Société

La rentrée scolaire 2015 sous le signe des valeurs de la République


Les attentats qui ont endeuillé la France en début d’année ont conduit la ministre de l’Éducation nationale à présenter le 22 janvier dernier différentes mesures, qui sont des premières réponses pour améliorer la transmission des connaissances, et lutter contre l’obscurantisme. La consultation lancée par la ministre pour aider à poser un diagnostic et y apporter des réponses concrètes, amèneront des mesures opérationnelles supplémentaires pour la rentrée scolaire 2015.

- Un plan exceptionnel de formation continue à l’enseignement moral et civique est lancé à destination des enseignants et des personnels d’éducation : dans l’académie, une équipe de 6 à 10 formateurs de formateurs sera mise en place, afin de décliner les connaissances auprès de leurs pairs, qui seront ensuite diffusées dans l’ensemble des écoles et des établissements du second degré.

L’objectif est d’aider les personnels à aborder avec les élèves les questions relatives à la citoyenneté, à la laïcité, à la lutte contre les préjugés. En complément des ressources pédagogiques déjà mis à leur disposition sur les sites
web du ministère, les établissements seront destinataires d’un outil pédagogique adapté aux élèves, le "livret de la laïcité"

- Les candidats aux concours d’enseignants de l’Education nationale seront évalués sur leur capacité à faire partager les valeurs de la République.

- Les comportements d’élèves mettant en cause les valeurs de la République seront systématiquement signalés au directeur d’école ou au chef d’établissement et seront suivis d’un dialogue éducatif avec les parents et, le cas échéant, d’une sanction disciplinaire. Un schéma de mobilisation des cadres de l’académie pour apporter un soutien aux équipes et établissements en difficulté sera établi dans les prochaines semaines sous l’autorité du recteur.

- Les rites républicains participant au rétablissement de l’autorité des maîtres, seront revalorisés, à travers l’intégration dans les projets d’école et d’établissement d’actions relatives à la formation du citoyen et la promotion des valeurs de la République. Une journée de la laïcité sera célébrée chaque 9 décembre, journée anniversaire de la loi de séparation des Églises et de l’État.

- À compter de la rentrée scolaire 2015, un parcours citoyen sera mis en place, depuis l’école élémentaire jusqu’à la terminale (soit 300 heures sur une scolarité) : il s’articulera notamment autour de l’enseignement moral et civique, de l’éducation aux médias et à l’information, de la participation des élèves à la vie sociale de l’établissement et de la Journée défense et citoyenneté.

Citoyenneté et culture de l’engagement

Le développement chez les élèves de la citoyenneté et la culture de l’engagement seront réalisés en associant les partenaires de l’école, au premier rang desquels les parents.

- Les parents d’élèves, co-éducateurs, avec des droits et des devoirs, seront pleinement associés : un comité départemental d’éducation à la santé et à la citoyenneté sera créé et les "espaces parents" continueront à être développés dans les établissements.

- La mobilisation des territoires à travers des partenariats avec les collectivités locales pour la réussite scolaire s’accentuera et les liens avec l’éducation populaire seront renforcés par des conventions pluriannuelles.

- Une réserve citoyenne d’appui aux écoles et aux établissements sera créée, pour laquelle seront sollicités des bénévoles d’associations partenaires au plan local et des délégués départementaux de l’Éducation nationale.

La réduction des inégalités et la mixité sociale : renforcer le sentiment d’appartenance à la République

- La maîtrise du français, chantier prioritaire : une évaluation du niveau des élèves sera mise en place en CE2 pour identifier les difficultés et mettre en place les réponses adaptées aux besoins de chaque enfant ; les élèves nouvellement arrivés et ne maîtrisant pas la langue bénéficieront de dispositifs d’inclusion scolaire.

- La lutte contre les déterminismes sociaux et territoriaux renforcée : une politique active de mixité dans la composition des collèges sera mise en place ; la lutte contre le décrochage sera accélérée, les initiatives en faveur de l’insertion professionnelle intensifiées.

- Les fonds sociaux augmentés de 20 % pour mieux protéger les enfants en situation de pauvreté.

- Un meilleur repérage des risques de repli chez les jeunes pouvant représenter un risque pour eux-mêmes et la vie collective organisée : la formation des chefs d’établissements sera consolidée ; le contrôle de l’instruction à domicile sera renforcé.

- Pour les jeunes placés sous contrôle de la justice après un acte de délinquance et pour les jeunes détenus, une mobilisation en faveur de la poursuite de l’enseignement et de l’acquisition des compétences fondamentales.

L’enseignement supérieur et la recherche mobilisés

L’enseignement supérieur et la Recherche seront sollicités pour éclairer la société dans son ensemble sur les fractures qui les traversent et les facteurs de radicalisation.

- Les enseignants du supérieur mieux formés et mieux accompagnés : les écoles supérieures du professorat et de l’enseignement (Espé) interviendront sur leur formation initiale ; un rappel des règles applicables dans le supérieur en matière de laïcité et de lutte contre les discriminations sera effectué.

- Le lien social sur les lieux de vie et d’études renforcé : les projets étudiants de lutte contre les discriminations seront soutenus ; des débats contradictoires sur les campus seront organisés à l’initiative des étudiants ou des établissements.
Jeudi 29 Janvier 2015 - 10:49
Lu 786 fois




1.Posté par Pastéque le 29/01/2015 12:19
la guillotine, la guerre des chouans, le massacre des vendéens, la cathophobie, la colonisation.....sont les vrais valeurs de la république initiée et portée par les bourgeois et les frères trois points depuis les états généraux.

2.Posté par Gloseur sensE le 29/01/2015 13:24
De prime abord, concernant la discipline de la morale civique à l'école, si la démarche de l'éducation nationale consisterait à faire croire aux élèves que les valeurs fondamentales que sont : la vie, la justice, le respect, la liberté, l'égalité, la fraternité, etc, émaneraient exclusivement de la République française, cela serait une erreur, une faute d'enseignement, parce qu'une valeur existe en soi, et qu'en outre historiquement, les valeurs essentielles sont toutes d'origine biblique.

De plus, au sein de l'Union européenne, il est important de souligner que tous les Etats membres ne sont pas tous des républiques ni des Etats laïcs.
L'Union européenne reconnaissant les particularités de chaque Etat membre.

Etant entendu aussi que contrairement à un amalgame diffusé souvent par les laïcs, un Etat non-laïc n'est pas obligatoirement un Etat religieux ; tel est pour preuve le cas, par exemple, des Etats-Unis d'Amérique.

Ainsi, en France, dans un établissement scolaire qui reçoit donc aussi des élèves européens de différentes nationalités, un élève ayant la citoyenneté européenne et la nationalité, par exemples, Britannique, Espagnole, Belge ou Danoise pourrait objecter de manière juste et fondée à son professeur français de morale civique, que son pays d'origine possède dans son droit les valeurs fondamentales, les droits fondamentaux, et défend les libertés fondamentales, sans que son Etat soit une république ni un Etat laïc dans sa Constitution écrites ou coutumière.

En outre, concernant la laïcité, pour qu'un enseignement soit objectif, impartial et complet, il faudrait que le cours sur la laïcité compare les différentes formes de la laïcité dans le monde, par exemple, entre la notion Française de la laïcité et la laïcité appliquée en Turquie.
Ainsi, les échanges entre un élève Turque et un professeur Français sur la laïcité serait intéressants et enrichissants, notamment, concernant le port d'un couvre-chef dans le domaine public.
Relevons que parmi les deux cents Etats dans le monde, très peu sont laïcs.

Par ailleurs, jouer l'hymne de l'Union européenne, c'est-à-dire «Ode à la joie» (sans parole) de Ludwig van Beethoven est beaucoup mieux adapté, d'autant qu'il serait très difficile à un professeur d'enseigner les notions de morale, de pacifisme et de lutte contre la xénophobie, en chantant 'qu'un sang impur abreuve nos sillons' (Marseillaise) ; déclaration qui choque toujours les Britanniques et autres européens dont leurs ancêtres ont combattu les révolutionnaires et républicains français.

Enfin, au sujet de l'intégration des étrangers en France par la laïcité à la française, il sera très difficile au professeur de soutenir que le modèle de la République française et laïque, intégrerait mieux les personnes que, par exemple, le Royaume-Uni dans l'Union européenne, ou hors de l'Union européenne, que la France ferait aussi bien, voire mieux que, par exemple, les Etats-Unis.
Etant précisé que ces dernières semaines, le président Américain Obama a mis en évidence que le modèle Américain ayant pour devise «  In God we trust » intègre mieux les étrangers que la France.

3.Posté par noe le 29/01/2015 17:30
J'adhère follement !
La laïcité « garantit la liberté de conscience de tous » : elle offre à chacun la sécurité et la responsabilité d’avoir ses propres convictions en matière de croyance. Elle donne l’assurance que personne ne sera inquiété pour ses convictions religieuses ou irréligieuses. « Chacun est libre de croire ou de ne pas croire » : chacun dispose d’une entière liberté personnelle de choix entre toutes les options possibles dans le domaine des croyances. Il est libre d’exprimer sa foi quelle qu’elle soit, de changer de religion pour une autre ou pour aucune, de choisir l’incroyance ou le doute, ou bien encore de choisir entre des croyances religieuses ou d’autres objets de foi (tel ou tel idéal par exemple). Personne n’a le droit de contraindre autrui à croire ou à renier sa foi. La laïcité permet à chaque conviction personnelle de se manifester publiquement par la parole, la réunion, l’exercice d’un culte ou autre célébration, « dans le respect de celles d’autrui et dans les limites de l’ordre public » : chaque liberté d’expression doit être animée d’un esprit humaniste de tolérance envers les convictions d’autrui, et respecter les lois en vigueur. La laïcité n’est pas l’ennemie de la religion, elle ne s’oppose qu’à l’intolérance.

4.Posté par KLD le 29/01/2015 18:35
moi , je dis trois drapeaux à "vénérer" , le mahavéli , symbole de notre ile créole ( comme les régions continentales ont leurs drapeaux régionales , nou lé pa plus , nou lé pa mwin !!!!) , le drapeau français ( ( Daniel Vabois , pour ceux qui s'en souviennent, nous avait bien fait rire avec !!!) et le drapeau européen !!!!!!! 3 en 1 , comme ds la pub !!!!!

5.Posté par david Vincent le 29/01/2015 22:43
Encore une nouvelle couillonnade de la part de ce gouvernement d'Incapables ... autant pisser dans un violon ! Inculquer la laicité au Peuple de la Haine viscérale et de l'Intolérance débarqué en conquérant et qui ne s'intègre qu'à la Caf et à la Sécu , quelle idée de génie ! Et pourquoi pas en faire profiter à leurs frères de Boko Haram ou d' Al quida ? Cette couillonnade ne devrait au moins être enseigné qu' à ce peuple , il est inutile et injuste de toujours importuner les autres avec qui il n'y a jamais de problème .

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales