Politique

La visite de Bruno Le Roux au Port en images















Samedi 4 Mars 2017 - 15:13
Pierre Marchal - Anakaopress
Lu 890 fois




1.Posté par Pamphlétaire le 05/03/2017 20:22

Monsieur, le ministre de l'Intérieur, on ne parle plus de l'affaire Théo depuis qu'un article affirmait que des membres de sa famille avaient soutiré de l'argent des contribuables à l'Etat pour "vivre intensément et sans se fatiguer"...La police avait été rudement prise à partie et cela avait augmenté avec la visite du président de la France (j'ai du mal à écrire président des Français) auprès de Théo à l'hôpital, du footballeur Ribéry, etc...

"Il faut bien reconnaître que le présent n’est pas encourageant. Cette dernière décennie a vu les policiers devenir des soldats de l’Intérieur. À la recherche de quel ennemi ?

Je rêve d’un candidat aux présidentielles qui ne se contente pas de nous faire part de généralités sur la sécurité, mais qui prenne le temps de nous expliquer quelle sera pour lui la police de ce siècle. Entre nous, le choix est simple, car si l’on coupe définitivement le lien entre la police et la population, on court à la catastrophe. La loi sur la sécurité publique qui vient d’être adoptée à l’Assemblée nationale est un bon exemple de ce qu’il ne faut pas faire : usage des armes, renforcement des peines pour les délits de rébellion, anonymisation des procédures… autant de mesures sans envergure qui sont prises dans le seul but de satisfaire les policiers qui crient le plus fort, et qui ne rendent pas service à leurs collègues, qui, sur le terrain, tentent de faire le job qu’ils ont choisi. Malgré les difficultés qu’ils rencontrent, j’espère qu’ils sont conscients qu’ils font le plus beau métier du monde.

Faire une police de proximité, c’est d’abord considérer chaque citoyen avec respect et ne pas l’accabler tant qu’il n’est pas soupçonné d’un crime ou d’un délit. Hélas, notre société actuelle s’oriente vers une doctrine opposée : c’est parmi les innocents que se trouvent les coupables. Ceux qui prônent cette méthode nous font le chant des sirènes – la grâce en moins."
Georges Moréas, 20 février 2017.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter