Société

Le CREFOM en soutien au collectif "Pour la mémoire de la prison Juliette Dodu"


Une cellule de la prison Juliette-Dodu (Crédit photo Stéphane Repentin)
Une cellule de la prison Juliette-Dodu (Crédit photo Stéphane Repentin)
Le CREFOM Réunion, après s’être battu pour que la thématique de l’Engagisme et l’Esclavagisme soit conservée comme unité d’enseignement à L’université de La Réunion après le décès de Sudel FUMA, continue son combat pour que le patrimoine de La Réunion soit préservé et transmis aux générations futures. Cet engagement prend forme notamment par le soutien actif au collectif "Pour un musée de la prison Juliette dodu". Le CREFOM Réunion et le collectif militent pour que ce haut lieu de l’histoire locale soit rendu attractif et vivant.
 
Cette initiative a trouvé écho jusque dans la capitale parisienne, où, mercredi 8 avril dernier, Bruno MAILLARD du collectif a rendu hommage à feu Sudel FUMA lors d’un séminaire dédié au travail de l’historien à l’Université de Paris 1 - Panthéon Sorbonne. Au cours de ce séminaire Bruno Maillard a fait une intervention sur "Le domaine Juliette Dodu au regard de Sudel Fuma : entre objet d’Histoire et patrimoine culturel".

Localement, le délégué Régional du CREFOM, Richel SACRI a adressé le 10 mars dernier un courrier à M. Le Préfet de La Réunion dans lequel il sollicite son intervention pour que le devenir du site de la prison Juliette Dodu fasse l’objet d’une véritable consultation et réflexion et que l’examen des propositions du "collectif pour la Mémoire de la prison Juliette Dodu" soit au centre de la concertation à engager pour faire de cet espace un lieu de mémoire.

Pour le CREFOM, le projet immobilier envisagé sur ce site est ressenti comme une véritable provocation par les réunionnais de plus en plus nombreux à estimer que ces bâtiments, témoignage patrimonial de notre histoire, imposent un devoir de mémoire qu’il convient de concrétiser conformément au souhait exprimé par le Collectif.

L’engagement du CREFOM aux côtés du collectif vient également en écho au cri de colère de feu Sudel Fuma, l’un des plus grands défenseurs de notre héritage historico-culturel qui, dans une tribune libre, n’avait pas hésité à qualifier de "sacrilège, d’assassinat du patrimoine, de crime culturel", le projet immobilier sus-évoqué.

Le CREFOM n’ignore pas le besoin urgent de logements dont souffre La Réunion, mais sacrifier à cette urgence sociale un tel espace n’est pas pour lui le choix le plus approprié, nous le répétons, au devoir de mémoire que nous rappelle l’histoire d’une île bâtie au prix de lourds sacrifices humains générés par l’esclavage et l’Engagisme mais aussi , les cris, les pleurs, les souffrances, de ceux qui à un moment de leur vécu, en rupture avec l’ordre social, ont connu l’enfermement.

Le CREFOM précise que dans d’autres lieux du territoire national, la plupart des centres pénitentiaires désaffectés ont connu des reconversions socio-culturelles et artistiques à forte valeur ajoutée. Il serait donc dommage que La Réunion se distingue encore une fois par la singularité de ses choix.

LE CREFOM entend peser de tout son poids aux côtés du collectif pour faire aboutir la juste et noble revendication portée par des réunionnais profondément attachés à la sauvegarde de leur patrimoine historique.

L'avis du séminaire hommage à Sudel Fuma 
Le projet de musée défendu par le collectif "Pour la mémoire de la prison Juliette Dodu"

Vendredi 10 Avril 2015 - 16:43
Lu 898 fois




1.Posté par noe2015 le 10/04/2015 18:01
Qu'on rase ce lieu maudit qui a servi à enfermer plein de gens parfois sans histoires , juste un peu criminels !

Lieu macabre , rempli de mauvais souvenirs ... un chancre en plein St Denis ....

Qu'on fasse des brasseries à cet endroit !

2.Posté par Anakel de Leurrab le 10/04/2015 19:02
L'Etat a honte de montrer dans quelles conditions indignes il enfermait les Réunionnais. Il devrait y avoir des portes ouvertes afin que les citoyens découvrent la réalité.

3.Posté par chikun le 10/04/2015 20:02
Y'en a qui ont fait leur vie dans ce cube, pas les prisonniers mais les gardiens . Ils ont vendu leur vie contre un boulot garanti a vie .

4.Posté par KAFIR le 10/04/2015 20:57
C'est quoi le CREFOM ? un mort né !!!!!!!


kafir

5.Posté par KAFIR le 10/04/2015 21:10
L' inépuisable président Didier Robert au service de la nation Réunionnaise ! continuez ainsi et bravo monsieur .

6.Posté par KLD le 10/04/2015 22:08
la Réunion ne doit pas devenir un musé , surtout une prison , ancienne "honte de la république" !!!!!!! du neuf avec une touche locale , mais du neuf !!!!!

7.Posté par Filozèf le takiyateur le 10/04/2015 23:46
"collectif pour la Mémoire de la prison Juliette Dodu"
....................
On n'enfermait quand même des enfants de coeur dans ce lieu.....

8.Posté par Filozèf le takiyateur le 11/04/2015 03:55
Correction: "on n'enfermait quand même pas des enfants de coeur......

9.Posté par Axel Ardan le 11/04/2015 08:51
"les cris, les pleurs, les souffrances, de ceux qui à un moment de leur vécu, en rupture avec l’ordre social, ont connu l’enfermement."

Pauvres violeurs et assassins... J'ai failli verser une larme...

10.Posté par Axel Ardan le 11/04/2015 10:52
Ce qui est rigolo avec le CREFOM et leur vision uniquement victimaire de l'histoire réunionnaise, c'est que ça doit les embéter que l'esclavage ait été aboli. Pour la période après 1848 ils doivent se rabattre sur les engagés. C'est pas mal mais ça le fait moins. Maintenant qu'il n'y a plus d'engagés on se rabat sur les criminels en prison...

11.Posté par Bien voyons! On va se gêner ? le 11/04/2015 19:07
C'est surement vrai que la moitié des Dyonisiens ont eu un parent écroué à juliette Dodu ! Gardons cela en mémoire !!

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales