Social

Le BTP bientôt en grève ?

Dès aujourd'hui, l'intersyndicale du BTP est sur les chantiers afin de consulter les salariés et déterminer s'il faut ou non se mettre en grève. Lors de la dernière NAO (Négociation annuel obligatoire), le patronat a revu à la baisse la base de négociation des salaires.


Le BTP bientôt en grève ?
Faut-il ou non se mettre en grève ? C'est la question que pose dès aujourd'hui l'intersyndicale (CGTR, CFDT, FO, CFTC, CFE-CGC) aux salariés sur les chantiers. Une tension plus que palpable s'est installée entre le patronat et l'intersyndicale lors de la dernière NAO (Négociation annuel obligatoire) lundi dernier.

La FRBTP et la Capeb ont annoncé que le patronnat n'accorderait que 1% d'augmentation des salaires alors que lors d'une réunion le 6 mars dernier, il aurait accepté, selon l'intersyndicale, de prendre l'inflation comme base de négociation, soit au moins 2%.

L'année dernière, alors que la Réunion subissait déjà la crise dans le secteur du BTP, l'intersyndicale avait obtenu 2,5% d'augmentation des salaires. Elle souhaite aujourd'hui que les pouvoirs publics interviennent pour établir la médiation entre les deux partis. Si le patronat reste sur sa position et ne révise pas à la hausse ses propositions, "c'est sûr qu'on descendra dans la rue", affirme l'intersyndicale.

Une nouvelle rencontre est prévue demain avec le patronat, mais l'intersyndicale hésite pour le moment à répondre présent.
Mercredi 21 Mars 2012 - 10:41
Lu 1157 fois




1.Posté par nicolas de launay de la perrière le 21/03/2012 14:25
l'intersyndicale serait bien avisée de lire les rapports de l'INSEE, sur le différentiel du coût de la vie sur les produits en grande surface entre la Réunion et la Métropole.. 30% en 1992, 36% en 2008.

aussi, tant que les syndicalistes seront aussi mal conseillés par leurs conseils, le patronat rigolera de leur 2% ou 2,5% pour lesquels ils se battent, et eux de leur proposer systématiquement la moitié;

l'exigence doit être sur un salaire réel réunionnais identique à celui d'un travailleur en métropole (à l'exclusion de Paris s'il le faut). le salaire réel se calcule en prenant le montant nominal du salaire (en euros) et en le divisant par rapport au niveau des prix.

Ainsi, un smic à la Réunion vaut 36% de moins qu'en Métropole, si l'on retient le seul critère du différentiel sur les prix des biens de consommation courante (produits manufacturés en grande surface).

les partenaires sociaux actuels (globalement, les mêmes depuis vingt ou trente ans) sont les co-responsables de la faiblesse du pouvoir d'achat local. il faut que cela soit dit.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales