Social

Langue créole: Mobilisation devant le Rectorat pour soutenir la stagiaire expulsée


On pouvait penser que l'affaire s'était arrangée, mais la mobilisation organisée ce jour devant le Rectorat montre le contraire. Suite à l'incident survenu au lycée hôtelier de Saint-Paul où une étudiante-stagiaire en Master de créole a été expulsée par le chef d'établissement, la grogne perdure et il est même reproché une "volonté manifeste d'étouffer l'affaire", lance un manifestant.

Associations, collectifs, syndicats mais aussi étudiants, citoyens, militants se sont regroupés ce début d'après-midi devant les grilles de l'Académie de la Réunion. L'occasion de "craser" un ti maloya et de faire passer quelques messages sur des morceaux de cartons en attendant qu'on veuille bien accorder une audience au collectif…

L'étudiante-stagiaire, et sa titulaire, sont évidemment présentes aux côtés du collectif de soutien. Après plusieurs semaines d'attente, le Rectorat prendrait un certain temps pour se positionner. "Plusieurs tentatives ont été faites auprès des autorités académiques pour que cette affaire soit traitée de façon juste et équitable", indique-t-on.

Du coup, "un geste fort et officiel de l'Académie, voire même, une sanction du chef d'établissement" sont des demandes formulées, quelques minutes plus tard, lors de l'entretien entre une délégation et des représentants du Recteur. Pourquoi une sanction du chef d'établissement? L'un des arguments évoqués est que l'intéressé aurait outre-passé ses droits en intervenant pendant une heure de cours pour expulser l'étudiante, alors sous contrat.

Ce dossier vient s'ajouter à la "trop longue liste" d'attaques faites contre le créole à l'école, s'insurgent les associations : "Nous demandons au rectorat de nous prouver qu'il soutient de façon forte et officielle le développement de l'enseignement de la langue et de la culture réunionnais. C'est un enseignement reconnu par l'Education Nationale et qui est encadré par des textes officiels. Nous en avons assez d'un soutien académique de façade à la limite de la carte postale qu'il ne faudrait pas écorner. Il y a un certain nombre d'obstacles permanents et récurrents qui freinent le développement de cette discipline...".
Mercredi 25 Avril 2012 - 16:19
Lu 1893 fois




1.Posté par CGTR EDUC ACTION le 25/04/2012 18:10
STAGIAIRE EXPULSEE: LE RECTEUR FOURAR AUX ABONNES ABSENTS

Il ne faudra pas compter sur notre recteur pour prendre une decision de réparation quant au prejudice subi par la stagiaire expulsée de son cours par le proviseur du lycee la renaissance

Et encore moins une sanction de sa part

Ou plutot si, si sanction il y a , il l'orientera plutot vers la victime ,car notre recteur est plus à l'aise pour couvrir les abus d'autorité ou nier les harcelements que pour venir en aide aux personnels qui en sont victimes

C'est la sacro sainte solidarite "made in Fourar ", c'est la solidarité des puissants

La meilleure chose à faire et la meilleure solution pour l'académie , c'est que le recteur FOURAR s'en aille le plus vite possible

Plus vite nous serons "allégés" de sa présence au sein de notre académie , mieux cela sera

VIVEMENT DEMAIN.. QU'IL S'EN AILLE OU QU'IL SOIT DEPOSE ET VITE TANT IL A FAIT DE MAL DANS NOTRE ACADEMIE !!!!!

2.Posté par Ah quelle bande de kons !!! le 25/04/2012 18:50
Un master en créole !!!
Est-ce qu'ils font des masters en petit nègre en Afrique équatoriale ?
Non !
Ayant été dans plusieurs pays d'Afrique, j'ai pu constater que le français des africains était beaucoup plus élaboré et beaucoup plus riche que le français des créoles réunionnais. L'explication, tient peut-être dans le fait qu'ils n'étudient pas le petit nègre. Leurs instituteurs leur apprennent un français très pur (certes avec un accent très fort, mais ce n'est pas un problème), ils sont plongés dans le français grâce à la télévision et la radio, ils parlent en français entre eux parce que ils sont de plusieurs ethnies de langues différentes.
Quand j'ai appris l'anglais, tout le monde disait que la meilleure méthode était l'immersion, les enseignant ne parlaient pas en français. Les parents les plus favorisés envoyaient leurs enfant en Angleterre. Alors pourquoi est ce qu'à l'école "on" ne veut pas immerger pas les créoles dans le français ?
Ces politicards de m**** (auto censuré) veulent la régression des créoles pour mieux les contrôler. Ils ont besoin de théories de m**** pour donner une raison d'être à leurs partis politiques de m****.
Pendant ce temps, les parents les plus malin orientent leurs enfants vers les filières latin, grec, vers les sections "européennes" avec une langue d'enseignement comme l'anglais pour toutes les matières, ou vers des sections du genre "langues O" avec le chinois en particulier.
Les parents les plus sots accepteront que leurs enfants soient mis dans les griffes d'incompétents kréolofo'n, ils plongeront alors dans la fange. Ce seront les futurs RSAstes, CMUstes.

3.Posté par franck le 25/04/2012 19:29
je cite : "Nous demandons au rectorat de nous prouver qu'il soutient de façon forte et officielle le développement de l'enseignement de la langue et de la culture réunionnais"... quel est ce délire ? un master en créole : mais vous êtes à côté de vos pompes !! avec le chômage actuel, quel est l'avenir de jeunes formés au seul créole. ils ne leur manque plus qu'une formation au théâtre, et avec cela ils vont directement à la case recherche d'emploi... malheureusement...

quelle est en outre la langue 'réunionnaise' ? j'aimerais le savoir, moi qui suit né ici ?

4.Posté par MIRITOUSEL le 25/04/2012 20:39
Quant à faire un master,mieux faire un masterbation,c'est international,pratiqué et compris dans le monde entier.....

5.Posté par Gabriel Picard le 25/04/2012 20:57
Vous dites "mobilisation" : où sont les mobilisés ? J'ai dénombré à peine une dizaine de manifestants ! Quel niveau de journalisme permet de titrer "mobilisation" ? Quant à la porte-parole des manifestants, elle ne me semble pas la plus appropriée pour défendre les couleurs de le la langue régionale locale (le "provençal" peut-être ?). Gabriel Picard.

6.Posté par Etouffer les zafaires!!!!! le 25/04/2012 21:06
Ils sont forts pour étouffer les zaffaires. et l’histoire de l’étudiant et du prof d'amiral bouvet? Que devient l'étudiant? le prof a eu gain ?
Ca aussi il faudrait en parler.... il faut arrêter de mépriser les réunionnais.

7.Posté par Nicolas et Pimprenelle le 25/04/2012 21:09
Un Master de créole? pourquoi faire? mieux vaut maîtriser parfaitement le français et au moins une langue étrangère, un passeport minimum pour entrer dans la vie active.

8.Posté par Le réunionais, une langue ? le 25/04/2012 22:21
Madame Peignon,
Je garde en mémoire que c'est la FSU qui a vivement conseillé aux futurs enseignants réunionais de refuser bec et ongles leur mutation en métropole.
Le nivellement par le bas, vous vous y connaissez !
Ensuite; M. Mongellaz comme moi-même ne sommes pas hostiles au créole mais à son insipide contrefaçon : le kréol.
Qu'il soit kwyz ou zwyk, c'est pareil, ce n'est que caricature de notre créole.
J'ai la certitude absolue de la médiocrité de ce personnel enseignant de LCR en matière d'enseignement de l'écrit car il ne devrait y avoir qu'une seule façon d'écrire notre créole, c'est l'écriture étymologique, chose que ne maîtrisent pas les enseignants, non formés à cette belle écriture !
Enfin, madame, puisque vous l'ignorez, sachez qu'il n'y a qu'une seule langue en France, c'est le fra,çais. Le créole réunionnais est un patois parmi tant d'autres, même s'il est le plus beau de tous !!!

9.Posté par Tssss le 26/04/2012 00:52
Henriette Walter, professeur de linguistique, tout comme ses collègues, définit le patois ainsi: " i[Le terme de patois en est arrivé progressivement à évoquer dans l'esprit des gens l'idée trop souvent répétée d'un langage rudimentaire […]. Nous voilà loin de la définition des linguistes, pour qui un patois (roman) est au départ l'une des formes prises par le latin parlé dans une région donnée, sans y attacher le moindre jugement de valeur : un patois, c'est une langue]i "

Donc oui, le créole n'est pas un patois mais bien une langue!

De plus, (pour le poste 8), de quelle contrefaçon parlez-vous? Ecrire créole: kréol n'est pas une contrefaçon mais une graphie propre à la langue. On dit bien "fonnkézèr" pour "poète". Faudrait-il écrire "fond de quais ère" quand il n'y a nul équivalent en Français? Donc une graphie pour écrire un mot s'applique aux autres, d'où "Kréol".
Pour le poste 2, mais quelles inepties ai-je pu y lire. Vous (et malheureusement d'autres) écrivent qu'il n'y a pas lieu d'être d'un master créole et qu'il ne faudrait pas y scolariser ses enfants. De un, en master, les "enfants" sont bien souvent majeurs et choisissent eux-mêmes leurs parcours. De plus, arriver jusque là, surtout dans une filière linguistique, veut dire assumer et bien connaître le Français. Donc apprendre le créole ne dénature pas le Français. Quel argument stupide avancez-vous d'ailleurs. Si les jeunes apprenaient le Créole et le Français, ils feraient la distinction entre les deux langues et ne se tromperaient pas. C'est reconnu scientifiquement. Peut-être devriez-vous lire un peu plus certains essais littéraire ou scientifique. Si une langue pouvait empiéter sur une autre alors nous n'en apprendrions qu'une seule. Ce ne serait que le Français mais pas l'Anglais ni aucune autres.

Je finirais par dire que je connais bien le créole, le français et que je suis ingénieur. Et je m'en porte bien ;)

10.Posté par noe 2012 le 26/04/2012 06:00
Ce prof a besoin d'un bon soutien même si un master en créole semble un peu "idiot" pour son avenir ...Un autre type de master serait plus approprié mais c'est le choix de la prof ...

Je la soutiens face à une hiérarchie ringarde qui semble n'avoir aucun respect pour la personne humaine !
Malheureusement , on trouve encore ce genre d'individu qui pête plus haut que leur trou ! et comme le réunionnais croit encore à la "goyave de France" , il se laisse insulter sans vraiment réagir !

11.Posté par Janet13 le 26/04/2012 08:43
Au post 2 j'ai été en Afrique pour un travail et j'ai détesté l'attitude des français envers les africains! Quand je vois comment on rabaisse ces personnes uniquement à cause de leur accent en ne faisant même pas attention à ce qu'ils disent ça me dégoûte! Quant au "créole", n'en déplaise à certains cela reste un enrichissement culturel pour ceux qui l'étudient! Il n'y a pas que le créole réunionnais qui est enseigné à l'université mais les différents "créoles" parlés dans le monde! Il est toujours intéressant d'apprendre à découvrir des cultures différentes!

12.Posté par MIFF2 le 26/04/2012 09:09
La priorité, c'est tout de même de maîtriser le français, et d'autres langues nationales, l'anglais en particulier.
Le créole est un patois, issu du français, lui même issu du bas-latin. Qu'il ait été érigé en langue est démagogue, car la majorité de la population s'exprime en français, même si on dit accessoirement, “mi pense“ .Ceux qui défendent ou ont défendu le créole à l'école se sont empressés de mettre leurs enfants dans les meilleures filières. Il faut bien renouveler la classe dirigeante, héritière des gros blancs “lontan“. L'un des post le souligne fort bien.

13.Posté par Encore des âneries le 26/04/2012 11:37
Pour le poste 12, le créole est une LANGUE, issu du Français, certes, mais du vieux Français. Ainsi que du malgache, du tamoul et d'autres apports mineures. Le Français actuel n'est pas issu du bas-latin mais des langues régionales qui pour certaines d'entres-elles sont issues du bas latin. Oui, une langue se construit sur la base d'autres plus anciennes, comme le Français qui est une langue, donc comme le créole qui en est une aussi!
Pour noe2021, je suis d'accord avec vos propros. Sauf peut-être pour le master en créole qui vous semble un peu "idiot". Je crois qu'il ne s'agit que d'une option, "le créole réunionnais" et cela n'est pas idiot du tout puisqu'il s'agit là d'un apport à la culture. Et en plus, si elle peut en faire son métier, cela serait même un avantage :)

14.Posté par Gabriel Picard le 26/04/2012 14:19
A l'attention de M. Tsss, ingénieur. Pour information le néologisme "fonnkézèr" n'a rien à voir avec les quais de la Seine pas plus qu'avec ceux de la Rivière Saint-Denis. Il y a bel et bien un équivalent en créole, étant donné que le mot vient intégralement du créole. A l'origine on a dénommé "fonnkèr" (fond de coeur) un poéme, puis le faiseur de poèmes est devenu le "fonnkézèr". Gabriel Picard.

15.Posté par Pour Gabriel Picard le 26/04/2012 15:31
Merci M. Picard, de votre intervention. C'est justement ce que je disais. C'était un exemple pour montrer qu'écrire créole en Kréol n'était pas une ineptie puisqu'on ne peut appliquer la graphie française au mot "fonnkézèr"., qui est un mot créole. En respectant cette graphie, créole devient kréol.

16.Posté par Gabriel Picard le 26/04/2012 19:06
A l'attention de M. Tsss. Comme disent les Mauriciens "sorry bonhomme !", je n'avais saisi la subtilité de la chose. Néanmoins pour répondre à vos interrogations relatives à "fonnkézèr"je vous sggère diverses pistes :
- si le mot vient de "fond-de-coeur", on peut dire que le poète, à l'instar de Musset qui "s'arrache coeur", car "c'est là qu'est le génie", le poète donc "tire" le fond de son coeur, à la manière du "tire-fond". Le poète est donc in "tire-fonnkèr".
- si on s'en tient au vocable "fonnkézèr", pour le transcrire "à la française", je ne vois que l'expression "fond de caisse" ou "à fond la caisse", ce qui donnerait "fond-de-caiseur", avec la variante "fond-de-causeur".
- pour les germanophones (ou-philes), je propose "Von Kaiser".
Gabriel Picard.

17.Posté par Pour Gabriel Picard le 26/04/2012 20:12
Merci bien.

18.Posté par Le Réfractaire le 27/04/2012 20:36
Un peu de logique SVP

La stagiaire qui a été expulsée du Lycée hôtelier de Saint Paul a été recrutée pour enseigner la langue française et pas autres choses.
Si elle a été exclue, ce n'est pas un incident, mais pour avoir refusé d'excécuter un travail qui lui a été confié.
Quel Employeur accepterait de payer un salarié pour aller travailler dans une autre Entreprise ???
Un peu de logique svp, soyons sérieux.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales