tribunal mais en attendant nos dettes s'acumulent, nos problèmes restent les memes mais la présidente continue de toucher ses indemnités et son salaire, le pere noel est trés gras pour elle et ses amis
aprés avoir viré 1200 salariés, elle les méprise encore plus aujourd'hui dans cette déclaration
tout ce qui nous reste comme ESPOIR c'est que cette Présidente et toute sa famille soit VIRE en 2011 pour qu'enfin le conseil général retrouve toute sa SPLENDEUR et surtout son INTEGRITE

4.Posté par rouvlozyé le 28/11/2010 11:10
Où sont les vrais responsables de ce drame social qu'a connu la Réunion ?
Pourquoi ne sont-ils pas dans la rue avec les ex-salariés ?
Autant de question que l'on pourrait poser, mais une chose est sur, c'est que la plupart de ces personnes sont casés dans les collectivités Département mairies etc... Je veux parler des cadres, les Directeurs qui se sont sans crépuscules profiter de la magne financière du CG, sur le dos des travailleuses sociales qui ont été piétiner dans leur dignité traiter comme de la M.... dans le cadre de leur fonction. Je connais pas mal des personnes dans cette structure qui m'ont fait part de leur calvaire. Il serait temps d'interpeller les vrais responsables qui n'avait rien avoir avec le social. Dans quel société sommes nous, un société symbolisé seulement par le pouvoir et l'argent, tous ça ne valent rien pour l'avenir de nos enfants dans ce pays qui est la Réunion. Et tout l'exemple vient de nos politiques qui ne fait que protégé leurs intérêts

5.Posté par JUNOT Paul le 28/11/2010 13:08
Le Conseil Général aussi était demandeur en janvier des rapports CRC et IGAS.
Depuis nous n'avons plus de nouvelles des ces rapports malgré les promesses du nouveau prefet d'assurer la continuité du dossier.
Quand le Conseil Général affirme dans son communiqué : "toute la lumière sera faite sur les raisons qui ont conduit au naufrage de la structure et les responsabilités seront alors clairement démontrées."
OU BIEN le Conseil Général a déjà ces rapports en main et dans ce cas qu'il mette sur la table tous les élements.
OU ALORS le Conseil General se base sur ses propres observations et preuves collectées bien avant la liquidation même de l'Arast. MAIS dans ce cas pourqoui ne pas avoir lancé les procédures contres les responsables à ce moment là ? Pourquoi le CG a laissé faire malgré ses observations et se preuves? Si tout cela est vrai pourquoi avoir laissé la faillite? Quelle était l'intérêt de laisser les derapages jusqu'à la faillite sans jamais intervenir et ainsi exposer les 1200 salariés au desastre social que nious connaissons? LeCG peut -il répondre à toutes ces questions? OU ALORS il s'agit seulement d'allégations pour faire diversion? Merci pour votre réponse

6.Posté par ex-arast le 28/11/2010 14:51
Madame DINDAR c'est bien dit tout cela alors pourquoi nous laissé entamé une procédure judiciaire pour avoir notre dû. tout ce qu'on vous demande c'est de nous payer nos indemnités de licenciement. A ce jour, pour la bonne majorité d'employés arast, nous avons la CRP mais qu'en sera t-il dans 1 mois exactement? Comment allons nous faire face, sans nos indemnités, aux charges mensuelles avec 57.4% de notre salaire actuel? nos indemnités pourront servir à solder quelques dossiers en attendant un autre travail. Les ex-arast porteurs de projet vous dérangent au niveau de la collectivité, ils ont du mal à les faire connaitre sur le marché SAP parceque le conseil général i favorise Proxims et Korbeil d'Or la honte pour quelqu'un qui parle de construire ensemble. vous n'avez pas honte madame. si j'étais vous je me la fermerai.

7.Posté par analyse le 28/11/2010 15:02
Le verbiage du CG cache mal leur malaise.

Mme DINDAR pensait qu’en flirtant avec P. VERGÈS elle allait pouvoir bénéficier de protections, y compris syndicales. Mais l’ARAST, en entreprise pléthorique, a fait le plein et des syndicats de salariés de place et surtout des aigrefins sans scrupules qui n’ont pensé qu’à s’enrichir sur al structure.

Je ne vois pas en quoi les raisons de la déconfiture de l’ARAST seront révélées par les prud’hommes. Je crois que le Tribunal de Commerce a prononcé la liquidation de la structure et que les raisons apparentes ont été énoncées. Il suffirait de faire la genèse de ces raisons énoncées par le Tribunal de Commerce pour que les erreurs de gestion et leurs auteurs soient repérés.

Mais je crois que l’ARAST gêne autant de monde que les rétro-commissions du « Karachigate ». Comme le « Secret-Défense » ne peut pas être invoqué par le CG, la politique de l’autruche est de mise.

Il semble que le Conseil des prud’hommes de Saint Pierre ait identifié le véritable employeur des salariés de l’ARAST : c’est le CG, n’en déplaise à son incompétente présidente.

Quant à la présence d’une vice-présidente du CR, ex-syndicaliste de l’ARAST, il ne faut même pas en parler tellement que cette personne ne sait même pas dans quel camp elle se situe. Personne ne lui a encore expliqué que sa présence sur la liste Robert ne se justifiait que par une volonté de récupérer l’électorat ARAST de l’époque.

Le scrutin étant acquis, la bande à Robert a insulté les illettrés réunionnais en confiant à cette dame leur dossier.

Je crains que son efficacité à se poste sera de la même importance que celle qu’elle a déployée pour défendre ses collègues de l’ARAST, c’est à dire NULLE.

Qu’elle profite bien du fromage dans lequel elle se replet en ce moment. En 2014 autant qu’elle prévoit de rejoindre l’anonymat duquel elle n’aurait jamais du sortir. Le illettrés eux-mêmes s’en chargeront.

Et dire que le contribuable entretient cette bande d’incapables !

8.Posté par ptit crick le 28/11/2010 15:25
il faut que tous les services compétents soit disant là pour défendre le droit du travail mais pas pour vendre ou a faire acheter des personnes
que soit le courage le droit ou encore l ame et concience d un ouvier a travers l argent de certain patron ripoux baffouant toute sorte de droit

9.Posté par valérie le 28/11/2010 16:02
jolaracaille tu devrais faire attention à citer des noms et dire n'importe quoi ! tu vas te prendre une plainte et ton jolie nom sortira de l'anonymat ! trop facile et lâche de déblatérer sur des personnes sous couvert d'anonymat!

10.Posté par jjacques le 28/11/2010 16:29
La ficelle est trop grosse: comme l'année dernière comme par hasard juste avant les elections les rats sortent de leur trous! je ne parlent pas des ex arast, ils meritent respect et compassion. Mais ces élus de droite qui comme des vautours sont venus recuperer sans scrupule hier ce drame social: ca c'est la honte. La valerie benrard qui s'est fait elire vice presidente de la region sur le dos des ex arast et sur les cendres de l'arast: si là la manipulation n'est pas avérée je ne vois pas comment être plus clair. Sur ce plan de nombreux ex salariés de l'arast ne sont pas dupes et n'ont pas participé à cela. Les syndicats font leur boulot et je trouve que ce n'est pas juste de tenter de recuperer leur combat à des fins electoralistes

11.Posté par kokolokinson le 28/11/2010 18:52
Et comme d'habitude on ne parle que des aides à domicile et des personnes âgées.
Comme si cela avait été l'activité principale de l'ARAST!!!!
A t on oublié les TISF et leur finalité qui a été depuis l'ARFUTS le coeur de métier de ces associations.
une preuve?
100 % des promotions de l'IRTS a été recruté par l'ARAST et c'est une mission qui figure au sein du Code de l'Action Sociale et des FAmilles.
Elles, elles sont toujours au chomage.
Mais qui s'en préoccupe?
et les autres salariés (pas les gros zozos, les autres) petites mains de la gestion de toute structure
Ce ne doit pas être politiquement porteur!!!

12.Posté par JUNOT Paul le 28/11/2010 21:15
quelques observations pour éclairer les lecteurs du site.
1. les syndicalistes n'attendent pas que les prudhommes fassent la lumière sur les responsabilités concernant la faillite de l'Arast. Non nous attendons les rapports CRC et IGAS pour qu'une fois ces rapports en main nous puissons disposer d'un éclairage factuel precis et impratial fait par ces organismes afin de porter plainte devant les tribunaux compétents et engager la responsabilité des auteurs. Quels auteurs? Pour l'instant sans ces rapports IGAS CRC nous ne pouvons pas porter de jugement sur quiconque concernant les fautes commises ayant conduit à cette faillite. Pour faire la génèse de cette faillite il nous faut absolument ces rapports.
2. Concernant la manipulation par Valérie Bénard: il faut savoir que le seul responsable de l'occupation du Conseil Général c'est Paul Junot. Le 4 Janvier 2010 en fin de journée voyant la situation bloquée et la tension montée il nous fallait trouver un moyen pour tenter de débloquer la situation et en même temps un lieux pour remplir les formalités de saisine des prudhommes m&ais aussi pour mettre en place notre cellule de crise et effectuer nos demarches auprés des banques , EDF, CISE..... bref il fallait anticiper les coupures d'eau , d'electricité les rejets bancaires et les risques d'interdit bancaires, et pour mener à bien toutes ces opérations il fallait trouver un endroit. A ce moment là du 4 janvier j'ai proposé aux quelques personnes présentes d'occuper le CG pour les besoins de la cause. Il nous appartenait d'aider ces personnes à ne pas sombrer davantage et pour les besoins de la cause j'ai proposé ce lieu. Ce soir là Vélérie Bénard n'était pas pas présente à ces discussions. Mais ce 4 janvier nous n'étions plus que 3 personnes et tard dans la nuit nous sommes rentrés chez nous. Le lendemain 5 janvier j'ai relancé cette proposition au groupe , tout en en sachant pas si cela allait fonctionner ou pas. Et ce 5 janvier nous étions alors une trentaine. Mais là non plus Valérie Bénard ne faisait pas partie de celles et ceux qui avaient pris cette decision. Et ce 5 janvier, le groupe étant plus consistant nous sommes restés sur place mais étant pris de court, nous étions sans aucun moyen car on ne savait pas si le groupe allait être suffisant pour occuper les lieux. Et ce soir du 5 janvier nous étions à même le sol et j'avais pour oreiller mon sac de dossiers. Donc Valérie n'ayant pas participé de près ni de loin à cette occupation comment peut on dire que c'est elle qui avait manipulée le groupe.
Et le Conseil Général ne s'y était pas trompé . En effet je suis le seul à avoir été convoqué devant devant les tribunaux par le Conseil Général qui me réclamait près de 2 millions d'euros ( 500 euros par accés bloqué et par heure d'occupation . Comme il y avait 5 accés et que l'occupation a duré un mois faites le compte) Donc pour l'occupation du CG j'entends assumer pleinement cette responsabilité. Le CG a finalement été débouté pour des raisons de procédure mais c'est une autre histoire.
Et pour ma part je n'ai pas l'impression d'avoir manipulé quiconque car cette decision fut prise de façon libre et sans contrainte par celles et ceux qui voulaient bien rester sur place. Je crois que si nous n'avions pas cette logistique nous n'aurions pas eu les moyens de remplir nos dossiers et d'accomplir les formalités banques, eau, electricité, telephone......et cela pour le plus malheur des ex Arast . Voilà pour l'histoire de l'origine de cette occupation.

13.Posté par joe le 28/11/2010 22:36
et les 100 000 chômeurs réunionnais, les RMIstes , les 52% sous le seuil de pauvreté que disent ils? a quand une manifestation pour eux? peut etre que la mobilisation sera plus importante quand il s'agira de parler de vrais grands problèmes de société : les elus lété devant conseil general hamilcaro govindin kosa zot la fé pou kreol y gain travail? rien depuis que zot lé elus alor aret pren do moun pou couillon

14.Posté par JUNOT Paul le 29/11/2010 05:54
POst 13 JOE il serait bon de te rafraichir la memoire: COSPAR MARS 2009 LES SYNDICATS les associations et les partis politiques se rassemblent et se mobilisent pour les vrais problémes de la société (pauvreté, chomeurs...) mai ces chomeurs et ces pauvres nous ne les avons pas vu à ces manifestations. Alors comment peut on faire évoluer leur situation si eux mêmes ne se sentent pas concernés par la demarche. Le jour où ils seront prêt à le faire , alors là nous marcherons avec eux.
CONCERNANT LES ELUS PRESENTS DEVANT LE CG: d'abord ous les conseillers généraux ont reçu une invitation pour ce samedi . Etaient présents quelques élus de droite, mais il y avait aussi des representants de partis politiques de gauche, des militants de la CGTR. Ceci pour dire que tout ceux qui veulent apporter leur contribution pour faire évoluer la situation peuvent le faire.
Enfin Joe si tu penses que ces élus ne font rien. Alors pourquoi tu ne t'engagerai pas dans le parti de ton choix pour faire bouger les choses? OU alors sans même être élu, ou dans un parti politique (ce qui est mon cas) , pourquoi ne pas t'engager sur le terrain au cotés de ceux qui vivent les vrais problemes de société pour leur apporter ton soutien et aussi pour pousser les élus que tu dénonces à faire leur travail et remplir leur mission? Si tu as des idées et de lé disponibilité et que tu restes dans ton oin en disant Y A KA FO KON .... alors tu es un complice passif de tous ces problemes de société et tu es mal placé pour donner des leçons aux autres aussi bien à ceux qui agissent qu'à ceux qui ne font rien.....

15.Posté par valerie le 29/11/2010 06:57
M.Junot, on ne dit pas que benard a été a la tete pour mener le combat peut etre que vous etiez le leader, ce n'est pas ca qui est contestable: ce qui l'est c'est qu'elle a utiliser ce drame social pour se faire elire à la region au nez et à la barbe des ex salariés! c'est tout ! que la manip est trop grosse on ne dit pas que vous avez manipulé vous avez fait votre job. on dit que robert et benard avait leur plan bien en tete a la veille des regionales et qu'elle a du avoir ce graton d'elu c'est tout! aujourd'hui quelle est sa contribution pour ses ex collègues?

16.Posté par ex arast du sud le 29/11/2010 14:30
mon but etait en aucun cas de porter plainte contre le cg (pression )mais ags ne paye g pas travail pas mi cava pas creve faim j ai enfants pour nourrir si cg y veut pas payer ben donne a moi travail.j ai su ceux qui avait portes plainte etaient grillrees .

17.Posté par ex-arast le 01/12/2010 10:41
c'est bien jolie tout cela mais i fait pas avancer notre situation sociale à bon entendeur....

18.Posté par JUNOT Paul le 01/12/2010 21:16
Au post 15 Valerie Vous vous posez la question: " Quelle est la contribution de Valerie Benard pour ses ex collegues?" Reponse: pour la part que je peux voir, elle travaille sur les dossiers prudhommes, elle esr sur le terrain pour accompagner les ex Arast dans leurs démarches et ce mardi encore elle en réunion à la prefecture avec le dir cab de madame Penchard avec une délégation Arast. Voilà ce dont je peux témoigner.
pour la partie politique, il faut savoir que d'autres ex Arast étaient presents sur d'autres listes aux régionales. En fait ce que je crois, c'est que certains ex Arast dans ce combat pour leurs droits et dignité se sont fait remarquer par leur capacité à mener un combat et gerer un conflit , et de ce fait les têtes de liste aux régionales ont proposé à certains d'entre eux d'être sur leur liste. Parmi ces listes certains ont gagné d'autres non. C'est aussi simple que ça. Ce n'est pas pour cela que ces Arast-candidats aux régionales manipuler leurs collegues et camarades. Non ils souhaitaient continuer leur combat sur un autre terrain, sans pour cela empêcher la lutte syndicale de faire son travail ni même chercher à l'orienter ou manipuler.
Par contre si moi je m'étais retrouvé sur une liste aux régionales alors là j'aurais compris si on me qualifiait de manipulateur, car on aurait pu penser alors que j'avais orienté le combat contre le CG pour me faire remarquer et tenter ma chance sur une liste aux regionales. Tel n'était pas mon objectif! Notre but c'etait de trouver une porte de sortie et pour cela solliciter le pouvoir politique qui pouvait faire évoluer la situation à notre avantage. Et les politiques qui avaient ce pouvoir c'étaient ceux qui detenaient la majorité au CG tout simplement!

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales