Blog de Pierrot

La vérité sur les raisons de la disparition de l'ARAST

Dimanche 10 Janvier 2010 - 22:40

Beaucoup de choses ont été dites sur les raisons qui ont amené l'ARAST à la liquidation. L'essentiel n'a cependant pas encore été rendu public et c'est ce que nous nous proposons de faire ici, en répondant à un certain nombre de questions essentielles pour mieux comprendre le dossier.


La vérité sur les raisons de la disparition de l'ARAST
Quelles étaient les relations entre le Conseil général et l'ARAST ?

L'action sociale est une des principales compétences du Conseil général et comprend, entre autres :    
    * La protection de l'enfance : dont la protection maternelle et infantile, l'aide sociale à l'enfance et la prévention spécialisée,
    * L'insertion des personnes en difficulté, RSTA,
    * L'aide aux personnes handicapées et âgées,
    * La prévention sanitaire
    * La gestion du RMI et de ses allocataires à travers l'ADI

Lorsque le Conseil général décide de déléguer une de ces compétences, il peut le faire, selon les articles L312-1 et suivants du Code de l'action sociale et des familles, selon deux formules : l'agrément ou l'autorisation, cette dernière formule impliquant un contrôle permanent des services du Conseil général sur la gestion de l'association, avec possibilité d'influer sur les décisions prises.

Ainsi tombe le premier argument de la présidente du Conseil général : Le Département était parfaitement au courant de la situation de l'ARAST depuis de nombreuses années et a choisi de laisser faire. En 2007 par exemple, le Commissaire aux comptes avait fait état de plus de 6,7 millions de dettes fiscales et sociales au 31 décembre 2006. Qu'ont fait le Conseil général et Nassimah Dindar pour solutionner ce problème ? Rien...

Ce qui n'a pas empêché Nassimah Dindar de faire mine de découvrir récemment l'ampleur du déficit de l'ARAST...

Elle avait d'ailleurs contesté devant le président du tribunal de grande instance de Saint-Denis, lors de l'audience du 29 novembre, quand a été prise la décision de liquider l'association, les affirmations de l'expert Baron selon lequel la liquidation était la seule solution possible puisque "les financements nécessaires pour l'ensemble de ces offres ne sont pas assurés dès lors que seul le Département en a la clé et (qu'il) n'a donné aucune garantie à cet égard, même pour ce qui est de l'offre AD (Aide à domicile) du GIHP qu'il soutient".

Et il avait insisté sur le fait que "le Département n'a toujours pas à ce jour respecté son engagement pris devant le tribunal lors des audiences précédentes d'assurer la trésorerie la trésorerie suffisante pour ne point aggraver le passif, lequel engagement portant selon lui sur une somme de 2.500.000 euros jusqu'à fin décembre 2009 en sus des versements habituels".

Nassimah Dindar avait nié le fait "de n'avoir pas respecté ses engagements et imputé la situation actuelle à des charges fixes excessives sur lesquelles (elle) dit n'avoir jamais pu peser, ni en fait ni en droit".

Premier mensonge : on sait aujourd'hui que la loi lui donnait tous moyens pour influer sur les dépenses de l'association, en fait et en droit et qu'elle ne les a pas utilisés. Et qu'elle avait omis de verser les 2,5 millions d'euros comme elle s'était engagée à le faire, ce qui a entraîné la disparition de l'association. Par incompétence ou pour une autre raison cachée ? La réponse ci-dessous...

Les dépenses de l'association étaient-elles excessives ?

Lorsqu'elle a commencé à être mise en cause, Nassimah Dindar a fait courir le bruit que les dirigeants de l'ARAST bénéficiaient de salaires mirobolants et qu'ils dépensaient l'argent sans compter, que ce soit en voyages ou au restaurant.

Outre le fait que, même si c'était vrai, ces dépenses n'auraient représenté qu'une goutte d'eau dans l'océan des pertes de l'association, et qu'en plus le Conseil général avait tous moyens à sa disposition pour les faire cesser, il se trouve que là aussi, ce ne sont que mensonges.

Le directeur de l'association, Patrick Jacquemart, touchait 6.700 euros par mois. Dans le même temps, le directeur de Cabinet de Nassimah Dindar en touche 9.800...

Est-il choquant que le patron de 1.200 salariés touche une telle somme? D'autant que, comme je l'ai déjà dit, ce salaire est expressément prévu et imposé par la convention collective nationale qui régit le secteur.

Par contre, le salaire du directeur de Cabinet est-il choquant? Je vous laisse libre de la réponse...

On a aussi accusé le même directeur de "vivre sur la bête" et de passer son temps dans les meilleurs restaurants, aux frais de l'association bien sûr. En réalité, il se faisait rembourser en moyenne moins d'un repas par mois...

On a aussi dit qu'il allait régulièrement à Maurice passer un MBA (Master of Business Administration), un des diplômes les plus élevés en matière d'économie et de comptabilité. Ces cours étaient en fait pris en charge au titre de la formation continue à laquelle a droit tout salarié, et il est à noter qu'il vaut mieux payer le déplacement jusqu'à Maurice plutôt qu'à Londres ou Paris... Et c'est la preuve que les dirigeants de l'ARAST avaient toutes les compétences pour gérer une telle association et que le problème était donc bien ailleurs.

D'où viennent réellement les difficultés de l'ARAST ?

Comme je l'ai déjà explicité dans mon article "Nassimah, comment tu fais pour dormir la nuit?" ([cliquer ici pour lire l'article]urlblank:http://www.zinfos974.com/Nassimah,-comment-tu-fais-pour-dormir-la-nuit_a13665.html ), les déficits de l'ARAST ont été artificiellement créés depuis plusieurs années par le Conseil général qui a unilatéralement diminué les sommes qu'il versait à l'association.

L'ARAST avait deux modes de financement. Certaines activités faisaient l'objet de subventions, c'est à dire qu'un montant global était déterminé en début d'année. Les autres auraient du faire l'objet d'une "tarification", c'est à dire qu'un montant aurait du être fixé à l'unité et ensuite multiplié par le nombre de jours ou de personnes prises en charge. La première formule offrait l'avantage qu'on savait dès le début d'année le montant sur lequel on pouvait compter, tandis que la seconde était plus aléatoire et pouvait varier en cours d'année.

Le problème, c'est que le reliquat de certaines subventions n'était versé qu'en décembre par le Conseil général, alors que les sommes auraient du être créditées en début d'année... Les montants se chiffrant en millions d'euros, je vous laisse imaginer le montant des agios versés à la banque puisque l'ARAST devait faire l'avance, sans avoir l'argent en caisse.

En ce qui concerne la tarification, c'est encore pire. Normalement, l'ARAST faisait une proposition par exemple de prix à la journée et le Conseil général aurait du faire une contre-proposition. Et la négociation aurait normalement du durer jusqu'à ce que les deux parties tombent d'accord sur un montant. Or, le Conseil général n'a jamais finalisé cette procédure. Chaque année, on travaillait dans l'urgence et on autorisait l'ARAST à démarrer sans prix vraiment ferme, sur la base de ce qui se faisait les années précédentes, en disant simplement aux dirigeants qu'on ajusterait en cours d'année. D'où les déficits. Et d'où ce que Nassimah Dindar a appelé ses "sauvetages" de l'ARAST, alors qu'elle ne faisait que payer à postériori ce qu'elle aurait normalement du verser en amont...

Mais le coup de grâce a été porté lorsqu'elle a annoncé aux dirigeants de l'ARAST fin 2008 que la subvention correspondant aux anciennes activités de l'ARFUTS passait de 10,4 à 6,4 millions d'euros. Quand on sait que 90% des dépenses de l'association sont d'ordre salarial, on imagine immédiatement les conséquences...

Et dans la foulée, elle a également annoncé qu'elle ne paierait plus que 16 euros par heure les aides ménagères, au lieu de 18€20, taux préconisé par la Caisse nationale d'assurance vieillesse...

Ajoutez à cela son refus de verser les 2,5 millions d'euros auxquels elle s'était engagée devant le tribunal pendant la période d'observation, et qui impliquait automatiquement la liquidation immédiate de l'association, et on est en droit de se demander à quel jeu a joué la présidente du Conseil général...

Les vraies raisons de la disparition de l'ARAST

Ces causes, je les ai également évoquées dans mon article "Nassimah, comment tu fais pour dormir la nuit ?"

En fait, les conseillers généraux, qui sont souvent maires ou proches de maires, souhaitent mettre la main sur les travailleurs sociaux et sur les citoyens électeurs en situation de détresse dont ils s'occupent.

Dans le schéma vers lequel on se dirige, le GIP ne sera qu'une espèce d'immense gare de triage, un peu comme la MDPH (Maison des Personnes Handicapées), qui se contenterait de répartir les personnes en difficultés vers les CCAS des communes. Et je vous laisse imaginer l'usage qu'on en ferait. Souvenez-vous de ces candidats qui passent, à chaque élection, dans les maisons de retraite, récupérer les cartes d'électeurs des petits vieux... Là, ils les auraient directement sous contrôle et ils assureraient leurs réélections à vie...

Pourquoi la gène des élus ?

La décision finale de liquidation de l'ARAST, avec la gestion catastrophique qui l'a entourée et qui a abouti, du fait des atermoiements du Département, à une fermeture immédiate de l'association avec la mise au chômage de 1.200 salariés, sans aucune préparation de reprise de l'activité, et à l'abandon de milliers de personnes âgées, de jeunes en difficultés et de familles désemparées, est de la responsabilité de la majorité actuelle, composée du PS, du PCR, de quelques proches de Nassimah Dindar et de quelques élus alimentaires.

Il convient également de noter que l'actuelle majorité est bien embarrassée pour critiquer la majorité précédente puisque c'est... Nassimah Dindar qui en était déjà présidente. Quand on s'allie avec quelqu'un, on le prend avec son actif... et son passif ! Difficile de critiquer l'ancienne majorité sans critiquer Nassimah...

D'où le silence assourdissant du PS, du PCR et des syndicats qui en sont proches, à l'exception notable de la CFTC dont le secrétaire général entame une grève de la faim aujourd'hui aux côtés de 5 ex-salariés.

Il faut également à ce sujet noter une tentative de récupération de la CGTR qui, sans soutenir les ex-salariés comme il pourrait le faire en organisant par exemple une grande manifestation de protestation, se contente de leur apporter quelques bonbonnes d'eau. Tous les soirs depuis le milieu de la semaine, on voit Yvan Hoarau et deux ou trois militants venir prêcher la bonne parole. De même qu'on note la présence agissante de Max Banon, sous-marin de la Pyramide inversée et ancien activiste du COSPAR.

Des paroles, mais quelles actions ?

Qui doit payer ? Le Conseil général ou l'AGS ?

L'ARAST n'est pas une société ou une association "normale", liquidée pour insuffisance d'actifs. Il s'agit d'une association œuvrant dans le cadre d'une action de service public déléguée par le Département de la Réunion.

L'action sociale étant une compétence de droit du Conseil général, il est totalement exclu que cette activité puisse cesser, ne serait-ce que pendant un temps très court.

Le Conseil général est donc dans l'obligation légale d'assurer la continuité de cette activité d'utilité publique et donc de reprendre les ex-salariés de l'ARAST pour assurer cette continuation du service public. Et si elle le fait, elle apporte de l'eau au moulin de l'AGS qui ne cesse de mettre ce point en avant, et c'est donc à elle que revient l'obligation de prendre en charge leurs salaires et leurs indemnisations. D'où son refus de réembaucher immédiatement les ex-salariés. Mais ce faisant, elle se met en tort en respectant pas son  obligation de service public. De quelque côté qu'on se tourne, le Conseil général est en tort...

Rappelons que l'enjeu de ces indemnisations porte sur une somme comprise entre 24 et 27 millions d'euros. Sommes à rapprocher de ce que devra de toutes façons payer le Conseil général du fait de sa gestion catastrophique de ce dossier. Rien que vendredi, alors qu'elle avait affirmé le contraire jusque là, Nassimah Dindar a du s'engager à verser 1.000 euros d'aide d'urgence exceptionnelle. Mille euros multipliés par environ 800 personnes concernées donnent déjà 800.000 euros...

Même financièrement, ce dossier va être une catastrophe pour le Conseil général...

Quelle est la responsabilité juridique de Nassimah Dindar ?

Imaginons le pire : qu'un jeune en difficultés confié au Conseil général par la Justice, décède par manque de suivi. Dans cette hypothèse, c'est Nassimah Dindar intuitu personnae qui se retrouverait devant le tribunal correctionnel...

Et je n'ose imaginer qu'une des ex-salariées, au bout du désespoir, mette fin à ses jours. Pas de responsabilité pénale dans ce cas, mais une immense responsabilité morale avec laquelle Nassimah Dindar et les conseillers généraux de sa majorité devront vivre le restant de leur existence...

Quelle est la responsabilité politique de Nassimah Dindar ?

Jusqu'ici, la présidente du Conseil général avait réussi à garder la confiance de Paris et de l'Elysée. Son discours : "On a voulu me tuer, il était légitime que je me défende" rencontrait une oreille complaisante jusqu'auprès du Président de la République.

Il faut dire qu'elle n'hésitait pas à jouer sur son charme et à mettre en avant tous ses atouts pour contrer les accusations venant des élus et des militants UMP de la Réunion.

Mais tôt ou tard, à force de faire le grand écart, on finit par se faire une déchirure musculaire...

Nassimah Dindar se heurte à un obstacle incontournable : la visite de Nicolas Sarkozy en fin de semaine. Si jusqu'à maintenant, "Paris" lui a passé nombre de ses frasques, plus question maintenant de "foutre en l'air" la visite du président, sous les yeux des caméras de toutes les télévisions de France.

Claude Guéant, le Secrétaire général de l'Elysée, a donc pris le dossier en main et suit la situation heure par heure. Il est parfaitement informé du dossier, et donc des bourdes de Nassimah.

Si la présidente du Conseil général est dorénavant carbonisée à Paris, elle l'est tout autant auprès de ses alliés de l'Alliance et du PS à la Réunion. Il était par exemple acquis qu'elle figure en bonne place sur la liste de Paul Vergès aux prochaines régionales. Nul doute que cette présence va être remise en cause. Quiconque la mettra sur sa liste risquera de subir les foudres des électeurs en retour...

Et sa candidature aux sénatoriales, avec le soutien du PCR, risque tout autant d'être rangée dans un placard...

En politique, la Roche tarpéïenne n'est jamais très éloignée du Capitole...
Pierrot Dupuy
Lu 5878 fois


Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

51.Posté par goupilo le 11/03/2011 20:28

Si le sujet principalement abordé lorsque l'on parle de l'Arast ,demeure les problêmes financiers qui ont causé sa perte, je crois qu'il faudra qu'un jour quelqun se penche sérieusement sur le fonctionnement interne des professionnels de cette institution. Ils n' est pas certes à l'origine de la déconfiture mais mériterait toutefois d'être étudié.
L'Arast fonctionnait sur la base de clans issus des associations antérieures qui eux n'ont jamais fusionné.
Pour exemple il y avait le clan des Aremo. Ses membres se serrait tellement les coudes dans mon équipe, que celle-ci fonctionnait carrément à deux vitesses: pour les Aremo pas de rêgles, des passe-droits. Pour les autres les miettes à conditions qu'ils s'écrasent.
Il est vrai que le chef de service, la directrice locale et le directeur étaient des anciens de l'Aremo...
Je fais partie de ceux qui, voulait promouvoir une certaine qualité de service en encourageant la mise en place d'outils permettant les échanges en équipe, l'évaluation du travail. Bien mal m'en a pris!!
J'ai même dénoncé de graves dysfonctionnement à ma hiérarchie sachant les risques que je prenais (dù au clanisme ambiant).
Résultat, le clan n'a eu de cesse de rechercher la moindre faiblesse de ma part (qui n'en a pas?) afin de sauter sur chaque occasion de me licencier.
Là où toutes ces personnes si courageuses ont montré leur vrais visages, c'est quand tout le monde les a vu profiter non pas d'une faiblesse mais d'un malheur qui m'accablait pour se ruer sur moi et me déclarer en faute et d'entamer une procédure de licenciement. Des charognards!!!
Mais si peu professionnels, même s'attaquant à une personne déjà à terre, ils se sont montrés incapables de monter une argumentation correctement étayée (et pour cause!)
Incapables également de respecter la réglementation en vigueur. Vraiment des gros doigts!
Pensez qu'on m'a reproché, entre autres, 2 ans après mon embauche, de n'avoir pas signé mon contrat de travail. Un plaisanterie!
Ou des absences de travail, mais des mois plus tard, alors qu'un controle se faisait de façon hebdomadaire sous la responsabilité du chef de service (le faisait il vraiment quand on sait qu'à 13h30 chaque jour il nous saluait d'un "à demain"?)
Peut ètre n'avait il pas le temps, débordé qu'il était?
Finalement ils m'ont sauvé la mise puisque je suis donc parti avant la Berezina finale. Résultat j'ai gagné mon procès aux prud'hommes (devrai je les en remercier ?).
J'ai bien d'autres exemples à citer mais je m'en tiendrai là. En tous cas si l'Arast ne sent pas bon de l'extérieur, de certains endroits elle ne sentait pas bon de l'intèrieur.

50.Posté par maya974 le 20/01/2010 15:32

réponse a femme senséé:
vous avez l'air d'en connaitre un rayon dis donc?
Et vous qui avez réponse à tout? Vous faites quoi?

49.Posté par une femme sensée le 20/01/2010 11:13

pour le post 48 signé Maya974

Chère Maya,

Je ne connais pas particulièrement monsieur Jacquemard, cependant, force est de constater, au vu des articles que j'ai pu lire dans Zinfos, que les commissaires aux comptes, les experts comptables ainsi que les nombreux audits, n'ont pu déterminer la responsabilité des dirigeants dans cette affaire.
Vous par contre, semblerait-il informée de baucoup de choses, affirmez le contraire.
Seriez vous comptable, Directrice, commissaire aux comptes, ou juge ???
De plus, pour courronner le tout, vous nous annoncez que monsieur Jacquemard ne "posséder" possedait pas les compétences pour ce poste. il me semble chère Maya que quelqu'un qui lui même n'a pas les compétences pour accorder un sujet à un verbe ne peut juger des compétences d'un Directeur.
Et vous persistez dans la bêtise en nous disant qu'il y avait trop de tout (Directeurs, chefs de services, trop de personnes payées à ne rien faire) et de préciser que vous savez de quoi vous parlez , en effet chère Maya c'est l'impression que vous donnez, je veux dire, moi lectrice, je vois bien que vous maîtrisez votre sujet.....Je vous conseillerait à mon sens d'aller butiner dans d'autres jardins car dans celui là, vous ne connaissez pas les fleurs qui y poussent .........allez Maya bzzz, bzzz, bzzz.....
P.S : lé vré la lang na pwin lo zo

48.Posté par maya974 le 17/01/2010 22:17

quand j'ai lu l'article j'ai cru que mr pierrot a été payer par mr jacquemard pour faire ses éloges!!!!
je suis désolée mais je reste persuadée que l'équipe dirigeante de l'ARAST à une grande part de responsabilité dans cette liquidation!!!
Les dirigeants de l'ARAST (mr jacquemard en l'occurrence) avaient pour habitude de mêler la politique et le social.aujourd'hui il est ou?
oui je suis choquée par son salaire d'autant plus qu'il ne posseder pas les compétences nécessaires(il était proritaire sur les formations)
ou sont les autres dirigeants?Picardo, momar lo, potola? je ne les voient pas à la TV!!!
s'ils avaient du respect pour ses personnes qui manifestent pour leurs dus ils montreraient leurs tetes!!!!
proxim services vit de ses propres budjets et tout va bien( que ca continue comme ca) et l'ARAST n'y arrive pas?
je continue a dire TROP DIRECTEURS -TROP DE CHEF DE SERVICES -TROP DE CHARGES DE SECTEURS- TROP DE PERSONNES PAYES A NE RIEN FAIRE- ( et quand je dis ca je sais de quoi je parle)

47.Posté par Une femme sensée le 14/01/2010 10:00

post 46 alias michel BREDE

Les employés de l'ARAST sont-ils des salariés ???

ah ben ça alors !!!

Le Directeur de l'ARAST n'est QUE le gestionnaire d'une subvention !!!

Donc cher monsieur "brede", si je suis votre raisonnement qui certainement ne doit pas être celui d'un gestionnaire encore moins celui d'un Directeur d'entreprise ou d'associaiton, les employés de l'ARAST ne sont pas des salariés. Alors que sont-ils ? Je vous le demande ?

Connaissez vous seulement le fonctionnement d'une associaiton pour tenir de tels propos ?

Faut-il faire voeux de pauvreté pour diriger une association de 1200 personnes salariées, qui travaillent tous et ont des contrats de travail régis par une convention collective, et bien entendu par le code du travail, celui la même qui régit également n'importe qu'elle entrprise privé ?

Donc pour vous si on bosse dans le social il faut faire pitié, et avoir un salaire moindre, lequel vous conviendrait ?

Si je continue à suivre votre logique, à ce moment là, les personnes qui apportent la guérison aux gens devrait bosser gratuitement (un infirmier libérale 25 000 euros par mois) vous pensez que c'est trop pour quelques piqures, quelques prélévements, des toilettes, de l'écoute, aussi... (donc un peu de travail social enfin ... je pense), pensez vous que c'est trop cher monsieur ? (précisions se n'est absoluement pas une attaque contre les professions libérales et personnel soignant, ce n'est qu'une simple démonstration). Je constate monsieur en tout cas que vous facilement choqué peut-être faites vous parti des suceptibles ou encore des jaloux, ou bien des inconditionnels de Nassimah, le Directeur de Cabinet de Madame DINDAR qui d'après le blog toucherait plus de 9 000 euros par mois, ça, ça ne vous choque pas ?


46.Posté par Michel Brede le 13/01/2010 23:04

Post 19 alias Cambronne :

Est-il choquant que le patron de 1.200 salariés touche une telle somme? D'autant que, comme je l'ai déjà dit, ce salaire est expressément prévu et imposé par la convention collective nationale qui régit le secteur.

Réponse: oui c'est choquant car le directeur d'une association qui intervient dans le social n'est pas un patron de 1.200 salariés, il est le gestionnaire de subventions, cela n'a rien à voir. en tout cas, plus de 6000 euros par mois pour bosser dans une assoc qui fait du social, je croyais pas que c'etait possible

45.Posté par une femme sensée le 13/01/2010 14:51

pour le post 28 ex salarié citoyen.

Monsieur vous avancez des choses qui laissent les lecteurs croirent que vous en savez bien long sur les revenus de l'ex Directeur de l'ARAST, seriez vous un proche ??? ou bien un jaloux de plus convoitant ce que vous ne pourrez jamais avoir : son intelligence, son charisme, le poste qu'il a occupé pendant ces dernières années ? On se le demande ? En tout état de cause vous signez un ex salarié citoyen mais dite moi votre devoir de citoyen aurait du vous pousser à dénoncer toutes ces choses qui vous paraissent illégalles et vous froissent. Cependant, vous vous êtes tû. Alors continuez à vous taire ou alors apportez de l'eau à notre moulin en nous fournissant des preuves ....Cest devenu trop facile d'accuser, de juger, lorsqu'on ne dispose pas de tous les éléments ....alors moi je vous le dis soyez effectivement citoyen respectez les autres et surtout maîtrisez votre sujet.

44.Posté par papapio, ni macro ni géniteur payeur le 12/01/2010 08:03

Travailleur Social: je me rend compte combien j'ai du vous heurter, emporté par la colére et les batailles contre les RIPOUX que je mène depuis 9 ans. vous qui semblez si mesuré et raisonnable que j'en ai presque honte... Je vous demande de m'excuser si vous faites aussi parti de ceux qui se battent pour que ça cesse...

Sachez qu'il ne 'agit pas d'avoir perdu des dossiers ou failli à leur rôle, mais d'avoir VOLONTAIREMENT FALSIFIE leur intervention pour que les GRAVES DYSFONCTIONNENTS JUDICIAIRES (Copinages) ne mettent pas en difficulté les Magistrats, Pédophile TRES INFLUENT, faux témoins (dont famille travaille au TGI), en Cause...

AUCUNE DES PREUVES, FACTURES, ENREGISTREMENTS, PHOTOS, TEMOIGNAGES, etc... RIEN n'est reconnu depuis 9 ans... Cês gens présités ont TOUS, SANS EXEPTION accepté decontribuer à L'AFFACEMENT SYSTEMATIQUE DE TOUS LES ELEMENTS...

Veuillez me contacter au 0692 70 00 73, je erais ravi de confirmer mes excuses auprés de vous et de mettre ces dossiers à votre disposition, vous conviendrez alors qu'effectivement, tous vos collègues n'ont pas la même déontologie, c'est flagrant et DEGUEULASSE...

Il faudra bien que la VERITE APPARAISSE, que les peines de PRISON cessent, et que les COUPABLES soient RADIES et Y FINISSENT...

43.Posté par Travailleur Social le 11/01/2010 22:48

A l'attention de Monsieur ROYER


J'ai certainement heurté ce Monsieur, qui, vu tout ce qu'il a écrit a du vivre et vit encore des moments dramatiques.

Monsieur j'ai dit que l'ARPEJE (tout comme les autres associations que vous avez cité) continuait à fonctionner et à faire leur travail, cela juste pour dire que la gestion économique de ces associations (qui ont les mêmes budgets) leur permettait de continuer car elles sont bien gérées.

Cela était pour répondre au débat sur l'ARAST.

Maintenant concernant votre situation, oui vous avez raison, l'ARPEJE est mandatée par le Juge pour Enfant, avec les Conseil Général en chef de file.

Néanmoins, moi même (travaillant au Conseil Général) j'ai à faire des rapports au Juge pour Enfant et à aucun moment je n'ai à subir des pressions de tels ou tels organismes. Mes écrits se basent non pas sur ce que l'on me dit d'écrire, mais sur ce que j'ai pu observer, sur les objectifs que nous avons atteint ou pas, sur l'analyse de plusieurs mois de travail.

Oui notre avis est consultatif, car nous ne pouvons pas être juges, jurés, avocat, procureurs... Et heureusement car cela entraînerait beaucoup trop de dérives.

Vous dites que nous faisons partis des association féministes et pro DINDAR... Dans ce cas je dois être l'exception qui confirme la règle, je suis le premier à défendre le droit des papa.

Je tiens à vous rappeler aussi, qu'une association de type ARPEJE n'a pas autorité pour mettre en place une procédure MELANI, mais qu'il s'agit plutôt de la gendarmerie ou de la police.

Plusieurs lois ont été créées afin de faire valoir vos droits, ainsi, une association, un Juge, un hôpital, une institution, n'a pas le droit de vous empêcher d'accéder à des rapports. Si l'association dit avoir perdu vos rapports, ils sont normalement dans le dossier chez le Juge pour Enfant.

Si vous souhaitez de l'aide, je suis disposé à vous aider dans vos démarches. Mais Monsieur ROYER, si les association continuent à faire leur travail, il existe des gens incompétents partout (j'ose espérer qu'ils ne sont pas la majorité) et il existe des gens influents qui mettent tout en œuvre pour cacher la vérité et il existe des gens comme moi qui détestent ça, je ne suis pas seul... Et nous sommes prêts à vous aider...

On n'est pas tous pourris... Il y en a qui font leur travail du mieux qu'ils le peuvent...

Courage... Et si vous le souhaitez, nous pourrons nous rencontrer...

42.Posté par Jeff le 11/01/2010 20:51

Bravo travailleur social, tu as visé juste. Madame Dindar comme Vergès sont crispés sur les élections et les statuts du GIP sont de premières importances : Qui mettre au conseil d'administration pour que cea rapporte des voix?

Le reste : salaires des employés, des cadres, etc. c'est de la littérature.

Pour "acheter" le conseil d'administration du GIP, il va falloir trouver des budgets pour les 4x4, les GSM, les billets d'avions (pour les missions bidons) des administrateurs, c'est comme cela que cela se passe et c'est là le problème de madame Dindar.

Madame Dindar n'a pas son mot à dire, c'est le REvisionnaire Vergès qui tire les ficelles et va décider qui sera au conseil d'admnistration du GIP. C'est là que cela coince.

41.Posté par papapio, ni macro ni géniteur payeur le 11/01/2010 20:46

Travailleur Social : ARPEJE :associations d'aides sociales à domicile continue à vivre et à faire leur travail ???? C'est une blague de trés mauvais gout... L'ARPEJE fait partie de ces associations MANDATEES notamment par les Juges des Enfants, pour faire des rapports dont les CONCLUSIONS sont commandités par les Intérets Financiers cumulés du Département et de L'AFOI malgache notamment, bien avant l'intéret supérieur des Enfants...

Ces mêmes associations qui nient les "Déclarations des Droits de l'Enfant (art 18), pour la plupart ne les connaissent MEME PAS, n'ont AUCUNE AGREMENTATION PROFESSIONNELLE, en rapport avec les interventions demandées, mais un avis consultatif seulement...
Leur implication dans la Politique Féministe et Electoraliste de Mme Dindar et les DEVISES faites sur les Enfants de couples séparés est tellement flagrante, qu'ils ne savent même pas que les Lois Paritaires Educatives sont votées depuis 1994...
Contribuer à Vendre les Enfants des autres pour pouvoir éduquer les siens, c'est vraiment pas beau HEIN ?

La méthode est simple: Led juge dit se référer à un rapport commandité pour sa décision, tandis qu'il lui dicte directement celles qu'il attend aux organismes pré-cités... VOILA LA VERITE SUR L'IMPLICATION DE L'ARPEJE (comme l'ARAST, L'AREL, L'AREMO, etc...etc... toutes prisent en charge par le Département alors qu'il n'y existe aucune association des Droits des Enfants et des Pères...
OSERIEZ VOUS DIRE LE CONTRAIRE ???...
Voulez vous qu'on appele ensemble L'AMAFAR EPE, la HALDE ou L'ACALPA histoire d'en faire une synthése OBJECTIVE ? en se donnant RDV a L'UDAF par exemple ???

Voudriez vous voire les rapports et les Preuves, factures, témoignages qui les contredisent ?
Souhaitez vous une CONFRONTATION PUBLIQUE AVEC Mme MICHENEAU par exemple ?
pensez vous que L'ARPEJE ait le Pouvoir de FAIRE DISPARAITRE DES RAPPORTS D'ABUS SEXUELS SUR DES ENFANTS PAR DES PEDOPHILES INLUENTS ??? OUI ?

Pensez vous que cet organisme ait la compétence de pour effectuer une mesure MELANIE imposée par le Procureur Général GAUTHIER et REFUSEE PAR L'ARPEJE ???
pensez vous que Mme MARIN soit habilitée a manoeuvre sa boule de christale à faire des rapports de 3 pages en regardant simplement une Enfant DORMIR sous l'oeil bienveillant de M.CRESCENCE, Mme BLANCHARD et qu'on puisse en déduire que ces organismes font BIEN LEUR TRAVAILLE ? C'est un DELIR EVEILLE !!!...
******************************************************
M. Pierre ROYER (papa d'une petite fille ABUSEE chez sa Mère, dont il est séparé de force depuis 9 ans grace à ces rapports BIDONS) au cas ou vous souhaiteriez des explications PENALES que je réclame pour ma part depuis 2003...
Je suis à la disposition du Procureur et des Magistrats Honnêtes qui voudraient SAVOIR
******************************************************
Allez, Mme LAGIERE, c'est MAINTENANT qu'il faut Mettre le nez dans ces DOSSIERS RIPOUX...

40.Posté par Diony le 11/01/2010 19:39

Bravo Caton 2 (post 34), tu as mis le doigt sur le vrai problème: la presse écrite (que personne ne lit, qui est minable, qui ne fait pas du vrai journalisme, qui fait de la désinformation, etc., etc., selon nous tous, amis zinfonautes) , je te cite: "(finit) par influencer même des observateurs lucides de la politique locale.
Donc si j'ai bien compris, cette presse que personne ne lit a quand même de l'influence. Et Zinfos, dans tout ça?

39.Posté par Travailleur Social le 11/01/2010 18:05

Je suis assistant social moi même et je travaillais pratiquement au quotidien avec les salariés de l'ARAST. Ce qui leur arrive me touche et m'interpelle, mais il faut néanmoins rétablir certaines vérités.

Je suis anti-droite, anti ND et anti NS. Mais pour une fois il faut admettre que notre Présidente n'a pas forcément tord.

En effet elle était au courant de la situation, en effet elle n'a rien fait et n'a pas tenu parole. Mais n'était ce pour elle pas le seul moyen d'en finir avec une association (qui est gérée par Saint Jean de Dieu) sur laquelle elle ne pouvait pas agir face à leur mauvaise gestion.

Comme Monsieur DUPUIS l'a bien dit, le CG est chef de file de la protection de l'enfance sur le territoire et se doit d'assumer cette compétence. Ainsi, elle ne pouvait pas arrêter les subventions comme ça du jour au lendemain. Les tarifs de ces subventions, sont : soit votés par la loi, soit négociés entre le CG et les associations.

S'il s'agissait de subventions votées par la loi, toutes les autres associations sur le territoire français prétendaient aux mêmes tarifs (Alors pourquoi n'ont elles pas coulées..?)

S'il s'agissait de tarifs négociés, cela voudrait il dire que les dirigeants de l'ARAST ont accepté de travailler avec des tarifs horaire ou à l'acte qui ne leur permettaient pas d'équilibrer les budgets..? (Dans ce cas je comprends mieux que le grand patron ait du se faire financer un MBA à Maurice...!!!!)

C'est bizarre les infos que j'ai portent plus sur des salaires à plus de 8 000 €, non pas pour un mais pour trois directeurs de l'ARAST, les voitures et GSM de fonctions étaient présents pour bon nombre de salariés, ordinateurs portables, et j'en passe.

Les formations qu'elles soient à Maurice ou ailleurs étaient elles indispensables dans une période où l'économie est de rigueur..?

Madame DINDAR en profite pour mettre en place un GIP qui n'aura pour mission officieuse que de gagner de l'électorat, mais si les dirigeants de l'ARAST n'avaient rien à se reprocher, le CG aurait il pu agir de la sorte..?

Pourquoi il n'y a que l'ARAST qui est concerné, alors que plusieurs autres associations d'aides sociales à domicile continue à vivre et à faire leur travail (ARPEJE, ASPIF, ...) ..?

Les deux parties ont des tords, j'en vois plus vers l'équipe dirigeante de l'ARAST, mais ce n'est que mon humble avis. Je suis solidaire de mes collègues de l'ARAST, mais ne me mobiliserais que si leurs actions visent également les dirigeants de l'ARAST. Pourquoi ne pas camper également chez eux..?

Aujourd'hui ce sont 1 200 personnes qui se retrouvent dans la m....., mais ce sont également des milliers de personnes qui sont totalement délaissées, alors qu'elles sont fragiles (personnes handicapées, malades, en difficultés sociales) mais aussi en danger (les mesures d'AEMO qui concernent des enfants qui sont en situation de danger chez eux).

Madame DINDAR aurait dû permettre aux salariés de continuer le travail le temps de la mise en place du GIP (qui me débecte déjà), afin de garantir une continuité dans la prise en charge des familles et un salaire à ces 1 200 personnes, tout en déposant plainte contre l'équipe dirigeante de l'ARAST. Ce qui est possible car la protection de l'enfance est une compétence obligatoire déléguée au CG qui SE DOIT de mettre en place tous les moyens afin d'assurer cette compétence..!!!

Bon courage à vous tous...

38.Posté par juste le 11/01/2010 17:07

je suis trés triste de cette catastrophe sociale pour ces Travailleurs ; esperons vite une réponse.

quelqu'un peut me dire ce que devient les personnes agées? 10 000 je crois?

eux on les entendra jamais....

37.Posté par Jeff le 11/01/2010 16:22

Concernant le salaire du directeur, c'est difficile à remettre en cause, cela correspond à une grille de salaire et au coef. correspondant, en référence à la convention collective de rattachement (théoriquement).

L'application de la grille est toujours discutable et discuté, mais c'est de la responsabilité du Président d'embaucher le directeur à tel ou tel coef. avec les critéres prévus pour ce coef.

Bravo Pierrot pour ton excellent papier. Cela est la démonstration de l'incompétence de nos responsables politiques et de la Dindar-ast, allez , appelons là la Dindar-out dehors.

Vivement Mars que l'on fasse un grand nettoyage.

36.Posté par KalBass Amère le 11/01/2010 14:56

Aux petits soldats de la majorité Zembrocal
voila ce qui arrive quand on fait exploser une bombe
sans penser aux dommages collatéraux.
Des centaines de famille dans la détresse et le désarroi.....
RDV surement aux 14 et 21 Mars........

35.Posté par alain BLED le 11/01/2010 14:09

On peut faire un rapprochement avec le vote des citoyens en Martinique et en Guyane : n'ont-ils pas peur, ces citoyens, qu'en donnant encore plus de pouvoir à leurs élus, il y ait encore plus de magouilles ?
Plus on leur donne d'autonomie, plus les élus locaux qu'ils soient maires, conseillers généraux ou régionaux, transforment leur territoire en république bananière, par magouilles ou incompétence.
A quand une MCUR sur les esclaves des Maires ?
Pas un sou pour de pauvres salariées sur le carreau, mais des millions pour des études bidon, pour ne parler que de la surface de l'iceberg !
Quant à Nicolas, qui aurait peut-être bien aimé faire des économies sur le dos des Domiens, il a reçu une bonne baffe, et certains élus aussi.
Pa contre, l'assemblée unique permettrait-elle une économie substantielle en divisant par deux le nombre de ces conseillers surpayés à rien foutre ? Le débat reste ouvert !

34.Posté par Caton2 le 11/01/2010 13:54

Bravo Pierrot pour ce beau travail de journaliste. On aimerait que la presse locale s'en inspire. Ça permet de stopper toutes les désinformations qui finissent par influencer même des observateurs lucides de la politique locale. Sous réserve que le drame social qu'elle entraîne ne fasse pas de dégâts humains, et qu'il trouve rapidement une fin heureuse, je trouve que cette honteuse affaire est la bienvenue pour éclairer les électeurs, et qu' elle arrive au bon moment. Je dis bien sous réserve...parfois malheur est bon...

33.Posté par William le 11/01/2010 13:50


Et bien.... c'est trop long !
J'ai pas lu... Monsieur Dupuy, il ne vous reste plus qu'à faire un journal "papier" si vous voulez faire aussi long...
Y'a que quand je suis aux toilettes que je peux lire un truc aussi long .... ;-)


32.Posté par Choupette le 11/01/2010 13:10

27.Posté par marie

"Sommes nous les dindons de la farce ? "

Non mais nous serions bien la farce du dindon plutôt.


31.Posté par Choupette le 11/01/2010 13:09

"...il se faisait rembourser en moyenne moins d'un repas par mois.."

C'était lorsqu'il prenait juste un repas-barquette ?

Avec un salaire pareil, ou on paye TOUS ses frais de restaurant ou on se paye une cuisinière à domicile.

Madame Dindar a les mêmes qualités que toutes les femmes, dont une en particulier : elle est très bavarde.

Pour autant, cela ne signifie en rien que le staff de l'ARAST devait se goberger sur le dos de la bête.

30.Posté par crashy le 11/01/2010 12:43

Le problème de l'ARAST consiste surtout dans un équilibre financier impossible a atteindre.
trop nombreux , trop payés , pas assez productifs . on gère une entreprise public comme un fantasme qui doit faire vivre 1200 personnes sans profit ni rentabilité. il faut s'inspirer du privé pour atteindre équilibre et efficacité ! dans le privé un résultat en terme de service supérieur peut être atteint avec moitié moins de personnes...

29.Posté par On aime bien le 11/01/2010 12:37

Mme Dindar nous on aime bien !

28.Posté par Un ex-salarié citoyen le 11/01/2010 12:33

Monsieur DUPUY,
Votre article est assez pertinent. Cependant l'ex DG Patrick Jaquemart est-il le plus à plaindre actuellement? Vous semblez vouloir le défendre et justifier son salaire et sa formation. Selon vous, il touchait 6700€ par mois. Avez-vous vu son bulletin de salaire? S'il a le courage qu'il vous donne son dernier bulletin de salaire à publier. La vérité, c'est qu'il touchait beaucoup plus.
Quand à sa formation à Maurice, cela a coûté quand même 20000€ sur deux ans, pendant qu'on refusait de payer des formations aux personnels de terrain. Et puis, il faut croire qu'ici ou en métropole il n'y a pas de formation auquel il pouvait prétendre. Savez-vous que ce DG a entamé la formation de cadre, le CAFDES (Certificat d'Aptitude aux Fonctions de Directeur d'Etablissement Social) et qu'il a échoué. Avec ce diplôme, peut-être qu'il aurait eu les compétences suffisantes pour eviter ce désastre. Mais les compétences ne sont pas sufisantes, il faut aussi un savoir être..... Les arguments que vous avancez pour justifier son MBA à Maurice, en tout cas ce n'est avec ça qu'il a pu éviter le naufrage de l'ARAST. Et puis un diplôme de management international est-il adapté pour diriger un établissement social?

27.Posté par marie le 11/01/2010 11:51

"Le directeur de l'association, Patrick Jacquemart, touchait 6.700 euros par mois. Dans le même temps, le directeur de Cabinet de Nassimah Dindar en touche 9.800... "

je touche 9 fois moins et bosse certainement 9 fois plus! (comment justifie til son salaire ce directeur cabinet de la" belle acrobate" ?)

et cette Dinde ayant l' art de se faire farcir à Paris !

Sommes nous les dindons de la farce ?





26.Posté par "Costume" le 11/01/2010 11:36

La vérité est dans le pré diraient certains. L'affaire de l'ARAST restera la casse sociale du siècle et la fin de cette majorité composite.

A trop vouloir faire le ver on finit par se l'avaler tout cru Mme La Présidente. Concernant l'achat des votes des personnes âgées, dans une commune sudiste, l'affaire est tellement bien rodée qu'eele assure à son député maire un résultat autour de 75% alors qu'il a été élu avec un peu plus de 51% en 2001.

Pour le reste la politisation du service social rendu à la personne et qui devient aujourd'hui un matelas électoral des plus confortables, il faudrait que les services préfectoraux se mobilisent un peu plus et veillent à la légalité d'un certain nombre d'actes administratifs.

Sinon, le COSPAR qui abrite en son sein les petits enfants de cette majorité composite au CG, il apparait au grand jour que sa création était politique avant tout.

Les RATENON, yvan Le TERRIBLE , le CLE et autres syndicats de gauche, ont voulu acheter à la place des miséreux de notre département un chariot type qu'ils n'achèteront jamais. Voilà la vérité.

Qu' on foute tout ce petit monde de nantis dehors et la REUNION s'en portera mieux.

Que les Ex salariés de l'ARAST tiennent jusqu'au bout, ils pèseront sur les résultats des futures régionales où il serait question aujourd'hui pour certains de faire la peau aux élus truands et alimentaires notoires.

25.Posté par JAKIN le 11/01/2010 10:49

Bravo Pierrot pour tout le travail que tu fais sur ce dossier, et de tout l'éclairage que tu nous fournis chaque jour sur ce brulant dossier de l' ARAST. Il est inadmissible de laisser des gens dans une pareille situation, aussi bien les employés que les bénéficiaires.1200 personnes à la rue et tout le monde ou presque s'en fout. En FRANCE Métropolitaine 100 personnes au chomage dans une entreprise et c'est la révolution?
Ici si ce n'est pas le PC et ses accolites qui foutent le bordel rien ne bouge. Bravo la solidarité.
Il est facile d'incriminer les dirigeants de cette association. Et mme DINDARD, ex présidente d'une association qui militait pour les femmes( U.F.R.), elle ne milite plus que pour elle, son clan et son porte monnaie. Pourtant en ce moment ce sont des femmes et des mères de famille qui sont concernées... De plus à ses cotés nous avons pu voir Monica Govindin, elle n'est donc plus sur le pont de la Riviere des Galetsà se faire déloger par les forces de l'ordre à présent elle est du bon coté !!! Comme quoi il suffit vraiment de foutre le bordel pour obtenir gain de cause ou une bonne place au soleil !!!
Lamentable tout cela, courage les ex de l'ARAST Il faut bouger à présent.
1200 ex employés : seulement entre 200 et 300 manifestants Ou sont les autres?

Patrick , ex dirigeant de l'ARAST désolé de te dire celà mais tu devrais être au conseil Général en tête pour soutenir tes ex employées et sortir de ton silence pour faire tomber les têtes

24.Posté par Cambronne le 11/01/2010 10:48

21.Posté par Azalee le 11/01/2010 10:17
6700 ou 9800, c'est du pareil au même. C'est beaucoup trop pour un seul homme, sauf s'il a dix gosses et je doute que ce soit le cas. En plus il doit y avoir voiture et logement de fonction, non ? Alors, qu'est-ce qu'ils font de tout ce fric ? Ils dorment dessus ? Ils fument les billets de 500 ?

Et qu'on ne vienne pas parler de la res-pon-sa-bi-li-té du "directeur qui dirige 1200 salariés" ! Niveau responsabilités et conditions de travail, rien à voir avec les infirmières par exemple qui, elles, touchent des klopinettes !

Ma pauvre seriez vous donc naïve ?

vous venez dans votre ignorance nous faire la démonstration du mal français avec la réussite et le problème lié à l'argent que l'on mérite pour son savoir ou ses compétences pour affirmer cecu "C'est beaucoup trop pour un seul homme, sauf s'il a dix gosses et je doute que ce soit le cas. " faut il être une mère pondeuse pour avoir droit à une rémunération méritante ?
En plus il doit y avoir voiture et logement de fonction, non ? et alors ou est le problème falait faire des études ma chère madame vous auriez pu prétendre au poste ?



23.Posté par autre lumière le 11/01/2010 10:25

contrairement aux propos des contradicteurs une association convenablement maîtrisée est gérable. La situation de l'ARAST, les raisons de sa destruction seront justifiées devant les tribunaux. Losqu'on dit que les associations de cette envergure ne sont plus adaptées, c'est une vue de l'esprit très restrictif puisque c'est toujours la formule où la souplesse de fonctionnement contredit la gestion lourde et négative d'une administration. A titre d'exemple avec tous les impôts qu'elle applique à la société le CONSEIL GENERAL est moins gérable qu'une association et les dérives et infractions en vigueur dans ces collectivités sont inommables. Par ailleurs les entreprises qui lorgnent sur ces activités avec une certaine avidité vont déchanter car la signature des conventions nationales récemment officialisée seront opposables à ces entreprises qui n'appliquent pas, jusquà présent, la convention d'entreprise lorsqu'elles embauchent les aides à domicile , de ce fait ils seront amenés à exiger de la collectivité un prix horaire bien différent de ce qui leur permet d'exister actuellement au DETRIMENT DES SALARIES "AIDE MENAGERE" qui sont payées au minimum sans prévoyance et sans grille de salaires. Quant aux CCAS c'est pire mais il faudra que les employés oppose l'exigence des contrat à durée indéterminée qui ne ne sont pas en vigueur dans ces émanations des mairies (collectivité territoriale) ou exiger de devenir fonctionnaire (une logique) .A bon entendeur salut si vous pensez réellement dépecer le cadavre pour des profits.

22.Posté par piment vert le 11/01/2010 10:24

Nassima DINDAR : Démission.

21.Posté par Azalee le 11/01/2010 10:17

6700 ou 9800, c'est du pareil au même. C'est beaucoup trop pour un seul homme, sauf s'il a dix gosses et je doute que ce soit le cas. En plus il doit y avoir voiture et logement de fonction, non ? Alors, qu'est-ce qu'ils font de tout ce fric ? Ils dorment dessus ? Ils fument les billets de 500 ?

Et qu'on ne vienne pas parler de la res-pon-sa-bi-li-té du "directeur qui dirige 1200 salariés" ! Niveau responsabilités et conditions de travail, rien à voir avec les infirmières par exemple qui, elles, touchent des klopinettes !

20.Posté par utopie le 11/01/2010 10:15

L'ARAST n'est peut-être pas la seule fautive dans cette sale affaire, mais n'oublions pas qu'elle montre les pratiques quotidiennes de notre vie politique et économique. Il se disait que l’ARAST fut une des bases arrière du parti socialiste pour l'élection de la mairie du chef-lieu. Des embauches auraient été faites pour cette l'élection. Des employés auraient participés à cette campagne sur leur temps de travail...
300 embauches CDD envoyées par le CG pendant le CHIKOUGOUYA car peut -étre pas de budget...
Conclusion le mélange politique-association-économie ne fait pas bon ménage dans les mains de certain spéculateur.
Mais lorsque l'on roule avec une lagune 2,5 Turbo essence toute option et même si le prix a été négocié; l'image que cela renvoie n'est pas positive lorsque l'on réclame des aides...
Tout ça pour dire, qu'on vérité, nous vivons bien dans sur le modèle de la colonie bananiére et se sont bien nos locaux qui en usent et en profitent.

19.Posté par Cambronne le 11/01/2010 09:42

Les dépenses de l'association étaient-elles excessives ?

Lorsqu'elle a commencé à être mise en cause, Nassimah Dindar a fait courir le bruit que les dirigeants de l'ARAST bénéficiaient de salaires mirobolants et qu'ils dépensaient l'argent sans compter, que ce soit en voyages ou au restaurant.

Outre le fait que, même si c'était vrai, ces dépenses n'auraient représenté qu'une goutte d'eau dans l'océan des pertes de l'association, et qu'en plus le Conseil général avait tous moyens à sa disposition pour les faire cesser, il se trouve que là aussi, ce ne sont que mensonges.

Le directeur de l'association, Patrick Jacquemart, touchait 6.700 euros par mois. Dans le même temps, le directeur de Cabinet de Nassimah Dindar en touche 9.800...

Est-il choquant que le patron de 1.200 salariés touche une telle somme? D'autant que, comme je l'ai déjà dit, ce salaire est expressément prévu et imposé par la convention collective nationale qui régit le secteur.

Par contre, le salaire du directeur de Cabinet est-il choquant? Je vous laisse libre de la réponse...

On a aussi accusé le même directeur de "vivre sur la bête" et de passer son temps dans les meilleurs restaurants, aux frais de l'association bien sûr. En réalité, il se faisait rembourser en moyenne moins d'un repas par mois...

On a aussi dit qu'il allait régulièrement à Maurice passer un MBA (Master of Business Administration), un des diplômes les plus élevés en matière d'économie et de comptabilité. Ces cours étaient en fait pris en charge au titre de la formation continue à laquelle a droit tout salarié, et il est à noter qu'il vaut mieux payer le déplacement jusqu'à Maurice plutôt qu'à Londres ou Paris... Et c'est la preuve que les dirigeants de l'ARAST avaient toutes les compétences pour gérer une telle association et que le problème était donc bien ailleurs.



@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

Il n'y a rien de choquant qu'un directeur qui dirige 1200 salariés perçoive un minimum de 7000 euros par moi , quand une Présidente d'un conseil Général notoirement incompétente qui n'a qu'un cursus de professeur de français et d'histoire dans un lycée professionnel , comment l'arrogance peut elle venir définir les valeurs des hommes quand elle même nous a montré les limites de ses capacités
cette femme n'est qu'une menteuse

18.Posté par André974 le 11/01/2010 09:20

"
je cite :
"Il faut dire qu'elle n'hésitait pas à jouer sur son charme et à mettre en avant tous ses atouts pour contrer les accusations venant des élus et des militants UMP de la Réunion".

que sous entends tu par là pierrot......? qu'est ce que tes réseaux parisiens ou locaux te font savoir pour arriver à reformuler de la sorte...?

" Ce doit être la source de référence : Facebook( :-))

17.Posté par papapio, ni macro ni géniteur payeur le 11/01/2010 09:19

Il y a une autre lecture de la situation qui répond a: "Chercher a qui le Crime Profite":

1) Il est peu probable que la Droite prenne a son "compte" (aux Régionales) le déficite Sociale de la Réunion... 52% sous le seuil pauvreté, 1/4 des Foyers Monoparentaux IMPLIQUANT le massacre des Enfants et Pères pour des Devises 1er Budget de l'Ile, etc...Consensus "justifiant" le maintient artificiel de Verges par l'Elysée...(sinon, croyez vous qu'elle laisserait les TV locaes continuer leur falsification d'information ou que les Etats Généraux de L'Outreau Mère aillent a ce point en faveur du PCR de Verges? Vraiment ?)

2) Conscient de la situation Ignoble (et indéfendable devant la communauté européenne) de fonctionnement des DOM, qui ne peut être induite par une rentabilité quelconque, basée essentielement sur l'approvisionnement d'Enfants par les Pouponnières, et le RISQUE de plus en plus IMMINANT, pour la France, d'être traduit devant le tribunal de LAHAIE pour "Crime contre l'Humanité, conforté par de multiples témoignages (voir Enfants de la Creuse)... Il ne reste plus à la France qu'a:

*Modifier d'urgence sa politique Familiale aux JAFs (tout en couvrant tout le passif au Parquet)

*maintenir sous silence les Chiffres de la "parité Educative" comme on le fait VOLONTAIREMENT depuis 1999, le temps de renverser les proportions ANNUELLES et faire disparaitre les Preuves.

*Délocaliser d'urgence les Magistrats qui ont "servi" l'intéret supérieur de la France (ou plutôt des politiques), en BLOQUANT LES PLAINTES CONTRE EUX AU PARQUET (donc à la Chancellerie, donc a L'ELYSEE) en favorisant à outrance la Monoparentalité subventionnée, l'approvisionnement d'Enfants par la NEGATION des Lois paritaires et Individuelles et la Présomption de culpabilité MASCULINE (allant jusqu'aux Peines de Prison pour les Pères qui refusent d'abndonner de force leurs Enfants)...

*Faire disparaitre toutes Associations en rapport avec le "traffic d'Enfant" (ARAST: Contrats APA et salariés essentielement aux FEMMES y/c Seules, demander les chiffres, vous verrez, voir politique Féministe Dindar, Bello, Bareight, Baillif, "délégation aux seules droits des Femmes en Préfecture,etc...etc...) et surtout les dossiers. (seule solution, les dissoudre et les refonder sous d'autres Noms. Voir HALDE, Défenseur Enfants, etc... tous en dissolution, et refondation "Egalité des Chances", Ministères et organismes en rapport avec l'ordurerie de la situation qui dure depuis des décennies)

*Continuer l'ECRASEMENT DE TOUS LES DOSSIERS ACTUELS DES PERES A LA CHANCELLERIE (comme on l'a fait pour les victimes d'essais nucléaires) tout en assumant seulement les CONDAMNATIONS de la France devant le Tribunal Européen (qui lui coute moins cher que ce qu'il lui RAPPORTE)...ENFIN jusqu'à LAHAIE, bien sure...
******************************************************************

Si cette vision est juste, il a été demandé à Dindar ce "nettoyage" par l'Elysée, comme "amende honnorable de réhabilitation" réintégrative, avec à la Clé, lors de la Venuedu Président, la Prise en Charge par l'Etat CETTE FOIS, de la Création d'une Nouvelle structure...
Question: que vont devenir les ARCHIVES mettant en évidence les FAVORITISMES d'attribution de poste SANS CONCOURS de l'ARAST et des APA aux SEULES FEMMES votant Dindar ???
******************************************************************
Si cette vision est juste, on devrait voire voter d'Urgence le MAINTIENT des RETRIBUTIONS AUIX FEMMES SEULES (Hypocritement: parents isolés), au delà des 5 ans de Monoparentalité (Sous entendu, mais surtout pas dit: SANS QUE LES ENFANTS NE SOIENT PLUS DETENUS EN OTAGES de ces rétributions Salariales INFANTILES, et du même coup, des DEVISES des DOMs)
******************************************************************
Si cette Vision est juste, on devrait voire d'Urgence:
*changer de NOM les ; PMI, les Assistan(es) Maternelles,
*ouvrir les Services de Victimologie aux Pères le week-end,
*disparaitre les plaintes pour "non présentation " au parquet (ignorées contre les seules Mères)
cesser les emprisonnements de NATURE, GENRE MASCULIN
*REDUIR CONSIDERABLEMENT les violences faites aux Femmes par la discrimination EDUCATIVE faite aux Seuls HOMMES
*Le Rectorat accepter d'un seul coup l'autorité parentale des Pères
* TOUS LES ORGANISMES hypocrites SOCIAUX respecter la Déclaration des Droits de l'Enfant.
***********************************************************************

Alors, employers de l'ex ARAST, rassurez vous, ce n'est qu'une question de Jours pour que le "messis" libére les OTAGES et vos consciences rétribuées en même temps..
Ne restera, comme d'Hab, que les Victimes a FAIRE TAIRE SOUS LES SANCTIONS LOURDES

16.Posté par Utopie le 11/01/2010 08:58 (depuis mobile)

Ses chers élus l'ont très bien conseillé, et elle fonce tête baissée... A la tête du conseil général peut on être aussi naïve et ¥£^$^>

15.Posté par Azalee le 11/01/2010 08:51

Même question que le post 4 !
C'est du machisme primaire ou ça s'appuie sur des faits ? Si oui, lesquels ?

14.Posté par ex le 11/01/2010 08:48

excellent article, merci ! ce qui devait être dit est dit ! maintenant, on peut se poser la question sur le refus de l'AGS à payer les indemnités : ce refus aurait-il pour conséquence de bloquer le traitement des dossiers des 613 salariés ayant signé la convention de reclassement personnalisé (CRP) auprès du Pole-Emploi ?

13.Posté par Simple témoignage le 11/01/2010 07:30

Mon Fils est auxiliaire de vie en métropole, il bosse dans une association de l'EST, il a en charge pour une journée de 8 Heures 10 personnes et parfois plus en fonction de l'aide à apporter. Il gagne le SMIC et quelques frais de déplacement.

12.Posté par Paul Adécalom le 11/01/2010 06:57

Le cas de l'ARASt n'est pas isolé. Il y a la dispartion d etoutes les structures identiques de soutien social (comme Saint-Jean de Dieu)
Il me semble que cs structures créées dans les années 70 sont devenue inadaptées. Dans ces années on avait des moyens et ces structures ont fonctionné en fisant appel à l'argent public. Aujourd'hui, en période de restriction, cela n'est plus possible.
Comment expliquer qu'il y avait 1.200 personnes à l'ARAST pour s'occuper de 8 à 10.000 gramoune? C'est affolant!
Or, l'Etat pousse par différents moyens à une privatisation de ce genre de services. A-t-on les moyens de résister?
Le reste -dont le laisser-aller du CG, les dérives de l'administration de l'ARAS- vient se surajouter

11.Posté par Jean Joseph le 11/01/2010 06:17

La Présidente ne pouvait pas ignorer les conséquences désastreuses de sa décision calamiteuse et insensée. De toute façon, la seule chose qui semble l'intéresser depuis 2004 c'est de s'assurer les votes des grammounes et personnes handicapées.

D'où sa volonté de faire gérer directement les aides accordées à cet électorat par les services du Conseil général.. Sauf que créer la MDPH par exemple est une chose, le gérer une autre. Les difficultés de cet organisme en sont une belle illustration!

Avec l'ARAST manifestement Mme Dindar a planifié sa liquidation. Par contre, elle n'a pas mesuré les conséquences. C'est une faute impardonnable.

Et dire que la Présidente a en tête maintenant de s'attaquer à l'ADI (les Rmistes vont endurer) et au SDIS (les pompiers n'ont qu'à bien se tenir). Voilà un programme qui promet et qui est bien éloigné des ambitions de ses soutiens qui affichent sans la moindre pudeur " un toît, un emploi, une famille"!

De qui se moquent-isl? Nassimah Dindar et sa majorité de gauche sont les vrais artisans de la CASSE SOCIALE..

10.Posté par condor le 11/01/2010 06:09

au jeux des 7 familles
je choisis la famille DINDAR
avec les 1000 euros de nassimah je gagne un poster d'ibrahim

9.Posté par Jeannot le 11/01/2010 05:41

Où sont les RATENON , LAMBERT , COSPAR et le petit "técher"comme par hasard ils sont tous devenus muets pendant que plus 2000 personnes se sont défilées hier au conseil général pour apporter leur soutien.c'est vrai que si on coupe les subventions vous êtes foutus!

8.Posté par Logique le 11/01/2010 05:23 (depuis mobile)

Comment peut-on prendre des decisions aussi stupides?

Il suffit peut-être de s'être entourée de courtisans serviles et de ne pas écouter les autres...

En tout cas, un bien bel exemple de suicide politique!

7.Posté par A post 1 le 10/01/2010 23:34

Le niveau change !!! Le ton change ?
Pourquoi autant de frousse ?

Un conseil:
Si vous avez de l'influence sur Dame Nassima demandez lui de démissionner dès demain ...............
Et puis pourquoi cette question "Qui tire les ficelles ? "
Mais de quoi voulez-vous parler ??? LOL
Dame Dindard serait-elle une marionnette ??? MDR

6.Posté par sudiste le 10/01/2010 23:27

bien vu, notamment la relation PCR/CGTR, on se souvient des manifestations monstres de la CGTR pour défendre des causes moins importantes mais puisque le PCR commande la CGTR lorsqu'il y a des intérêts politiques , le premier syndicat de l'île est bel et bien mains et poings liés comme NASSIMAH l'est avec le PCR, les cocus sont les mêmes : les électeurs, aux prud'hommes ou aux Régionales.Je suis personnellement décu par le manque de connaissance de la présidente sur le fonctionnement de son institution et son manque de grandeur âme en voyant comment elle méprise les salariés qui réclament leur droit et comment elle essaie de manipuler et dresser les ex salariés contre les représentants de personnels "protégés" , c'est très bas, indigne de quelqu'un qui aurait du se former depuis le temps au lieu de se cacher derrière ses avocats en invoquant le droit, rien que le droit qu'elle n' a pourtant pas appliquer pendant toutes ses années concernant l'ARAST dont la mort était programmée juste avant une échéance politique ...à suivre

5.Posté par Pour M Dupuy le 10/01/2010 23:23

Je cite :

" Mais tôt ou tard, à force de faire le grand écart, on finit par se faire une déchirure musculaire... "

et ça veut dire quoi ?

4.Posté par nicolas de launay de la perriere le 10/01/2010 23:16


je cite :
"Il faut dire qu'elle n'hésitait pas à jouer sur son charme et à mettre en avant tous ses atouts pour contrer les accusations venant des élus et des militants UMP de la Réunion".

que sous entends tu par là pierrot......? qu'est ce que tes réseaux parisiens ou locaux te font savoir pour arriver à reformuler de la sorte...?

3.Posté par Elle va se reprendre le 10/01/2010 23:14

Ne jugeons pas trop vite Mme Dindar. L'urgence ce sont les 1 200 personnes. Le reste c'est que la politique fiction.

Le nombre de chômeurs qui augmentent en France c'est la faute de Sarko ? Lui c'est oui. Et en plus il roule des mécaniques le macho man d'1,20 m.

2.Posté par nicolas de launay de la perriere le 10/01/2010 23:11

pierrot, je ne t'apprendrais rien en disant qu'il est tout à fait normal de constater à la fin de l'exercice comptable, des dettes fiscales et sociales... il conviendrait mieux de préciser la nature de ces dettes, et voir à quoi elles correspondent, et de les rapporter aux échéances de paiement...
Le document comptable pour pouvoir y répondre, s'appelle "balance âgée" dans le jargon des commissaires aux comptes..

concernant le fait que ledossier soit suivi depuis paris, implique qu'il faut se servir de ce fait pour faire monter la pression pour que les élus du conseil général qui sont tous co responsables de la situation de l'arast (en effet, lequel d'entre ceux là ne peut avoir communication des rapports des cac sur les associations financés par le conseil général ??).

un seul mot d'ordre donc : le 18 janvier, que les familles des bénéficiaires et les ex salariés ainsi que tous ceux qui en ont marre de la gestion calamiteuse des élus locaux, se donnent rdv à pierrefonds. sarko ne peut tout de même pas visiter la Réunion en hélicoptère...

(Réponse de Pierrot Dupuy : Tu te doutes bien que les informateurs qui m'ont donné ces chiffres sont parfaitement au courant des subtilités que tu évoques et ils me confirment la gravité de la situation dès cette date)

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter