Economie

Le CESER se penche sur l'avenir de l'AFPAR


Le CESER se penche sur l'avenir de l'AFPAR
L'univers souvent opaque et cafouilleux de la formation professionnelle (initiale ou permanente ) a longuement occupé, mardi, les débats du CESER (Conseil économique, social et environnemental régional) animés par son président, Jean-Raymond Mondon.

L'institution consultative devait rendre son avis sur les orientations budgétaires du conseil régional, qui élabore, actuellement, son budget primitif 2014, devant être soumis au vote des élus, le 12 décembre prochain. Sur ce point de l'ordre du jour, les remarques ont été peu nombreuses.

Seul le chapître "Formation professionnelle et apprentissage" a donné lieu à des échanges entre membres du CESER. L'AFPAR (Association pour la Formation Professionnelle des Adultes à la Réunion), sous tutelle de la Région, depuis la décentralisation des années 80 doit, prendre le statut de SPL (société publique locale). Si Ivan Hoareau (CGTR) s'est inquiété de ce que deviendrait le paritarisme dans le futur organisme, Georges-Marie Lépinay, lui, s'est interrogé sur le devenir de l'accompagnement des stagiaires (ou postulants) par des sociologues et des psychologues.

Bref, le CESER est soucieux de connaître les modifications de fonctionnement, de gouvernance, voire de missions qui pourront découler du changement de statut.
Des réponses leur seront sans doute apportées dans deux semaines, lors d'une prochaine assemblée  du CESER. "Nous aurons alors communication d'un rapport sur la  gestion prévisionnelle de l'emploi et sur la formation professionnelle", a indiqué Jean-Raymond Mondon.

Les débats risquent d'être riches et révélateurs, lorsqu'on sait que La Réunion ne compte pas moins de 640 organismes de formation, qui disposent tous d'un agrément délivré par une autorité publique, que ce soit l'Etat ou les collectivités. Et Georges-Marie Lépinay a déjà donné, mardi, le ton des discussions à venir : "Certaines structures publiques sont vides et nous avons ici des gens qui vendent de la formation professionnelle, comme d'autres vendent des pistaches".

JNF
Mardi 5 Novembre 2013 - 14:45
Lu 1434 fois




1.Posté par olive le 05/11/2013 15:28
Depuis longtemps la région veux démolire l'afpar, voila c'est fait.
A dieux les formations titrantes, bonjour le bricolage pays.
Une belle démonstration d'asservissement de la population...

2.Posté par CESER à fric le 05/11/2013 19:54
Commençons par fermer ce comité Théodule et le reste suivra. Combien de temps encore les allemands vont payer pour une France paresseuse et arrogante. Quant à Georges-Marie Lépinay, je pensai à tort, qu'il coulait une retraite paisible (de gratteur-de-cul professionnel) , mais "tant que naura cochons naura...". Bref il n'a pas changé, toujours à enfoncer des portes ouvertes en faisant l'intelligent, heureux les simples d'esprit...La CGTR n'est plus qu'un repaire de mafieux égoïstes et anachroniques. Qui se laisse bercer par leur musique se trompe de siècle.

3.Posté par marion lefevre le 05/11/2013 20:24
il est grand temps que le CESER se réveille! !!
c'est vrai qu'ils sont directement touchés par la transformation de l'AFPAR en SPL, qui va se traduire par leur éviction de cet organisme paritaire.
mais le CESER devrait aussi se préoccuper du budget de la région et de toutes ses dépenses fantaisistes au lieu de faire allégeance à didier robert
la région est plombé par des dérives budgétaires, la maison brule, et le ceser regarde ailleurs alors que c'est son boulot d'alerter
a bon entendeur ...

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 17:47 La Réunion monte à bord du Train des Outre-mer

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales