Société

Lancement d’un site internet sur le risque requin le 1er octobre


Lancement d’un site internet sur le risque requin le 1er octobre
Le comité opérationnel de réduction du risque requin (CO4R) s'est réuni ce mardi sous la présidence de Chantal Ambroise, sous-préfète de Saint-Paul. Le comité a fait le point sur les avancements des différents travaux en cours. Parmi ceux-ci, la phase informative sera considérablement renforcée dans les prochaines semaines.

Annoncé par le préfet en mai, le lancement d’un site internet d’information sur le risque requin à la Réunion est confirmé pour le 1er octobre prochain. Une maquette du site a été présentée aux participants en vue de recueillir leurs propositions.

Cette panoplie informative en direction des touristes, mais pas seulement, vient compléter la brochure de l’IRT "Conseils de vacances pour la pratique de la baignade et des sports nautiques", qui a été présentée en complément des autres supports d’information à destination d’un large public.

L'objectif principal de cette séance était de faire le point sur l'application de l'arrêté préfectoral du 26 juillet 2013 par les différentes communes littorales de la Réunion. L'important travail réalisé par chaque commune et l’esprit constructif des différents partenaires ont été soulignés, relève la Préfecture dans son communiqué.

Une réunion de travail sera organisée afin d’apporter aux communes toute l'assistance et le soutien technique et juridique nécessaires en matière d’organisation des différentes activités nautiques sur le littoral.

Ce CO4R coïncide avec la venue dans notre département du spécialiste sud-africain Geremy Cliff. Le directeur de la structure du Natal Shark Board a fait une présentation des mesures mises en oeuvre sur la côte du Kwazulu-Natal. A la Réunion, c'est dans le cadre du projet expérimental Cap requins de réduction du risque porté par le Comité régional des pêches maritimes qu'il a été convié à partager son expérience d'une trentaine d'années dans la sécurisation des pratiques nautiques.
Mercredi 11 Septembre 2013 - 07:29
.
Lu 648 fois




1.Posté par e-requins le 11/09/2013 08:17
avec des tablettes étanches autour de l'île pour que les requins puissent le consulter.
Autant de monde autour d'une table pendant autant de temps pour une décision aussi....faible.....

2.Posté par ouhin, oOUUHiiiin, un naileron le 11/09/2013 08:19
il n'y avait-il pas deja un site non mis à jour avec des infos partielles hébergé chez la deal?
est que cela là affichera lui aussi des infos perrimées?

3.Posté par ouhin, oOUUHiiiin, un naileron le 11/09/2013 11:15
Beaucoup d'argent dépensé pour en réalité masquer l'inaction des pouvoirs publics.
La seule réalité c'est qu'aujourd'hui l'océan est interdit à l'humain au profit de la prolifération des requins bouledogues.

4.Posté par on marche sur la tête le 11/09/2013 12:00
Et pendant ce temps le tourisme coule et les requins sont tranquilles.
Vraiment je ne comprends pas. En métropole, quand les loups ou les ours tuent des brebis ou des moutons , on régule.

Ici, les scientifiques ont montré que ce requin est sédentaire et en surpopulation. Et qu'est ce qu'on fait ? On lance une étude sur le comportement des usagers de la mer !!

On est vraiment dans un département ? Moi je crois plutôt que l'on est toujours une colonie.

5.Posté par Jean -François (dit JF) le 11/09/2013 16:16
la situation est grave , jugez en par vous même , les bouledogues PROLIFERENT et ont tout mangé dans la réserve .les bracos en sont réduit à pêcher ce qui leur tombe sous la main dans la réserve , j 'en connais qui ont même été intoxiqué par un bouftang maladif parcequ'ils n'avaient rien trouvé d'autre .Tout ça parce qu 'on nous refuse le droit de pêcher ces TROIS POISSONS !

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales