Politique

La sécurité et l’économie, priorités du préfet en 2016

Le préfet a présenté ce lundi ses vœux à la presse. L’occasion de baliser l’action de l’Etat en 2016.


Dominique Sorain entouré de son état-major préfectoral
Dominique Sorain entouré de son état-major préfectoral
Violences faites aux femmes
 
C’est par la triste actualité concernant les meurtres perpétrés sur deux femmes ces derniers jours que le préfet a ouvert sa traditionnelle rencontre avec la presse. L’occasion pour lui de rappeler que des dispositifs existent. Ces violences, "intolérables", ne donnent plus seulement lieu à une main courante comme par le passé mais par des poursuites de la part des brigades de gendarmerie ou de police. Des intervenantes sociales – au nombre de quatre – sont à l’écoute des femmes concernées. Des réponses peuvent leur être apportées en  matière de logement d’urgence. En 2015, 300 personnes ont ainsi été prises en charge. Sur la dernière décennie, 50 femmes sont mortes sous les coups de leur compagnon à La Réunion.
 
Etat d’urgence
 
La préfecture n’a d’autres choix que de respecter la consigne nationale. Aéroport, lieux de culte, lieux recevant du public,… le préfet a rappelé que la mobilisation des forces de l’ordre continue. Il a également rappelé que cette chaîne de la sécurisation des lieux de rassemblement était l’affaire de tous, y compris des collectivités territoriales avec leur police municipale ou des sociétés privées de sécurité qu’elles peuvent solliciter lors d’événements.
 
En tout, depuis novembre, huit perquisitions administratives ont été menées à La Réunion sur des personnes suivies pour radicalisation. Une seule perquisition a donné lieu à des poursuites judiciaires, mais pas sur des questions de terrorisme. Six Réunionnais seraient sur le théâtre des opérations en Syrie. Les signalements de radicalisation à La Réunion sont au nombre de cent.
 
La sécurité routière
 
"51 tués en 2015, c’est toujours trop ! Ça nous replace avec les chiffres de 2008". L’accent sera mis une nouvelle fois – en matière de prévention – sur les deux-roues et les piétons, principales victimes de la route l’an dernier. Dernier chiffre à prendre avec mesure : avec 53 tués pour 1 million d’habitants, notre département est dans la triste moyenne nationale. "Mais il ne faut pas se satisfaire de ce résultat", exhorte le représentant de l'Etat à La Réunion.
 
Risque requin

Dominique Sorain revient sur la mobilisation tant financière qu’en moyens humains l’an dernier. 1,9 million d’euros d’investissement ont été injectés dans cette thématique. Rien n’aurait été possible sans l’implication de tous les acteurs, rappelle-t-il, citant la Ligue de surf ou le comité régional des pêches. Ordre a aussi été donné l’an dernier de revoir la politique de capture des squales au vu des prises accessoires qui ont pu être faites. Le préfet martèle : "nous faisons de la pêche très ciblée". Histoire de replacer cette battue dans son contexte, il réaffirme que le volume des captures autour de La Réunion est "infinitésimale" par rapport aux millions de requins abattus chaque année dans le monde.
 
Economie :
 
En même temps que la sécurité, "c'est le coeur de l'action de l'Etat. Il faut pouvoir continuer à accompagner les entreprises". Voilà pour la formulation convenue. Le préfet a même fait une allusion sur les cas de radicalisation islamiques pour tenter de montrer à quel point cette thématique du chômage était transversale : "il ne faut pas oublier que parmi les personnes qui se radicalisent, il y a le plus souvent des personnes qui sont paumées", a-t-il affirmé, sortant du canevas officiel de son intervention. Avec un taux de chômage de 26%, celui des jeunes atteignant 55%, le préfet a listé l’ensemble des leviers mis entre les mains des entrepreneurs pour faire de cette année celle de la fameuse inversion de la courbe du chômage. "17% des emplois d’avenir ont pu être conclus dans le secteur marchand en 2015. Mais il faut aller plus loin !"
 
Le CICE en 2015 a quant à lui bénéficié à 11.000 entreprises, soit 97 millions d’euros que l’Etat n’a pas perçu. Ce n’est pas rien, a martelé le préfet. En 2015 enfin, ce sont 44.000 personnes qui ont bénéficié de contrats aidés dont la moitié occupée sous forme de CUI – CAE. Ces contrats aidés, parfois critiqués, reconnaît Dominique Sorain, n’en demeurent pas moins à ses yeux une zone tampon entre l’inactivité et le monde du travail.
Lundi 25 Janvier 2016 - 17:39
LG
Lu 928 fois




1.Posté par yen a marre le 25/01/2016 17:56
les chômeurs se radicalisent sans doute..mais pour un boulot..à quand l'emploi de la sur rém' à l'embauche d'effectifs nouveaux et non à sur rémunérer ceux qui ont déjà un job ? et dans le cas contraire...sur rémunérons aussi dans le privé..!

allez dominique..courage!

2.Posté par kld le 25/01/2016 20:03
ben , bonne année 2016, la lutte continue, pardon , la vie continue, ça m'a échappé!

3.Posté par Oups ! le 25/01/2016 21:35 (depuis mobile)
2 millions par an pour le risque requin ? Je rêve ! Avec une telle somme il y a de quoi protéger toute l''île avec des filets... A rajouter aux 6 millions des fumeuses études ! Bref, il y a comme un problème...

4.Posté par ali baba le 25/01/2016 21:35
97 millions que l'Etat n'a pas perçu!
je ne les entends jamais parlé de la réduction du train de vie de l'Etat à la Réunion
pléthore de gratte papier avec leurs secrétaires
logements de fonctions
voitures de fonction, chauffeurs
billets en classe affaires
missions inutiles etc...
voilà ou l'Etat peut récupérer les millions donnés aux forces vives et aux créateurs de richesse

5.Posté par Interlude le 25/01/2016 21:39
Il y manque un volet très important à ce train de mesures, celui-là même traitant des nuisances sonores de toutes sortes qui nous pourrissent la vie tous les jours et surtout les week-end.. Apparu depuis la démocratisation de la sonorisation et les appareils amplificateurs à forte amplification au niveau des basses fréquences, ce fléau mine le moral et la santé des citoyens, notamment les retraités, particulièrement les dépressifs et ceux qui souffrent d'hypertension artérielle pour ne citer que cela.
Une personne sur deux déclare être très gênée par le bruit, d'où la nécessité d'engager des actions pour y remédier. Cependant, la gêne est plus fréquemment ressentie par les populations les plus vulnérables, notamment les personnes âgées exposées ponctuellement aux bruits provoqués par les aller-retour incessants de motos à échappement libre, de sonos domestiques diffusant de la musique à des niveaux insupportables et les fréquents passages de véhicules "bonmbonm".

6.Posté par Grangaga le 26/01/2016 04:14
Sékirité!!!!!!!!!!!! Délinkans' , routièrr' tou sa là!!!!!!!!!!
La pa bézwin sort' Sin Sirr', po aranz' sa!!!!!!!!!!
Donn' travay' bann' zènn'.....é trouv' in mod' de trans'por' propp'.....sirr'....é pa sèrr'.....si noutt' routt' lé satiré.....é pi sékirizé.
La pa l'alkool' èk' zamal' lé lo konsékans' toutt' dramm' la Rényion......mantèrr' sa!!!! Cé l'inak'tivité....amènn' toutt' zot' z'étid' "la famy" a dé san mil' éro....é prouv' a mwin lo kontrèrr'.........

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales