Economie

Laurence Parisot : “Le Médef ne signera pas l'accord Bino sur les salaires”

RTL – LCI – Le Figaro. “Nous ne pouvons cautionner un accord qui laisse entendre qu’à la Guadeloupe il y a une économie d’esclavage”.


Laurence Parisot : “Le Médef ne signera pas l'accord Bino sur les salaires”
Les propos de la présidente du Médef national, sont venus confirmer la position de sa section en Guadeloupe. La FNSEA a la même ligne de conduite. Ces décisions ne permettent pas pour l’heure l’extension de l’accord Bino sur les salaires, à toutes les entreprises de l’île.
“Le Médef et la FNSEA ont rappelé leur opposition à cette extension, la semaine dernière lors d’une réunion au ministère du travail, à Paris”, précise le site Bondamanjak.com.
Laurence Parisot a motivé sa décision au micro de Jean-Michel Apathie : “Nous ne signerons pas l'accord (...) Nous ne pouvons accepter qu'un accord qui laisse entendre que l'économie guadeloupéenne est encore une économie d'esclavage puisse être ainsi cautionné, y compris cautionné par l'Etat”.
L’amertume qui découle d’un mouvement social qui a duré 44 jours, a laissé des traces. Tout au long de la crise sociale et économique, une partie de la population de la Guadeloupe avait pointé du doigt les “Békés”, c’est-à-dire les familles riches de l’île…

Lundi 30 Mars 2009 - 12:21
Jismy Ramoudou
Lu 668 fois




1.Posté par Cambronne le 30/03/2009 13:34
Et elle a raison

2.Posté par nicolas de launay de la perriere le 30/03/2009 13:51
que les entreprises béké soient boycottées...

3.Posté par nouvelobs le 30/03/2009 16:30
ce n'est évidemment qu'un prétexte; le terme "d'esclavage" est ici oscillant entre la métaphore, l'image et la réalité concrète (évidemment, en ce dernier sens il n'est pas conforme).

il s'agit seulement de désigner un système, des pratiques, des excès et des abus: tels qu'il y en a aussi en métropole entre possédants et citoyens exploités.

à ce compte le medef ne signerait aucun accord avec qui ce soit

cette position du medef ne doit donc pas être considérée comme relative seulement aux Antilles mais à la société tout entière: elle préfigure le fait que le medef est dans un rapport de force et considère que celui-ci lui est touours favorable à 100%, que la raison du marché, que la raison de "l'entreprise" demeure la seule et de toute façon qu'elle est celle du plus fort et donc du plus juste.

et le gouvernement de la République dans tout ça que dit-il?

4.Posté par Lys le 30/03/2009 23:37
Cela démontre soit le niveau "intellectuel" très bas de la concernée (ce qui serait à priori étonnant) soit l'utilisation de la fenêtre que laisse l'interprétation de la clause concernée pour ne pas signer. En tout état de cause le medef ne veut pas signer, point barre.

5.Posté par Alexandre Mingot le 31/03/2009 00:45
De toute façon, pas la peine de s'énerver : IL N'Y A PLUS D'ECONOMIE GUADELOUPEENNE ou si peu. Il faudra des années pour se relever des petites fantaisies du LKP. Des centaines d'entreprises sont en dépôt de bilan, ca qui est énorme pour un département de cette taille. Le tourisme est sub-claquant et pour longtemps.
L'Etat (nous!) paiera, même si tout le monde fait semblant de croire que ca va repartir comme si on tournait une clé de contact.
Les réunionnais ont été plus circonspect vis à vis du COSPAR, ce qui démontre un solide bon sens.

6.Posté par boyer le 31/03/2009 08:26
le cospar ferait mieux de ne rien signer du tout et de communiquer sur l'intransigeance du medef et de la grande distribution pour laisser les rancœurs et les frustrations s'accumuler.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales