Economie

Laurent Boyer veut une reconversion pour les entreprises à l'agonie

Le président de l'Aveca, Laurent Boyer, s'indigne face à l'insistance de la Préfecture et de la CCI pour la signature de l'accord Novelli, selon lui inadapté à la situation économique de l'île. Il préfère évoquer une reconversion vers les NTIC ou le développement durable.


Laurent Boyer veut une reconversion pour les entreprises à l'agonie
"On est conscient que le secteur du BTP ne peut pas pondre indéfiniment des travaux" avoue Laurent Boyer, président de l'Aveca, qui dit ne pas avoir été surpris de la fermeté du préfet, Pierre-Henry Maccionni, lors de leur mouvement de protestation qui a bloqué la circulation dans l'Ouest lundi dernier. Laurent Boyer suggère comme solution pour les entreprises du secteur du BTP et du transport qui n'ont plus de travail aujourd'hui "la préparation d'une reconversion". Mais il n'est pas question de signer "un accord qui nous condamne à mort" affirme le président de l'Association pour la valorisation des entreprises commerciales et artisanales.

Une reconversion vers les NTIC ou le développement durable

Pour Laurent Boyer, il faut envisager pour les "entreprises condamnées" une reconversion vers les NTIC (Nouvelles technologies de l'information et de la communication) ou vers le développement durable. "Quels sont les projets en matière de développement durable ? Qu'est-ce que le projet Gerri ? Il faut que les entreprises soient tirées vers le hauts et la reconversion est une solution".

Seules l'Unostra et la FNTR ont signé l'accord Novelli

Le protocole Novelli, dispositif de soutien aux entreprises liées au secteur des transports de matériaux, du bâtiment et des travaux publics de l'île, n'a été signé que par deux syndicats : "Cet accord a été signé uniquement par l'Unostra et la FNTR. (...). Il renvoie sur des articles de la Lodeom et sur le dispositif Corail qui n'a jamais été retranscrit à la Réunion(...) et est inapproprié au tissu économique de l'île", explique Laurent Boyer. 

L'Aveca et le Collectif des terrassiers qui ont bloqué la route lundi dernier n'ont donc nullement l'intention de signer l'accord Novelli qu'ils qualifient "d'arrêt de mort". "Nous évoquerons dans le courant de la semaine prochaine la démarche que nous adopterons à l'avenir".

interview_de_laurent_boyer_de_l_aveca.mp3 Interview de Laurent Boyer de l'Aveca.mp3  (1.63 Mo)


Jeudi 3 Septembre 2009 - 17:22
Karine Maillot
Lu 1378 fois




1.Posté par Donc les filières zoreillées le 03/09/2009 17:32
Mais bien sur, il a raison, il faut attaquer de front les filières spécialement aménagées par certains pour certains. Ce sont les filières zoreillées et zoreillables. Ne pas se contenter uniquement des miettes , et lutter contre le communalisme économique , c'est effectivement la solution pour garder la tête haute.

2.Posté par Goliath le 03/09/2009 18:20
Non seulement c'est la solution pour garder la tête haute mais en plus les secteurs des NTIC et du développement durable tolèrent infiniment plus les écarts de gestion et autres investissements hasardeux. Voilà enfin de saines et prometteuses initiatives !

3.Posté par Jeff le 03/09/2009 21:53
Il est temps, Monsieur Boyer de s'intéresser à l'avenir de la Réunion, après votre coup d'éclat (AVECA) : le blocage de la Réunion, c'est un étrange moyen de créer le dialogue.

D'accord ou pas d'accord avec la solution Novelli; il est dangereux de faire miroiter de possible reconversion (NTIC et Développement durable). Vous semblez ne pas savoir ce que cela implique: des capacités techniques qui demandent des investissements "intellectuels" avant de parler de finances puis de revenus.

On est mal parti avec des aboiements non réalistes, ce qui est terrible c'est que des gens comme vous ont du mal à réaliser que nous allons droit dans le mur en faisant miroiter des soi-disants solutions. La crise est là, mais on est persuadé que l'on passe à coté. C'est aussi irréaliste que Monsieur chateauvieux qui pense que l'avenir (des générations à venir) est dans l'énergie charbon, pour lui (à qui il reste quelques dizaines d'années vivre, peut-être) mais pour nos enfants, cela montre la vision à court terme de nos "visionnaires".

Vos adhérents ne pensent qu'à une chose comment trouver une solution dans le piège dans lequel ils sont tombés : croire que l'investissement de l'aménagement du territoire serait comme le tonneau des dana¨des : sans fond et assurerait l'achat du 4x4 à vie..

Désolé, je n'ai pas de solution, et je crains que les "grands opérateurs" soient dans la même situatuion que TPE/ PME et licencient en masse dans les mois à venir.

A bon entendeur, salut.

4.Posté par nicolas de launay de la perriere le 03/09/2009 22:10
...!! et pratiquement, comment on fait d'un maçon un pro de l'informatique...?

5.Posté par ti baba le 03/09/2009 22:17
Vous êtes de doux rêveurs ! Allez voir les conférences NTIC, lisez les magasines spécialisés et regardez les parcours des dirigeants d'entreprises de ce secteurs vous comprendrez ma première phrase ...

6.Posté par Jeff le 04/09/2009 07:08
Les plus ou moins 300000 foyers de la Réunion sont en grande partie utilisateurs des NTIC, et les NTICqueurs courrent après le boulot. Il n'y a pas tous les jours des contrats à 800000€ comme celui de l'IRT, surtout que le développement du site n'a pas pris plus d'un mois (en faisant traîner les choses).

Ah! si j'oubliais qu'il fallait creuser des tranchées pour faire passer les ondes hertziennes,

7.Posté par NouléBézéKoméla le 04/09/2009 08:56
Une reconversion dans les NTIC? J'ai de sérieux doutes sur la réussite d'une telle reconversion.
Passer du BTP à la culture numérique, il y a quand même un fossé entre les deux ...
Sans compter qu'après avoir été formé ils seront en concurrence avec des jeunes fraîchement diplômés rompus aux NTIC depuis leur plus jeune âge.Et effectivement les NTICqueurs courent après le boulot! Je n'ai qu'à regarder le nombre de mes amis qui sont aujourd'hui au RMI avec un bac +4 depuis leur sorti de l'ILOI...


8.Posté par William le 04/09/2009 09:41


On n'administre pas un site web ou un parc informatique comme on conduit un camion !
Il y a suffisamment de charlot dans les NTIC à la Réunion comme ça !!! Pas la peine d'en ajouter...


9.Posté par thierry le 04/09/2009 09:48
faudrait déjà du débit, des prix de connexion et de matériel bas et un soutien bien plus conséquent que celui fourni pour la technopole...de vrais pôles !

après... comment lutter contre la délocalisation dans des pays de la zone bien plus attractifs en couts de salaires, de législation du travail, notamment mada ou maurice ?


Parler d'une prétendue main mise zoreil sur les NTIC alors que la France n'est pas dans le top 10 des pays ouverts au NTIC (contrairement à singapour, japon, hong kong....) c'est pratiquer la désinformation pour renforcer les communautarismes...
Remplacez les gens formés à bac + 5 par des conducteurs de tracto pelles si ça vous amuse, les ingénieurs monteront leur boite à Maurice si on ne veut pas d'eux ici....et au final, qui sera gagnant ?

10.Posté par Filières de copinage ? le 04/09/2009 15:53
Diantre ! Est ce donc la République des Copains ? Nous sommes donc bien dans une République bananière des temps modernes. Marcher à la baguette , tel est le destin du peuple qui baisse la tête. Donneur de leçon en démocratie, Gendarme du monde, et Intelligence économique sont les mamelles de la France, mais attention néna carapate su le tété.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales