Société

La protection Shark Shield, solution contre les attaques de requin ?


La protection Shark Shield, solution contre les attaques de requin ?
Cet appareil fait fuire les squales. C'est ce qu'affirme, dans un communiqué, la société Shark Shield qui s'appuie sur des preuves dites scientifiques du fonctionnement de l'appareil électronique, testé par des organismes indépendants.

Installé sur l'arrière de la planche grâce à une plaque de montage, le Shark Shield émettrait un champ électromagnétique entre deux électrodes qui provoquerait une douleur forte et brève chez les prédateurs sans leur faire de mal à long terme.

Lindsay Lyon, le directeur général de la société, explique: "Le fonctionnement de ce moyen de défense est basé sur le principe que tous les poissons cartilagineux, par exemples les requins et le raies, possèdent des récepteurs qui se trouvent dans leurs museaux et qui servent en même temps à trouver de la nourriture, à communiquer et à trouver un partenaire". Il tient à préciser qu'en aucun cas ces appareils n'attirent pas les requins.

En 2012, des chercheurs scientifiques australiens auraient utilisé Shark Shield sur la côte de l'Afrique du Sud, en prenant des phoques en tant qu'appâts (SARDI Research). Ce processus se rapprocherait le plus d'une attaque de requin sur une planche de surf en mouvement. Sans Shark Shield, ils ont noté 16 attaques et 27 incidents à la surface de l`eau. Avec le Shark Shield: aucune attaque et deux interactions à la surface de l'eau.

Toutefois, Carl Meyer, chercheur à l'institut de biologie marine de Hawaï que Zinfos974 avait interviewé en août, rappelle que "le problème avec de telles comparaisons est que l'on risque de comparer différentes espèces et environnements avec les nôtres. Ce qui semble fonctionner dans un territoire pourrait s'avérer inutile dans un autre".

Selon les rapports du "International Shark Attack File" (rapports sur les attaques de requins du monde entier), il y a eu 12 cas d'attaques de requins à La Réunion, dont cinq mortelles depuis 2011. La société australienne est consciente que face à ce problème, une interdiction de baignade, de surf et de body-board a été mise en place, en plus du prélèvement de 90 requins, soit 45 requins tigres et 45 requins bouledogues. Toute fois, Shark Shield n'est pas tout à fait bien informée: elle a indiqué dans son communiqué que l'interdiction de surf et autres activités avait été levée.

Surfeur passionné lui-même, Lindsay Lyon affirme: "Je pensais que c'était impossible qu'un gouvernement interdise le surf, et encore moins qu'il autorise le prélèvement d'individus d'une espèce en voie de disparition. Il y a une solution à ce problème, et aujourd'hui nous la proposons".
Jeudi 3 Octobre 2013 - 18:15
SH
Lu 1653 fois




1.Posté par un ti creole curieux le 03/10/2013 18:42
Avant de promouvoir le shark shield a la Reunion, il est interessant de remarquer que les tests realises en Afrique du Sud ont ete faite sur les grand blancs et pas sur les bouledogues qui eux reagissent differement.
Donc l efficacite du shark shield semble interessant sur les grand blancs mais reste a etre teste sur les bouldogues, differentes especes avec des comportements tres differents !
Donc au lieu de vanter le shark shield a la Reunion, cette societe devrait d abord teste sur le requin bouldogues voir tigres avant de faire de la desinformation sur son efficacite et d essayer de vendre un produits qui pourrait s averer inutile pour le contexte de la Reunion.

2.Posté par David le 03/10/2013 18:51 (depuis mobile)
A priori, shark shield n''est pas non plus au courant que le bouledogue et le tigre ne font pas partie des espèces protégées.
De plus il précise qu''il ne dit pas que cela n''attire pas les requins....

3.Posté par bryan le 03/10/2013 19:01
Requin bouledogue pas en voie de disparition. Lu calcil n'a requin blanc la Réunion ou kwé? N'a point requin la ter là pou l'instant. Nou néna requin bouledogue ek tigre, band requin là lé pas en voie de disparition... Oté zournaliste, ou n'aurais pu mettre un tite précision dans l'article quand même, si le boug ou l'a interviewé lé mal informé i veut pas dire que le journaliste lé obligé de mal informer le moun en retour ou wa?

4.Posté par mwen léa pa plis mwen lé pa moins le 03/10/2013 19:19
Les bouledogues et les tigres ne sont pas des poisson en voie de disparition. Si son truc marchait vraiment, tous les surfer autraliens et sud africain en porteraient deja. Ici, il faut RE GU LER . Allons pécher don!

5.Posté par Thierry le 03/10/2013 19:29
Le commerce (de ce qui est légal) est libre et le client achète ce qu'il veut s'il le veut (de ce qui est légalement vendable) ... que viendrait faire l'Etat là-dedans ... Il n'a qu'à mettre son produit dans un commerce ... et le reste, il n'y a pas de quoi en faire un plat ... si toutes le quincaillerie ameutaient les médias à chaque qu'elles mettaient un clou en rayon ...on en serait ... marteaux !!!

6.Posté par un autre ti kreole le 03/10/2013 21:19
1.Posté par un ti creole curieux

pareil pour les drumlines

7.Posté par Ben là ouais làààà le 03/10/2013 21:22
Qu'il aille à l'eau en famille nous prouver que c'est efficace. Ou genre une route des squales comme DD la sardine, mais sur un surf.

8.Posté par romain le 04/10/2013 09:42
ça ne fonctionne pas et ça fait plusieurs mois qu on le sait et que ça a été dit et répété sur les reseaux sociaux. Messieurs les journalistes : faites votre boulot, ras le bol que vous ayez dix piges de retard sur tout.

9.Posté par Selko le 04/10/2013 09:45
Bah si David, il le dit !
"Il tient à préciser qu'en aucun cas ces appareils n'attirent pas les requins. "

10.Posté par fabien le 08/10/2013 08:44
En fait, la première étude de grande envergure du Shark Shield a été menée par les scientifiques du SARDI, le South Australian Research and Development Institute.

Leurs conclusions ont été publiées en juin 2012. Après avoir testé le dispositif de répulsion sur de grands requins blancs, les chercheurs écrivent dans leur rapport que l’appareil a certes un effet sur les requins, mais que cet effet semble… imprévisible. « Il ne les repousse ou ne les attire pas systématiquement, écrivent les ichtyologistes. Tout dépend du requin auquel on est confronté et de son comportement ». De fait, un précédent test, mené en 2008, avait conduit à un résultat plutôt défavorable puisqu’une femelle requin avait tout simplement… avalé l’appareil !

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 14:30 Un train pour valoriser les Outre-mer

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales