Social

Le 1er mai pour rappeler "les valeurs de solidarité et d'indépendance" selon les syndicats


Près d’un millier de personnes est descendu dans la rue ce vendredi 1er mai pour célébrer la fête du travail (voir notre retour en images). Un défilé traditionnel à l’appel de plusieurs organisations syndicales (CGTR, FO, FSU, Solidaires,  Saiper et UNSA) qui portait cette année sur l’austérité, l’emploi et la situation précaire des salariés.

La manifestation a été l’occasion pour chaque syndicat d’exprimer ses revendications. La baisse de financements destinés à l’université et aux formations est principalement visée par les jeunes étudiants de l'UNEF: "Les jeunes ont envie de travailler mais on ne leur en donne pas les moyens".

L’UNSA rappelle de son côté que la fête des travailleurs est une fête internationale et que "tous les salariés doivent avoir accès aux droits sociaux". L’occasion aussi pour le syndicat de réaffirmer "avec force" ses ambitions et convictions sur la "nécessaire création d’emploi, et la question des salaires, élément incontournable de la reprise économique".

"L’austérité est durablement installée depuis des années, ajoute le porte-parole de la Force Ouvrière (FO). Austérité ou rigueur, les constats sont les mêmes : chômage qui ne baisse pas, dégradation du pouvoir d’achat, échec du pacte de reponsabilité, projet de loi Macron ultralibéral qui banalise le travail du dimanche et flexibilise les procédures de licenciement économique, etc… Non au fourre-tout !"

Les syndicalistes de la Saiper dénoncent eux la suppression de 115 classes cette année et annoncent qu’ils seront présents à la grève des fonctionnaires territoriaux du 19 mai."Un véritable rattrapage et un syndicalisme" sont, selon eux, "nécessaires". Et de dénoncer au passage "une politique zembrocal" au sein de l’hémicycle départemental.

La CGTR a souhaité profiter de cette journée pour dire" non aux réformes de la loi Macron, non au pacte de responsabilité et de solidarité. C’est une succession d’offensives envers le salariat", estime Ivan Hoareau, qui appelle les salariés "à rester sur leurs valeurs de solidarité et d'indépendance, à s'y accrocher et à les faire vivre".



Vendredi 1 Mai 2015 - 15:54
.
Lu 1015 fois




1.Posté par noe le 01/05/2015 19:49
Des bobards de syndicalistes ...
Pas de quoi se faire cuire un œuf !
Je n'adhère pas !

2.Posté par tradition le 01/05/2015 20:06
solidairté?a la reun?arréter de réver,ici c'est dieu pour tous et chacun pour soi et surtout la métropole au cul

3.Posté par Zeb BULO le 01/05/2015 21:09
N'est-ce pas ce bouffon qui a donné pour consigne de voter pour Hollande en 2012 ?
N'est-ce pas ce bouffon qui sur un plateau de télé (Antenne) pendant la campagne des présidentielles qui a dit : "chiche pour le Smic à 1700 euros" ?

Il serait temps de virer à grand coup de pied au cul les syndicats du paysage économique !
Ils sont le véritable cancer pour les entreprises.
Ces enfoirés ont réussi le tour de force d'être représentatif dans les entreprise de -11 salariés.

4.Posté par Réunionnais le 01/05/2015 23:08
Que des incompétents et des profiteurs des adhésions des salariés : voyage en Thaïlande, en métropole, frais de téléphone exorbitant, etc .... Quand un salarié licencié se retrouve au Prud'Homme, il est seul uniquement sa famille pour le soutenir et après on dit : " tous ensemble, tous ensemble ...". Inutile ces guignols de bas étage, allez vous faire .......

5.Posté par GIRONDIN le 01/05/2015 23:20 (depuis mobile)
3. Zeb BULO le 01/05/2015
Quand vous aviez voté SARKO, vous aviez voté pour:
-BYGMALION?
-Le terroriste KADHAFI invité à Paris en tant qu''ami alors qu''il a fait assassiner des centaines de Français?
-Les 600 milliards d''€ de dette en +?


6.Posté par papangue le 02/05/2015 10:13
Toujours les mêmes grandes gueules surpayées à la botte des Partis de gauche qui appliquent cette politique de casse sociale dont la présence dans ce cortège de la dépitée-démago-Bello et de ses larbins fonctionnaires est une injure pour les Réunionnais qui souffrent du chômage !!!

7.Posté par Marx le 02/05/2015 10:51
Les syndicats sont devenu des lobbistes qui ne defendent que leurs propres interets. En france leur imcopetence crasse en economie et leur ideologie marxite les rendent parfaitement inutile:
Comment espérer une capacité a negocier alors que ces ploucs ne savent que s' opposer, "lutter" comme ils disent... sans aucun dicernement entre l'entreprise qui abuse relleement de celles qui essayent de survivre a la crise.
Les syndicats sont devenu des parasites de notre economie, ils ne participent en rien a son amelioration. Au niveau social c'est encore pire: les syndicats gauchistes contribuent fortement a l'origine des tensions sociales avec leurs appels permanents a la haine du patron et la haine du riche.

8.Posté par totor le 02/05/2015 11:02
Quand ils ont mis à la porte les transporteurs, je n’ai pas protesté parce que je ne suis transporteur.
Quand ils ont mis à la porte les dockers , je n’ai pas protesté parce que je ne suis pas dockers.
Quand ils ont mis à la porte les salaries de l'entreprise d'a coté, je n’ai pas protesté parce que je ne suis pas SOLIDAIRE.
Quand ils ont mis à la porte les syndicalistes, je n’ai pas protesté parce que je n'ai rien à foutre des syndicalistes.
Quand ils m'ont mis à la porte, il n’y avait plus personne pour protester .
( ..... et maintenant je regarde la TV, toutes ces choses qui font envie !!!)

9.Posté par comouniké le 02/05/2015 12:36
8 +1 j'approuve
le manque de solidarité fait le bonheur de personne et le malheur de tous

10.Posté par Zeb BULO le 02/05/2015 14:08
@5. Pourquoi ? Seriez-vous syndiqué ou un syndicaliste ?

Durant la campagne des présidentielles de 2012, à part être un Grand Devin, étiez-vous déjà au fait de l'affaire Bygmalion ? Moi pas, je l'ai appris comme tout le monde par la presse.

Mouammar Kadhafi, le fantasque Dictateur qui a planté sa tente à Paris pour recevoir ses hôtes lors de son voyage officiel en France. Cela ne m'émeut pas plus que ça. De toute façon, les grands de ce monde sont obligés de pactiser avec des dictateurs ou du même acabit pour signer de juteux contrats commerciaux ou faire la main mise sur des richesses. Les grands de ce monde courbent l'échine en Arabie Saoudite et dans les états de la zone alors qu'ils savent que ses mêmes états financent le terrorisme.

600 Milliards en plus de 2007 à 2012 ! avec au passage une crise financière mondiale ! Cela fait un peu moins de 100 milliards par an ! Cela ne m'émeut pas plus que ça !

Et le bouffon de Hollande avec son déni de crise financière, il en est à combien ? Plus ou moins ? Pas mal de français attendent le retour à l'emploi tant promis fin 2013 par le super devin Hollande. 1er trimestre 2015, le chômage progresse toujours. Mdr !

Une petite piqure de rappel, à propos de Hollande et sa clique https://www.youtube.com/watch?v=leZ4ua0Z3nc&feature=player_detailpage

Quand vous avez voté pour Hollande, vous avez voté :
- pour le retour au plein emploi ?
- pour l'eldorado social ?
- pour l'Affaire Cahuzac ?
- pour l'Affaire Thévenoud ?
et j'en passe...

Je l'écris encore, un gouvernement devrait prendre la décision de virer tous ces syndicats du paysage économique. On pourrait redistribuer la manne financière de ces syndicats aux entreprises. Un grand pas vers le progrès social dans et pour les entreprises.

11.Posté par GIRONDIN le 02/05/2015 21:35 (depuis mobile)
@10
C''est bien de reconnaître que ni vous ni les syndicats ni moi n''avont des dons de voyance. Pour le reste aussi on est d''accord sauf sur les syndicats. Le pire d''entre eux c''est bien le MEDEF cul et chemise avec Valls p''tit Sarko.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales