Société

La ville du Tampon célèbre les 70 ans de la départementalisation


Plusieurs villes de l’île ont célébré hier le 70e anniversaire de la départementalisation de La Réunion. À cette occasion, la ville du Tampon a remis à 7 personnes nées en mars 1946 une médaille de la Ville.

Une exposition sur les 70 ans de la départementalisation et sur l'histoire du Tampon a été mise en place sur le parvis, qui sera ensuite transférée à la Médiathèque du Tampon.

A l'occasion de la journée de la citoyenneté, 51 contrats de service civique ont été remis à des jeunes tamponnais. Ils pourront travailler durant l'année dans le sport, la culture, la citoyenneté, la solidarité dans des services de la collectivité.





Dimanche 20 Mars 2016 - 09:57
Lu 1067 fois




1.Posté par Eno2016 le 20/03/2016 10:43
Vive la Départementalisation !
Vive 974 !

2.Posté par chavez le 20/03/2016 14:39
tient encore debout le chinois ..................

3.Posté par Jacob le 20/03/2016 18:06 (depuis mobile)
a quand la titurilisation de tout le personnel communal de toute les communes comme la France égalité réelle Mm bareigs Mr le maire

4.Posté par Fred Lauret, le Tampon le 20/03/2016 21:06
@ Jacob,
Comment titulariser tout le personnel communal des communes de la Réunion et tout particulièrement celui de la commune du Tampon?
Bien entendu ce serait le top dans un monde idéal, où il n'y aurait ni chômage, ni crise économique...le monde des bisounours en gros.
Dans notre société actuelle où le chômage est plus que présent, où la crise met de nombreuses familles dans des difficultés réelles, le maire du Tampon André Thien-Ah-Koon, soutenu par toute son équipe, a décidé de faire tourner l'emploi pour que chaque famille puisse bénéficier, chacune son tour, d'un emploi.
Et au Tampon, c'est cette politique que revendiquent les Tamponnais. En tout cas la plus grande partie d'entre eux...
Allez, en effet expliquer à une personne qui n'a pas travaillé depuis 5, 8, 10 ans qu'elle perdra une chance de travailler parce qu'un autre aura eu la chance d'avoir été titularisé et donc de bloquer un emploi...vous verrez comment elle réagira.
Après c'est vrai que si la secrétaire d'Etat socialiste réussi à mettre en place l'égalité réelle et de donner à chacun un emploi, alors la commune n'aura peut être plus à s'occuper de ce problème...mais en attendant le maire du Tampon, André Thien-Ah-Koon, a lui décidé de venir en aide à ceux qui n'en trouvent pas...
En outre pour compléter le sujet de zinfos, il a décidé aussi de tendre la main à de nombreux jeunes, qui étaient laissés sur le chemin, en leur offrant des missions de service civique.. qui profiteront notamment aux écoliers du Tampon.

5.Posté par ti kreol dans le fénoir, la misère, la souffrance etc. le 20/03/2016 22:56
La solution proposée actuellement est en gros le partage de la misère.
Au final cette solution de faire tourner les emplois aidés semble plutôt juste, mais d'une tristesse infinie.

Cela prouve simplement que les mairies, que les hommes politique réunionnais et que l'Etat n'ont aucune solution pour lutter contre le chômage à la Réunion. ( on finirait presque à se demander mais à quoi servent il? ).

La Réunion est l'un des endroits au monde avec le plus fort taux de chômage (+30%). En augmentation de 1,5 % an.

On pourrait même aller plus loin dans le partage de l'emploi. On devrait dire a ceux qui occupe des emplois depuis 2 ans, 3 ans etc que c'est leur tour d'aller au chômage.

6.Posté par 51889 le 20/03/2016 23:04
@ Fred Lauret

Comment expliquez-vous que le maire du Tampon, dans sa grande bonté, stagiarise et titularise des agents embauchés...depuis moins de deux ans, et laisse sur le carreau d'autres, embauchés par lui même, il y a vingt, vingt-cinq ans?

Je ne doute pas que le zèle que vous mettez à défendre votre seigneur et maître vous permettra de trouver des arguments pour expliquer cette situation.

Tout comme je en doute pas que vous trouverez de solides arguments pour expliquer pourquoi, sur certains postes, des agents ayant bac plus 4, voire plus 5, sont embauchés, avec des responsabilités, pour un salaire de contrat aidé, et des CDD à n'en plus finir. Quant un jeune, avec un master se retrouve avec le même salaire qu'un contrat aidé affecté aux espaces verts, on peut légitimement se poser des questions sur la gestion des ressources humaines, alors que votre seigneur et maître clame haut et fort qu'il veut diriger la commune du Tampon comme une entreprise...

7.Posté par haha le 21/03/2016 11:05
Si seulement la commune consacrait la majorité de son budget à des investissements structurants plutôt qu'à des frais de fonctionnement élevés, peut être que les entreprises locales pourraient embaucher des personnes parce qu'elles auraient des marchés à se mettre sur la dent. Par contre il n'y a pas de roulement dans l'attribution des marchés publiques au Tampon, allez comprendre pourquoi. Chassez le naturel il revient au galop.

8.Posté par wtf le 21/03/2016 13:29
Notre ile est vérouillée par la familiocratie et se monopoles: selon castes ethnique, on a la succession de Popa ou Momon à la tête de telle ou telle entreprise. Ces caste ethniques se connaissent entre eux, ne se font pas concurrence, mais s'entendent pour le partage du gâteau, chasse gardée des fils et filles de....le kréol de base lui, se contente de p'tits contrats commune, non permanent, ni durable et encore moins, fonctionnaire, parmi ceux qui ont eu la chance de réussir un concours et qui se font nommés, à côté de ceux, plus politique, directement nommés en C et qui gravite ensuite avec plus ou surtout, moins de savoir faire (et être).

Le partage de l'emploi à défaut du plein emploi, c'est sur, c'est un aveu de paupérisation globale du système. mais la vraie question c'est est ce que cela n'est pas voulue ? orchestrée par notre familiocratie qui monopolise les postes clefs de cette société.

mais en même temps, la base se dit "koué ou veu mi fait mon zenfants, reste la case, attende facteur passé et fait mon black à droite à gauche"...toute façon, vu ce systéme de caste locale, les meilleurs sont envoyés je ne sais ou, sous couvert d'ouverture au monde, d'autres ont la chance et peuvent avoir qualifications et resté ici et la grande majorité, mangent les reste, comme ces p'tits contrat, avec toujours cet esprit de fatalité du "koué ou veu mi fai" et du "bouge pas, geule pas, inon i reconduit pas le p'tit contra"....

ça dépanne....quand on à 20/25 ans. Après, faut aussi arriver à faire une vie, construire un avenir, bâtir des projets...et c'est pas avec ce genre de contrat qu'on y arrive.

En fait de façon globale, nos décideurs, privés comme publics, n'ont pas envie que les chose bougent. Il faut absolument maintenir le kréol de base dans une dépendance électoraliste et alimentaire. De toute façon, il e complaît dans cela, donc pourquoi s'en priver. Les chose sont ainsi depuis des décennies et le seront encore longtemps, car le jour ou ça changera, ça voudra dire que le kréol aura ouvert ses yeux et se sera affranchi de ses chaînes ancestrales. Mais si ce jour devait arriver, ça sera une véritable révolution populaire dans les cris et sans doute le sang. Car jamais, ce castes sociales si bien installés ne laisseront leur place. Si vous comprenez cela, ça sera déjà un premier pas !

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales